Toulon - Racing Metro 92

Toulon

Toulon

Essai(s)
Transformation(s) réussie(s)
Pénalité(s) réussie(s)
26, 59 - DUMORA
73, 79 - PRETORIUS

12-7

mi-temps : 3-7

Amical

vendredi 19/08/11 - 20:30

Arbitre : Laurent Cardona (Provence) assisté de Mickaël Simon et Hervé Gilardi (Côte d'Azur).

Essai(s)
6 - QOVU
Transformation(s) réussie(s)
7 - WISNIEWSKI
Pénalité(s) réussie(s)
Racing Metro 92

Racing Metro 92

[RCT/RM92] En profitant de l'indiscipline adverse...

[RCT/RM92] En profitant de l'indiscipline adverse...

le 19/08/2011 à 22:57

Le RCT s'impose 12 à 7 face au Racing-Métro 92 grâce à 4 pénalités de Julien Dumora et André Pretorius.

Cueilli à froid par un essai de Qovu marqué à la 6e sur une pénaltouche, le RCT a bataillé ferme pour venir à bout du Racing-Métro 92 très présent en défense, parfois à la limite.

Et d'ailleurs ce sera l'indiscipline qui causera la perte des Joueurs de Pierre Berbizier puisque ce ne sera pas moins de 8 pénalités que tenteront les buteurs Toulonnais.

Dans cet exercice, Julien Dumora connaitra un faible taux de réussite ce soir puisque l'ouvreur venu de Pau ne réussira que 2 pénalités sur 6 tentées (plus une tentative de drop). André Pretorius, rentré à la 72e, réussira les 2 pénalités qu'il tentera.

Le RCT a été fébrile en touche et a tenté quelques belles actions mais s'est heurté systématiquement, nous le disions, à la défense des Franciliens.

A noter que Mathieu Bastareaud a quitté le terrain à la 59e et qu'il se ressentait d'une douleur à l'avant-bras gauche.

Le Championnat débute samedi prochain face au Biarritz Olympique Pays Basque. La période de rodage est finie...

Pour retrouver les photos de ce match Rugby Club Toulonnais - Racing Métro 92, cliquez ici.

JJG

Photos : Aurélie LANTUS

les Vidéos de Toulon - Racing Metro 92

Philippe Saint-André - Conférence de presse d'après-match Toulon-Racing Metro 92 du 19.08.11 (Match Amical)

Philippe Saint-André

Conférence de presse d'après-match Toulon-Racing Metro 92 du 19.08.11 (Match Amical)

les Photos de Toulon - Racing Metro 92

Sébastien Tillous-Borde. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Julien Dumora. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Olivier Missoup, Damien Tussac, Jocelino Suta et Christophe Samson. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Christian Loamanu, Jocelino Suta et Laurent Emmanuelli. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Steffon Armitage et Damien Tussac. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
S. Armitage, L. Emmanuelli, C. Samson, D. Tussac, J. Tawake et S. Tillous-Borde. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Mathieur Bastareaud et David Smith. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
David Smith. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Sébastien Tillous-Borde. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Sébastien Tillous-Borde et Steffon Armitage. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Geoffroy Messina. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
David Smith, Geoffroy Messina et Mathieu Bastareaud. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
David Smith. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Mathieur Bastareaud et Damien Tussac.. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Sébastien Bruno et Laurent Emmanuelli. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Laurent Emmanuelli et Olivier Missoup. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson, Jocelino Suta et Julien Dumora. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Geoffroy Messina. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Sébastien Tillous-Borde, Geoffroy Messina et Mathieu Bastareaud. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Mathieur Bastareaud. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Luke Rooney. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Sébastien Tillous-Borde, Christophe Samson et David Smith. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Luke Rooney. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Sébastien Tillous-Borde, Jone Tawake et Steffon Armitage. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Sébastien Bruno. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Julien Dumora. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Olivier Missoup, Sébastien Tillous-Borde et Joe El Abd. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Christian Loamnu, Steffon Armitage et Geoffroy Messina. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd et Pierrick Gunther. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Laurent Magnaval, Christian Loamanu, Mafileo Kefu et Joe El Abd. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus
Steffon Armitage et Kris Chesney. - Toulon-Racing Metro 92 -  © Aurélie Lantus

La Provence

Toulon sans éclat face au Racing

Le 20/08/2011

À une semaine du Top 14, le RCT a battu péniblement le Racing, hier soir au Stade Mayol (12-7).

C'est la dernière ligne droite. Samedi prochain, le RCT ouvrira son championnat devant Biarritz, à Mayol. L'équipe varoise s'avance vers cette échéance avec un lot de certitudes et d'interrogations entremêlées.

Hier soir, Toulon, déjà vainqueur de ses deux premiers matches amicaux, a pris le dessus sur le Racing Métro avec un XV très proche de celui qui affrontera le BO. Cette dernière rencontre de préparation fut matière à tester encore quelques jeunes (titularisation de Tussac, entrées en jeu de Magnaval ou Gunther) et à peaufiner certaines associations, dont la paire de centres Messina-Bastareaud, l'ancien treiziste Mason ayant été laissé à la disposition des Espoirs aujourd'hui pour parfaire son apprentissage du XV.

Il reste que la venue des Racingmen devait surtout permettre d'y voir un peu plus clair dans les rangs toulonnais, avant la reprise du Top14. Au final, la perplexité prédomine même si les enseignements positifs ne manquent pas. On a encore ainsi apprécié les fulgurances de David Smith et l'entrée de Rooney, remis de sa blessure à un doigt, a l'air d'apporter une certaine sérénité en fond de terrain. Si l'on excepte notamment l'essai parisien consécutif à un maul gagnant, l'organisation défensive a également été plutôt correcte, à l'instar d'un Bastareaud souvent au contact durant son heure passée sur la pelouse.

Giteau très attendu

En revanche, l'ensemble a quand même manqué d'inspiration voire de cohésion dans ses combinaisons. La charnière composée de Tillous-Borde et de Dumora a rarement envoyé du jeu. Le dernier nommé, pourtant si intéressant devant Lyon puis les Saracens, a paru emprunté, loupant entre autres quatre pénalités loin d'être impossibles. Fort décevant contre les champions d'Angleterre une semaine plus tôt, Pretorius, à peine débarqué sur la pelouse, a réussi ses deux tentatives, lui, offrant un succès flatteur à son équipe.

Mais de manière générale, l'esprit d'entreprise n'a pas vraiment eu de place dans ce groupe toulonnais. Un collectif auquel pourrait se joindre assez vite Matt Giteau. Non retenu avec l'Australie pour la Coupe du monde (9 septembre-23 octobre), l'ex-trois-quarts centre ou demi d'ouverture des Brumbies serait susceptible de rallier Toulon d'ici une dizaine de jours voire dans le courant de la semaine prochaine. Le joueur, sous contrat avec sa sélection nationale jusqu'à l'issue du Mondial afin de pallier une éventuel forfait, doit néanmoins négocier avec la Fédération australienne.

Le président du RCT, Mourad Boudjellal se montrait toutefois optimiste, hier soir. Giteau pourrait même être en mesure d'effectuer ses débuts dans les rangs toulonnais pour la venue de Clermont, le 2 septembre. Et peut-être même face au BO, dans une semaine, qui sait ? Ce ne serait pas de trop.

Laurent BLANCHARD

Site du Racing Métro 92

Du bon et du moins bon

Le 19/08/2011

Le Racing Metro 92 s'est incliné pour son second match amical de pré-saison sur la pelouse du RC Toulon (12-7), malgré avoir inscrit le seul essai du match et avoir livré une prestation de belle facture en première période. A une semaine de la reprise du championnat, les Ciel et Blanc semblent en tout cas sur la bonne voie.

Disputée sous une chaleur estivale typiquement varoise et dans un stade Mayol plein comme un oeuf, la rencontre promettait beaucoup entre deux des mastodontes du Top 14.

Le premier acte esquissait une montée en puissance des Ciel et Blanc espérée par le staff après la victoire à Dax la semaine dernière (3-31). Supérieurs dans l'impact, intraitables en défense, les coéquipiers de Nicolas Durand dominaient les débats.

Ils ne tardaient d'ailleurs pas à récolter les dividendes de cette supériorité. Suite à une touche dans les 22m toulonnais, le pack francilien enclenchait un groupé pénétrant d'école et expédiait Jone Qovu derrière la ligne (7', 0-7). Un Qovu particulièrement saignant dans cette première mi-temps. Avançant sans cesse à l'impact, redoutable de puissance et de volonté en défense, le Fidjien aura certainement marqué des points aux yeux de ses entraîneurs.

Et Toulon dans tout ça? Mis sur le reculoir par la férocité des Racingmen, les hommes de Philippe Saint André peinaient à trouver leurs répères et à déborder l'imposante défense francilienne. Seule consolation, cette pénalité passée par Julien Dumora à la demi-heure de jeu permettant aux locaux de déflorer leur compteur au tableau d'affichage.

Un fait de jeu risquait pourtant fort de modifier la donne: Juste avant la pause, Virimi Vakatawa écopait d'un carton jaune pour un plaquage cathédrale dangereux et le Racing se voyait donc forcé de débuter la seconde période à 14.

On ne vit pourtant pas la différence, les nombreux changements opérés par le staff ne modifiant rien à la donne. Aucun point n'était d'ailleurs inscrit de part et d'autre pendant cette période d'infériorité numérique.

Il fallait en effet attendre la 59ème minute pour voir Dumora ramener les siens à un point des Ciel et Blanc sur pénalité (6-7). Le même Dumora trouvait d'ailleurs le poteau quelques minutes plus tard et Toulon continuait à courir après le score.

Cette succession de pénalités montrait toutefois que le Racing avait plus de mal à maîtriser son sujet dans ce second acte. Mais Dumora, décidément pas dans un bon jour, multipliait les échecs (2 sur 6 au final).

Mais ce qui devait arriver arriva. Rentré à l'ouverture, André Pretorius donnait l'avantage aux siens à sept minutes de la fin sur une énième pénalité (73', 9-7). Le même Pretorius donnait plus d'ampleur à la victoire toulonnaise en plantant sa deuxième pénalité dans les dernières secondes (80', 12-7).

Au final donc, les Ciel et Blanc concédait donc leur première défaite de la saison, mais l'on retiendra, plus qu'une deuxième mi-temps décousue, la belle performance de la première période. C'est sur son contenu que les Racingmen devront s'appuyer pour vaincre Montpellier lors de l'ouverture de la saison vendredi prochain. Et on a hâte d'y être!

Var Matin

RCT: vivement le championnat!

Le 20/08/2011

Mourad Boudjellal craignait une trop large victoire juste avant l’ouverture du championnat. Histoire de conjurer le sort et le scénario du début de saison dernière. Il a été entendu, au-delà de ses espérances.

Dans un match fermé et ennuyeux, le RCT l’emporte petitement, grâce à quatre pénalités de Dumora et Pretorius alors que l’ancien Palois a laissé quatre pénalités en route.

En début de rencontre et privés de ses six mondialistes (Nallet, Estebanez, Lo Cicero, Bergamasco, Galindo, Steyn), les Racingmen s’appuient sur les valeurs qui ont fait leur réputation la saison dernière : une grosse densité physique et du pragmatisme en phase de conquête. Dès la 7e minute, Qovu convertit une belle avancée de son pack sur un ballon porté. Autant le RCT avait impressionné jusque-là sur cette phase de jeu, autant il venait de trouver à qui parler.

Face à un casse-tête

Cette piqûre de rappel ne va pourtant pas lancer le match. Les deux équipes se craignent et se jaugent sur du jeu au pied de déplacement et de pression. Dans ce jeu d’observation quelque peu ennuyeux, David Smith côté Toulon et Sireli Bobo côté Racing, chaloupent leurs courses.

À la 29e minute, un petit événement se produit. Mathieu Bastareaud touche le premier ballon sous ses nouvelles couleurs au bout de 65 minutes de temps de jeu cumulés (Saracens et Racing-Métro). Une belle percussion sur dix mètres tout en puissance qui en appelle d’autres. Le RCT tente de forcer le coffre-fort francilien mais ne semble pas encore avoir trouvé la clé.

Puisque dans ce match cadenassé, rien ou presque ne se passe, les chiffres alimentent notre propos. Deuxième événement de la soirée : à la 40e minute, le buteur Julien Dumora manque son premier coup de pied en trois matchs. Puis un deuxième... Mi-temps. On attend que le match commence enfin.

Cela sera le cas sur une première relance pleine de culot de Dumora depuis son en-but. Les acteurs de la rencontre décident de tenter quelques coups. La veillée s’anime quelque peu, mais retombe aussi vite qu’un soufflet.

Dans les dix dernières minutes, les Toulonnais occupent la moitié de terrain des hommes de Chabal. Et vont cueillir ce qu’ils étaient venus chercher : des pénalités. Entré quelques minutes plus tôt, Pretorius ne tremble pas et scelle le troisième succès consécutif du RCT dans sa série matchs amicaux.

Une victoire aux forceps mais qui ne rassure pas vraiment avant de défier Biarritz sur cette même pelouse. Un mal pour un bien? Réponse la semaine prochaine.
 
Olivier BOUISSON

L'Équipe

Y a du boulot !

Le 20/08/2011

Entre un Toulon brouillon et un Racing indiscipliné, le match d'hier a été bien décevant. Inquiétant à une semaine du coup d'envoi du Top 14 ?

Depuis que le Racing-Métro est monté en Top 14 en 2009, jamais Sébastien Chabal et Mathieu Bastareaud ne se sont affrontés sur un terrain. Lors des quatre matches entre les clubs franciliens, il manquait toujours un des deux hommes. Hier, sur la pelouse du stade Mayol à Toulon, les deux stars du rugby français étaient enfin face à face. Ce n'était pas en Championnat mais pour le dernier match amical avant le coup d'envoi de la saison, la semaine prochaine. Entre la quarantième et la soixiantième minute, Chabal et Bastareaud étaient donc là. Mais malgré leur présence, ce match n'a pas fait d'étincelles.

Et ce n'est pace qu'a montré le RCT en première période qui a fait saliver ses supporters. Dominés en touche,  bousculés en mêlées, les hommes de Philippe Saint-André, l'entraîneur, manquent à l'évidence de cohérence et ont cafouillé leur rugby. Pour une équipe qui a repris l'entrainement à la mi-juin, on pouvait s'attendre à mieux. Ce RC Toulon-l) ne fait pas rêver. Des lancements de jeu imprécis, un buteur sans réussite avec Dumora à 2 sur 6, le Racing s'est promené dans cette première période qui manquait de rythme.

Plus puissants à l'impact,les Racingmen n'ont pas toutefois pas su aller au bout de leurs intentions, commettant de  nombreuses fautes en seconde période : "On a été pénalisés trop souvent, reconnaissait Pierre Berbizier, l'entraîneur du Racing. On doit travailler dans ce domaine. Mais je préfère cette générosité à un comportement trop passif. Je retiens surtout la première période où nous avons été bien structurés. Sur le plan défensif, nous avons empêché Toulon de développer son jeu."

Alors que Pierre Berbizier ne semblait pas trop mécontent, Philippe Saint-André est arrivé en conférence de presse la tête basse et pleine d'interrogations : "On est tous frustrés par la performance. Ce qui est sûr, c'est que samedi pour l'ouverture du Championnat contre Biarritz, on ne va pas arriver avec un excès de confiance. Je suis comme vous, je me suis emmerdé. On a fait un match de merde et on ne peut pas se satisfaire d'une telle copie". La victoire finale (12-7) ne changera rien à son analyse. Maintenant, quelle importance accorder à cette rencontre ? Le Racing-Métro qui reçoit Monptellier vendredi et Toulon samedi face au BO va forcément montrer des visages  différents. En tout cas, une chose est sûre, ça va bosser fort toute la semaine des deux côtés.

Bruno VIGOUREUX

Var Matin

Faut-il s’en inquiéter ?

Le 21/08/2011

«Samedi face à Biarritz, on ne va pas arriver avec le cigare! », rigolait Philippe Saint-André après la rencontre. Le rire comme effet placebo à l’agacement.

Le manager du RCT était, en effet, visiblement déçu par la prestation de ses hommes, coupables, selon lui, de ne pas avoir mis en pratique les lancements de jeu et les enchaînements répétés à l’entraînement.
Face, il est vrai, à une équipe du Racing-Métro parfaitement en place et rugueuse dans le contest, les Toulonnais ont balbutié leur rugby, si bien que cette petite victoire (12-7) n’en a pas la saveur.

Problèmes de communication

« On n’arrivait pas à jouer ensemble », constatait le troisième ligne Steffon Armitage.
« Nous devons encore améliorer notre communication en défense et entre avants et trois-quarts. Nous devons en parler dès lundi », avançait pour sa part l’ailier Christian Loamanu.
« Nous sommes en rodage, résumait Saint-André. Je ne m’attendais pas à ce que l’on produise un rugby huilé en l’espace de six semaines, mais ce qui est désolant, c’est que nous étions mieux dans pas mal d’aspects la semaine dernière face aux Saracens, mais pas face au Racing-Métro. Il faut vraiment que les mecs se connaissent sur le terrain pour avoir des habitudes. Cela passe par du travail et de la répétition. Nous avons du mal sur les repères collectifs. C’est frustrant car on bosse de nouveaux systèmes à l’entraînement, mais on n’arrive pas à le mettre en place. Il faut bosser encore plus ».
Alors que le staff avait demandé à ses joueurs de se lâcher, ceux-ci se sont rapidement crispés. Cela s’est traduit par un manque de lucidité tactique. Au lieu d’étirer cette lourde équipe du Racing, les Varois les ont systématiquement joués dans l’axe. À leur décharge, les sept ou huit ballons perdus en touche n’ont pas aidé la cause rouge et noire.
À une semaine de l’ouverture du Top 14, il reste donc beaucoup de travail au groupe. Sera-ce suffisant? Possible...
En tout cas, samedi face à Biarritz, le RCT ne pourra s’avancer avec un quelconque excès de confiance. C’est déjà ça.

Olivier BOUISSON

Midi Olympique

Recadrage après débordements

Le 22/08/2011

Déçu par les choix tactiques de ses joueurs face au Racing Métro vendredi soir, Philippe Saint-André a durci le ton. Le week-end dernier, les Rouge et Noir étaient privés de sortie.

"J’avais dit aux joueurs que ce n’était pas grave de perdre mais qu’il fallait mettre en place nos lancements. Pourtant, ils n’ont pas fait mieux que quelques actions à deux temps de jeu. Je me suis emmerdé. » Philippe Saint-André était amer vendredi soir après une partie pourtant gagnée face au Racing-Metro. Loin de se satisfaire de cette troisième victoire en autant de matchs de préparation, le manager toulonnais en voulait à ses hommes de ne pas avoir suivi les consignes, à savoir mettre du rythme dans cette rencontre et étirer une équipe francilienne qui a les défauts de ses qualités.
«Les Racingmen font deux tonnes, exagérait PSA. En première période, au lieu de mettre de la vitesse, mes joueurs ne sont venus
que sur leurs points forts et sont rentrés dans les murs. À chaque fois qu’il y avait des possibilités au large, ils sont repartis au ras.
Nous travaillons des choses à l’entraînement qui ne sont pas mises en place en match. » Bilan : aucun essai marqué et une victoire au forceps grâce à quatre pénalités. Philippe Saint-André: «Au départ j’ai demandé à ce que les pénalités soient tapées en touche pour jouer puis quand j’ai vu que nous ne jouions pas de toute façon, j’ai fait signe de les tenter. Dans ces cas-là, autant gagner le match ».

Une semaine studieuse

Les mots « vitesse » et « déplacement » étaient écrits sur la feuille de route de cette rencontre. Une feuille de route pas respectée par les joueurs. « Ils assumeront leurs choix à la vidéo, assurait Pierre Mignoni dans les couloirs de Mayol. Il y a une déception par rapport à ce qui était prévu. Ce n’est pas alarmant mais c’est une erreur stratégique.» Il avait même été demandé d’aller jouer les touches en courant pour encore rajouter du rythme. Cela n’a pas été fait. « Je retiens la victoire mais je suis frustré, glissait après la douche un Sébastien Bruno qui avait du mal à trouver des explications. Il était prévu de faire du jeu. Nous aimerions marquer des essais et nous faire plaisir…» Ce n’est donc pas encore le cas mais la pâle répétition de vendredi soir aura au moins le mérite d’inciter à la remise en cause. « Cela va nous permettre d’être un peu plus impliqués et concentrés», ajoutait le talonneur. Et Philippe Saint-André de conclure : « Il n’y a pas de sortie d’autorisée ce week-end. Rendez-vous lundi pour une grosse semaine de travail parce qu’il est impossible de se satisfaire de cette copie-là». Seule soirée permise: celle de vendredi soir, un repas d’après-match au RCT Café.

La semaine promet d’être studieuse et les effets de la remise en question sont attendus dès samedi face à Biarritz pour la première
journée de championnat.

Guillaume ALBERTO

Les actus du match