Munster - Toulon

Munster

Munster

Essai(s)
9 - LEAMY
19 - BUCKLEY
36, 62 - HOWLETT
59, 79 - O'DRISCOLL
Transformation(s) réussie(s)
10, 20, 36, 60, 79 - O'GARA
Pénalité(s) réussie(s)
47 - O'GARA
Drop(s) réussi(s)
Carton(s) jaune

45-18

mi-temps : 21-10

H Cup, 2ème journée

samedi 16/10/10 - 16:30

Arbitre : Wayne Barnes (Angleterre) assisté de David Rose et Robin Goodliffe (Angleterre).

Spectateurs : 26.000

Essai(s)
1 - GENEVOIS
75 - VAN NIEKERK
Transformation(s) réussie(s)
2 - CONTEPOMI
Pénalité(s) réussie(s)
29 - CONTEPOMI
Drop(s) réussi(s)
49 - WILKINSON
Carton(s) jaune
7 - SMITH
58 - CONTEPOMI
Toulon

Toulon

[Munster/RCT] La Red Army trop forte pour les Bleu de Toulon.

[Munster/RCT] La Red Army trop forte pour les Bleu de Toulon.

le 16/10/2010 à 18:00

Le RCT a rêvé d'un exploit en inscrivant un essai dès la 1ère minute. Mais le Munster a réalisé un match parfait avec six essais...

Il fait beau sur Thomond Park. Le soleil est radieux mais la température ne dépasse pas les 16°.

Alors que l'enceinte de Limerick se remplit peu à peu, des percussionnistes Irlandais sont chargés de faire monter l'ambiance. Le « Stand up and fight, l'hymne  du Munster sur l'air du Toréador de « Carmen » apportera une dose supplémentaire d'émotions.

Après l'interprétation digne de la Castafiore, les « Munster, Munster » montent ou plutôt descendent des tribunes. L'écran vidéo de contrôle en tribune de presse montre les Toulonnais sortant de leurs vestiaires.

Toulon avec Joe Van Niekerk à sa tête sort le premier sur le pré. Le Munster se fait attendre une bonne minute avant de pénétrer à son tour.

C'est Felipe Contepomi qui va donner le coup d'envoi face à La Rade si nous étions à Mayol.

Le Munster dégage en touche mais reste dans ses 40''. Le lancer de jean-Phi Genevois trouve Kris Chesney. Felipe  Contepomi sert Joe Van Niekerk à hauteur. Genevois est au relais et perce et va marquer (1e). Felipe Contepomi, dans un silence admirable, transforme et se fait copieusement siffler (0 - 7, 2e).

Jean-Phi Genevois fait une excellente rentrée.

Mais le Munster attaque à son tour. Les vagues Rouge déferlent sur la défense Bleu. O'Gara tape à suvire et le ballon finit en touche dans nos 22'' (3e).

Sur le lancer, M. Barne revient à une faute Toulonnaise et le Munster reprend une touche (5e). Le maul déroule. Toulon se remet à la faute. M. Barnes convoque Joe Van Niekerk et le sermonne. O'Gara retape en touche.

O'Driscoll la prend à deux mains. Nouveau maul et départ au ras stoppé par Suta. Les Rouge insistent au ras. Et nouvelle pénalité avec un carton jaune pour George Smith (7e), M. Barnes avait averti...

Les Irlandais prennent la mêlée à 5''. Stringer introduit et nouvelle pénalité sifflée par M. Barnes contre les Français (8e).

Leamy contrôle dans ses pieds et se saisit du ballon, il part au ras et va marquer en force (9e). O'Gara transforme et ramène les deux formations à égalité (7- 7, 10e).

Sur un lancer de Jean-Philippe Genevois dans les 40'' rouge, Joe Van Niekerk perce. Joce Suta est servi sur l'aile gauche mais se retrouve projeté en touche. Toulon prend le ballon mais perd celui-ci sur un maul sur la ligne des 22'' (12e).

Ayant récupéré le ballon sur le dégagement, les Bleu de La Rade remontent le terrain et les Munstermen se mettent à la faute. Des 45'' droite, Felipe Contepomi voit son ballon partir à gauche. Le pire est que le Munster remonte le terrain et Murphy vient marquer en coin malgré les retours de Paul Sackey et Felipe Contepomi (12 - 7, 14e). Cependant, M. Barnes est pris d'un doute et demande l'arbitrage vidéo. Les images ne sont pas forcément très claires à exploiter. L'arbitre vidéo Graham Hugue ne valide pas l'essai...

Le Munster met une grosse pression sur les Toulonnais. Buckley, le pilier droit, est pris sur la ligne (18e). Nouvel arbitrage vidéo demandé...  Et une nouvelle fois, l'essai est refusé. Paul Sackey a réalisé une bonne défense.

Le Munster repart sur une pénaltouche. Et cette fois Buckley marque bien (12 - 7, 19e).  Sur la ligne des 22'' et à droite des perches, O'Gara s'élance et double le score (14 - 7, 20e).

A chaque ballon touché, Felipe Contepomi reçoit une volée de sifflets. La rancune est tenace du côté de Limerick...

Toulon est chahuté, malgré le retour de George Smith.

Sur une mêlée jouée dans nos 30'', le Munster se prend un bras cassé. Toulon attaque mais perd le ballon. Pire, il se fait pénaliser sur un placage haut (23e). O'Gara trouve une touche à 15'' de la ligne d'essai Varoise.

Varley trouve O'Callaghan mais le talonneur vient faire écran sur Pierre Mignoni. Toulon peut se dégager (25e).

Toulon alterne le jeu au large et les percussions et se retrouve dans les 22'' Irlandais mais perd le ballon ! (26e). Felipe Contepomi découpe Warwick, ce qui ne plait pas au public de Thomond Park...

Pierre Mignoni introduit dans les 22'' de la Red Army. Le Munster se fait dépoutrailler en mêlée et pénalité pour le RCT (28e). Felipe Contepomi va la tenter des 25'' droite.

Felipe Contepomi - toujours dans un silence admirablement respecté - passe le cuir entre les pagelles et ramène le score à 14 - 10 pour le Munster (29e).

Sur le renvoi, l'ouvreur Argentin glisse mais se relève. Il prend la furia Irlandaise sur le dos et se fait prendre haut. O'Callaghan arrive de travers mais M. Barnes siffle pour le Munster.... Il reste 10 minutes à jouer dans cette première période et le jeu est arrêté pour que Jean-Philippe Genevois se fasse soigner.

Sur la mêlée, Leamay part et O'Driscoll est stoppé à 5'' de la ligne d'essai... Toulon arrive à se dégager mais ce fut encore très chaud pour les Joueurs de PSA. Le Munster est très dangereux sur tous les ballons qu'il peut exploiter.

Warwick est stoppé à 10 cm de la ligne et garde le ballon... M. Barnes siffle et le RCT peut se dégager (34e).

Pierre Mignoni réalise un arrêt de volée et ouvre sur Felipe Contepomi qui dégage. Warwick récupère le ballon, tape à suivre pour lui-même, reprend le ballon et tape à suivre. Sous la pression, Clément Marienval met en touche. Sur le lancer Irlandais, l'action se déplace vers la droite du terrain et Howlett marque le 3ème essai du Munster (19 - 14, 35e). O'Gara transforme et à 4 minutes de la pause, le RCT est mené 10 à 21.

Le Munster joue juste et bien, témoin cette touche trouvée sur le renvoi Toulonnais dans les 22'' (37e). Pierre Mignoni tape par-dessus et, de fil en aiguille, l'action se retrouve dans les 22'' irlandais côté droit. Le Munster se met à la faute et Felipe Contepomie tente la pénalité de 30'' à droite (40e).

Le ballon passe devant les perches pour le plus grand bonheur des Supporters locaux.

M. Barnes siffle la mi-temps sur ce score sans appel de 21 à 10 en faveur du Munster.

Alors que les Toulonnais doivent souffler et trouver des solutions pour moins subir face à une formation transcendée par son public, trois Supporters participent à un jeu au centre du terrain consistant à gagner une voiture en réussissant une pénalité ou un drop des 50'' face. Aucun des participants ne réussira à atteindre les perches...

Toulon revient sur le terrain avec Laurent Magnaval qui a remplacé Pierre Mignoni tout comme Gabby Lovobalavu qui a pris l'aile couverte par Paul Sackey en première période.

Le RCT se met à la faute sur une touche et O'Gara tente la pénalité des 40'' légèrement à gauche des perches (43e). L'ouvreur international Irlandais voit le ballon tomber en feuille morte sur le poteau droit.

44e minute : Mafi Kefu sort et Jonny Wilkinson rentre. Du coup Felipe Contepomi passe 2nd centre.

Toulon se met à la faute et O'Gara tente une nouvelle pénalité des 30'' à droite : cette fois, il donne la valeur de 2 essais transformés d'avance à sa formation (24 - 10, 47e).

Alors que George Smith tape à suivre dans les 22'', Warwick dégage et trouve les bras de Jonny Wilkinson qui, des 40'' à gauche, claque un drop (24 - 13, 49e).

Jean-Philippe Genevois est remplacé par Micka Ivaldi à la 52e et Laurent Emmanuelli par Saimone Taumoepeau.

Fotu Auelua reste à terre sur une action tandis que Toulon échoue en touche à 5'' de la ligne (55e). Le puissant Australien est contraint de sortir. C'est Olivier Missoup qui rentre, George Smith jouera sans doute dans la ligne.

Clément Marienval et Laurent Magnaval se téléscopent et M. Barnes siffle une mêlée introduction Stringer sur nos 40'' (56e). Toulon reprend le ballon et Felipe Contepomi, pour la plus grande joie des supporters, écope d'un carton jaune (58e). Le pari de la discipline est perdu par Toulon...

Sur l'action suivante, Earls perce, tape à suivre et un maul se forme. Stringer sert O'Driscoll sur l'aile gauche qui marque le 4ème essai des Munstermen (59e). Avec la transformation de O'Gara, le compteur affiche un 31 à 13 à l'heure de jeu.

Dean Schofield vient remplacer Kris Chesney tandis que les chants Irlandais s'élèvent des tribunes.

Le ciel s'abat sur la tête des Toulonnais lorsque Howlett marque un 5ème essai en coin sur un ballon à suivre (62e). O'Gara poursuit son sans faute avec la transformation en bord de touche. Avec un 38 à 13, Toulon subit à son tour l'implacable loi des doubles Champions d'Europe.

Howlett est près du triplé dans la foulée. Heureusement que le retour de Joe Van Niekerk envoie le ballon dans les bras de Clément Marienval (64e).

Carl Hayman est remplacé par Davit Kubriashvili alors que Felipe Contepomi revient après son carton (67e).

Toulon essaie de redresser la tête avec une percée de Gabby Lobobalavu sur son aile droite puis avec Rudy Wulf sur l'aile gauche (68e). Mais le pire c'est que Wilko est resté à terre, touché au menton. Le Blond ouvreur est un peu sonné mais reprend sa place.

En tout cas, l'imbécilité des tribunes est universelle. Malgré le respect sur les tentatives de pénalités, le public de Thomond Park sait se montrer aussi abruti que sous nos cieux...

Wilko trouve une pénaltouche alors qu'il reste 10 minutes à jouer. Les Gros s'envoient et Toulon obtient une mêlée. Départ de Joe Van Niekerk mais le Capitaine Toulonnais commet un en-avant au moment d'aplatir... Les Irlandais étant hors jeu, nouvelle mêlée pour Toulon. Cette fois, on ouvre au large. Mais Toulon est mis sur le reculoir. Davit Kubriashvili charge. Felipe Contepomi est pris sur les 22'' et Gabby  Lovobalavu slalome en largeur pour servir Joe Van Niekerk qui vient marquer en coin (75e).

En bord de touche, Wilko ne peut transformer et le score est de 38 à 18.

Le Munser repart à l'assaut et O'Driscoll, au pied des perches, marque le 6ème essai d'un Munster décidemment trop fort pour le RCT (79e).

O'Gara transforme et le score est de 45 à 18....

La Red Army pilonnera jusqu'au bout et Toulon se battra également jusqu'à la fin. Mais la Red Army était la plus forte...

JJG
Photo : Aurélie LANTUS

les Vidéos de Munster - Toulon

Mickaël Ivaldi - Réaction de Mickaël Ivaldi après le match face au Munster (2e journée de H Cup, 16/10/2010).

Mickaël Ivaldi

Réaction de Mickaël Ivaldi après le match face au Munster (2e journée de H Cup, 16/10/2010).

Mourad Boudjellal - Réaction de Mourad Boudjellal après le match face au Munster (2e journée de H Cup, 16/10/2010).

Mourad Boudjellal

Réaction de Mourad Boudjellal après le match face au Munster (2e journée de H Cup, 16/10/2010).

Philippe Saint-André - Réaction de Philippe Saint-André après le match face au Munster (2e journée de H Cup, 16/10/2010).

Philippe Saint-André

Réaction de Philippe Saint-André après le match face au Munster (2e journée de H Cup, 16/10/2010).

Joe Van Niekerk - Réaction de Joe Van Niekerk après le match face au Munster (2e journée de H Cup, 16/10/2010).

Joe Van Niekerk

Réaction de Joe Van Niekerk après le match face au Munster (2e journée de H Cup, 16/10/2010).

Joe Van Niekerk - Conférence de presse d'avant match Munster-Toulon du 14.10.10 (H Cup)

Joe Van Niekerk

Conférence de presse d'avant match Munster-Toulon du 14.10.10 (H Cup)

Laurent Magnaval - Conférence de presse d'avant match Munster-Toulon du 14.10.10 (H Cup)

Laurent Magnaval

Conférence de presse d'avant match Munster-Toulon du 14.10.10 (H Cup)

Aubin Hueber - Conférence de presse d'avant match Munster-Toulon du 14.10.10 (H Cup)

Aubin Hueber

Conférence de presse d'avant match Munster-Toulon du 14.10.10 (H Cup)

les Photos de Munster - Toulon

Joe Van Nierkerk, Jean-Philippe Genevois et Kris Chesney. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Rudy Wulf, Pierre Mignoni et Clément Marienval. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Clément Marienval, Joe El Abd et Felipe Contepomi. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd et Felipe Contepomi. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney, Jocelino Suta et Paul Sackey. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney et Joe Van Niekerk. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Jocelino Suta et Pierre Mignoni. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Felipe Contepomi, Mafi Kefu, Joe Van Niekerk et Jean-Philippe Genevois. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Jean-Philippe Genevois. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Jean-Philippe Genevois. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Jean-Philippe Genevois. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Jean-Philippe Genevois et Pierre Mignoni. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Felipe Contepomi, Joce Suta et Pierre Mignoni. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Felipe Contepomi. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Jocelino Suta, Joe El Abd et Pierre Mignoni. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Rudy Wulf, Joe Van Niekerk et Pierre Mignoni. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk, Carl Hayman et Joe El Abd. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk et Joe El Abd. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Paul Sackey et Joe Van Niekerk. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk, George Smith, Kris Chesney, Mafi Kefu et Joce Suta. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Felipe Contepomi. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Clément Marienval et Rudy Wulf. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney, Felipe Contepomi et Carl Hayman. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney, Felipe Contepomi et Carl Hayman. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Carl Hayman, Rudy Wulf, Kris Chesney et Felipe Contepomi. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Carl Hayman, Laurent Emmanuelli, Jean-Philippe Genevois et Pierre Mignoni. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
George Smith, Joe Van Niekerk, Carl Hayman et Pierre Mignoni. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe Van Nierkerk et Pierre Mignoni. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Mafi Kefu et Felipe Contepomi. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney et Pierre Mignoni. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd et Clément Marienval. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Gabby Lovobalavu, Clément Marienval et Rudy Wulf. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney, Jean-Philippe Genevois, Carl Hayman, Laurent Magnaval et Laurent Emmanuelli. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Carl Hayman et Dean Schofield. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson et Saimone Taumoepeau. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd et Jonny Wilkinson. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Mickaël Ivaldi et Jonny Wilkinson. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Laurent Magnaval, Jonny Wilkinson et Joce Suta. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd, Dean Schofield, Olivier Missoup, Davit Kubriashvili, Mickaël Ivaldi & Saimone Taumoepeau - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Laurent Magnaval, Joe El Abd, Davit Kubriashvili, Mickaël Ivaldi et Saimone Taumoepeau. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Saimone Taumoepeau, Dean Schofield et Laurent Magnaval. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
George Smith, Joe El Abd et Joe Van Niekerk. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Gabby Lovobalavu. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Saimone Taumoepeau, Mickaël Ivaldi et George Smith. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk, Joe El Abd et Gabby Lovobalavu. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Laurent Magnaval, George Smith et Jonny Wilkinson. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney, Laurent Magnaval, Mickaël Ivaldi, Joce Suta et Jonny Wilkinson. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Saimone Taumoepeau, Kris Chesney, Joce Suta et Joe El Abd. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joce Suta et Mickaël Ivaldi. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Olivier Missoup et Joe Van Niekerk. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd, Jonny Wilkinson, George Smith et Gabby Lovobalavu. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd, Jonny Wilkinson, George Smith, Gabby Lovobalavu et Joe Van Nierkerk. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Saimone Taumoepeau, Davit Kubriashvili, Dean Schofield et Joe Van Nierkek. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd et Saimone Taumoepeau. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Gabby Lovobalavu, Laurent Magnaval et Olivier Missoup. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Gabby Lovobalavu et Mickaël Ivaldi. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Gabby Lovobalavu, Davit Kubriashvili et Olivier Missoup. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Dean Schofield, Joce Suta, Joe Van Niekerk et Mickaël Ivaldi. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
George Smith, Joe El Abd, Clément Marienval et Olivier Missoup. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson et Clément Marienval. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe Van Nierkerk. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe Van Nierkerk. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus
Gabby Lovobalavu et Joe Van Niekerk. - Munster-Toulon -  © Aurélie Lantus

Rugbyrama

La montagne était trop haute.

Le 16/10/2010

Toulon  n'a pas pesé bien lourd face au Munster, double vainqueur de la H Cup (45-18). Les Varois, dominés dans l'engagement, ont laissé trop d'espaces et ont par conséquent encaissé six essais. Une défaite logique et qui mesure pour Toulon le fossé qui le sépare du haut niveau européen.

Les Toulonnais voulaient marquer le coup lors du déplacement au Munster. C'est raté. Car si l'arbitre a eu recours à la vidéo à quatre reprises, nul besoin de ralenti pour s'apercevoir de la domination irlandaise. Pourtant, Toulon avait plutôt bien entamé la partie en marquant un premier essai par le biais de Genevois, blessé depuis le début de la saison et qui fêtait son retour de la meilleure des manières (0-7, 1e). Mais ce fut une des rares fois que les Toulonnais allaient se montrer dangereux durant cette première mi-temps. La faute à un alignement hésitant et une défense approximative mais aussi à des avants irlandais survoltés.

Résultat, les locaux réagissaient rapidement par Leamy (7-7, 8e), bien aidés par l'exclusion temporaire de George Smith (6e). Avant une incroyable séquence de 10 minutes du pack irlandais, qui aura eu besoin de passer trois fois la ligne pour inscrire un second essai par Buckley (19e). Malgré une réduction du score par Contepomi au pied, les Irlandais repartaient de plus belle avec l'ailier All-Black Howlett, qui marquait un essai... après consultation de la vidéo (21-10, 36e).

Toulon reste en course

Au retour des vestiaires, Toulon, pétrit de bonnes intentions, remettait la main sur la balle. Mais comme dans le premier acte, l'illusion fut de courte durée. De nouveau en supériorité numérique après un carton jaune infligé à Contepomi (56e), le Munster enfoncait le clou par O'Driscoll (59e), impressionant ce samedi, puis Howlett (62e) et Ronan (79e). Passant ainsi la barre des 40 points. Lourd pour des Varois qui ne s'en remettaient qu'à un drop de génie de Wilkinson (49e). Avant cependant de sauver l'honneur par leur capitaine Van Niekerk dans les ultimes instants.

Les protégés du président Boudjellal ne seront donc pas la première équipe française à faire chavirer la Red Army sur ses terres. Les Irlandais, eux, prennent logiquement cinq points et s'affirment encore un peu plus comme l'un des ténors de la compétition en redressant la barre après leur courte défaite aux London Irish. Les voilà premiers de la poule 3. Un groupe très serré dans lequel Toulon occupe la troisième place malgré l'absence de bonus et reste au contact des leaders.

Sandrine FACCHINETTI

Var Matin

Munster/Toulon (45-18): une leçon de panache.

Le 17/10/2010

Voilà. On comprend mieux maintenant ce qui sépare un double champion d’Europe à l’un de ses prétendants. Après sa défaite à Reading, sur le terrain des London Irish, la semaine précédente, le Munster se devait de gagner ce deuxième tour de H-Cup. Et quand le Munster doit, il fait. Avec une envie et une détermination sans faille.

En quatre-vingts minutes d’un match enlevé, les vieux grognards de Limerick ont donné une leçon à ceux qui les croyaient plus près des pantoufles que des barricades. Et en premier lieu à ce jeune Toulon qui découvre la H-Cup, à grand renfort de bosses et de pansements. Au-delà de l’ambiance complètement folle de Thomond Park, les Irlandais ont également donné une grande leçon de panache. Après l’essai inscrit par Jean-Philippe Genevois à la surprise générale, l’armée rouge s’est empressée d’assiéger les vingt-deux adverses. Sur une touche pour le RCT à quelques mètres de la ligne, les avants chipent la balle et héritent d’une pénalité. A Toulon comme dans beaucoup d’autres stades européens, on aurait pris les trois points. Surtout au bout de quatre minutes de jeu seulement. Pas à Thomond Park.

Heureux Munster!

O’Gara prend la touche et on sent, à ce moment-là, que cela va chauffer. Poussés par un public en délire, les gros déferlent en vagues successives sur la défense bleu mer. Deuxième pénalité et deuxième pénaltouche. La digue va lâcher, forcément. Pas tout de suite. Un carton jaune à Smith d’abord et puis l’essai de Leamy sur une remise intérieure de l’inoxydable Stringer. Heureux Munster qui ne met aucun doute dans son rugby. Sûr de sa force et de ses hormones. Un peu trop parfois. Chez eux, les Munstermen font un peu ce qu’ils veulent. Des cravates en veux-tu, en-voilà; des poussettes sous le nez de l’arbitre; des ballons malicieusement cachés pour éviter toute relance adverse rapide; jusqu’à ce geste incroyable de Murphy dégageant un ballon au pied de l’autre côté du terrain alors que le RCT venait d’hériter d’une pénalité sous les poteaux.

Cela s’appelle être maître chez soi. Dans tous les domaines. Mais cela ne saurait altérer le cœur que mettent ces enfants de ce bout d’Irlande à l’ouvrage. Du début à la fin, que le score soit serré ou complètement creusé, Leamy et ses hommes n’ont cessé d’accélérer et de relancer tout ce qui se présentait. Comme s’ils voulaient offrir le plus de bonheur possible à leur fidèle armée rouge. A Thomond Park, on y pratique un rugby total et c’est totalement jouissif!

Olivier BOUISSON

Var Matin

Le RCT à Munster : bredouille et avec des blessés.

Le 17/10/2010

Quarante-cinq points dans la muette et six essais dans la besace : l'addition est lourde pour le chasseur toulonnais venu en terre irlandaise tenter de ramener un petit quelque chose.

Mais face au quinze irlandais du Munster parfaitement postés dans le pré du temple de Thomond Park, Toulon a subi la loi de plus fort. D'Irlande, le RCT revient bredouille et à poil. Une défaite qui fait mal à plus d'un titre.

Cet échec, qui intervient après une série de cinq victoires d'affilée, risque de laisser des traces morales sur la troupe toulonnaise.

Car sur le plan physique, c'est déjà fait !

Un manque de munitions

Les sorties prématurées de Mignoni et Sackey (ischio-jambiers) et Kefu (épaule) sont préoccupantes. L'entorse du genou d'Auelua est celle qui inquiète le plus alors qu'une supicion de côtes cassées plane sur Magnaval, Chesney et Marienval souffrant « simplement » de béquilles. Même si on ne connaît pas encore la gravité des blessures de chacun, Toulon a laissé des plumes dans cette partie de campagne à hauts risques.

Dépassés, non pas par l'événement mais par la qualité du jeu proposé par un adversaire redoutable, le chef de battue Van Niekerk et ses hommes à l'affût ont dû baisser pavillon sans jamais démérites pour autant.

Hier, dans la cathédrale irlandaise qui sait respecter le buteur adverse (une belle leçon de fair-play à méditer du côté de Mayol), les Saint-Hubert de tous poils étaient tout de rouge vêtus. Dans cette longue chasse à courre, les bleus toulonnais ont ouvert les hostilités en marquant d'entrée par le furet Genevoix en quête d'en-but. Mais la partie allait durer encore 79 minutes. C'est long quand on manque ou on gaspille des munitions. Malgré les coups de butoir irlandais, à la pause, Munster restait à portée de fusil d'un RCT manquant de munitions.

Les deux cartons jaunes varois allaient être payés cash par un RCT, par moments aux abois à l'heure où les résidents de Thomond Park voulaient sonner la curée. Les Toulonnais souvent pris au collet, sans tomber dans le piège de l'armée rouge locale, ont essuyé des salves de Limerick qui ont fini par faire très mal. L'heure était alors à l'hallali mais la bête varoise s'est défendu bec et ongles, même si elle était en proie au doute.

Des blessés comme s'il en pleuvait

Dans cette battue de l'Ovalie, Munster - sans en faire tout un fromage - a prouvé que la H-Cup était une compétition de top-niveau. Toulon le savait déjà. Les Irlandais, s'il en était besoin, lui ont rappelé sans ménagement. Dans la poule 3, Munster se retrouve premier avec six points. Derrière, les Ospreys comptent cinq points, Toulon à égalité avec les London Irish en totalise quatre.

En H-Cup, la chasse est plus que jamais ouverte même si à partir d'aujourd'hui, une autre bataille s'annonce avec le retour, au tout premier plan, du Top 14.

Et là encore, le RCT va devoir batailler ferme pour remplir sa gibecière de points, loin de ces bases.. Le gibier parisien, toulousain et catalan est coriace.

Une leçon de panache

Voilà. On comprend mieux maintenant ce qui sépare un double champion d'Europe à l'un de ses prétendants. Après sa défaite à Reading, sur le terrain des London Irish, la semaine précédente, le Munster se devait de gagner ce deuxième tour de H-Cup. Et quand le Munster doit, il fait. Avec une envie et une détermination sans faille.

En quatre-vingts minutes d'un match enlevé, les vieux grognards de Limerick ont donné une leçon à ceux qui les croyaient plus près des pantoufles que des barricades. Et en premier lieu à ce jeune Toulon qui découvre la H-Cup, à grand renfort de bosses et de pansements. Au-delà de l'ambiance complètement folle de Thomond Park, les Irlandais ont également donné une grande leçon de panache.

Après l'essai inscrit par Jean-Philippe Genevois à la surprise générale, l'armée rouge s'est empressée d'assiéger les vingt-deux adverses. Sur une touche pour le RCT à quelques mètres de la ligne, les avants chipent la balle et héritent d'une pénalité. A Toulon comme dans beaucoup d'autres stades européens, on aurait pris les trois points. Surtout au bout de quatre minutes de jeu seulement. Pas à Thomond Park.

Heureux Munster !

O'Gara prend la touche et on sent, à ce moment-là, que cela va chauffer. Poussés par un public en délire, les gros déferlent en vagues successives sur la défense bleu mer. Deuxième pénalité et deuxième pénaltouche. La digue va lâcher, forcément. Pas tout de suite. Un carton jaune à Smith d'abord et puis l'essai de Leamy sur une remise intérieure de l'inoxydable Stringer.

Heureux Munster qui ne met aucun doute dans son rugby. Sûr de sa force et de ses hormones. Un peu trop parfois. Chez eux, les Munstermen font un peu ce qu'ils veulent. Des cravates en veux-tu, en-voilà ; des poussettes sous le nez de l'arbitre ; des ballons malicieusement cachés pour éviter toute relance adverse rapide ; jusqu'à ce geste incroyable de Murphy dégageant un ballon au pied de l'autre côté du terrain alors que le RCT venait d'hériter d'une pénalité sous les poteaux.

Cela s'appelle être maître chez soi. Dans tous les domaines. Mais cela ne saurait altérer le coeur que mettent ces enfants de ce bout d'Irlande à l'ouvrage. Du début à la fin, que le score soit serré ou complètement creusé, Leamy et ses hommes n'ont cessé d'accélérer et de relancer tout ce qui se présentait. Comme s'ils voulaient offrir le plus de bonheur possible à leur fidèle armée rouge. A Thomond Park, on y pratique un rugby total et c'est totalement jouissif !

Olivier BOUISSON

Sud-Ouest

Toulon a pris la leçon.

Le 17/10/2010

«Nous irons au Munster pour apprendre », affirmait samedi Philippe Saint-André dans les colonnes de Sud Ouest. Hier à Thomond Park, Toulon a effectivement appris. Et la leçon infligée aux Varois par les joueurs du Munster est de celle qu'on n'oublie pas facilement.

Novice en Coupe d'Europe, Toulon a touché du doigt ses limites actuelles mais à travers lui, c'est une bonne partie du rugby français qui doit s'interroger. Ou au moins regarder avec un soupçon d'humilité, ce qu'il propose dans l'ordinaire du Top 14. Car sous le soleil de Limerick, les Munstermen, avec la baguette à l'éternelle charnière Stringer - O'Gara, ont dominé les Toulonnais là où on ne les attendait pas. En attaquant tous azimuts, en imposant du rythme, du jeu au large. Avec bien sûr pour base, une conquête très propre et la faculté aussi de ralentir le tempo quand il le fallait.

Au final, les Irlandais, deux fois vainqueurs de la compétition (2006, 2008), ont inscrit six essais, pris le point le point de bonus offensif et le commandement de cette poule très relevée où Toulon devra probablement se contenter de faire de la figuration.

Le rêve vire au cauchemar

Et pourtant, le RCT avait entamé cette rencontre comme dans un rêve avec dès la première minute un lancement de jeu parfaitement exécuté et au bout, un essai du talonneur Jean-Philippe Genevois Genevois venu en relais de Joe Van Niekerk qui avait transpercé la défense irlandaise.

Mais la suite tourna rapidement au cauchemar. La province irlandaise, profitant de sa supériorité numérique née d'une exclusion temporaire George Smith, a remis les compteurs à égalité par un essai de Dennis Leamy. Et sa démonstration ne faisait que commencer.

Deux fois durant les vingt premières minutes, la vidéo vint au secours des Varois acculés dans leurs 22 mètres, en invalidant des essais de Murphy et Buckley. Mais le gigantesque pilier droit trouvait la faille au ras d'un regroupement puis c'est l'ancien All Black Doug Howlett qui frappa à son tour. O'Gara poursuivait son sans faute pour donner onze points d'avance aux siens à la pause (21-10).

A l'image de son ailier Paul Sackey, hors du coup, Toulon a semblé durant ce premier acte complètement dépassé. La suite ne fut guère plus encourageante. Malgré l'entrée en jeu de Jonny Wilkinson, auteur d'un drop plein d'autorité, Toulon a continué à étaler toute son impuissance lors du second acte et encaissant encore trois essais du Munster, aidé par l'exclusion temporaire de Contepomi pour un plaquage sans ballon (57e).

Il est peu probable que l'essai réussi par le capitaine Joe van Niekerk atténue la déconvenue du RCT qui aura en outre perdu dans la bataille Paul Sackey, Pierre Mignoni, Mafileo Kefu et Fotu Auelua sur blessure. Il y a des leçons qui sont parfois très douloureuses.

Sport 24

Trop fort ce Munster !

Le 16/10/2010

En visite sur le terrain du Munster, Toulon n'a rien pu faire face à l'ogre irlandais (45-18). Une correction qui n'entame toutefois pas les chances de qualification de la bande à Philippe Saint-André dans cette H Cup.

Le choc des cultures a tourné court. Toulon, le minot de la Coupe d'Europe a subi la loi de l'expérimenté Munster lors de la 2e journée de la poule 3 (45-18). «L'enfer rouge» dixit Aubin Hueber, voilà ce qui attendait les Toulonnais pour leur baptême du feu à l'extérieur dans cette H Cup. Au final, l'enfer est plus clément. C'est ce que doivent se dire les Toulonnais après le bouillon pris en Irlande ce samedi (18-45). «Puceau» en Coupe d'Europe, le RCT a pris cher malgré une entame plus que convaincante. Les Varois étaient d'ailleurs les premiers à rentrer dans l'en-but adverse après une action rondement menée. Pas encore en place, les Irlandais se laissaient surprendre par une charge de Felipe Contepomi, préféré à Jonny Wilkinson. L'Argentin jouait astucieusement à hauteur pour Joe Van Niekerk, qui transmettait aussitôt à Jean-Philippe Genèvois pour le premier essai du match (5-0, 2e). La transformation donnait un petit matelas d'avance aux visiteurs (7-0). Un matelas qui avait tendance à endormir les Varois. Il n'en fallait pas plus à la Red Army qui lancait son offensive. D'autant que les Toulonnais se retrouvaient vite à 14 après le carton jaune de George Smith (9e).

6 essais encaissés !

Des vagues successives déferlaient alors sur les lignes arrière du RCT. Un travail d'avant adverse pas vraiment surprenant mais toujours aussi impressionnant. Leamy (11e), Buckley (22e) puis Howlett (37e) concrétisaient la supériorité du Munster. Ces 3 essais étaient transformés par un impeccable Ronan O'Gara. Avec 11 points de retard à la pause, les affaires étaient mal engagées… et ne s'arrangeaient pas après la pause. L'impact physique des locaux mettaient au supplice les Toulonnais. Felipe Contepomi était logiquement averti pour un plaquage sans ballon (60e). Une aubaine pour les Irlandais. O'Driscoll (61e), Howlett (63e) et Ronan (80e) se chargeaient de corser l'addition et d'offrir aisément le bonus offensif au Munster. L'essai de Joe Van Niekerk en fin de rencontre ne faisait qu'alléger le naufrage (75e). Toulon n'a pas encore l'étoffe d'un grand. Le Munster ne s'est pas privé de lui rappeler. «Leur feuille de match est un peu l'équipe idéale que l'on bâtirait pour un jeu vidéo» avait ironisé le coach du Munster, Tony McGahan, avant la rencontre. Sur le terrain pourtant, Toulon n'a pas existé.

Yoann PALEJ

Sports.fr

Toulon prend la vague rouge.

Le 16/10/2010

Il fallait un exploit aux Toulonnais pour signer une performance samedi sur le terrain du Munster. Le RCT ne l'a pas réussie, au contraire, emporté par les assauts permanents de la «Red Army », dans cette deuxième journée de la Coupe d'Europe. La province irlandaise, forte de six essais, s'est imposée 45-18 et s'empare au passage de la tête de la poule 3.

La Red Army contre les Bleus de Toulon, couleur du maillot varois en coupe d'Europe cette saison oblige, telle était l'affiche proposée à Thomond Park ce samedi. Le RCT s'en souviendra avec six essais encaissés, symbole dans cette deuxième journée d'un apprentissage difficile pour les Varois en coupe d'Europe, eux qui restaient sur cinq succès de rang dont quatre en Top 14. Malgré l'ampleur du score (45-18), les protégés de Philippe St-André n'ont pas été ridicules, simplement étouffés par une formidable machine à avancer et dont la variété dans le jeu a fait très mal aux Toulonnais.

Le début de rencontre est spectaculaire avec un essai en faveur du RCT après moins d'une minute de jeu! Sur une touche varoise, Genevois effectue le lancer et suit la sortie de la balle transmise par Contepomi et Van Niekerk en percussion. Le talonneur, blessé à l'intersaison et titulaire pour la première fois cette saison, n'est pas rattrapé avant de passer la ligne. Contepomi transforme, en l'absence de Wilkinson, et Toulon crée la sensation en menant 7-0. De quoi sérieusement fâcher les Irlandais qui vont toute de suite imposer un forcing terrible dans les 22 mètres adverses. A coups de « pick and go », le Munster va inéluctablement faire plier Toulon qui perd au passage George Smith pour 10 minutes après avoir plongé sur le côté. En sortie de mêlée, Stringer feinte la passe extérieure pour trouver le troisième ligne Leamy. La transformation d'O'Gara remet les compteurs à égalité (7-7, 10e).

Le rouleau compresseur

Les Irlandais ne s'arrêtent pas là et Toulon a toujours autant de mal à garder la balle. Le RCT subit de nouveau les offensives du Munster qui se voit refuser logiquement deux essais (15e et 19e). La troisième incursion sera là bonne et Buckley, cette fois-ci, a les faveurs de l'arbitrage (12-7, 20e). Le pied d'O'Gara est toujours parfaitement réglé et Toulon accuse sept points de retard (14-7, 21e). Mais les hommes du tandem Saint-André-Hueber vont contenir de manière plus efficace les assauts de l'armée rouge. Ils profitent même d'une pénalité que transforme Contemi (14-10, 30e). Un répit de courte durée en fait puisque O'Driscoll et compagnie continuent à avancer sur chaque prise de balle. Contraint de concéder la touche sous la pression, le RCT se fait quelque peut surprendre. Le Munster joue rapidement la touche et l'action se termine sur l'aile opposée avec un essai signé du Néo-Zélandais Howlett, évidemment transformé par O'Gara (21-10, 37e). C'est le score à la pause, Contepomi n'ayant pu réussir une dernière pénalité. Les deux équipes reviennent en seconde période sans Sackey côté varois, l'ailier anglais souffrant des ischio-jambiers, et Mignoni, également touché. Le début des hostilités est marquée par la première pénalité tentée et ratée par le Munster dans la partie (43e) suivie par la rentrée de Wilkinson, Contepomi passant au centre (44e). O'Gara ne rate pas en tout cas sa seconde tentative (24-10, 47e).

La preuve par 9

« Wilko » panse quelque peu le mal toulonnais avec un drop du droit déclenché du centre du terrain (13-24, 49e mais une nouvelle vague va engloutir le XV varois. Deux minutes après le carton jaune adressé à Contepomi opur un plaquage sans ballon, les avants irlandais enfoncent leurs vis-à-vis et le ballon rapidement extrait par Stringer arrive à O'Driscoll pour le quatrième essai synonyme de bonus offensif (31-13, 59e). Le coup est dur pour le RCT qui va va se frotter un peu plus la tête moins de trois minutes après et un cinquième essai irlandais, l'oeuvre de Howlett trouvé par le pied magique d'O'Gara dont la transformation porte le score à 38-13 (63e).

Van Niekerk récompense toutefois la bonne fin de match des Bleus (38-18) mais le Munster fait plaisir une dernière fois à son public de Thomond Park avec un sixième essai inscrit en force par Ronan (45-18, 79e). En neuf déplacements sur les terres du Munster, les clubs français ont donc échoué à chaque fois enregistrant autant de défaites. Les Toulonnais savent désormais pourquoi.

E-Bleu Marine

Toulon prend la foudre au Thomond Park.

Le 16/10/2010

Le Rugby Club Toulonnais a existé deux minutes à Thomond Park où le Munster l’a largement dominé (45-18) avec 6 essais à la clé. En effet, dès l’entame, Van Nierkerk perça plein axe et servit Genevois qui signa son retour par la grande porte. A partir de cet essai entâché d’un en-avant, le Munster fit cavalier seul. Il mit d’abord la pression devant sur plusieurs penaltouches et pick and go amenant la sortie de Smith puis l’essai de Leamy servi à l’intérieur par Stringer (9ème). Warwick décida ensuite de relancer de ses poteaux, Howlett déborda et Murphy pointa en coin un essai de cent mètres... refusé pour un passage en touche in extremis (16ème). Le Munster accentua son écrasante domination, avec Buckley à la corne et Warwick dans l’intervalle. Sûr de leur force, les Irlandais insistèrent sur ballons portés. Et c’est le puissant Buckley qui termina le travail en force (19ème). Toulon sortit un instant la tête de l’eau grâce à sa mêlée. Mais la vague rouge déferla de nouveau peu avant le repos. Warwick s’intercala et fut repris à quelques centimètres de la ligne (33ème).

Toulon débordé et dominé à l’impact

Ce même arrière relança, Stringer dynamisa, O’Driscoll chargea au près et Howlett aplatit le troisième essai irlandais (36ème). En seconde période, Toulon eut plus souvent le monopole. Aussi, après une pénalité d’O’Gara, Wilkinson claqua dès son entrée un superbe drop du droit. Le temps pour les Irlandais de reprendre leur marche avant. Impuissants, les Bleus de la Rade virent O’Driscoll en costaud (59ème) puis Howlett tout en vitesse (63ème) déferler derrière la ligne. Le jeu se débrida alors. Howlett déborda encore. Toulon fut constamment sous pression. Il revint toutefois dans les 22 adverses et sur un renversement d’attaque de Wilkinson, Lovobalavu décala Van Niekerk (75ème). Le Munster eut finalement le dernier mot sur une série de pick and go et une charge gagnante de Ronan. Tout un symbole. Au Thomond Park, Toulon aura appris le haut niveau au prix fort.

Johan LIVERNETTE

Rugby365.fr

Toulon prend une leçon.

Le 16/10/2010

Malgré un essai marqué dès la première minute de jeu, Toulon a pris une correction face au Munster, samedi en concédant cinq essais. Les Toulonnais ont été punis et étouffés par des Irlandais impressionnants.

Le jeu
Philippe Saint-André ne cessait de le répéter : Toulon reste un «puceau» sur la scène continentale. Et le déplacement du RCT dans l'antre de la Red Army faisait partie de ces voyages qui permettent un apprentissage en marche forcée. Cela n'a pas manqué. La formation de Mourad Boudjellal aura bien des leçons à retenir de ce déplacement à Thomond Park. Le professeur Munster, habitué des joutes européennes, a sanctionné les carences, les errements et les initiatives mal abouties de l'élève toulonnais, qui n'a fait illusion qu'une quinzaine de minutes. Le temps pour le rouleau compresseur irlandais de se mettre en route après le début de match tonitruant des Français, auteurs d'un essai dans la première minute entachée cependant d'une passe en avant.

L'ancien club de Keith Wood a par la suite fait un véritable cavalier seul, trustant la possession du ballon et obligeant l'équipe de Philippe Saint-André à faire ce qu'il peut en défense. Mais, face à la science de Stringer et à la puissance des avants sous l'impulsion de O'Driscoll, la mission s'est vite avérée impossible. Les Toulonnais ont encaissé trois essais dans chaque mi-temps et ils peuvent s'estimer heureux comme cela. Par deux fois, l'arbitre anglais, M.Barnes, a décidé de ne pas en accorder deux supplémentaires après visionnage vidéo. La rentrée de Wilkinson a amené un plus pendant vingt minutes, mais Toulon s'est brulé les ailes dans « l'enfer rouge » dixit Aubin Hueber.

Les Irlandais
« Leur feuille de match est un peu l'équipe idéale que l'on bâtirait pour un jeu vidéo », avait ironisé le coach du Munster, Tony McGahan, avant la rencontre. Sur le terrain pourtant, Toulon n'a pas existé, tombant sur une équipe irlandais ô combien impressionnante. O'DRISCOLL a été au four et au moulin. Il a été le symbole du pack de son équipe, dominateur face à son homologue. Auteur d'un essai, BUCKLEY, a mené la vie dure à ses homologues alors que VARLEY et DU PREEZ ont régulièrement pris le dessus en première ligne. Le capitaine LEAMY, qui a lui aussi marqué un essai, a mis sous l'éteignoir Van Niekerk alors que l'expérimentée charnière O'GARA-STRINGER est toujours aussi déroutante. Les années ne semblent pas avoir d'emprise sur eux. Le premier a quasiment fait un sans-faute au pied alors que le second a été important par sa vision du jeu. Il a été le chef d'orchestre du Munster. HOWLETT y a été de son doublé alors que MURPHY a flairé les bons coups. Demi-finaliste de la précédente édition, le Munster devrait encore avoir son mot à dire cette saison pour décrocher une troisième fois la timbale européenne.

Les Toulonnais
Ménagé, WILKINSON a clairement manqué à son équipe. La star anglaise a rapidement fait parler la poudre lors de son entrée en jeu d'un drop lointain. Mais pas seulement. Il a également amené une précision dans le jeu au pied que n'a pas réussi à faire CONTEPOMI, qui a gâché quelques cartouches sur des pénalités abordables. Toulon n'a pas non plus été épargné par les blessures. Héros contre les Ospreys, SACKEY a été transparent avant de sortir juste avant le repos aux dépens de LOVOBALAVU, qui a lui montré du jus. Tout comme AUELUA, qui a régulièrement avancé sur ses initiatives. Il a pesé sur la défense adverse avant de se blesser à un genou. Pour KEFU, c'est la clavicule, qui a lâché alors que MIGNONI n'a pas eu son rendement habituel. Il n'était pas à 100% et cela s'est vu. Il est sorti au repos, laissant sa place à MAGNAVAL, encore un peu jeune. VAN NIEKERK a sonné la révolte en fin de match, mais a été pris lui-aussi dans la nasse. Pour son premier match sous ses nouvelles couleurs, GENEVOIS, avait pourtant montré la voie à suivre en inscrivant un essai après une minute de jeu. Insuffisant. Toulon est tombé en rade face au Munster.

Arnaud DEMMERLE

La Provence

Le RCT emporté par la marée rouge.

Le 17/10/2010

Le RCT a pris une leçon de rugby face au Munster. Une gifle qui fait mal.

Le miracle n'a pas eu lieu. Pire, le RC Toulonnais a vécu une véritable plongée jusqu'aux tréfonds de l'enfer, à Thomond Park, cimetière habituel des clubs français. Pour leur deuxième sortie en H-Cup, une semaine après le succès initial contre les Ospreys (19-14), les Varois ont pris une sacrée déculottée couplée à une véritable leçon de rugby (45-18).

Eux les néophytes ont pris la mesure de cette H-Cup et ont mesuré les progrès qu'il leur reste à accomplir pour tenter de résister à l'un des ogres de la compétition, sacrés à deux reprises dans un passé récent (2006, 2008). Ils ont été dominés, dépassés dans tous les compartiments du jeu, à l'exception de la mêlée fermée, secteur où ils sont entrés en résistance.

Devant et derrière, ils ont été noyés par la marée rouge. Les Varois auront fait l'illusion l'espace de quelques minutes, les premières, par la grâce d'un essai inscrit d'emblée par le revenant Jean-Philippe Genevois à la suite d'un mouvement collectif limpide, entaché d'un en-avant dans sa phase initiale. Cueillis à froid, les Irlandais n'ont rien perdu de leur flegme.

Sitôt l'essai précoce digéré, ils se sont mis en route pour désosser méthodiquement la défense du RCT. Ils l'ont acculée sur sa ligne, lui ont infligé une pression monstrueuse et lui ont imposé l'épreuve de force avec un paquet d'avants redoutable et survolté. Durant les vingt premières minutes, toutes les pénalités se sont systématiquement transformées en touches ou en mêlées !

Signe de cette emprise totale, M.Barnes, l'arbitre de la rencontre, a eu recours à la vidéo à trois reprises en l'espace de cinq minutes, avant de valider un nouvel essai irlandais. Dernier du groupe 3 Étouffé, à quatorze vingt minutes durant, le RCT a subi et donné le bâton pour se faire battre, en rendant trop rapidement les ballons à son bourreau du jour qui n'en demandait pas tant.

Les hommes de Philippe Saint-André ont tout de même sorti la tête de l'eau aux alentours de l'heure de jeu. Van Niekerk s'est arraché pour s'effondrer en terre promise une seconde fois en toute fin de rencontre. Entre-temps, le Munster avait inscrit trois essais supplémentaires, empochant le bonus offensif.

Avec cette déroute, le RCT occupe la dernière place du groupe3. Chaque formation comptant un succès, la qualification pour les quarts n'est pas compromise. Mais les Toulonnais devront hausser leur niveau pour se montrer digne de cette épreuve si exigeante.

Fabrice LAMPERTI

Les actus du match