Toulon - Perpignan

Toulon

Toulon

Essai(s)
39 - LAMONT
62 - LOVOBALAVU
70 - AUELUA
Transformation(s) réussie(s)
39 - WILKINSON
63, 71 - CONTEPOMI
Pénalité(s) réussie(s)
7, 11, 33, 40 - WILKINSON
Carton(s) jaune

43-12

mi-temps : 19-9

Top 14, 25ème journée

samedi 23/04/11 - 16:25

Arbitre : Jean-Luc Rebollal (Midi-Pyrénées).

Essai(s)
Transformation(s) réussie(s)
Pénalité(s) réussie(s)
8, 16, 22, 47 - PORICAL
43 - collectif
Carton(s) jaune
40 - HUME
Perpignan

Perpignan

[RCT/USAP] Pour l'Amour de Pierrot !

[RCT/USAP] Pour l'Amour de Pierrot !

le 23/04/2011 à 19:13

En battant l'USAP avec le bonus offensif, le RCT revient dans le Top 6 et offre une sortie en beauté à Pierre Mignoni.

Toulon aurait bataillé une mi-temps face à Perpignan avant de prendre le large en seconde période.

D'entrée, le RCT était en position d'ouvrir le score sur une pénalité récoltée sur une belle poussée du pack en mêlée fermée. M. Rebollal sifflait donc une pénalité que Jonny Wilkinson tentait des 45" en bord de touche droite. Le tir du buteur anglais était trop court (3e).

Quatre minutes plus tard, la pénalité de Jonny des 25" légèrement à gauche déflorait le planchot (3-0, 7e).

Mais l'USAP recollait immédiatement au score puisque Rory Lamont gardait un ballon au sol et Porical égalisait (3-3, 8e).

On s'acheminait vers un duel de buteur puisque Wilko et Porical réussissaient une pénalité respectivement à la 10e et 15e (6-6) avant que l'USAP ne prenne un léger avantage sur une nouvelle pénalité sifflée par l'arbitre contre le Club Rouge et Noir (6-9, 21e).

Les Catalans qui étaient à deux doigts de marquer sur une action qui capotait sur un-avant de Coetzee à 5" de la ligne (25e).

Tandis que Jonny tentait un drop à la 28e, le RCT était à son tour tout près de marquer par Gabi Lovobalavu qui était repris à 2" de l'en-but (32e). La suite de l'action finissait sur une pénalité réussie par le buteur Toulonnais à la 33e qui ramenait les deux formations à égalité, 9 partout.

La fin de la première période était totalement Toulonnaise.

Rudi Wulf quitta la pelouse à la 38e, touché à la cheville droite. Dommage car l'ailier Néo Z nous gratifiait d'une superbe partie (avec notamment un tampon sur Porical d'entrée de jeu).

Rory Lamont faisait chanter Mayol avec un essai réussi à la 39e. Avec la transformation signée Jonny W., Toulon menait 16 à 9. On pensait que cela allait être le score à la pause.

Mais l'action se poursuivait au-delà de la sirène et l'USAP se mettait à la faute. En particulier Gavin Hume qui prenait un carton jaune. Wilko passait une nouvelle pénalité et les deux équipes rentraient aux vestiaires sur le score de 19 à 9.

A la reprise, Toulon continuait sa domination en mêlée fermée avec une progession sur une dizaine de mètres qui était récompensée par une pénalité. Des 25" légèrement à droite, Jonny portait le score à 22 à 9 (42e).

Les Varois étaient dominateurs et se créaient des occasions, comme à la 44e où Jonny Wilkinson se faufilait dans la défense Catalane, servait Gabi Lovobalavu qui tapait à suivre pour Benjamin Lapeyre qui était bousculé dans l'en-but. M. Rebollal faisait appel à la vidéo et, au final, sifflait un renvoi aux 22"...

Le même Benji Lapeyre était pris à gratter un ballon dans un regroupement et Porical passait sa 4ème et dernière pénalité de l'après-midi (22 - 12, 45e).

Le coaching commençait côté Toulonnais avec une émotion particulière à la 54e lorsque Pierre Mignoni quitta le terrain sous les ovations du public. Deux minutes avant, c'était Jonny Wilkinson, touché au dos, qui cédait sa place à Felipe Contepomi.

Benjamin Lapeyre tentait une pénalité des 45" en bord de touche totalement à gauche. Le Toulonnais trouvait la barre transversale ! (57e).

Peu après l'heure de jeu, Gabi Lovobalavu était -enfin - récompensé de ses efforts en marquant en coin ! Felipe Contepomi transformait et le RCT s'envolait au score, 29 - 12 (63e).

Toulon poussait pour marquer un 3ème essai pour décrocher le bonus offensif. Ce qui sera fait à la 70e avec un essai signé Fotu Auelua transformé par Felipe Contepomi (36 - 12, 71e).

Les Partenaires de Fabien Cibray parachevaient leur oeuvre avec une 4ème réalisation de Felipe Contepomi. L'Argentin transformait et le score de 43 - 12 sera le score final.

Le Président Boudjellal pouvait exulter et faire applaudir les Joueurs quittant le Club, les Joueurs pouvaient rendre un hommage appuyé à Pierre Mignoni.

Le Rugby Club Toulonnais a pris sa revanche sur Perpignan et se retrouvait à nouveau dans le Top 6. Le match à Montpellier sera un véritable match décisif dans l'optique de disputer le match de barrage à Mayol.

Pour l'Amour de Pierrot...

JJG
Photo : Aurélie LANTUS

les Vidéos de Toulon - Perpignan

Pierre Mignoni - Conférence de presse d'après-match Toulon-Perpignan du 23.04.11 (Top 14)

Pierre Mignoni

Conférence de presse d'après-match Toulon-Perpignan du 23.04.11 (Top 14)

Philippe Saint-André - Conférence de presse d'après-match Toulon-Perpignan du 23.04.11 (Top 14)

Philippe Saint-André

Conférence de presse d'après-match Toulon-Perpignan du 23.04.11 (Top 14)

Mourad Boudjellal - Conférence de presse d'après-match Toulon-Perpignan du 23.04.11 (Top 14)

Mourad Boudjellal

Conférence de presse d'après-match Toulon-Perpignan du 23.04.11 (Top 14)

les Photos de Toulon - Perpignan

Pierre Mignoni. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Olivier Missoup. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Laurent Emmanuelli. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Davit Kubriashvili, Sébastien Bruno et George Smith. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Sébastien Bruno, Jonny Wilkinson, Joe Van Niekerk et Gabirieli Lovobalavu. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Gabirieli Lovobalavu, Pierre Mignoni et Joe Van Niekerk. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Rudy Wulf. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
George Smith et Paul Sackey. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Olivier Missoup, Paul Sackey, Pierre Mignoni et Dean Schofield. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Olivier Missoup, Sébastien Bruno, Joe Van Niekerk et Fotu Auelua. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
George Smith, Olivier Missoup, Joe Van Niekerk et Dean Schofield. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni, Davit Kubriashvili et Fotu Auelua. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Davit Kubriashvili, Laurent Emmanuelli et Pierre Mignoni. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Davit Kubriashvili, Sébastien Bruno et Christophe Samson. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
George Smith, Laurent Emmanuelli et Christophe Samson. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Rudy Wulf et Christophe Samson. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson et Joe Van Niekerk. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni, Joe Van Niekerk et Olivier Missoup. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk et Pierre Mignoni. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Paul Sackey, Olivier Missoup et Christophe Samson. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni et Sébastien Bruno. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Benjamin Lapeyre. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Rory Lamont. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson et Pierre Mignoni. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Gabirieli Lovobalavu. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Rory Lamont et Laurent Emmanuelli. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Olivier Missoup et Benjamin Lapeyre. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
George Smith, Pierre Mignoni, Felipe Contepomi et Olivier Missoup. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Fabien Cibray et Pierre Mignoni. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Benjamin Lapeyre. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Olivier Missoup et Christophe Samson. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Gabirieli Lovobalavu. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Felipe Contepomi. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni, Joe Van Niekerk, Laurent Emmanuelli et Jean-Philippe Genevois. - Toulon-Perpignan -  © Aurélie Lantus

Rugbyrama

Toulon corrige et écarte Perpignan

Le 23/04/2011

Au terme d'un match plein, Toulon réalise une belle opération dans l'optique des phases finales en corrigeant Perpignan (43-12). Plus puissant et meilleur en conquête, le RCT n'a pas fait de détails et marque même le bonus offensif. L'Usap, finaliste en 2010, ne devrait pas voir les barrages.

Malheur au vaincu ! De prime abord, un Toulon-Perpignan ressemble davantage à un match de phases finales qu'à un match de la peur. C'est sans compter sur la densité retrouvée du championnat de France qui n'a, à deux journées de la fin de la saison régulière, pas encore choisi ses élus. Il reste en effet quelques sésames à distribuer pour un nombre limité de places et avant cette journée ni le RCT, avec son effectif pléthorique, ni l'USAP, double finaliste, n'étaient dans le bon wagon pour envisager les barrages. Dire de cette rencontre qu'elle était cruciale relevait donc de la pure évidence.

La sempiternelle question était donc de savoir si l'enjeu allait tuer le jeu. Les équipes commençaient en tous cas par s'observer pendant un temps à coup de chandelles savamment montées. Les Catalans étaient les plus dangereux balle en main mais ne parvenaient pas à conclure. Seuls les buteurs inscrivaient des points : Wilkinson ouvrait le bal (6e, 12e, 34e) suivi par Porical (8e, 16e, 22e). Le match montait en intensité et on assistait à des plaquages très appuyés de la part des deux défenses. L'éclair venait de Lapeyre qui sur son premier ballon perçait et offrait l'essai à Lamont (39e). Wilkinson se voyait même offrir une dernière occasion à 52m en coin et concluait la marque à la pause (40+2e, 16-9). Le RCT était sur la bonne voie.

Perpignan coule dans la Rade

Car c'est bien à un naufrage que l'on assistait en seconde période, au cours de laquelle les hommes de Jacques Brunel n'allaient inscrire que trois points sur une pénalité de Porical (46e). Avant ça, Wilkinson avait déjà frappé (43e), et précédait ainsi le déchainement des lignes arrières varoises qui allaient mettre en danger la défense catalane. Lovobalavu y allait de son exploit après une course de plus de 50m (60e), avant de participer à l'essai d'Auelua qui concluait une belle percée de Contepomi (70e). Ce dernier clôturait la marque avec un essai sous les poteaux faisant suite à un long siège de l'en-but perpignanais (79e). M. Rebollal sifflait donc la fin du match sur le score de 43 à 12 pour Toulon. Du travail bien fait.

Les hommes de Philippe Saint-André se sont donc largement rassurés en terme de jeu, secteur dans lequel ils pêchaient depuis un certain temps. Ils empochent surtout un précieux bonus offensif qui pourrait bien avoir son importance lors du décompte final. Il leur faudra toutefois réaliser une grosse performance à Montpellier pour espérer participer à la fête. Voilà une perspective qui s'est largement éloignée pour Perpignan. Les Catalans sont aujourd'hui à 5 points du sixième, Biarritz, qui se déplacera à Bourgoin lors de la dernière journée. Si la qualification reste mathématiquement possible, autant dire qu'elle relèverait du miracle. Les Sang et Or devront vraisemblablement se consoler avec la coupe d'Europe. Cela pourrait être pire.

Thomas CORBET

E-Bleu Marine

Toulon a toujours son destin entre ses mains

Le 24/04/2011

Le RCT a retrouvé de l’allant et des couleurs samedi face à Perpignan (43-12). Nette et sans bavure, sa victoire ne souffre d’aucune contestation. Elle élimine les Catalans et offre un joli cadeau d’adieu à Pierre Mignoni qui évoluait probablement pour la dernière fois au stade Mayol sous les couleurs de son club formateur. Samedi après-midi, la tension avait d’abord sclérosé le jeu des deux équipes durant une bonne demi-heure. Puis Toulon a lâché les chevaux. L’USAP fut débordé et le public de Mayol s’est régalé avec le détonateur Lapeyre, les envolées de Lovobalavu et la facilité technique de Contepomi. Si Perpignan a connu de gros soucis sur ses lancements (Mas et Guirado étaient laissés au repos), le RCT s’est montré appliqué et efficace offensivement. En seconde mi-temps, il sut mettre de la vitesse sur chaque ballon d’attaque ou de contre-attaque. Le bonus offensif est cette fois anecdotique car l’enjeu sera le même au stade Yves-du-Manoir dans moins de deux semaines. Il faudra y vaincre les Montpelliérains de Fabien Galthié et Eric Béchu. La tâche des Rouge et Noir ne sera pas simple, même si les Héraultais sont actuellement dans une mauvaise passe. La qualification leur tendait pourtant les bras, mais les courtes défaites face à Bayonne (17-22) et Brive (23-21) ont tout remis en question.

L’Ovalie hexagonale retient son souffle

Le dénouement de la phase régulière approche à grands pas et Toulon s’est repositionné. Il a toujours son destin entre ses mains. Les calculatrices seront de sortie lors de l’ultime journée de championnat. Montpellier compte trois longueurs de retard sur le RCT qu’il devra battre d’au moins huit points pour se qualifier. Bayonne devra lui aussi gagner et espérer un succès non bonifié des Montpelliérains. Biarritz est l’équipe semblant la mieux lotie puisqu’elle se rend à Bourgoin qui est condamné depuis longtemps à la Pro D2. Pour Toulon, le déplacement à Montpellier sera un véritable huitième-de-finale. En cas de victoire, un quart-de-finale à Mayol pourrait se profiler à l’horizon selon les résultats de Castres et Clermont. En cas de défaite avec bonus défensif, le RCT aurait encore une petite chance de qualification si jamais Bayonne ne parvenait pas à gagner à La Rochelle. Cette éventualité est peu probable. Les coéquipiers de Van Niekerk devront donc impérativement s’imposer lors de ce match éliminatoire. Un de plus dans cette série que le peuple toulonnais espère la plus longue possible.

Johan LIVERNETTE

Midi Libre

Usap : cette fois, c’est bien fini

Le 24/04/2011

C’est fini pour l’Usap. Dépassés par des Toulonnais survoltés, les Catalans ont laissé sur la pelouse de Mayol leurs dernières chances d’accrocher une place dans le Top 6. Il reste au champion de France 2009 sa demi-finale de Coupe d’Europe devant Northampton, le 1er mai, pour embellir sa fin de saison.

Les Varois, eux, se sont ménagés l’espoir d’une qualification au finish à Montpellier. Lancée dans un sprint où la moindre faute peut valoir l’élimination directe, la formation de Saint-André a imposé sa puissance en seconde période pour prendre sa revanche sur une Usap qui l’avait sortie de son rêve européen en demi-finale de Coupe d’Europe à Barcelone (29-25). Mieux, Toulon, qui enchaîne sa 3e victoire de rang, s’octroie un précieux point de bonus offensif.

Le RCT s’en est d’abord remis à la botte de Jonny Wilkinson (5 sur 6) pour alimenter le score que l’Usap n’a eu en sa faveur qu’une seule fois (6-9, 22e) sur une pénalité de Porical. En avance à la mi-temps (19-9) pour avoir su inscrire par Lamont, au terme d’une percée superbe du remplaçant Lapeyre (39e), l’essai que les Catalans galvaudèrent par deux fois (en-avant de Grandclaude à la 18e et mauvais choix de Coetzee à la 25e), les Varois ont ensuite imposé leur puissance après la pause. Deux essais en mode pleine course venaient conclure cette domination de moins en moins contestée, les avants Varois occupant avec autorité le territoire de l’Usap.

Homme en forme de la fin de saison, le centre Lovobalavu mettait Perpignan à distance quasi rédhibitoire (29-12, 63e). Le Fidjien était aussi de l’estocade finale, servant le puissant Auela après une passe de Contepomi (36-12, 70e), avant que l’ouvreur argentin ne se faufile dans la défense dépassée de l’Usap pour conclure l’affaire dans un Mayol en fusion, qui avait ovationné au passage le futur retraité Pierre Mignoni. Au micro du stade, celui-ci orchestrait le “pilou-pilou”, l’hymne guerrier du RCT...

Rugby365.fr

Le RCT élimine l'USAP

Le 23/04/2011

Les Toulonnais ont assuré un superbe succès assorti du bonus offensif face à Perpignan (43-12). Si l'USAP ne verra pas les phases finales, le RCT y jouera sa place dans deux semaines à Montpellier.  

Le jeu
Deux semaines après s'être affrontées en quarts de finale de H Cup (ndlr : victoire de Perpignan : 29-25), les deux équipes se retrouvaient samedi à Mayol pour un véritable match de phases finales avant l'heure. Si le vainqueur continuait à espérer une place en barrages, le vaincu pouvait déjà ranger ses ambitions, en championnat, au placard. La rencontre est partie sur les chapeaux de roue, dans une ambiance de folie et dans des conditions de jeu compliquées, avec notamment un vent violent. Les Catalans sont entrés avec de meilleures intentions dans le match, profitant de la crispation des Toulonnais inhibés par l'enjeu dans la première demi-heure. Mais l'USAP n'est jamais parvenu à réellement concrétiser cette légère domination au tableau d'affichage, se mettant trop facilement à la faute, ce dont Wilkinson a profité pour maintenir son équipe à flot. La partie a finalement basculé juste avant la pause, Lamont allant à l'essai après un exploit personnel de Lapeyre, à peine entré en jeu, et Hume écopant d'un carton jaune logique pour un croche-pied volontaire sur Lovobalavu. A la mi-temps, le RCT avait déjà commencé à creuser l'écart (19-9). De plus en plus incisifs sur les impacts, inspirés dans le jeu, solides en conquête, les Varois ont déroulé en seconde période pour maintenir la tête des hommes de Jacques Brunel sous l'eau. Même si les Catalans ont tenu le choc pendant une vingtaine de minutes, ils ont progressivement baissé les armes face à l'envie des joueurs de Philippe Saint-André, déterminés à aller chercher le point de bonus offensif afin de se placer au mieux au classement avant la dernière journée à Montpellier. Mission accomplie, avec trois essais supplémentaires dans la besace. Avec cette victoire à cinq points, Toulon se replace dans la course aux phases finales avant son déplacement dans l'Hérault dans deux semaines. Perpignan est, de son côté, éliminé de la lutte.

Les Toulonnais
Pour ce qui était peut-être son dernier match à Mayol, Pierre MIGNONI a été omniprésent à la mêlée et est sorti sous les ovations du public varois pour laisser sa place à Fabien CIBRAY, qui a encore démontré toutes ses qualités. Jonny WILKINSON a été efficace au pied et présent dans le jeu, avec notamment une action de classe en première période. Il a quitté ses partenaires prématurément, blessé au dos. Son remplaçant, Felipe CONTEPOMI, a inscrit onze points en l'espace d'une demi-heure et a donné un second souffle à son équipe. Les deux trois-quarts centre, Gabriele LOVOBALAVU et Foto AUELUA, ont apporté le danger dans la défense perpignanaise à chacune de leur prise de balle et y sont chacun allés de leur essai. Rory LAMONT a été trop souvent pénalisé en début de match avant de refaire surface par la suite, avec un essai à la clé. Sur son premier ballon après son entrée à la place de Rudi WULF, volontaire avant de sortir sur blessure, Benjamin LAPEYRE a fait exploser l'arrière-garde catalane avant d'envoyer Lamont à l'essai. Il n'a jamais baissé de rythme jusqu'au coup de sifflet final. George SMITH et Olivier MISSOUP ont effectué un gros travail en troisième ligne alors que Sébastien BRUNO est à créditer d'une performance de qualité au talonnage.

Les Perpignanais
Jérôme PORICAL, impeccable au pied (4/4), n'a pas suffi à maintenir son équipe dans la rencontre et a peiné dans son rôle à l'arrière. Plutôt bon au cours de la première demi-heure, Gavin HUME a écopé d'un carton jaune stupide avant la mi-temps et son influence a été déclinante par la suite. Pour son retour sur les terrains, Julien CANDELON n'a été que très peu en vue sur son aile et a pris un cadrage-débordement terrible de la part de Lovobalavu. Lui aussi de retour après sa suspension de trente jours, Grégory LE CORVEC, promu capitaine en l'absence de Nicolas Mas, a tout tenté pour limiter la casse mais il a été bien trop seul. Charles GELI a failli au talonnage, avec de nombreux ballons perdus en touche.

Geoffrey STEINES

E-Bleu Marine

Le RCT sort l’USAP et continue d’espérer

Le 23/04/2011

Le Rugby Club Toulonnais a pris sa revanche, de belle manière, sur Perpignan (43-12) lors de l’avant-dernière journée de Top 14. Il s’agissait d’un match couperet, une sorte de seizième-de-finale où le vaincu se voyait écarté de la course au Brennus. Le succès rouge et noir s’est dessiné essentiellement en seconde période où les trois-quarts varois brillèrent de mille feux. La fébrilité s’était pourtant invitée lors de la première demi-heure, ce qui empêcha le jeu de réellement se déployer. Alors que Toulon se montrait approximatif, l’USAP cafouillait heureusement de multiples lancers en touche. Le RCT décida d’appuyer sur l’accélérateur peu avant la pause. En effet, les deux formations étaient encore au coude à coude quand, aussitôt entré à la place de Wulf, Lapeyre fit sauter le verrou catalan avant de servir Lamont sur un plateau.

Les trois-quarts toulonnais à la fête

Le pied de Wilkinson continua de faire des ravages après la pause. Contepomi prit le relais à l’ouverture et toucha du bois quelques instants plus tard. La déferlante rouge et noire sévit alors sur Mayol. L’homme en forme du moment, Lovobalavu, fit étalage de sa classe. Il mystifia d’abord toute la défense catalane (61ème). Puis faillit rééditer son exploit mais Porical fut vigilant en couverture (64ème). L’USAP sombra alors défensivement, comme sur cette action initiée par Contepomi qui prit l’intervalle. Lovobalavu assura le relais et Auelua conclut en coin (70ème). Toulon avait maintenant le bonus en poche. Il le conforta par l’opportuniste Contepomi qui, suite à un cafouillage des avants catalans, acheva le travail sous les perches. Du travail bien fait pour des Rouge et Noir qui font ainsi la très bonne opération de cette avant-dernière journée de Top 14. Ils ont maintenant deux semaines pour préparer leur huitième-de-finale à Montpellier.

Johan LIVERNETTE

Sport 24

Toulon tient sa revanche

Le 23/04/2011

En s'imposant avec le bonus offensif face à Perpignan à Mayol (43-12), Toulon reste en course pour les play-offs du Top 14. Ejéctés du Top 6, les Catalans sont quasiment éliminés de la course au Bouclier de Brennus.

Finaliste lors des deux dernières éditions du Top 14, Perpignan ne disputera pas les phases finales. C’est la leçon de la correction enregistrée par l’USAP à Mayol ce samedi après-midi (43-12). Les hommes de Jacques Brunel, qui ne voulaient pas choisir leur compétition, se retournent désormais vers leur demi-finale de H Cup à Northampton dans une semaine, dernière voie pour revoir l’Europe la saison prochaine. Toulon, de son côté, a rempli son contrat en enlevant ce match qu'il ne fallait pas perdre et remonte à la 5e place. Mais il n’a gagné qu’un 16e de finale. Le 8e s’annonce bouillant dans deux semaines à Montpellier, où le vaincu sera certainement écarté des Play-offs.

Une fin de première période décisive

Peu d’envolées, de création, de courses, la première période portait bien sur elle les stigmates  des enjeux convoqués. Plutôt bien entrés dans la partie, plus agressifs, les Toulonnais, aidés par le vent, semblaient devoir prendre l’avantage mais une indiscipline coupable permettait à Perpignan de répliquer à chaque fois que  les locaux marquaient. La première demi-heure se résumait ainsi à un duel de buteurs entre Wilkinson (7e, 12e, 35e) et Porical (8e, 17e, 22e), l’USAP passant même devant un instant (6-9, 22e). Contre le vent, Perpignan réalisait la bonne affaire… avant deux dernières minutes terribles pour les Catalans. Sur son premier ballon, Lapeyre offrait sur un plateau le premier essai à Lamont (16-9, 39e) puis Wilkinson assenait une pénalité de 60 mètres à la sirène (19-9, 40e), après un carton jaune reçu par Hume.

Perpignan craque après la pause

Bref, les hommes de Jacques Brunel se retrouvaient à démarrer une course à handicaps à la reprise du match. En infériorité numérique, l’USAP subissait la progression des avants toulonnais et concédait une nouvelle pénalité transformée par Wilkinson (22-9, 53e). Et si Porical réduisait un instant l’écart (22-12, 47e), Toulon se chargeait d’anéantir les espoirs de retour catalan. Après une première alerte (57e), Lovobalavu concluait victorieusement une course de 60 mètres (29-12, 62e) puis caviardait Auelua (36-12, 70e). Euphorique, le RCT agrémentait ainsi son succès par un bonus offensif conforté par Contepomi dans les dernières secondes (43-12, 80e). Toulon prend sa revanche sur le quart de finale de H Cup perdu il y a deux semaines à Barcelone (29-25) mais il lui reste une marche à gravir à Montpellier. Perpignan, lui, devra renverser une montagne à Northampton le week-end prochain.

Florian EGLY

L'Equipe.fr

Toulon terrasse l'USAP

Le 23/04/2011

Perpignan ne disputera donc pas les phases finales. La défaite concédée face à des Toulonnais bien plus volontaires (43-12) met fin à leurs espoirs. Pour le RCT, l'aventure continue.

A retenir
C'était le match à ne pas perdre. Pour aucune des deux formations. Mais comme il faut toujours un vainqueur à la fin, les Toulonnais avaient décidé que ce serait le RCT qui ferait la fête durant le week-end Pascal. Bien plus volontaires, à l'image d'un Rudi Wulf intenable, les Varois ont attaqué bille en tête, bien décidés à prendre leur destin en main. Dans une rencontre aussi engagée qu'une finale, et rarement plus ouverte, l'USAP a pu regretter l'absence de certains cadres, notamment dans le pack. La touche a été un constant souci et la défense n'a pas été à la hauteur avec plus de 30 % de plaquages manqués. Bien trop pour pouvoir espérer s'imposer à Mayol. Pourtant, la première période pouvait laisser croire que les Catalans avaient les moyens de lutter. Jusqu'à ce premier essai de Rory Lamont. Malgré la sortie d'un impeccable Wilkinson à la 51e, le RCT ne lâchait pas sa main mise sur la rencontre et faisait définitivement craquer l'USAP à l'heure de jeu. Trois essais durant les vingt dernières minutes donnaient un précieux bonus aux Toulonnais qui se relançaient comme jamais pour les phases finales. Le dernier match, à Montpellier, sera véritablement un huitième. Quand à l'USAP, il ne leur reste plus que la victoire finale en Coupe d'Europe pour retrouver cette compétition la saison prochaine.

L'essai
Lovobalavu, 61e - Le Fidjien récupère le ballon derrière une mêlée. Il lance sa course et met dans le vent le dernier défenseur catalan grâce à ses remarquables appuis. Peut-être pas son essai le plus compliqué, mais sa technique est irréprochable. Et l'USAP ne s'en remettra pas.

Le joueur
Fotu Auelua : Le centre hors normes (il peut tout aussi bien jouer en troisième ligne) a inscrit un essai mais ce n'est pas forcément pour cela qu'il s'est particulièrement illustré. Il a été intraitable en défense. Ce n'est pas tous les jours qu'une charge d'Henri Tuilagui est stoppée aussi nettement. C'était le jour pour briller et il l'a fait.

Bertrand LAGACHERIE

L'Indépendant de Perpignan

Par ici la sortie

Le 24/04/2011

A l’USAP l’Europe, A Toulon le Top 14. « On range le championnat au placard et on se projette tout de suite sur la demi- finale de Coupe d’Europe contre Northampton », invitait Julien Candelon au coup de sifflet final. « Il n’y a plus d’espoir en Top 14, on ne peut plus se qualifier », insiste Jacques Brunel. Si les Catalans avaient interrompu l’aventure varoise en quart de finale de H- Cup il y a deux semaines à Barcelone (29-25), les Toulonnais ont généreusement mis fin à celle de Perpignan en championnat hier.

Mistral gagnant, Tramontane perdante...

Un prêté pour un rendu en quelque sorte, le RCT restant en course pour un barrage grâce à sa victoire bonifiée sur Perpignan (43-12) et quatre essais à zéro. La plus lourde défaite des Catalans en championnat cette saison dans une rencontre ressemblant étrangement à celle de Monjuïc avec un essai varois et un carton jaune catalan juste avant la pause.

Et une occasion en or de chaque côté, Coetzee gâchant un décalage par un en-avant (25e), un double retour de Pulu et Mélé privant Lovobalavu d’un essai après une envolée de Wilkinson (32e).

Car si les deux équipes hésitantes s’étaient neutralisées par trois pénalités de Wilkinson (6/7 et 17 points) et autant de Porical (4/4), le match a basculé à la 39e minute.

La roue a tourné

De l’autre côté, celui des Toulonnais, qui ont éloigné les Catalans à ce moment précis avec dix points inscrits en deux minutes. Les sept premiers sur un essai de Lamont, transformé par Wilkinson nettement plus présent qu’à Barcelone, après une percée de Lapeyre tout juste rentré en remplacement du saignant Wulf (blessé). Les trois suivants sur une pénalité de « Wilko » consécutive au carton jaune de Gavin Hume (40e) pour un croc-en-jambe sur Lovobalavu, le centre que le sud-africain avait débité au plaquage à Montjuïc...

Mais cette fois, la roue a tourné dans l’autre sens, celui de l’infortune. « Nous n’avons pas su renouveler le scénario de Barcelone », constatait Jacques Brunel. Lancée depuis décembre dans une remontée infernale, une course-poursuite éreintante, l’USAP a finalement craqué sur l’avant-dernier obstacle, perdant 50 % de ses lancers en touche (7 sur 14) et ratant 31 % de plaquages soit une grosse trentaine.

Elle n’a d’ailleurs signé que trois points dans une seconde période passée à résister courageusement avant de flancher, de laisser des espaces béants, dans 20 dernières minutes très longues... « On a tenu 35 minutes, ensuite nous n’avons pas su remettre la main sur le ballon. A ce jeu, quand on passe la plupart du temps à défendre, on s’épuise. Toulon a bien exploité nos failles », résume Damien Chouly.

Un exploit personnel de Lovobalavu déposant Candelon et Chouly (62e, 29-12) amorçait le déclin de Catalans. « A un moment donné, le verrou a pété et on a explosé », admet Candelon. Deux nouveaux essais du RCT, celui du bonus offensif d’Auelua après un numéro, chistera en sus, de Contepomi, successeur de Wilkinson à la 51e, puis un quatrième de l’ouvreur argentin, corsaient l’addition.

Ne pas tout perdre

Partie de trop loin en Top 14 où les occasions manquées et les points perdus (surtout à Agen, au Racing, à Montpellier, à Biarritz) lui laisseront des regrets, l’USAP à donc baissé pavillon dans la rade regardant le vaisseau amiral Top 14 appareiller sans elle.

Et tandis que Pierre Mignoni, 34 ans et futur retraité, achevait son tour d’honneur sur les épaules d’Emmanuelli et Van Niekerk pour fêter ce qui était peut-être son dernier match à Mayol, les Catalans avaient tous regagné l’écurie.

L’esprit tourné vers la demi-finale de Coupe d’Europe contre Northamton à Milton Keynes dimanche 1er mai. Tout pour la H-Cup désormais sachant qu’en deux week-ends, varois et anglais, les Catalans pourraient tout perdre. « On peut passer de deux objectifs, l’un étant mort, à une saison ratée. On va tout faire pour ne pas la gâcher », promet Chouly. Cap sur l’Europe et vivement Northampton !

Valérie HUCK