Toulon - La Rochelle

Toulon

Toulon

Essai(s)
68 - TAUMOEPEAU
70 - AUELUA
Transformation(s) réussie(s)
70 - MAY
Pénalité(s) réussie(s)
Drop(s) réussi(s)

12-9

mi-temps : 0-9

Top 14, 17ème journée

jeudi 27/01/11 - 19:30

Arbitre : Eric Gauzins (Ile-de-France) assisté d'Akim Hadj Bachir (Auvergne) et Bruno Fiche (Ile-de-France).

Essai(s)
Transformation(s) réussie(s)
30 - GOOSEN
Pénalité(s) réussie(s)
6 - GOOSEN
Drop(s) réussi(s)
38 - TALES
La Rochelle

La Rochelle

[RCT/ASR] Le RCT évite le piège rochelais...

[RCT/ASR] Le RCT évite le piège rochelais...

le 27/01/2011 à 23:59

Auteur d'une première période poussive, le RCT relève la tête et s'impose 12 à 9 face à de valeureux Rochelais.

Dans un Stade Mayol qui n'affichait pas complet et sous une température assez fraiche, c'était Felipe Contepomi qui ouvrait le bal face au Faron.

Sur la première mêlée jouée à la 2'', M. Gauzins accordait un bras cassé en faveur du RCT puis, sur une seconde mêlée, il sifflait cette fois en faveur des Charentais...

Et contre toute attente, ce sont bien les Maritimes qui produisaient du jeu et s'approchaient dangereusement de l'en-but Varois. Un Toulonnais plaquait et ne sortait pas de la zone : pénalité pour La Rochelle que, face aux perches, Goosen réussissait (0 - 3, 6e).

Il faudra une pénalité vite jouée par Pierre Mignoni pour que le RCT fasse sa première incursion dans le camp adverse (8e). Le demi-de-mêlée Toulonnais joue à nouveau vite la touche à 5'' de la ligne. Le ballon navigue d'une aile à l'autre sans succès.

Paul Sackey est prêt de marquer sur un petit coup de pied à suivre mais il est devancé par un défenseur (10e).

M. Gauzins commence alors à se mettre Mayol à dos en sifflant contre le RCT sur une mêlée (12e).

Peu importe, Toulon continue à jouer et sur une percée, Juan-Martin Fernandez-Lobbe tape à suivre sur l'aile gauche en direction de Fotu Auelua mais le ballon sort en touche à 5'' (13e).

Incertain en raison d'une douleur au dos, Felipe Contepomi est contraint de laisser ses Co-équipiers dès la 13e : plaqué en haut et en bas, il a vrillé et ne peut continuer. C'est Tom May qui le remplace donc à l'ouverture.

Les Toulonnais procèdent par pick-and-go mais perdent le ballon... C'est particulièrement brouillon.

Sur une mêlée, La Rochelle est à nouveau sanctionné, l'occasion pour Tom May de ramener le jeu dans la moitié de terrain des visiteurs (17e).

Mais les Rouge retombent dans leurs travers en perdant le ballon (20e). Et c'est La Rochelle qui se retrouve à 10'' de l'en-but Varois alors que leur mêlée est en difficulté et qu'un en-avant de passe aurait du stopper l'action...

Ayant senti une pointe aux ischios dès la première course, Pierre Mignoni sort à la 25e. Matt Henjak rentre à la mêlée. En moins d'une demi-heure, Toulon a perdu sa charnière...

De son côté, le référé continue de ne pas sanctionner la faiblesse des Blanc en mêlée fermée...

Il suffisait de se faire la réflexion sur le banc de touche pour que, justement, M. Gauzins siffle une pénalité sur mêlée. Tom May tape en touche mais sur le lancer, l'arbitre sanctionne le RCT... Retour à la case départ (28e).

Jean-Philippe Genevois se met à la faute et Goosen, des 35'' légèrement à gauche, aggrave le score (0 - 6, 29e).

Sur le renvoi, La Rochelle se montre à nouveau le plus entreprenant. Le talonneur Toulonnais reste à terre sur l'action. Heureusement, il reprendra sa place.

Toulon est à nouveau sanctionné : du bord de touche gauche, Goosen voit son tir passer à côté (33e).

Les pensionnaires de Mayol est en manque de réussite : un en-avant sur une percée et retour dans nos 40'' (37e).

Sur un lancer La Rochelle, Dean Schofield détourne mais Pani, qui vient de rentrer, reprend le ballon qui arrive à Talès qui tape un joli drop (0 - 9, 38e).

Ce sera le score à la pause. Le RCT est éteint... Ou ne s'est jamais allumé...

De retour des vestiaires, Aubin Hueber encourage ses Joueurs,  des Joueurs qui ont pris une « soufflante ».

Dès la 43e, la malchance Varoise se poursuit : Matt Henjak se fait soigner. Touché à la cheville, il se fait poser un gros strap sur la chaussure gauche.

Toulon retrouve toutefois de l'allant : charges de Davit Kubriashvili, de Dean Schofield, de Christophe Samson puis percée de Gabi Lovobalavu. Mais à l'arrivée, on recommence encore et encore : le ballon est perdu. Le même refrain depuis le coup d'envoi 44 minutes plus tôt...

Le Rugby Club Toulonnais inflige une séance de ballon portée poursuivie par une charge de Davit Kubriashvili. La Rochelle se met à la faute. On joue vite. George Smith est pris par la défense adverse qui est hors-jeu : pénalité pour Toulon.

Cette fois, on prendra les trois points. Des 25'' légèrement à droite, Tom May voit son coup de pied partir à droite (47e).

La première ligne Emmanuelli - Genevois - Kubriashvili est changée à la 50e par Taumoepeau - Orioli - Hayman.

Et justement, sur une mêlée disputée peu avant les 22'' Charentais, les visiteurs se mettent à la faute. Une nouvelle pénalité offerte à Tom May, quasi conforme à la précédente. Et comme la précédente, le ballon passe à côté (54e).

Toulon fait le métier en percussion. Et après plusieurs tentatives avortées par la défense Rochelaise, Saimone Taumoepeau aplatit. Mais il faudra de longues minutes pour que l'essai soit accordé après recours à l'arbitrage vidéo. La tentative de transformation de Tom May passe à côté (5 - 9, 60e).

M. Gauzins sort - enfin - le jaune à l'encontre d'un Rochelais : c'est le pilier Clément qui en écope (65e).

A 8 contre 7 en mêlée, Toulon enfonce encore plus sa rivale et Fotu Auelua marque en force (68e). Tom May, face aux perches, transforme et le RCT, pour la première fois de la rencontre, passe en tête au score (12  - 9, 69e).

Il reste 10 minutes à jouer et les partenaires de Joce Suta qui remplace Dean Schofield  vont tout faire pour marquer un 3ème essai histoire de marquer le point supplémentaire.

Malgré deux actions qui auraient pu connaitre un meilleur sort (76e et 80e), le score en restera à 12 à 9 en faveur des Toulonnais.

Il faudra donc se contenter (voire se rassurer) des 4 points de la victoire face à une belle équipe de La Rochelle qui a joué crânement sa chance.

Quant aux Toulonnais, comme le soulignait Philippe Saint-André après-match, ils devront respecter le Rugby et les consignes.

Le Coach Varois se voulait tout de même rassuré des ressources de sa formation qui a su renverser la tendance et sortir victorieux d'une rencontre bien mal engagée.

La mini-trêve fera sans doute beaucoup de bien. Il va falloir retrouver toute son énergie et sa lucidité dans les semaines à venir : briller en H Cup c'est bien mais pour y revenir, il faut bien figurer en TOP 14 Orange...

JJG
Photo : Aurélie LANTUS

les Vidéos de Toulon - La Rochelle

Jean-Charles Orioli - Conférence de presse d'après match Toulon-La Rochelle du 27.01.11 (Top 14)

Jean-Charles Orioli

Conférence de presse d'après match Toulon-La Rochelle du 27.01.11 (Top 14)

Philippe Saint-Andre - Conférence de presse d'après match Toulon-La Rochelle du 27.01.11 (Top 14)

Philippe Saint-Andre

Conférence de presse d'après match Toulon-La Rochelle du 27.01.11 (Top 14)

les Photos de Toulon - La Rochelle

Pierre Mignoni et Jean-Philippe Genevois. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Gabirieli Lovobalavu, Paul Sackey et Dean Schofield. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Dean Schofield. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Laurent Emmanuelli et Pierre Mignoni. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd, Laurent Emmanuelli et Pierre Mignoni. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Jean-Philippe Genevois et Pierre Mignoni. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Dean Schofield, Tom May et Laurent Emmanuelli. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Jean-Philippe Genevois, Joe El Abd et Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Gabirieli Lovobalavu. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Jean-Philippe Genevois, Laurent Emmanuelli et George Smith. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Rudy Wulf. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Matt Henjak. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
George Smith. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Rudy Wulf, George Smith, Juan-Martin Fernandez-Lobbe et Tom May. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Christian Loamanu et Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Laurent Emmanuelli. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
J. El Abd, D. Schofield, M. Henjak, G. Smith et J.P. Genevois. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd et Gabirieli Lovobalavu. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Laurent Emmanuelli, Christophe Samson, Juan-Martin Fernandez-Lobbe et Matt Henjak. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Tom May. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Rudy Wulf. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Matt Henjak. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Saimone Taumoepeau. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
George Smith, Carl Hayman et Jean-Charles Orioli. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd, Juan-Martin Fernandez-Lobbe, Dean Schofield et Jean-Charles Orioli. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Tom May et Rudy Wulf. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Paul Sackey. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Carl Hayman et Christophe Samson. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus
Olivier Missoup et Christophe Samson. - Toulon-La Rochelle -  © Aurélie Lantus

Rugbyrama

Sacrée frayeur pour Toulon

Le 27/01/2011

Toulon a souffert mille maux pour venir à bout d'un accrocheur promu rochelais dans son antre de Mayol (12-9). Diminué par de nombreuses blessures au cours du match, les Varois ont rattrapé un retard de neuf points en deuxième période. Belle opération pour La Rochelle avec ce beau bonus défensif.

Le RC Toulon, qui a mis une heure pour marquer ses premiers points, s'est difficilement imposé (12-9), jeudi à Mayol lors de la 17e journée du Top 14 face à un Stade Rochelais sans complexes et récompensé par le point de bonus défensif. Dix jours après sa victoire de prestige (32-16) contre le Munster en Coupe d'Europe, le RCT retrouvait sa pelouse face au promu avec pour objectif d'engranger le bonus offensif. Mais dans un froid prenant, ce sont les Rochelais qui ouvraient la marque dès la 6e minute par une pénalité de Greg Goosen.

Le RCT, qui peinait à développer son jeu, était rapidement décimé par les blessures et perdait sa charnière: l'ouvreur Felipe Contepomi, qui se ressentait encore d'une blessure au dos contractée à l'entraînement en début de semaine, sortait (14), et le demi de mêlée Pierre Mignoni, touché à la cuisse droite, l'imitait dix minutes plus tard. La Rochelle, plus réaliste, profitait de la désorganisation varoise pour assurer au pied et virer en tête à la pause (0-9).

Clément, carton jaune fatal

En seconde période, après deux pénalités ratées à 25 mètres par Tom May, il fallait attendre la 60e minute pour voir enfin le RCT débloquer son compteur, grâce à un essai de Taumoepeau, porté par son pack, qui aplatissait à gauche des poteaux dans la foulée d'une pénaltouche trouvée par le même May. La sortie sur carton jaune de Clément coûtait alors cher aux visiteurs: à la suite d'un regroupement sur la ligne d'essai, le ballon sortait pour Auelua qui marquait en force au pied du poteau droit (68). Malgré un siège appuyé dans les dix dernières minutes, les Toulonnais manquaient le bonus.

Bref, Toulon s'est fait une très grosse frayeur. Du fait de la victoire bonifiée de Castres, Le RCT sort des six places qualificatives et devra montrer un tout autre visage face à Brive. Bon nous défensif pour La Rochelle. Mais qui aurait pu accrocher bien plus...

AFP

Var Matin

Le RCT est miraculé

Le 28/01/2011

Les Toulonnais à l'arraché sont sortis du guêpier parfaitement tendu par les Rochelais qui ont cru - légitimement - créer la surprise jusqu'à l'heure de jeu. À cet instant en effet, les Varois n'avaient toujours pas marqué le moindre point en se montrant à la fois malchanceux, maladroits et surtout ne respectant pas le jeu.

Hier soir, Toulon a longtemps souffert et douté avant que la victoire ne se dessine dans le dernier quart d'heure. À la pause, l'objectif pour les Toulonnais de remporter les quatre points de la victoire - personne n'osait envisager le bonus - face au promu était compromis.

Match piège

Et pourtant, le RCT, en retard sur sa feuille de route du Top 14, devait engranger un maximum de points au cours des trois prochaines journées. Ca commençait impérativement avec la venue de La Rochelle. Tout allait passer par du jeu avec un RCT qui devait se remettre dans le bon ordre de marche. Pour cela, encore fallait-il que les Varois redescendent de leur piédestal européen.

Mignoni, en bon capitaine, montrait certes l'exemple sur une pénalité rapidement jouée à la main alors que les visiteurs avaient ouvert la marque sur pénalité. Smith, puis Sackey dans la foulée, ou encore Wulf, se montraient entreprenants mais pas concluants dans un premier temps avant que tout ne se désagrège.

Dans ce match piège par excellence, les coups durs sont vite arrivés avec les blessures de Contepomi et Mignoni (lire en page suivante). La charnière remplaçante était alors chargée de mettre de l'huile dans les rouages d'un RCT manquant de repères.

La Rochelle, bien en place, en profitait et marquait la seconde pénalité du jour. Saint-André voyait ses hommes en franche difficulté. Et ce d'autant plus que le matheux Talès ajoutait trois points sur un drop.

Incroyable Smith

Au repos, le staff « rouge et noir » a remis les pendules à l'heure pour éviter au RCT de s'incliner pour la troisième fois de la saison et hypothéquer ainsi la fin du championnat. Encore fallait-il passer par le collectif au moment où certains pouvaient être tentés de sauver la partie tout seul.

Tom May, rarement vu jusque-là à l'ouverture, se montrait maladroit par deux fois des 25 mètres. Le match allait-il tourner au cauchemar ? On pouvait le croire quand Toulon perdait une mêlée sur son introduction. Mais sur un temps fort et une série de pick and go, Taumoepeau était à la conclusion après que l'arbitre eut recours à la vidéo. À l'heure de jeu, Toulon marquait ses premiers points, May toujours pas.

C'est le troisième ligne Smith, exceptionnel après la blessure à la cheville de Henjak qui se positionnait derrière la mêlée. Décidément, ça ne voulait pas rigoler pour des « Rouge et Noir » bien pâles. Mais cette fois,

Toulon avait l'envie et la rage au coeur. Après des assauts de Smith et de Loamanu, Auelua en force s'arrachait pour pointer derrière la ligne. Les Toulonnais étaient même à deux doigts de marquer l'essai du bonus mais un ballon mal donné interdisait à Orioli de récupérer pour marquer en coin.

La morale sportive était sauve même si ça ne fait pas les affaires des Toulonnais. Mais après avoir longtemps frisé la correctionnelle, le RCT a su se contenter de la seule victoire.

Paul MASSABO

E-Bleu Marine

Le RCT a frisé la correctionnelle

Le 28/01/2011

Philippe Saint-André s’avouait soulagé jeudi soir après la courte et laborieuse victoire de ses joueurs sur La Rochelle (12-9). Soulagé parce que son équipe a gagné alors qu’elle a subi plusieurs coups durs dans la partie, mais guère rassuré sur la production d’ensemble des Rouge et Noir. Toulon a, de son propre aveu, été mauvais. Durant une heure, il fut à côté de la plaque avant de trouver la faille sur du défi physique au près, la baisse de régime rochelaise aidant. La sortie sur carton jaune du pilier Clément fut un tournant important de ce match. C’est à ce moment-là que Toulon appuya devant et qu’il passa en tête grâce à un second essai signé Auelua (68ème). Jusque-là, ses initiatives étaient souvent individuelles et décousues. Le RCT a donc souffert. Il est clair qu'une nouvelle défaite à Mayol aurait été problématique. Toulon s’est fait peur mais a paradoxalement failli obtenir le bonus offensif lors d’une fin de rencontre où les Rochelais baissèrent pavillon.

Toulon a évité un bien mauvais piège

Les Rouge et Noir ne peuvent se satisfaire d’un tel match. Et ce, même si les circonstances ne furent guère favorables. En effet, outre Wilkinson en sélection, Saint-André perdit Contepomi et Mignoni en première période puis Henjak en seconde. C’est avec une paire de demis Smith-May que le RCT termina le match. L’ouvreur anglais manquant de réussite au pied, l’option penaltouche-pick and go vint sauver un collectif jusqu’ici en plein doute. Toulon s’est sorti d’un bien mauvais piège face à un promu sans complexe. Il lui faudra remettre les choses en ordre pour accrocher le bon wagon de l’Europe. D’ici la réception de Brive le 12 février à 13 h 45, les blessés (Mignoni, Contepomi, Bruno, Henjak) auront le temps de panser leurs plaies et Toulon de penser à redevenir conquérant.

Johan LIVERNETTE

Sud-Ouest

A chacun ses regrets

Le 28/01/2011

Menés à la pause, les Toulonnais se sont imposés devant des Maritimes heureux de leur bonus défensif mais frustrés de ne rien ramener de plus.

Quarantième minute. Felix-Mayol gronde. Toulon est fanny au panneau d'affichage, La Rochelle mène de 9 points grâce à deux pénalités de Goosen et à un drop. Ce geste symbolise toute la confiance qui anime les visiteurs dans le premier acte.

En face, les joueurs de Saint-André paniquent. Loin de l'ambiance qui régnait contre le Munster, le RCT n'est pas dans son match. Contre le vent, il n'arrive pas à jouer. Très vite, Contepomi et Mignoni doivent sortir sur blessure. Privés de leur charnière, leurs partenaires multiplient les fautes, à l'image de Fernandez Lobbe qui, par deux fois à la demi-heure de jeu, enchaîne les en-avant.

Agressifs en défense, les Rochelais empêchent le Quinze de la Rade de s'approcher de leur ligne. Mieux, ils profitent des erreurs rouges et noires pour avancer, lancer leurs offensives et franchir la ligne d'avantage à de nombreuses reprises. Mais s'ils ne peuvent enfoncer le clou, c'est en raison d'une conquête déficiente. Perturbés en touche, ils souffrent en mêlée. Autant d'éléments qui les empêchent de marquer un peu plus les Toulonnais. Heureusement pour eux, leurs relances sont précises et repoussent sans arrêt le Quinze au muguet dans son camp.

Wilkinson manque

En deuxième période, après avoir encaissé une grosse « soufflante » de Saint-André, Toulon se ressaisit. Après un groupé pénétrant efficace, les trois-quarts écartent, poussent les Maritimes à la faute et obtiennent une pénalité réalisable (44e). Mais May n'est pas Wilkinson, et le score reste vierge.

Les Rochelais, eux, continuent de provoquer des frissons dans les travées de Mayol. Relançant, comme à leur habitude, depuis leurs 22 mètres, ils reviennent dans le camp adverse. Saint-André change alors toute sa première ligne. En conquête, les choses sont toujours compliquées pour les hommes de Milhas et Darricarrère. Mais, solidaires, ils continuent de faire douter leurs adversaires, qui ne se révèlent alors pas plus habiles qu'en première période, que ce soit à la main, ou face aux perches (54e).

A l'aller, Wilkinson avait été le bourreau. Hier, l'absence de ce précieux buteur coûte extrêmement cher aux rouge et noir. Plus les minutes passent, plus l'absence de Sir Jonny pèse. La sienne, mais aussi celle des nombreux leaders désormais sur le flanc, la sortie de Contepomi et Mignoni s'ajoutant aux forfaits de Bruno et de Van Niekerk.

Malgré tout, La Rochelle peine de plus en plus à contenir la réaction locale, qui attend les 25 dernières minutes pour se faire sentir. May ne tente pas la pénalité, prend la pénaltouche et ce sont ses avants qui pilonnent avant, enfin, de franchir la ligne d'en-but (5-9, 60e), malgré une longue hésitation de l'arbitre vidéo.

Smith à la mêlée

Paradoxalement, les choses ne s'arrangent pas pour le RCT. Henjak, qui avait remplacé Mignoni, sort à son tour. Smith, le troisième ligne australien, cornaque alors ses partenaires du pack.

Fatigués, les Rochelais marquent le pas, redonnant des munitions au RCT. Ereintés en mêlées, les Maritimes voient sortir, sans protester, Stéphane Clément pedant 10 minutes. A 14, ils craquent, encaissant un second essai. May marque ses tous premiers points.

Le vent a tourné mais la défense, une nouvelle fois héroïque, s'accroche devant sa ligne. Le pilonnage continue, en vain. Il reste une minute, Orioli plonge dans l'en-but, mais commet un énième en-avant. 80e minute Mayol gronde. Les Rochelais rentrent à bon port avec le bonus offensif, mais aussi avec des regrets.

Benjamin DEUDON

Rugby365.fr

Retour à la réalité

Le 28/01/2011

Toulon s'est fait très peur face à La Rochelle jeudi en s'imposant en toute fin de match (12-9) face au promu. Un brutal retour à la réalité après avoir décroché une place en quart de finale de H Cup.  

Toulon est retombé de son petit nuage européen, jeudi. Après deux semaines de H Cup  ponctuées par une qualification en quarts de finale, les Toulonnais ont connu les pires difficultés pour se défaire de La Rochelle (12-9). Mené 0-9 jusqu'à la 59eme minute de jeu, le RCT a réussi à inverser la tendance d'un match qui a longtemps pris la tournure d'un piège. Inconsistants dans le jeu et passifs en défense, les Varois ont subi plusieurs coups du sort avec les blessures de Felipe Contepomi (13eme) et de Pierre Mignoni (25eme) en première mi-temps. « Quand tu respectes pas le jeu et que tu manques d'humilité, c'est ce qui arrive, a analysé Philippe Saint-André en fin de match. Je félicite mes joueurs pour leur deuxième mi-temps. On revient et on gagne le match alors qu'on aurait pu le perdre. On aurait même pu récupérer le point de bonus offensif. Heureusement que j'avais George Smith qui peut jouer à tous les postes. »

Malmenés par un promu rochelais accrocheur et plein de culot, les hommes de « PSA » ont réussi à prendre l'avantage en fin de match grâce à deux essais de Taumoepeau et Auelua. Quatre points indispensables dans la course aux phases finales. Toulon, désormais septième, visait davantage même si Saint-André se contente de cet épilogue. « Ça a été le scénario catastrophe avec la charnière « out » et Henjak qui se blesse tout de suite après à la cheville. Tom May manque une première pénalité et il a perdu confiance. En deuxième mi-temps, on a un peu plus respecté les consignes, on a été direct. On aurait pu dire qu'on perd un point mais aujourd'hui, je vais dire qu'on en gagne quatre. » Le RCT a sauvé les meubles juste avant la trêve. Mais ce match qui faisait office de test a aussi démontré les limites d'un groupe autant concerné pour un rendez-vous européen que désintéressé par un match de Top 14 contre un promu.

Philippe Saint-André avait pourtant senti le coup venir. « J'avais prévenu mes joueurs toute la semaine. Ils ont vécu un moment énorme contre le Munster. Mais c'est fini. C'était un match de poule. Si on veut revenir en H Cup, il faut revenir dans les six premiers et ce n'est pas avec des matchs de ce niveau qu'on va l'être. Les têtes étaient un peu enflées, ce match les a dégonflées. Ils vont partir en vacances. Il y a beaucoup de travail à faire. En rugby, quand tu ne respectes pas le jeu, tu ne peux pas gagner. Là, on a gagné. Même sans buteur, on arrive à marquer deux essais. On aurait pu récupérer le point de bonus. La journée aurait pu être plus mauvaise. » L'ancien entraîneur de Sale ne fait pas la fine bouche. L'essentiel est assuré et Toulon est désormais prévenu que tout relâchement se paie.

Nicolas COUET

Sud-Ouest

Le Stade sur sa lancée

Le 29/01/2011

Dans le Var, les Jaune et Noir ont confirmé les points pris en 2011 face à Bourgoin et Paris. La confiance est là.

A la fin du match, jeudi soir, Mourad Boudjellal, président toulonnais en visite à Angoulême en raison du festival de la BD, ne manquait pas de compliments pour qualifier la performance des Rochelais : « On est tombé sur une belle équipe. Derrière ils ont été très adroits, bien été en place. C'est une équipe qui me surprend beaucoup, qui a tout à fait sa place en Top 14, ils doivent rester en Top 14, ils le méritent vraiment. »

Puis, à l'heure de juger la partie de ses joueurs, il s'est montré beaucoup plus sévère. « On leur a peut-être manqué un peu de respect, en voulant jouer ce match offensivement. On voulait prendre le point de bonus offensif et finalement on leur en laisse un… »

À distance, Boudjellal rejoint l'avis de son manager, Philippe Saint-André. Pour ce dernier, c'est avant-tout l'absence des leaders varois que sont Bruno et Wilkinson qui a pesé lourd dans le déroulement de la partie. Selon l'ancien capitaine des Bleus, le scénario était même écrit avant le match : « Je n'ai pas senti mes joueurs concernés. Pas seulement ce soir, mais toute la semaine. Par rapport au match contre le Munster, tout était différent. Avant d'arriver à Mayol, il y avait des milliers de supporteurs. Ce soir (jeudi), à l'entrée du stade, il n'y avait que 250 personnes. Tout était différent. À la pause, j'ai poussé ma plus grande "soufflante" depuis que je suis au club. Mais je m'y attendais. »

Comme il s'attendait aussi à tomber sur une équipe rochelaise hardie en première mi-temps, avec le vent dans le dos, et très courageuse en seconde période, quand les Toulonnais, à côté de la plaque jusque-là, se remettaient enfin dans le sens du jeu, sans doute plus conscient de la valeur de l'opposition. Et si leur manage ne se « contente que de la victoire », pour ses homologues rochelais, les motifs de satisfaction sont plus nombreux que les déceptions.

Jacob, couleur rouge sang

Tout d'abord, l'envie démontrée par les joueurs, encore une fois hors de leurs base, était résumée sur le maillot de Franck Jacob. Celui-ci n'avait plus rien du blanc du départ, et la grosse tache de sang sur le tissu prouvait à quel point le combat avait été féroce.

Il y eut aussi la discipline affichée pendant une grosse partie du match. Jamais, pendant la première mi-temps, les buteurs toulonnais n'ont pu faire venir le tee sur le terrain afin de convertir une pénalité.

Repoussés par des avants hyperefficaces dans les mêlées ouvertes et par des offensives arrières saignantes, les Rouge et Noir ne parvenaient pas à s'installer durablement dans le camp adverse. Il leur fallut attendre pour cela pas loin de la 60e minute avant de pouvoir être un peu plus sûrs d'eux, moins faire de fautes de main et de mauvais choix et pour pouvoir pilonner la défense adverse. Pensez, il aura fallu attendre la 68e, soit 22 minutes avant la fin du match, pour voir les Toulonnais enfin passer devant. De quoi expliquer le titre de « Var-Matin », hier, dans les kiosques : « Le RCT est miraculé ».

Une dynamique positive

Autre bonne nouvelle, même si les entraîneurs rochelais disent ne pas s'en soucier : la défaite des Brivistes à domicile face à Bayonne et l'absence de bonus offensif à Armandie pour Agen. Si Serge Milhas et David Darricarrère n'ont, pour l'instant, cure des résultats de leurs adversaires directs dans la course au maintien, nul doute que le fait de ne pas être relégable malgré le résultat de jeudi fera un bien fou à leurs joueurs, tandis que les Corréziens replongent en plein doute et que les Lot-et-Garonnais ne font pas le trou.

Avant de recevoir Toulouse et le Racing à Deflandre, le bonus arraché jeudi permet à la dynamique rochelaise de rester, malgré tout, positive au classement.

Benjamin DEUDON avec Aude BOILLEY