Toulon - Biarritz

Toulon

Toulon

Essai(s)
36, 66 - WULF
75 - LOVOBALAVU
Transformation(s) réussie(s)
47, 66, 76 - WILKINSON
Pénalité(s) réussie(s)
4, 33, 44 - WILKINSON
Drop(s) réussi(s)
16 - WILKINSON
Carton(s) jaune
13 - BRUNO

38-26

mi-temps : 14-16

Top 14, 15ème journée

dimanche 02/01/11 - 15:00

Arbitre : Romain Poite assisté de Salem Attalah et Patrick Dellac.

Spectateurs : 12984 - Temps : Ensoleillé et frais.

Essai(s)
5 - BALSHAW
68 - NGWENYA
Transformation(s) réussie(s)
6 - PEYRELONGUE
68 - YACHVILI
Pénalité(s) réussie(s)
14, 35 - PEYRELONGUE
31 - TRAILLE
61 - YACHVILI
Drop(s) réussi(s)
Carton(s) jaune
24 - E.LUND
55 - HARINORDOQUY
Biarritz

Biarritz

[RCT/BOBP] Apprendre à tuer un match !

[RCT/BOBP] Apprendre à tuer un match !

le 02/01/2011 à 19:48

Victorieux 38 à 26, le Rugby Club Toulonnais doit cependant apprendre à "tuer" le match lorsque l'occasion se présente...

La vieille enceinte du centre-ville se remplissait lentement mais surement si bien que juste avant le coup d'envoi, Mayol sonnait plein.

Pierre Mignoni, le Capitaine du jour, rentrait le premier à la tête de ses troupes alors que Biarritz laissait l'honneur au jeune pilier droit Barozzo de fouler la pelouse mythique.

Jonny Wilkinson, remis du match de mercredi à Bayonne, donnait le coup d'envoi face au Faron. D'entrée, les Toulonnais imprimaient du rythme à la partie. Sir Wilko tentait un drop dès la 1ère minute de jeu qui passait à côté alors que Kris Chesney et Marconnet se souhaitaient les bons vœux...

Le RCT dynamisait et récoltait une pénalité à l'entrée des 22'' (3e). Jonny Wilkinson ouvrait le score dès la 4e (3 - 0).

Sur le renvoi, un maul se formait. Pierre Mignoni tapait un petit coup de pied par-dessus. Le ballon filait vers Balshaw qui passait la défense en revue et marquait entre les perches (3 - 5, 5e). Avec la transformation réussie par Peyrelongue, les Biarrots menaient sans avoir joué 7 à 3.

Comme un symbole, l'impeccable Juan-Martin Fernandez-Lobbe  faisait un en-avant à l'entrée des 22'' sur une balle haute (7e). Heureusement, les Basques étaient pénalisés sur la première mêlée fermée de la rencontre.

Mais le RCT se montrait trop gourmand, commettant notamment des en-avants tandis que le BO hachait le jeu.

Toutefois, c'était le Club du Président Blanco qui se créait une belle occasion d'essai sur une touche à 5'' (13e). Sur le maul, Sébastien Bruno était pris par la patrouille et M. Poite voyait jaune... Sur le bord de touche, Peyrelongue passait la pénalité et les pensionnaires d'Aguiléra menaient 10 à 3 (14e).

Comme à Bayonne, bien qu'évoluant en infériorité numérique, le Rugby Club Toulonnais produisait du jeu et Wilko claquait le drop en moyenne position (6 - 10, 16e).

Alors que Balshaw tapait direct en touche, Mika Ivaldi rentrait à la place de Juan-Martin Fernandez-Lobbe pour disputer touches et mêlées (18e).

L'Ouvreur Toulonnais retentait un drop qui passait à gauche alors que les esprits s'échauffaient au niveau des deux packs...

Même à 7, Toulon faisait sa loi en mêlée fermée et M. Poite accordait une pénalité des 40'' face (20e). Mais cette fois, le cuir passait à droite.

A la 23e, Erik Lund se rendait coupable d'une manchette sur Olivier Missoup et récolait d'une biscotte jaune (on en connait qui ont pris des rouges pour le même genre de geste...). Sur la touche qui s'en suivait, Toulon était prêt de marquer. Biarritz se mettait à la faute et Toulon prenait la mêlée (26e). Le pack Rouge et Noir faisait le métier mais une passe était jugée en-avant par l'arbitre. Sur la mêlée introduction Peyrelongue, il faudra attendra la 3e mêlée ordonnée pour que M. Poite estime que les Toulonnais s'étaient mis à la faute.

Pour continuer, Dean Schofield était sanctionné dans un maul et, des 45'' droite, Traille enquillait la pénalité (6 - 13, 30e).

Sur une nouvelle mêlée, M. Poite sifflait contre les Biarrots en mêlée. De 30'' face aux perches, Jonny Wilkinson retrouvait le chemin des perches (9 - 13, 33e).

Mais dans la foulée, Toulon se remettait à la faute dans un maul... Des 35'' face, Peyrelongue redonnait la valeur d'un essai d'avance aux siens (9 - 16, 34e).

Le Rugby Club Toulonnais redynamisait le jeu et, après avoir balayé le terrain, Rudy Wulf allait conclure sur l'aile gauche (14 - 16, 37e). Excentré en bord de touche, Wilko ne pouvait transformer.

Sur le renvoi, le ballon rentrait dans les 22'' Toulonnais, Jonny W. était contré sur son dégagement et Traille récupérait le cuir et tapait un drop qui était, à son tour, contré par Olivier Missoup (39e).

La pause était sifflée par M. Poite sur le score à l'avantage des visiteurs du jour.

Aucun changement n'était à noter à la mi-temps.

Les Biarrots se mettaient à la faute dans un regroupement. Jonny Wilkinson redonnait enfin l'avantage à ses couleurs des 45'' légèrement à droite (17 - 16, 44e).

Toulon persévérait et voyait ses efforts récompensés à la 46e avec un nouvel essai sur l'aile gauche signé Jérémy Sinzelle (22- 16). Du bord de touche, Sir W. transformait (24 - 16, 47e).

Les Toulonnais étaient en pleine phase de domination et attaquaient des quatre coins du terrain. Les Varois perdaient la balle dans les 22'' adverses alors que le plus dur était fait (49e).

Les Biarrots, eux, se mettaient à la faute, notamment par l'intermédiaire de Marconnet, nouvelle « idole » de Mayol.

Alors que Toulon était prêt de marquer, Harinordoquy - rentré à la place de Lauret à la 52e - se mettait à la faute et prenait à son tour un carton jaune (54e).

Sur la mêlée qui s'en suivait, à 5'' de l'en-but Basque, nouvelle démonstration de force du pack Toulonnais. Nouvelle mêlée introduction Pierre Mignoni. Mais Toulon gaspillait et Biarritz tapait à suivre. Balshaw était à la lutte avec Jérémy Sinzelle pour aplatir le premier. L'arrière Rouget Blanc semblait être le plus prompt mais l'arbitrage vidéo ne validera pas l'essai (57e). En conférence de presse, Serge Blanco pestera contre une charge du jeune Sinzelle sur son Joueur. Toujours est-il que l'alerte était chaude mais non conclue.

Christophe Samson remplaçait Dean Schofield tandis que le BO faisait rentrer Yachvili (58e).

Toulon se mettait à nouveau sous pression alors qu'il devait tuer le match... Incroyable !

D'autant que M. Poite sanctionnait la mêlée Varoise sur une introduction à 5'' de son propre en-but (59e). Yachvili, en bord de touche droite, prenait les points au pied. Une option payante qui permettait au demi international de ramener le score à 24 à 19 à l'heure de jeu.

Juste avant la remise en jeu, PSA et Aubin Hueber changeaient l'intégralité de leur première ligne.

Le BOBP commettait une nouvelle faute sur la ligne médiane. A gauche des perches, Jonny Wilkinson avait la distance mais le ballon passait à droite (64e).

Ce n'était que partie remise pour scorer puisque sur un ballon gratté par Christophe Samson, Juan-Martin Fernandez-Lobbe mystifiait la défense adverse et servait Rudy Wulf, lancé, à hauteur qui marquait entre les perches (29 - 19, 65e). Wilko transformait et le RCT  menait 21 à 19 à un quart d'heure de la fin.

Sur le renvoi, l'euphorie de Mayol était douchée : Ngwenya marquait en coin (31 - 24, 67e). Avec la transformation réussie par Yachvili, les Joueurs de Gonzalez et Isaac revenaient à portée d'un essai (31 - 26, 28e).

Magnus Lund sortait sonné, tandis que Traille était remplacé tout comme Olivier Missoup substitué par Joe Van Niekerk (70e), avant que Pierre Mignoni ne laisse sa place à Matt Henjak (73e).

Toulon concrétisait à nouveau sa supériorité dans le jeu sur un renversement d'attaque conclu par Gabirieli Lovobalavu (36 - 26, 75e). Face aux perches, c'était un jeu d'enfant pour le Champion du Monde 2003 que de transformer et porter le score à 38 à 26.

Christian Loamanu remplaçait Fotu Auelua pour les dernières minutes, Toulon espérant décrocher au final le bonus offensif tandis que le BO espérait - lui - empocher le bonus défensif.

C'est ainsi que les Basques tapèrent en pénaltouche. Le pack Biarrot rentrait en force dans l'en-but Varois et s'écroulait. M. Poite faisait à nouveau appel à l'arbitrage vidéo qui ne validait pas l'essai.

L'arbitre sifflait la fin de la partie sur cette victoire Toulonnaise.

Les Partenaires de Pierre Mignoni se seront compliqués la situation mais auront rempli leur contrat dans un match difficile contre une belle équipe Biarrote.

Ce que ne manquait pas de souligner Philippe Saint-André : « On a vu du beau Rugby avec deux équipes qui jouent au Rugby avec un arbitrage cohérent des deux côtés ».

Il est clair que le RCT est plus à l'aise en jouant mais manque encore d'efficacité.

Un défaut à gommer rapidement car si l'on a beaucoup parlé d'un mois d'octobre (2010) difficile, que dire de janvier (déplacement au Racing, réception du Munster ,déplacement aux Ospreys et réception de La Rochelle) ?

JJG
Photo : Aurélie LANTUS

les Vidéos de Toulon - Biarritz

Jonny Wilkinson - Conférence de presse d'après match Toulon-Biarritz du 02.01.11 (Top 14)

Jonny Wilkinson

Conférence de presse d'après match Toulon-Biarritz du 02.01.11 (Top 14)

Juan-Martin Fernandez-Lobbe - Conférence de presse d'après match Toulon-Biarritz du 02.01.11 (Top 14)

Juan-Martin Fernandez-Lobbe

Conférence de presse d'après match Toulon-Biarritz du 02.01.11 (Top 14)

Philippe Saint-Andre - Conférence de presse d'après match Toulon-Biarritz du 02.01.11 (Top 14)

Philippe Saint-Andre

Conférence de presse d'après match Toulon-Biarritz du 02.01.11 (Top 14)

les Photos de Toulon - Biarritz

Jonny Wilkinson, George Smith, Carl Hayman et Paul Sackey. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson et George Smith. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Jérémy Sinzelle, Pierre Mignoni et Kris Chesney. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
George Smith. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Sébastien Bruno et Kris Chesney. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni, George Smith et Olivier Missoup. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Davit Kubriashvili et Dean Schofield. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Dean Schofield, Kris Chesney et Sébastien Bruno. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Davit Kubriasvhili, Paul Sackey et Dean Schofield. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Fotu Auelua et Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe, Dean Schofield et Fotu Auelua. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni et Olivier Missoup. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Dean Schofield, Gabirieli Lovobalavu et Pierre Mignoni. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Jérémy Sinzelle. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney, Davit Kubriashvili et Dean Schofield. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Laurent Emmanuelli, Davit Kubriashvili et Dean Schofield. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Davit Kubriashvili, Sébastien Bruno, Kris Chesney et Pierre Mignoni. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Davit Kubriashvili, Sébastien Bruno, Dean Schofield, Laurent Emmanuelli. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Sébastien Bruno, Laurent Emmanuelli, Kris Chesney et Olivier Missoup. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Rudy Wulf. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Rudy Wulf. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
George Smith, Davit Kubriashvili et Kris Chesney. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson et Gabirieli Lovobalavu. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Davit Kubriashvili et Kris Chesney. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
George Smith, Laurent Emmanuelli et Dean Schofield. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Laurent Emmanuelli et Olivier Missoup. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Gabirieli Lovobalavu. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney et Sébastien Bruno. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Paul Sackey et Laurent Emmanuelli. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Olivier Missoup et Sébastien Bruno. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Laurent Emmanuelli et George Smith. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni et Sébastien Bruno. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Gabirieli Lovobalavu, Jonny Wilkinson et Fotu Auelua. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni et le pack Toulonnais. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni et Olivier Missoup. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni et Gabirieli Lovobalavu. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni, Christophe Samson et Kris Chesney. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni, Christophe Samson et Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
George Smith et Joe Van Niekerk. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Paul Sackey. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Paul Sackey. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Gabirieli Lovobalavu. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Mickaël Ivaldi et Christophe Samson. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Joe Van Nierkerk et Carl Hayman. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson et Paul Sackey. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni, Matt Henjak, Joe Van Niekerk et Christophe Samson. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Laurent Emmanuelli, Gabirieli Lovobalavu, Olivier Missoup et Pierre Mignoni. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Rudy Wulf, Christian Loamanu, Gabirieli Lovobalavu et Jérémy Sinzelle. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus
Matt Henjak et Kris Chesney. - Toulon-Biarritz -  © Aurélie Lantus

Sports.fr

Toulon n'est pas en rade

Le 02/01/2011

Battu à Bayonne mercredi (9-20), Toulon a réagi dimanche en s'imposant à Mayol face au BO (38-26), grâce notamment à deux essais de Wulf. Une très bonne opération pour le RCT qui remonte à la 5e place, devant les Biarrots.

Quel spectacle !

A Mayol, le RCT bat le BO (38-26) au terme d'un match absolument superbe.

Si les locaux inaugurent le tableau d'affichage par Wilkinson (3-0, 4e), les Biarrots plantent la première banderille grâce à Balshaw, auteur d'un magnifique essai personnel (3-7, 6e). Alors qu'elles jouent tour à tour à quatorze - cartons jaunes pour Bruno (14e) puis Lund (24e) -, les deux équipes se rendent coup pour coup. L'engagement est féroce et les buteurs meublent le score jusqu'à ce que Wulf feinte la passe pour prendre un intervalle et filer en terre promise (14-16, 36e).

Le début du second acte voit la furia toulonnaise s'enclencher. Sinzelle, après une remise intérieure de Lovobalavu, concrétise la domination des siens (24-16, 47e). Tandis que Harinordoquy récolte un carton jaune (54e), Balshaw, sur une action copier-coller de son premier essai, est tout près de remettre le BO sur les rails. Deux essais signés Wulf (64e) et Lovobalavu (74e) confirment la domination varoise, même si un exploit personnel de Ngwenya réussit, entre temps, à entretenir l'espoir (67e). Sur la sirène, un essai refusé à Yachvili prive les visiteurs du bonus défensif, pourtant mérité dans l'ensemble. Alors que son équipe se replace dans les six premiers au classement, le public de Mayol aura assisté à un excellent match de rugby en ce début d'année.

Rugbyrama

A Toulon la guerre des tranchées

Le 02/01/2011

Dans un match engagé notamment dans le jeu au sol, Toulon s'est imposé devant Biarritz (38-26) et relève la tête après la défaite à Bayonne mercredi. Les Varois, combatifs, ont offert aussi une très belle copie offensivement face à des Biarrots indisciplinés et qui repartent sans aucun point.

Le genre de matchs qui ravit le public de Mayol. Du lourd, du très lourd, entre deux équipes qui avaient besoin de points en ce début de phase retour. C'était une des grosses affiches de la journée, et le moins que l'on puisse dire c'est que la rencontre tint ses promesses, tant sur le plan de l'engagement que du jeu. M.Poite avait même du mal à tenir les deux formations dans une première période qui manquait de peu de dégénérer.

La rencontre démarrait en trombe. Après une première pénalité de Wilkinson (4e), Biarritz, sur sa première attaque, inscrivait un superbe essai. Balshaw croisait avec Traille plein axe, tapait par dessus le dernier défenseur et plongeait sous les poteaux (5e). La rencontre se musclait alors, l'affrontement montait d'un cran au détriment du jeu, et on laissait les buteurs s'exprimer. Peyrelongue et Traille se relayaient pour Biarritz (14e, 30e, 34e) pour répondre à Wilkinson qui passait un drop (16e) puis une pénalité (32e). Les cartons, plus ou moins justifiés, pleuvaient de part et d'autre, et les Basques dominaient largement au score. Mais Toulon, poussé par son public, relevait la tête par Wulf qui déposait Lauret d'une feinte de passe d'école et plongeait en coin (36e). Le score était de 16 à 14 pour le BO à la pause, et tout laissait penser qu'on allait assister à un deuxième acte au moins aussi intense et rude que le premier.

Après la guerre, le festival

Si la première période avait été globalement équilibrée, la deuxième penchait, dès ses premiers instants, du côté des Varois. Wilkinson passait un pénalité (44e), et sur le renvoi, les Toulonnais attaquaient de leur camp et envoyaient Sinzelle en terre promise (45e). Les Biarrots répliquaient par une pénalité de Yachvili (60e) alors que Wulf y allait de son doublé (64e). Puis c'était au tour de Ngwenya de faire parler la poudre (66e). Les équipes se répondaient coup pour coup dans un match plutôt enthousiasmant. Le score était alors de 31 à 26 pour les locaux, rien n'était fait. Le bras de fer se poursuivait, les défenses étaient mises à rude épreuve, et Toulon arrivait finalement à trouver une ultime faille par l'intermédiaire de Lovobalavu (75e), auteur d'une grosse prestation. Les Basques tentaient en vain d'obtenir le bonus offensif mais M.Poite sifflait la fin du match sur le score de 38 à 26.

Après la déception bayonnaise, le XV de la Rade s'est bien relancé à domicile face à un gros bras du championnat, en réalisant au passage un match très convaincant, notamment sur le plan offensif. Les Varois ont d'ailleurs touché du doigt le bonus offensif, mais on peut penser que le résultat aura déjà de quoi satisfaire le staff. Les Basques repartent quant à eux sans aucun point de leur déplacement, et voient le RCT leur repasser devant au classement. Pas exactement une bonne affaire...

Thomas CORBET

Sud-Ouest

Toulon, le souffle plus long

Le 03/01/2011

Les Varois réagissent et infligent quatre essais aux Biarrots.

Au terme d'un match complètement débridé et d'un très bon niveau, Toulon s'est imposé et a privé Biarritz du bonus défensif. Les Varois se replacent ainsi dans les places de barragistes et se rattrapent, partiellement, de la défaite concédée à Mayol face à Bayonne mercredi (9-20).

Le BO, battu pour la deuxième fois de la saison par le RCT, rétrograde pour sa part à la 7e place

Dans ce match à six essais et au gros engagement, le suspense s'est invité sans cesse.

Les Basques ont tiré les premiers. Dès la 4e minute, Balshaw, arrivait lancé, perçait, tapait un coup de pied par-dessus Wilkinson et marquait entre les poteaux un essai transformé par Traille.

Dans une première période équilibrée, Wilkinson répondait au pied à Peyrelongue et Traille (9-16, 33e), jusqu'à ce que l'arrière toulonnais Wulf, intercalé et alerté par Wilkinson, ne feinte la passe et aplatisse pour remettre son équipe dans la partie... et leur permettre de prendre les affaires en mains en accélérant franchement en seconde période.

Biarritz toujours sur les talons...

Sur une chandelle de Balshaw, Fernandez Lobbe récupérait le ballon et amorçait la relance. Après une percée du deuxième ligne Chesney et plusieurs temps de jeu, la balle arrivait à Sinzelle qui marquait (24-16).

Pas encore distancés, les Biarrots restaient dangereux, via Balshaw, très actif. Sur un ballon de récupération, l'Anglais ratait de peu l'essai en commettant un en-avant dans l'en-but.

L'avertissement réveillait les Varois puisque dans la foulée, Fernadez Lobbe offrait à Wulf le deuxième essai, après une percée de Wilkinson.

Sur le renvoi, le BO répliquait par son ailier Ngwenya qui, après un cadrage-débordement d'école sur Wulf, filait le long de la ligne, permettant à son équipe. de rester sur les talons de son adversaire (31-26, 67e).

Finalement, les Toulonnais scellaient leur succès à la 75e grâce au centre Lovobalavu, bien servi au large par Wilkinson. Malgré un dernier ballon porté jusqu'à l'en-but adverse, mais invalidé à la vidéo, les Biarrots devaient finalement s'incliner et abandonner le bonus défensif.

Rugby365.fr

Toulon remporte le festival

Le 02/01/2011

Toulon a remporté une très belle victoire face à Biarritz au terme de l'un des plus beaux matchs de la saison, dimanche. Les Toulonnais se replacent en cinquième position alors que le BO sort du Top 6.

Le jeu
Le rebond pour le RCT. Ulcérés par la physionomie, le scénario et surtout l'arbitrage de leur défaite en milieu de semaine à Jean Dauger face à l'Aviron, les Varois ont répondu de la plus belle façon : sur le terrain. Face à une coriace équipe de Biarritz, toujours aussi difficile à bouger et qui a confirmé son statut de deuxième meilleure équipe à l'extérieur, l'équipe de Philippe Saint-André a mis le temps. Il faut dire que malgré une bonne entame de match, Balshaw cueille à froid Mayol et ses pensionnaires sur un exploit personnel splendide. Il faut finalement le carton jaune de Bruno, pour booster les locaux, finalement récompensés par un essai de Wulf. Ils rentrent tout de même au repos avec un déficit de deux points à cause de la botte du duo Peyrelongue-Traille.

Le manager varois a vraisemblablement appuyé au bon endroit, puisque les Toulonnais passent la seconde durant le deuxième acte, en accélérant. Les Biarrots, qui ont en plus pris un second jaune par Harinordoquy, après E.Lund en première mi-temps, prennent les vagues déferlantes de la bande à Mignoni, capitaine d'un jour. Les vice-champions d'Europe ne peuvent que constater les dégâts sur les essais de Sinzelle, puis Wulf, auteur du doublé. Et pourtant, les joueurs de Jean-Michel Gonzalez restent dans le coup jusqu'à la fin ou presque grâce Ngwenya, auteur d'un essai en soliste. Finalement, Lovobalavu sonne le glas des espérances adverses en inscrivant un quatrième essai en fin de rencontre et permet aux siens de passer devant leurs adversaires au classement. Le BO concède lui sa deuxième défaite de suite après Montpellier. Toujours avec les honneurs. Une sinécure demeure, le club de Serge Blanco n'y arrive pas face au RCT, qui est sa bête noire après sa victoire à Aguiléra à l'aller ou l'an dernier d'un point, déjà à Mayol. Les Basques savent donc qui éviter pour les play-offs.

Les Toulonnais
Les arrières étaient à la fête sur ce match. Si Balshaw a éclairé la rencontre, WULF n'a pas été mal dans un style différent. L'ailier s'est offert un doublé. LOVOBALAVU a été l'image de son équipe. Un peu en dedans durant la première mi-temps, il a montré un tout autre visage après le repos avec une passe décisive pour SINZELLE et l'essai de la victoire. Comme souvent depuis le début de saison, SACKEY a lui été transparent. Ce qui n'est pas le cas de WILKINSON, mais pas aussi transcendant dans son jeu au pied. MIGNONI a lui été encore exemplaire alors que SMITH manquera beaucoup l'an prochain. Il est tout simplement énorme à chacune de ses sorties.

Les Biarrots
Invaincus pendant cinq matches en Top 14 avant leur revers à Montpellier mercredi, les Basques se voyaient quitter le Var avec le point de bonus défensif. Peine perdue. Pourtant, BALSHAW avait mis les siens sur les bons rails sur un exploit individuel. L'arrière anglais, excellent, n'a pas été loin de récidiver en deuxième mi-temps. Si le BO est resté au contact, c'est surtout grâce à ses individualités comme NGWENYA, lui aussi auteur d'un essai en soliste. La charnière PEYRELONGUE-TRAILLE a plutôt été complémentaire et a souvent été à l'aise sur les coups de pied arrêtés. Tout comme le duo LAURET-LAKAFIA en troisième ligne. On ne peut pas en dire autant de la première ligne, et notamment BAROZZI, qui a beaucoup souffert face à Emmanuelli. Le symbole de cette rencontre est finalement Magnus LUND, sorti sur KO en fin de match et qui a finalement baissé pavillon après un rude combat.

Arnaud DEMMERLE

Var Matin

Saint-André : « Mon équipe est ambitieuse »

Le 03/01/2011

Miné par les circonstances de la défaite à Bayonne, Philippe Saint-André, réellement soulagé de cette victoire sur une belle formation biarrote, avait retrouvé le sourire.

Certes, le manager sait qu'un mois de janvier implacable attend ses hommes (deux matchs de Top 14 et deux de H Cup) mais dans l'immédiat, il savoure.

« La mission est accomplie. Ce match, il ne fallait vraiment pas le perdre. Face à une équipe de Biarritz très solide, c'était compliqué. Si on ne sait toujours pas tuer un match, on y a mis beaucoup d'intentions. Le BO s'est montré dangereux sur les ballons de récupération mais mon équipe est faite pour jouer. On a des joueurs de qualité pour proposer un beau rugby. Reste à se montrer encore un peu plus efficace et à gagner en vice. On a marqué quatre essais et on s'est créé trois autres occasions énormes. Je suis content pour mes joueurs qui ont eu une saine réaction après Bayonne en se montrant très professionnels (pas de réveillon de la Saint-Sylvestre, elle sera célébrée après le match face à La Rochelle).

« Une équipe faite pour jouer »

« On commence à trouver véritablement notre style de jeu. Mon équipe est ambitieuse, parfois même un peu trop. Il faut qu'on trouve un juste milieu bien adapté au Top 14. Aujourd'hui, on a vu du beau rugby avec un arbitrage cohérent, notamment sur les zones de "rucks". Avec deux équipes disciplinées - ça ne sautait pas de partout contrairement à ce que l'on a vu à Bayonne - et positives, c'est un régal. Le rugby français a besoin de ça si on ne veut pas prendre soixante points en match international. Après une première période où l'on a paniqué par moments, on a su, par la suite, se montrer concentrés, disciplinés, patients en faisant preuve de maîtrise. »

Avec à la clef quatre essais de belle facture, Toulon a démontré qu'il savait jouer dans les espaces. « Contre Agen ou encore les London Irish, on a montré qu'on avait la capacité de marquer de nombreux essais. On en a réussi quatre aujourd'hui. C'est des plus encourageants. »

Au moment de faire la fine bouche sur un point de bonus offensif envisageable, le coach varois, après une moue dubitative, retenait surtout que ses hommes avaient réussi à enlever le point de bonus défensif à Biarritz, un concurrent direct dans la course aux qualifications.

Paul MASSABO

Var Matin

Toulon débute bien 2011

Le 03/01/2011

Dans ce match capital pour la suite, côté Toulonnais, tout part très vite puisqu’après seulement cinq minutes de jeu, les deux équipes ont marqué. Toulon par le pied de Wilkinson, Biarritz sur un exploit de leur arrière Baslhaw après une belle passe de Traille. Au jeu des chamailleries, Bruno d’abord, Erik Lund ensuite voient jaune. Marconnet, toujours provocateur, échappe à toute sanction. Du rythme, des défenses rigoureuses et plusieurs chandelles plus loin, le BO mène au score grâce notamment à son buteur Peyrelongue qui signe un sans-faute au cours des quarante premières minutes.

A contrario, Wilkinson ne fait pas montre de ses qualités habituelles au pied, laissant au passage onze points (deux drops, une pénalité et une transformation ratés) au cours de ce premier acte marqué par un essai lumineux de Wulf bien servi. L’arrière, sur une belle feinte de passe, file intérieur pour signer le deuxième exploit de cette première période, au cours de laquelle les Varois se sont montrés trop fébriles. On savait que le match allait être compliqué pour les Varois. On le vérifie. Le RCT tourne avec deux petits points de retard à la pause.

De l’ordre dans la maison

Mais dès le retour sur le pré, Toulon a laissé sa nervosité au vestiaire et se met, posément, dans le sens de la marche. En avant. Avec lucidité, les hommes du capitaine Mignoni vont faire la différence même s’ils ne savent toujours pas tuer une rencontre. Wilko de loin donne un léger avantage à son équipe. Mais c’est surtout sur deux jolis mouvements que Toulon fait le trou. Sur un ballon récupéré, Chesney, tel un ailier, file sur le côté, le « cube » géorgien met la tête et Lovobalavu se montre plus virevoltant que jamais. Le trois-quarts centre aux appuis déroutants donne à Sinzelle. L’ailier fait le reste du chemin. Suite à un long temps fort, Schofield est retourné sur la ligne alors que peu après Sinzelle à la course avec Balshaw évite d’extrême justesse à l’arrière du BO de marquer. À l’heure de jeu, Fernandez Lobbe, encore très en vue aux côtés de Smith, fait la différence après un relais de son ouvreur. L’Argentin donne à Wulf qui marque un essai devenu imparable. On croit le match plié.

Mais presque sur le renvoi, une faute de défense sur l’aile, permet au rapide Ngwenya de filer à l’essai. Le BO est encore et toujours dans la partie.

Toulon aura le dernier mot par un Lovobalavu très en cannes. Le centre sur une belle sautée de sa charnière ponctue le score. Toulon échoue de peu dans sa quête du bonus offensif se contentant de retirer le point défensif à une formation biarrote qui n’a jamais rien lâché. Le RCT a prouvé qu’avec un jeu ambitieux, il sait faire la différence face aux meilleures oppositions.

Paul MASSABO

La Provence

Le RCT a mis les choses au point

Le 03/01/2011

Vainqueur d'un Biarritz entreprenant hier (38-26), le RC Toulonnais retrouve une place parmi les 6 premiers.

Au fil d'une saison, certaines victoires sont plus essentielles que d'autres. Celle d'hier appartient indéniablement à cette catégorie. Le RC Toulonnais a bien fait d'engranger ce succès-là. Quatre jours après la défaite à Bayonne (20-9) et à une semaine d'une sortie risquée sur le terrain du Racing-Métro, un second échec consécutif aurait pu avoir des conséquences néfastes. Pas seulement sur un plan comptable. Mais aussi dans les rangs d'un groupe varois qui aurait commencé à sérieusement cogiter.

"Il ne fallait vraiment pas perdre ce match, a reconnu Philippe Saint-André. Je suis fier de mes joueurs; ils ont parfaitement réagi." "Une nouvelle défaite aurait été catastrophique, a également admis Pierre Mignoni. On se serait retrouvés 10es au classement. Je n'ose même pas penser à une telle éventualité !"

Le capitaine du RCT n'a pas eu à le faire. Son équipe a réintégré le Top 6, celui des qualifiés potentiels pour la H Cup. Mais elle n'a aucune certitude dans cette quête européenne tant ce Top 14 est particulièrement disputé. La formation varoise pourra encore le vérifier, dès dimanche, à Paris.

"On est en train de trouver notre style"

"Il a fallu que l'équipe se réadapte par rapport aux nombreux mouvements opérés à l'intersaison, précise Saint-André. On est en train de trouver notre style. On a les joueurs pour pratiquer un rugby positif. Mais si on a la satisfaction d'avoir inscrit 4 essais contre Biarritz, il nous reste à être un peu plus efficaces. On ne sait pas 'tuer' le match."

Hier, une fois encore, le RCT est resté longtemps à portée de son adversaire. Les équipes ont même été très proches l'une de l'autre à tous les niveaux. En 1re mi-temps, aucune des deux n'est ainsi arrivée à tirer profit de sa supériorité numérique. Réduit à 14 après l'exclusion temporaire de Bruno, le RCT a savamment limité la casse (3-10 puis 6-10). Il en fut de même pour le BO. Privée momentanément d'Erik Lund, la formation basque parvenant même à gonfler son avance (6-10 puis 9-16).

Curieusement, Toulon allait recoller au score à quinze contre quinze, sur une géniale inspiration de Wulf qui élimina Traille à la faveur d'une feinte de passe et répondit à l'essai non moins admirable de Balshaw, perforateur de la défense varoise dans des conditions à peu près similaires en début de match. Ce dernier fut tout près de s'offrir un deuxième bijou à la suite d'une époustouflante course de 60 mètres, mais sa réalisation fut annulée, cette fois, en raison d'un en-avant.

À ce moment-là, le BO, mené depuis l'entame de la 2e période, venait à nouveau de se faire sanctionner (carton jaune pour Harinordoquy) et le RCT allait finir par exploiter cette situation avec dans le rôle de l'élément moteur, Fernandez Lobbe, auteur d'une percée magistrale puis d'une passe à hauteur pour Wulf. Toulon y avait mis le temps, mais il s'était définitivement ouvert la voie d'un succès franchement opportun.

Laurent BLANCHARD

20 Minutes

Les Toulonnais repartent de l'avant

Le 03/01/2011

Le RCT a longtemps buté sur Biarritz avant de prendre la mesure des Basques hier (38-26)

Philippe Saint-André avait annoncé la couleur avant le coup d'envoi, il était capital pour cette rencontre de rester « disciplinés et de se montrer réalistes » sur le plan comptable. Mais le manager a dû voir rouge lorsqu'après seulement cinq minutes de jeu, un contre basque envoyait Balshaw à l'essai (3-7) avant que son talonneur, Sébastien Bruno, n'écope à la 13e minute d'un carton jaune pour un coup de tête (3-10). Un début de rencontre cauchemardesque pour Toulon qui voyait se dessiner à nouveau le spectre bayonnais. « On a payé notre entame catastrophique, alors que les Biarrots ont bien joué, confiait le demi de mêlée Pierre Mignoni, futur retraité à l'issue de la saison. Nous, on s'est excités et énervés tous seuls. Heureusement, en seconde période, on s'est mis à jouer au rugby et on a remis les choses en ordre. »

Avec Wilkinson à la baguette même s'il a été peu inspiré au pied, hier, et un Lovobalavu – auteur du dernier essai toulonnais à la 75e minute – intenable au centre, le RCT prend peu à peu la mesure du BO, d'abord sur un essai de Sinzelle (45e), imité ensuite par Wulf qui réalise un doublé (36e et 66e). S'ils n'abdiquent pas, à l'image de l'essai plein de fougue de Ngwenya (67e), les hommes de Jean-Michel Gonzalez commettent trop de fautes et bénéficient de trop peu de ballons pour espérer réussir un coup à Mayol. « On joue trop de manière épisodique, par à-coups », reconnaissait Sylvain Marconnet en fin de match. De son côté, le RCT n'a pas encore retrouvé son âme de tueur. Mais cette victoire lui permet de préparer plus sereinement le déplacement au Racing-Métro 92 dimanche. « C'est une très bonne équipe. Mais je vais faire de la peine à Jacky Lorenzetti [le président parisien], on va aller gagner là-bas », promet le président varois, Mourad Boudjellal.

Sandrine DOMINIQUE

Sport 24

Toulon a eu chaud

Le 03/01/2011

Toulon s'est imposé devant Biarritz (38-26) au terme d'une deuxième période très mouvementée. Mais les Varois se sont compliqués la vie face à des Biarrots qui ont tout donné pour espérer gratter un point de bonus défensif. En vain.

Toulon est passé tout près. Du bonus offensif comme d’une défaite. Face à des Biarrots aussi talentueux qu’indisciplinés, le RCT a su se faire violence et s’imposer malgré une fin de match indécise jusqu’à la sirène. «Cette année on n’est pas capable de tuer les matches, analyse Mourad Boudjellal tout de même souriant. On a souffert jusqu’au bout et on reste encore très fébrile.» Malgré cette fébrilité chronique, les Toulonnais se replacent au classement et dépassent leur adversaire du jour. Pour Biarritz, c'est la soupe à la grimace...

«Une entame catastrophique»

Six essais, trois cartons jaunes et une deuxième période débridée ont largement contenté les spectateurs de Mayol. Bien entrés dans la partie et devant au score à la pause (14-16), les partenaires de Damien Traille pense alors avoir les armes pour réussir un coup en terre varoise. Comme Bayonne et le Racing en début de saison. C’est sans compter sur la révolte toulonnaise, incarnée par Lovobalavu (75e) et Wulf (36e, 64e), auteurs de trois essais à eux deux. «On fait une entame catastrophique, fulmine Pierre Mignoni. On s’est excités tout seul et une fois qu’on a joué au rugby, tout s’est mieux passé.» Comme de passer de 14-16 à 24-16 en six minutes de jeu après la pause.

Marconnet lucide

Les Toulonnais peuvent également remercier Imanol Harinordoquy, sanctionné d’un carton jaune quelques secondes après son entrée en jeu (55e) et Monsieur Poite, qui a refusé un essai de pénalité à Ian Balshaw, plaqué sans ballon par Sinzelle (57e). «La victoire des Toulonnais est logique, résume pourtant Sylvain Marconnet, marqué physiquement par le combat. On fait trop de fautes alors qu’on aurait pu gagner ce match. Il nous faut plus de rigueur pour espérer remporter des rencontres de ce type chez des adversaires du haut de tableau.»

Baptiste DESPREZ

La Provence

Toulon, un équilibre fragile

Le 04/01/2011

C'était fondamental et Toulon a assumé ses responsabilités. En dominant le Biarritz Olympique, dimanche à Mayol (38-26), l'équipe varoise a échappé au doute, mais sa situation reste instable. Si ce succès place à nouveau le RCT dans "le club des six premiers", celui qui donne accès aux phases finales et à la H Cup, une défaite, ce prochain dimanche contre le Racing-Métro à Paris, le conduirait là où il se trouvait à l'heure d'affronter le BO, c'est-à-dire aux portes du wagon de tête.

Ainsi va la phase régulière de ce Top 14, une compétition si homogène qu'une équipe peut passer de l'ombre à la lumière, et inversement, en fonction d'un revers ou d'une victoire. La course aux premiers rangs n'a jamais été aussi disputée et à onze journées du terme, même le 10e - en l'occurrence Perpignan - peut toujours entrevoir une qualification. Dans ce paysage-là, il n'y aurait peut-être que le Stade Toulousain, leader assez confortable, pour avancer avec des garanties. Mais Serge Blanco, président de Biarritz, s'oppose à cette vision des choses.

"Je ne pense pas que Toulouse s'appuie sur un jeu plus établi que les autres équipes, estime l'ancien international (93 sélections). Il faut quand même rappeler que cette formation, intraitable à domicile, compte seulement deux victoires à l'extérieur (à Bourgoin et à Agen). En fait, elle gère plutôt bien ses déplacements en empochant des points de bonus défensif. D'autres clubs ont obtenu trois voire quatre succès sur terrain adverse, mais ceux-là ont également concédé des défaites à la maison."

Boudjellal : "Imiter Marc Raquil"

C'est justement le profil du RCT, cette saison, lui qui traîne ses deux revers à Mayol en tout début d'exercice (Bayonne et le Racing-Métro) comme des boulets aux pieds. Mais si cette entame complètement loupée oblige Toulon, depuis lors, à évoluer sans réels jokers, Mourad Boudjellal, son président, regarde toujours autant vers le haut.

"On veut absolument essayer d'attraper une qualification pour les demi-finales au Vélodrome (les 27 et 28 mai) parce que ça va se passer chez nous et on veut vivre ça, ambitionne le dirigeant toulonnais. On est désormais au commencement d'une ligne droite en Top 14 qui va nous mener début mai (le 7, terme de la phase régulière, ndlr). L'objectif, c'est de remporter le maximum de matches, comme on l'avait fait la saison dernière en alignant une série de neuf succès. Cesera compliqué de rééditer cette performance, mais on va déjà tenter de ramener quelque chose de Paris, dimanche."

Blanco: "C'est ouvert, c'est intéressant !"

Le président Boudjellal attend beaucoup d'une fin de championnat régulier qui verra son équipe recevoir trois fois consécutivement (Perpignan au Vélodrome, le Stade Français et Toulouse, avant de se déplacer à Montpellier pour la clôture). "À ce moment-là, calcule-t-il déjà, il faudra engranger les points pour terminer comme Marc Raquil qui arrivait à devancer ses adversaires dans le finish sur 400 mètres!" Le sprint est lancé. "On a un championnat ouvert, c'est intéressant!, apprécie Serge Blanco. Pour le BO, par exemple, il n'y a pas péril en la demeure même après la défaite à Toulon et il ne faudra simplement pas se rater en recevant Agen, ce week-end. On sait aussi que, dans le même temps, d'autres concurrents directs vont s'affronter. C'est le cas de Toulon qui se rend sur le terrain du Racing-Métro. Ce type de situation, c'est la grande force du Top14."

Laurent BLANCHARD

Sud-Ouest

Un beau BO bredouille

Le 03/01/2011

Au terme d'un match spectaculaire où six essais ont été marqués, le BO, mécontent de l'arbitrage, a cédé après avoir mené une mi-temps.

Le BO n'aura donc ramené qu'une bien maigre pêche de ses deux déplacements à Montpellier mercredi et à Toulon hier. Un seul point de bonus défensif, c'est bien peu dans cette course aux six premières places, âpre, même si le président Blanco arguait à la sortie des vestiaires : « N'avoir pris qu'un point m'importe peu, maintenant on va recevoir dès samedi prochain. » Mais Agen autorisera-t-il le BO à rattraper le terrain perdu ?

À Mayol, les Biarrots ont proposé du jeu, prenant l'avantage dès la 5e minute grâce à une petite merveille d'essai de Iain Balshaw. Au cœur de la ligne, Damien Traille offre par une chistera croisée l'opportunité à l'arrière anglais de percer. Son petit coup de pied pour lui-même élimine Jonny Wilkinson et Rudy Wulf pour un essai somptueux. Le BO semble alors parti pour faire un coup.

« On a proposé une belle opposition oui, mais ça n'a pas suffi. J'espère que ça ne nous coûtera pas pour la fin de saison » admet Jérôme Thion, capitaine hier.

Si comme le prônait le Baron de Courbertin, l'important est de participer, alors le BO a réussi sa mission. « On commence à prendre des repères et surtout à se faire plaisir, c'est ce que l'on a gagné sur ces deux matches », souffle Arnaud Mignardi.

Le RCT métamorphosé

Mais d'un point de vue comptable, les Biarrots restent sur leur faim. Pourtant, à les voir évoluer durant cette première mi-temps, ils dégagent une jolie maîtrise et le score enfle en leur faveur à 6-13 puis 9-16. Les deux formations, réduites tour à tour à 14, ne profitent pas de leurs supériorité numérique mais c'est un contre mené et conclu par Wulf qui ramène le RCT à deux longueurs du BO à la pause.

La deuxième période va s'avérer tout aussi emballante. Le RCT métamorphosé, envoie du jeu et c'est l'ailier Sinzelle qui aplatit pour redonner l'avantage aux siens. Les « terribles guerriers de pilou-pilou » sont enfin descendus de leur montagne et Bolakoro sauve son équipe en retournant sur sa ligne le puissant Schofield. Sur le regroupement suivant, Imanol Harinodoquy, tout juste rentré, prend un carton jaune pour un hors-jeu. Jérôme Thion explique : « L'arbitre venait juste de me dire que nous en étions à trois fautes et que la prochaine, ce serait jaune. Mais on n'a pas été spécialement performant sur notre système défensif. »

Le BO perd pied

Le BO va commencer à perdre pied à l'heure de jeu. « On a fait beaucoup trop de fautes pour prétendre à quoi que ce soit ici, et on paie cash le fait d'avoir joué 20 minutes à 14 », estime Jean-Michel Gonzalez. Pourtant, Balshaw, intenable, a bien failli marquer un deuxième essai au bout d'une course commencée dans ses 22 mètres, mais la vidéo n'offre pas les cinq points, pour cause d'un en-avant. Ce sont les Toulonnais qui vont alors prendre le large. Leur 3e essai est marqué par Wulf, suite à une offrande de Fernandez Lobbe.

Le BO trouve encore les moyens de réagir en marquant par Ngwenya, mais les coups de pied de Wilkinson et le 4e essai de Lovobalavu, très bon hier, entérinent la victoire des Varois, désormais replacés à la 6e place.

Biarritz a bien joué, certes, mais il a encore manqué de constance et glisse à la 7e place.

Eric BECQUET

Les actus du match