Bayonne - Toulon

Bayonne

Bayonne

Essai(s)
40 - PEYRAS-LOUSTALET
Pénalité(s) réussie(s)
7 - BOYET
47, 51, 57 - GARCIA C.
Drop(s) réussi(s)
65 - GARCIA C.
Carton(s) rouge

20-9

mi-temps : 8-6

Top 14, 14ème journée

mercredi 29/12/10 - 19:00

Arbitre : Mathieu Raynal (Roussillon) assisté de MM. Pomarede et Malterre (Côte d'Argent).

Essai(s)
Pénalité(s) réussie(s)
10, 24 - WILKINSON
55 - FERNANDEZ LOBBE
Drop(s) réussi(s)
Carton(s) rouge
19 - SUTA
Toulon

Toulon

Défaite du RCT à Jean-Dauger 20 à 9

Défaite du RCT à Jean-Dauger 20 à 9

le 30/12/2010 à 09:52

Très vite réduits à 14, les Rouge et Noir se sont inclinés 20 à 9 hier soir à Bayonne. Une réaction est attendue dimanche face au Biarritz Olympique.

Après une pénalité de chaque côté inscrite en début de match, le match allait basculé au quart d'heure de jeu. Sur une offensive bayonnaise, le troisième ligne bayonnais Rémi Martin s'engageait dans un intervalle mais il était stoppé par un plaquage haut de Jocelino Suta. L'arbitre n'hésitait pas et dégainait un carton rouge très sévère. En effet, le deuxième ligne toulonnais ne semblait pas avoir fait ce geste intentionnellement. Le RCT allait donc joué tout le restant de la partie en infériorité numérique.

Malgré tout, le RCT continuait à maîtriser la rencontre et menait encore à une minute de la mi-temps. Malheureusement sur la sirène et après un dégagement raté des toulonnais, Peyras parvenait à aller aplatir un essai en coin qui permettait aux basques de virer en tête à la pause (8-6) et de mettre un coup au moral des varois.

Malgré une débauche d'énergie importante en seconde période, les Rouge et Noir, énormément sanctionnés par M. Raynal, ne parvenaient pas à combler leur -retard et devaient même laisser échapper un point de bonus défensif pourtant largement mérité (score final :20-9).

Il y aura des jours meilleurs en commençant, espérons le, dès dimanche face au Biarritz Olympique.

les Vidéos de Bayonne - Toulon

Pierre Mignoni - Réaction de Pierre Mignoni après le match face à Bayonne (29/12/2010).

Pierre Mignoni

Réaction de Pierre Mignoni après le match face à Bayonne (29/12/2010).

Aubin Hueber - Réaction d'Aubin Hueber après le match face à Bayonne (29/12/2010).

Aubin Hueber

Réaction d'Aubin Hueber après le match face à Bayonne (29/12/2010).

les Photos de Bayonne - Toulon

Rory Lamont et Saimone Taumoepeau - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Davit Kubriashvili, Dean Schofield et Saimone Taumoepeau - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson, Pierre Mignoni, Joce Suta et Dean Schofield. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Paul Sackey. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni, George Smith et Joce Suta. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Sébastien Bruno, Juan-Martin Fernandez-Lobbe et Geoffroy Messina. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni et Joe Van Niekerk. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Saimone Taumoepeau et Joe Van Niekerk. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni et Dean Schofield. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Rory Lamont. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni, Joe Van Niekerk et George Smith - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Rudy Wulf. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe, Christian Loamanu et Rory Lamont. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe et Mickaël Ivaldi. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Christian Loamanu. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Geoffroy Messina, Dean Schofield, Pierre Mignoni et Rudy Wulf. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Dean Schofield et Rudy Wulf. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Matt Henjak, Mickaël Ivaldi, Benji Bastères et Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Benjamin Bastères, Kris Chesney, Mickaël Ivaldi et Carl Hayman. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney et Mickaël Ivaldi. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Christian Loamanu, Mickaël Ivaldi et Gabirieli Lovobalavu. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus
Gabirieli Lovobalavu. - Bayonne-Toulon -  © Aurélie Lantus

Sud-Ouest

L'Aviron passe la troisième

Le 31/12/2010

Les Bayonnais ont rempli leur contrat mercredi au terme d'un match particulier, émaillé d'incidents de jeu.

Et de trois ! Avec le succès contre Toulon, l'Aviron Bayonnais a confirmé ses succès à Paris (20-24) et contre La Rochelle (23-14) en Top 14. Une victoire difficile à obtenir mais qui permet aux Bayonnais de rester dans la course pour une place parmi les six premiers. Et même de passer devant Toulon au bénéfice des points terrain (l'Aviron a battu deux fois le RCT cette saison). Avant d'aller à Agen, l'Aviron est 7e avec 36 points. C'était lu but. «Le contrat est rempli», disait le capitaine Marc Baget après le match.

Un match qui a laissé un goût amer au manager toulonnais Philippe Saint-André. Lequel ne finissait pas d'enrager contre l'arbitrage de M. Raynal. Coupable à ses yeux de laxisme envers les Bayonnais. Point de vue bien évidemment divergant de celui des Bayonnais. PSA avait-il en travers de la gorge le coup de bluff tenté par Christian Gajan, son homologue de l'Aviron qui a communiqué un faux quinze de départ ? Peut-être, en tout cas, le technicien bayonnais s'en réjouissait hier soir. «Nous avons finalement aligné une équipe plus l ourde. En touche, ils avaient dû se préparer à contrer Rob Linde». Qui n'était finalement que remplaçant.

Garcia assure

Une équipe lourde donc, pour venir contrer les Toulonnais dans l'axe, les user physiquement. Le but avoué, a posteriori, n'était pas de faire du jeu, avouera Christian Gajan. Mais bien de fatiguer les Varois. Un long travail de sape facilité par l'expulsion de Suta à la 18e minute de jeu. Et les sorties prématurées de Wilkinson et Contepomi, laissant les Toulonnais improviser sans chef d'orchestre.

Mais jusqu'à la fin, les partenaires de Van Niekerk auront maintenu ceux de Marc Baget sous pression. En fait, jusqu'à ce que Cédric Garcia claque un drop dont il a le secret à la 65e. Ce garçon est décidément plein de ressources. Le demi de mêlée bayonnais, qui a fêté ses 28 ans mardi, a livré mercredi soir une de ces parties dont il a le secret. Suppléant de Boyet dans l'exercice des tirs au but, il a permis aux ciel et blanc de prendre leur distance quand les Toulonnais se faisaient menaçants. Son drop à un quart d'heure de la fin scelle le sort de la rencontre. C'est lui aussi qui offre l'essai à Jean-Baptiste Peyras, juste avant la mi-temps, en jouant vite une pénalité. Désigné, à juste titre, homme du match.

Autre joueur qui s'est distingué mercredi soir, côté toulonnais. L'international Argentin de Toulon Fernandez-Lobbe a prouvé mercredi qu'il était bien plus qu'un troisième-ligne. À la 54e minute, il a pris ses responsabilités en réussissant une pénalité des 30 mètres qui ramène le RCT à cinq points (14-9). Wilkinson et Contepomi sortis, il n'y avait plus de buteur de métier.

Son initiative a été saluée par le public de Jean-Dauger. À peine les trois points inscrits, qu'il était à la réception du renvoi bayonnais.

Antoine TINEL

Sports.fr

Diminué, Toulon a cédé à Bayonne

Le 30/12/2010

Invaincu lors de ses quatre derniers matches toutes compétitions confondues, le RC Toulon s'est incliné mercredi à Bayonne (9-20), trop diminué par l'expulsion précoce de Suta et les blessures de ses deux buteurs, Wilkinson et Contepomi.

Après quatre victoires consécutives, face à Perpignan et Montpellier en championnat et face aux London Irish en H-Cup, Toulon a chuté sur le terrain de l'Aviron Bayonnais mercredi (20-9), lors de la 14e journée du Top 14. Un coup d'arrêt pour les Varois qui, en raison de la victoire de Clermont sur l'Usap (22-16), remake de la finale de l'an passé, rétrogradent au septième rang à l'issue des matches allers.

Mais si les Basques ont su faire preuve de courage et d'abnégation pour décrocher ce précieux succès sur leur pelouse de Jean-Dauger, le RCT regrettera sûrement de n'avoir pas pu lutter avec toutes ses armes. Comme en septembre dernier à Brive (9-27) où Mafileo Kefu avait été expulsé d'entrée, le carton rouge - sévère ? - reçu par Jocelino Suta peu après le quart d'heure de jeu, à la suite d'un plaquage haut sur Rémy Martin, avait déjà grandement compliqué la tâche des hommes de Philippe Saint-André qui, menés à la pause (8-6) suite au seul essai de la rencontre inscrit pas Peyras-Loustalet, repartaient en seconde période sans leur maître à jouer Jonny Wilkinson, touché au mollet.

Le sort semblait s'acharner sur les Rouge et Noir lorsque le deuxième buteur Felipe Contepomi restait sonné sur la pelouse et était contraint de céder sa place cinq minutes seulement après son entrée en jeu. Avec Fernandez-Lobbe en buteur de fortune, les Toulonnais ne parvenaient pas à renverser la tendance et s'inclinaient finalement (9-20). "Et le pire, c'est que même à 14 et sans ouvreur, le coup restait jouable", pestait Saint-André dans les colonnes de L'Equipe. Une frustration qu'il faudra rapidement évacuer pour le RCT qui se prépare à un nouveau choc face à Biarritz dès dimanche.

Olivier CHAUVET

Rugbyrama

Bayonne profite de sa supériorité

Le 29/12/2010

Bayonne s'est montré patient et a su profiter de sa supériroité numérique pendant plus d'une heure pour disposer de Toulon (20-9). L'absence de Suta a été trop préjudiciable à des Varois très malchanceux. Toulon craquait en deuxième période et offrait un troisième succès de suite à Bayonne en Top 14

Ce match sentait la poudre. Non pas que les deux camps s'étaient livrés à un quelconque combat médiatique dans les jours précédant la rencontre, mais plutôt parce que les Basques, lors de la première journée, s'étaient imposés à Mayol pour le premier séisme de cette saison. Les Varois avaient donc à coeur de venir faire un résultat dans l'antre de l'Aviron, et connaissant les tempéraments des joueurs de Saint-André, il y avait de quoi s'attendre à une rude empoignade entre deux équipes de surcroît proches au classement. En pleine période de fêtes, on allait donc ranger les clochettes et sortir les baillonettes.

Et le combat était bel et bien au rendez-vous. Si on n'assistait pas à un début de match ambitieux au niveau du jeu, les premiers contacts étaient en tous cas aussi intenses que l'on avait pu l'imaginer. Les deux équipes se neutralisaient et inscrivaient les premiers points par Boyet (7e) et Wilkinson (10e). Quand soudain... Ce fut probablement le tournant du match. Sur un enchainement bayonnais, Suta assénait un coup énorme d'épaule au visage de Martin et écopait d'un carton rouge (18e). Les Varois repartaient tout de même à l'attaque et prenaient le score par Wilkinson (23e). Ils dominaient globalement le premier acte mais se faisaient surprendre juste avant la pause par un essai opportuniste de Peyras (40e). Les Basques, qui n'avaient quasiment pas été dangereux, viraient en tête sur un score de 8 à 6 malgré la faillite de leurs buteurs. L'issue du match était encore bien incertaine.

Le jour noir du RCT

En plus du carton rouge, les Varois avaient perdu leur ouvreur et maître à jouer anglais victime d'un choc à la 22ème minute. Rien de très rassurant, d'autant plus que sur une des premières actions bayonnaises, Contepomi, fraichement rentré, s'assommait sur Lacroix et devait également sortir (45e). Sans réel meneur de jeu, les Toulonnais allaient devoir compenser avec le surplus d'envie qui leur est propre. Ils étaient toutefois trop souvent pénalisés et permettaient aux Basques de creuser l'écart grâce au pied de Garcia sur pénalité (47e, 50e, 57e). De leur côté, ils n'inscrivaient qu'une pénalité par... Fernandez-Lobbe !! L'Argentin, homme à tout faire du RCT, prenait ses responsabilités en l'absence de buteurs et passait sa tentative (53e). Anecdotique, le bonus défensif étant encore trop loin. Garcia concluait la marque par un drop (64e), et malgré toute la volonté du monde, Toulon n'allait jamais recoller.

La bonne opération est donc faite par les Bayonnais qui reviennent à hauteur des Toulonnais à la faveur de cette victoire. Ils enchainent un nouveau succès après leur bonne période européenne et recollent aux places qualificatives pour la coupe d'Europe et les barrages. Côté varois, il n'y a pas grand chose de positif à retirer en termes de résultat, d'autant plus que les Toulonnais ont laissé pas mal de plumes dans le combat avec les blessures de Wilkinson, Contepomi ou Messina. Il leur faudra rebondir d'autant plus vite qu'ils recevront le Biarritz Olympique lors de la prochaine journée. Joyeuses fêtes...

Thomas CORBET

Var Matin

Bayonne s'est montré patient et a su profiter de sa supériroité numérique pendant plus d'une heure p

Le 31/12/2010

Le RCT paiera-il cette deuxième défaite concédée face à Bayonne en fin de saison ? Les semaines et mois futurs apporteront une réponse. Mais voilà que les Rouge et Noir pointent désormais à la septième place, à égalité de points (36) avec Bayonne.

Les hommes de Joe Van Niekerk sont quelque peu décrochés des trois premières places (cinq points de retard sur le Racing-Métro, troisième), mais restent toutefois dans le bon wagon des prétendants aux six premières places.

A vrai dire, il n'y a pas de quoi s'affoler. La raison tient essentiellement dans le volume de jeu qu'a réussi à mettre le RCT, mercredi soir. Même à quatorze et, il est vrai, avec un petit manque de réalisme près des lignes, les Toulonnais ont surclassé les Bayonnais. Ceci n'est pas contestable et augure de week-ends plus chantants. En gardant cette philosophie volontariste et en continuant à vouloir l'emporter par le jeu, les Varois remonteront au classement. On en est persuadé.

Retard au tableau de marche

Toujours est-il que la défaite mercredi au stade Jean-Dauger n'était pas prévue dans le tableau de marche. Et voilà qu'elle chamboule les plans établis pour ce mois de janvier.

En cas de doublé face aux deux clubs basques (Bayonne et Biarritz), le RCT aurait éventuellement pu faire tourner au Racing-Métro, le dimanche 9 janvier, afin de préparer au mieux la réception du Munster, une semaine plus tard.

En l'état, les Toulonnais ne peuvent plus prendre un seul des matchs de janvier à la légère. La rencontre de dimanche face à Biarritz est devenue capitale et le déplacement au Racing-Métro s'est transformé en objectif prioritaire, d'autant plus que les Franciliens ne semblent pas dans leur assiette en ce moment (défaite face aux Saracens et match nul à domicile face à Brive).

Une fatigue toute relative

La réception de Biarritz, elle, s'est compliquée. A Bayonne, le staff technique avait aligné la majorité de ses cadres pour toucher le gros lot.

Las, lesdits cadres ont entre 50 et 80 minutes dans les jambes et un match à jouer dans 48 heures.

Pour autant, les joueurs se veulent rassurants sur leur état de fraîcheur : « On n'est pas fatigué car le match n'était pas d'un très haut niveau », confiait le demi de mêlée Pierre Mignoni, mercredi soir dans les vestiaires de Jean-Dauger.

Sur la terrible frustration contractée à Bayonne et sur l'envie de prouver qu'ils valent beaucoup mieux qu'une place de septième, le RCT peut et doit repartir de l'avant.

Olivier BOUISSON

Var Matin

Saint-André : “Un cauchemar”

Le 30/12/2010

Depuis qu’il est à la tête du RCT, on avait rarement vu Philippe Saint-André dans un tel état de nervosité. La voix tremblotante d’émotion, le manager du RCT a livré sa version d’une soirée « cauchemardesque ».

Comment avez-vous vécu cette soirée très spéciale ?
C’est une défaite amère.
En tant qu’entraîneur, cela ne t’arrive pas souvent de prendre un carton rouge et d’avoir deux demis d’ouverture qui sortent à quelques minutes d’intervalle.
Malgré ça, on peut quand même gagner le match. Je ne comprends pas les règles. Nous sommes les seuls à faire le jeu et à se faire pénaliser alors que les Bayonnais ont plongé comme dans une piscine toute la soirée. On voudrait que l’équipe de France joue au rugby mais il faudrait favoriser dans notre championnat les équipes qui font du jeu. Il faut féliciter Bayonne qui a gagné par un essai à zéro face à quatorze joueurs... Je me demande s’il ne vaut pas mieux monter des chandelles et ne rien faire pendant quatre-vingts minutes.

Pensez-vous que les images de l’agression de Suta qui sont passées en boucle sur l’écran du stade aient influencé l’arbitre ?
Bien sûr. Les images passent en boucle et l’arbitre les regardent. Il y a aussi cette dernière action avant la mi-temps. La sirène ne retentit pas alors qu’on joue la 41e minute. Si elle retentit, Wilkinson trouve une petite touche au lieu dégager plus loin, on ne prend pas d’essai et on tourne en tête à la pause. Apparemment, il y a eu des problèmes de sirène. Cela fait beaucoup de choses...

On vous sent remonté contre l’arbitrage...
Que l’arbitre mette le carton rouge à Suta, il n’y a aucun problème. Maintenant, c’est frustrant car à quatorze contre quinze, il n’y a que nous qui faisons du jeu et créons du mouvement. On les transperce dix à douze fois mais à deux mètres de la ligne, ils vont au-delà et récupèrent les ballons. Sur la première mêlée, on les emporte et rien ne se passe. J’ai encore beaucoup d’exemples comme ça. Je n’ai pas l’habitude de critiquer l’arbitrage, mais il n’y a eu aucune cohérence sur le rugby. Tout était permis ! C’était un cauchemar. Je suis inquiet en tant que technicien du rugby. Si on continue comme ça, cela ne va pas favoriser le spectacle.

La Provence

Une vraie soirée catastrophe pour le RCT

Le 30/12/2010

Pour le compte de la 14e journée du Top 14, le RC Toulon s'est incliné à Bayonne à l'issue d'une incroyable addition de faits contraires

Ils ne pouvaient pas gagner ! Ce mercredi soir 29 décembre, les Toulonnais ont accumulé en un seul match tous les coups du sort possibles et imaginables. Exclusion définitive précoce, sorties sur blessure des deux ouvreurs de métier, décisions arbitrales influencées par l'écran géant du stade... N'en jetez plus !

Rien, mais rien ne pouvait conduire le RCT vers le succès, une victoire pourtant dans ses cordes au vu d'une prestation adverse tout sauf écrasante. Frustration et colère ont ainsi accompagné l'équipe varoise à l'heure de quitter le stade Jean-Dauger. Dès le coup de sifflet final, Philippe Saint-André, particulièrement remonté, est allé parler à l'arbitre M. Raynal qui prenait la direction des vestiaires. La rage du directeur sportif de Toulon allait se prolonger bien après encore. Ce n'est pas tant l'expulsion de Suta qui était au coeur de son courroux, mais plus généralement une succession d'erreurs techniques supposées.

Battu pour la première fois depuis son piteux déplacement à Toulouse (44-5) le 30 octobre, le RC Toulonnais voit revenir l'Aviron Bayonnais à sa hauteur dans la course à la qualification européenne. Il devra reprendre sa marche en avant, dimanche, avec la réception de Biarritz. À quinze contre quinze si possible. La formation provençale avait déjà été obligée de jouer pratiquement tout un match en infériorité numérique. C'était à Brive où une cravate de Kefu avait été sanctionnée au bout de quatre minutes seulement. Hier, le scénario s'est répété. Cette fois, le RCT a dû évoluer durant une heure à quatorze après le carton rouge fort justement infligé à Suta, coupable d'un violent plaquage à l'épaule sur Martin, K.-O. dans l'affaire.

Groggy, Contepomi devait l'être à son tour, en tout début de 2e mi-temps. À peine entré en jeu à la place de Wilkinson, également touché dans un contact en milieu de première période, l'ouvreur argentin allait quitter le terrain prématurément lui aussi après être mal retombé en voulant s'interposer sur une charge adverse. Contepomi sorti, c'est son compatriote Fernandez Lobbe qui a, alors, officié comme buteur ! Pour le coup, le 3e ligne a démontré de vraies aptitudes pour la fonction, enquillant une pénalité sous des... " Argentina! Argentina!" scandés par le public.

Une drôle de soirée, vraiment! Celle-ci a naturellement tourné en faveur de Bayonne, mais avant de commencer à céder en toute fin de 1re mi-temps, le RCT avait pourtant non seulement pris les commandes du match à la faveur d'une deuxième pénalité de Wilkinson (6-3 à la 26e minute), mais il s'était, en outre, offert deux franches opportunités d'essai maladroitement conclues. Sur la première, Lamont, héritant d'un ballon astucieusement négocié par Messina, avait fait preuve d'un individualisme sidérant tout près de l'en-but. Sur la seconde, ce même Lamont, altruiste cette fois, avait lancé un Sackey, auteur d'un en-avant. Au coeur de la 2 e période, ce RCT, pratiquement réduit à une escouade d'éclopés (touché lui aussi, Messina a tenu sa place avec un bandage à une cheville), fut encore en mesure d'arracher le point du bonus défensif. Il lui fallut cependant se résigner à subir pour de bon. Mais c'est une forme de logique qui a du mal à passer dans les rangs toulonnais.

Laurent BLANCHARD

Var Matin

Le courage des Toulonnais n'a pas suffi

Le 30/12/2010

C'était mission impossible ! Réduit à quatorze après l'expulsion de Jocelino Suta peu après le quart d'heure de jeu, sans ouvreur suite aux blessures de Jonny Wilkinson et au KO de Felipe Contepomi dès le début de la seconde période, ajoutez à ce tableau peu reluisant un Juan Martin Fernandez Lobbe transformé en buteur d'occasion, et on comprend mieux - s'il en était encore besoin - que le RCT ne pouvait se sortir de ce véritable guêpier.

Les Toulonnais qui voulaient prendre leur revanche du match aller sur des Basques bons en défense mais limités dans l'ambition n'ont pas pu sortir victorieux d'un combat inégal. Le déplacement hier soir, à Bayonne, ressemblait à s'y méprendre au voyage en terre briviste en début de saison.

Dans ce contexte particulièrement défavorable au vu des circonstances, les « Rouge et Noir » ont pourtant fait mieux que de se défendre.

Un même scénario

Vaillants et faisant preuve d'un coeur à toute épreuve, les Varois auraient même mérité de ramener un petit quelque chose de ce déplacement compliqué sur la cote basque s'ils s'étaient montrés moins brouillons.

A Brive, Kefu avait écopé d'entrée de jeu d'un carton rouge suite à un plaquage haut sur l'arrière Palisson. En Corrèze, le match venait à peine de commencer (4e mn) qu'il en était fini des chances toulonnaises.

A Bayonne, hier soir, le scénario a été sensiblement le même. L'épaule en avant du seconde ligne toulonnais sur Rémy Martin et le «rouge» qui s'ensuivit a fait basculer le match.

Place à Biarritz

Les Bayonnais qui ont laissé au passage quatorze points au pied dont onze pour la seule première période n'ont inscrit qu'un seul essai.

Car pour le reste, ce sont les partenaires de Van Niekerk qui se sont montrés les plus joueurs. Avec l'énergie du désespoir, Lamont, Lovobalavu, Smith... n'ont pas ménagé leurs efforts tout au long de ces quatre-vingts minutes. Une confrontation qui aurait pu tourner à la correction sans une envie et une détermination varoise de tous les instants.

En faisant la mauvaise affaire de cette première journée des matchs retour, Toulon peut nourrir des regrets. Il rétrograde au classement avant de recevoir dans trois jours à peine un Biarritz qui viendra, lui aussi, dimanche à Mayol revanchard.

Paul MASSABO