Toulon - Montpellier

Toulon

Toulon

Essai(s)
42 - MESSINA
58 - SACKEY
Transformation(s) réussie(s)
43, 59 - WILKINSON
Pénalité(s) réussie(s)
10, 37, 40, 55 - WILKINSON
Carton(s) jaune
73 - HENJAK

29-13

mi-temps : 12-3

Top 14, 13ème journée

vendredi 03/12/10 - 20:45

Arbitre : Cyril Lafon assisté de Jean-Luc Rebollal et Sébastien Hébert.

Essai(s)
74 - PAILLAUGUE
Transformation(s) réussie(s)
75 - BUSTOS MOYANO
Pénalité(s) réussie(s)
39, 57 - BUSTOS MOYANO
Carton(s) jaune
54 - HANCKE
Montpellier

Montpellier

[RCT/MHR] Sans le bonus...

[RCT/MHR] Sans le bonus...

le 03/12/2010 à 23:21

Dans un match long à démarrer, le RCT s'impose 29 à 13 mais n'empoche pas le bonus offensif.

Dans un Mayol transi de froid, le Rugby Club Toulonnais a peiné en début de match.

Dès la 2e, Bustos Moyano se voit offrir la possibilité de scorer mais sa pénalité passe largement à côté des perches.

Toulon subit les assauts héraultais et doit compter sur sa mêlée pour sortir la tête hors de l'eau. D'ailleurs, ce sera sur une mêlée gagnée sur la ligne des 40"des vistieurs que Jonny Wilkinson - ovationné lors de l'annonce de son Oscar Midol de meilleur Joueur étranger du TOP 14 Orange - ouvrira le score (3 - 0, 9e).

L'ouvreur Anglais doublera la mise à la 15e  (6 -0) avant de connaître un échec à la 18e.

De son côté, l'ailier de Montpellier n'est décidemment pas en veine puisqu'il rate deux pénalités consécutivement à la 22 et la 26e.

"Wilko" porte le score à 9 à rien à la 36e avant que Montpellier ne trouve - enfin - la cible à la 38e (9 - 3).

Sur la sirène, Sir Jonny réussit une 4e pénalité et les deux formations rentrent aux vestiaires se réchauffer sur le score de 12 à 3 en faveur des locaux.

A la rerpise, c'est Toulon qui a l'initiative du jeu. Et, après une action un peu confuse, Geoffroy Messina marque le 1er essai de la partie. M. Lafon demandera l'arbitrage vidéo pour valider à la 42e l'essai. Jonny Wilkinson transforme et le score est désormais de 19 à 3 (43e).

Alors que Pierre Mignoni est remplacé par Matt Henjak à la 50e, Hencke se met à la faute et écope d'un carton jaune (54e). Jonny passe la pénalité qui s'en suit (22 - 3).

Bustos Moyano réussit une 2nde pénalité à la 56e (22 - 6) avant que Paul Sackey ne marque le 2nd essai Varois. Là encore, M. Lafon a recours à la vidéo pour valider la réalisation de l'Ailier Anglais. "Wilko" transforme et le score est de 29 à 6 avant l'heure de jeu.

Le coaching tourne à plein dans les deux camps et le jeu est relativement hâché.

Sur une attaque des visiteurs, Toulon se met à la faute et Matt Henjak écope d'un carton jaune (73e). En infériorité numérique, le RCT craque et Paillaugue - rentré à la 73e - marque le seul essai héraultais à la 74e. Face aux perches, Bustos Moyano ne peut rater la transformation et le score se porte à 29 - 13.

Ce sera le score final de ce match de reprise après 3 semaines d'arrêt. On retiendra la bonne mêlée Toulonnaise et les vélléités offensives affichées par les Ailiers Jérémy Sinzelle et Paul Sackey. Une mention spéciale à Jonny "Oscar" Wilkinson qui a sorti un match plein en attaque comme en défense, n'hésitant pas à aller au contact.

JJG
Photo : Aurélie LANTUS

les Vidéos de Toulon - Montpellier

Geoffroy Messina - Conférence de presse d'après match Toulon-Montpellier du 03.12.10 (Top 14)

Geoffroy Messina

Conférence de presse d'après match Toulon-Montpellier du 03.12.10 (Top 14)

Fabien Galthié - Conférence de presse d'après match Toulon-Montpellier du 03.12.10 (Top 14)

Fabien Galthié

Conférence de presse d'après match Toulon-Montpellier du 03.12.10 (Top 14)

Philippe Saint-Andre - Conférence de presse d'après match Toulon-Montpellier du 03.12.10 (Top 14)

Philippe Saint-Andre

Conférence de presse d'après match Toulon-Montpellier du 03.12.10 (Top 14)

Mourad Boudjellal - Conférence de presse d'avant match Toulon-Montpellier du 02.12.10 (Top 14)

Mourad Boudjellal

Conférence de presse d'avant match Toulon-Montpellier du 02.12.10 (Top 14)

les Photos de Toulon - Montpellier

Joe Van Nierkerk. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Geoffroy Messina, Joce Suta et George Smith. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Geoffroy Messina, George Smith, Rudy Wulf et Jérémy Sinzelle. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
George Smith. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney, Carl Hayman, Sébastien Bruno et Joce Suta.  - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Carl Hayman, Pierre Mignoni, Laurent Emmanuelli et Jérémy Sinzelle. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
George Smith, Kris Chesney et Laurent Emmanuelli. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk et Jérémy Sinzelle. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Laurent Emmanuelli, Joce Suta, Sébastien Bruno, Christophe Samson et Pierre Mignoni. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk et Jonny Wilkinson. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Laurent Emmanuelli, Joe Van Niekerk et Geoffroy Messina. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk, Laurent Emmanuelli et Geoffroy Messina. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Rudy Wulf et Paul Sackey. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Paul Sackey. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson, Laurent Emmanuelli et Pierre Mignoni. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Mafileo Kefu, Carl Hayman, Pierre Mignoni et Jonny Wilkinson. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Geoffroy Messina. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Mafileo Kefu et Carl Hayman. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Joce Suta et Jonny Wilkinson. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Rudy Wulf, Joe Van Niekerk, Jérémy Sinzelle et Pierre Mignoni. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk et Geoffroy Messina. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Jérémy Sinzelle. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Joe Van Nierkerk. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Laurent Emmanuelli et Christophe Samson. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Sébastien Bruno, Joe Van Niekerk, Pierre Mignoni et Laurent Emmanuelli. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Maifleo Kefu, Pierre Mignoni et Carl Hayman. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Joce Suta, Jonny Wilkinson et Paul Sackey. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Paul Sackey et Joce Suta. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney, Paul Sackey et Joce Suta. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson, Carl Hayman, Pierre Mignoni, Sébastien Bruno et Kris Chesney. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Joce Suta et Matt Henjak. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson et Joe Van Niekerk. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Paul Sackey. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Paul Sackey. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Matt Henjak, George Smith, Christophe Samson et Joce Suta. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Joce Suta. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
George Smith, Paul Sackey et Dean Schofield. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus
Geoffroy Messina, Joe Van Niekerk et George Smith. - Toulon-Montpellier -  © Aurélie Lantus

Rugbyrama

Toulon se replace.

Le 03/12/2010

Toulon s'est imposé ce vendredi soir contre Montpellier (29-13) et confirme ainsi son succès à Perpignan il y a un mois. Grâce à cette victoire, le RCT se rapproche encore de la tête du championnat. Malgré de belles intentions dans le jeu, le MHR a manqué de réalisme pour espérer réaliser un coup.

Wilkinson, Wilkinson, toujours et encore Wilkinson… Certains pourront penser qu’un compte-rendu de match du RCT se résume à chaque fois à la même chose quand Toulon s’impose. Mais comment faire autrement ? Car si les hommes de Philippe Saint-André l’ont emporté face à Montpellier, ils le doivent encore en partie à leur ouvreur et véritable chef d’orchestre. Certes, il n’a inscrit aucun des deux essais grâce auxquels l’équipe varoise s’est envolée après la pause. Certes, nombre de ses partenaires ont aussi été en vue au cours de cette seconde période parfaitement maîtrisée. Mais en première mi-temps, alors que le RCT a été sérieusement bousculé et dominé par son adversaire, c’est bien lui qui a permis aux siens de regagner les vestiaires avec neuf points d’avance (12-3).

D’ailleurs, à la mi-temps, on peut dire que Montpellier avait déjà laissé passer sa chance… Ambitieux, proposant une belle variété dans le jeu et percutants dans le sillage des Gorgodze, Fakate, Hancke ou Ouedraogo qui avançaient à chaque impact, les Héraultais ont squatté le camp toulonnais en début de match. Sans réussite. Et c’est le cas de le dire ! Car s’ils ne sont pas parvenus à inscrire d’essai durant cette période de domination, ils ont obtenu plusieurs pénalités, dont quatre bien placées pour leur buteur, l’ailier Bustos Moyano. Résultat ? Un triste un sur quatre pour l’Argentin. En face, c’était tout l’inverse. Non seulement Jonny Wilkinson a dégagé plusieurs fois son équipe de manière efficace mais il a aussi offert un nouveau récital dans ses tentatives au pied. De loin, de près, dans l’axe, en coin… Tout y est passé. Quatre sur cinq avant la pause pour un sept sur huit au final.

Réalisme trop tardif pour Montpellier

Wilkinson avait ouvert la voie du succès… Et en seconde période, ses partenaires ont enfin embarqué. En effet, le RCT est revenu sur le terrain avec de meilleures intentions. Une nouvelle attitude qui a payé même si c’est à la suite de ballons de récupération négociés à merveille que les Varois ont la différence. D’abord une magnifique relance depuis leur propre camp, un jeu au pied opportuniste de Van Niekerk pour une conclusion de Geoffroy Messina sous les poteaux (42e). Puis encore un réalisme effroyable avec une action au large lancée par le même Joe Van Niekerk et après un relais de Messina, l’Anglais Paul Sackey marquait l’essai en force (58e).

En moins d’un quart d’heure, les Toulonnais avaient douché les espoirs de Montpelliérains qui regretteront longtemps leur manque d’efficacité offensive. Une efficacité finalement retrouvée dans une fin de match entièrement héraultaise, avec l’essai plein de malice de Benoît Paillaugue, après une pénalité rapidement jouée à la main (74e). Trop tard pour un MHR qui aura tout de même eu le mérite de priver de bonus offensif un adversaire direct dans la course aux phases finales. Même si Toulon se contentera très certainement de ce succès, malgré un score flatteur. Un succès qui permet surtout aux joueurs du président Bourdjellal de se caler confortablement parmi le peloton de tête. Le RCT est bien de retour. Définitivement.

Jérémy FADAT

La Dépêche du Midi

Toulon plus réaliste.

Le 04/12/2010

Le score est très sévère pour les Montpelliérains qui ont fait l'essentiel du jeu. Mais ces derniers ont été trop pénalisés sur leurs actions et ont surtout manqué de réalisme à la main et aux pieds; leur Bustos-Moyano laissant ainsi neuf points en route lors de la première période.

Tout le contraire d'une équipe de Toulon, solide sur ses bases, qui a su marquer à chaque fois qu'elle en eut l'occasion.

Toulouse champion d'automne

Au final, les Héraultais ne repartent même pas avec le point de bonus défensif et laissent le tiutre d'automne au Stade Toulousain, certain de terminer premier avant même le match de cet après-midi à Clermont. Le défi varois devra être d'une tout autre dimension le week-end prochain avec le retour de la Coupe d'Europe devant les London Irish.

Rugby365.fr

Toulon sur le podium.

Le 03/12/2010

Le jeu
Toulon est reparti du bon pied après un mois de coupure. Les Toulonnais ont confirmé leur victoire acquise à Perpignan (26-20) avant la trêve internationale. Les hommes de Philippe Saint-André ont pourtant été ballottés par les Montpelliérains. Les Héraultais, deuxièmes du classement, ont en effet démarré la rencontre avec l'intention de garder la possession de balle. Dominés, les Toulonnais vont profiter des erreurs adverses pour engranger les points grâce à Jonny Wilkinson (4/5 en première mi-temps). Les coéquipiers de Fulgence Ouedraogo ont payé cher leur indiscipline au sol mais aussi le manque de réussite au pied de Martin Bustos Moyano (1/4 en première mi-temps).

Avec neuf points de retard à la pause (12-3), les hommes de Fabien Galthié avaient accumulé un petit handicap. L'écart a rapidement gonflé avec un essai de Messina consécutif à un ballon de récupération dans le camp toulonnais (19-3, 44eme). Dur pour le MHR qui a peu à peu perdu pied. Dix minutes après le premier essai, Hancke a écopé d'un carton jaune pour un hors-jeu. Une aubaine pour les Toulonnais qui en ont profité pour inscrire un deuxième essai par Sackey. Le RCT a exploité à merveilles ses ballons de récupération pour faire la différence. Les coéquipiers de Joe Van Niekerk n'ont pas réussi à produire plus de jeu pour arracher le bonus. En fin de match, les Héraultais ont sauvé l'honneur. Insuffisant pour enchaîner une sixième victoire consécutive. Toulon monte sur le podium.

Les Toulonnais
Toulon a réalisé une excellente opération au classement pour ses retrouvailles avec Mayol. Jonny WILKINSON, auteur de 19 points au pied a prouvé que son opération à l'épaule au début du mois de novembre n'était plus qu'un mauvais souvenir avec un seul échec au pied et beaucoup d'intentions de jeu. L'Anglais a parfaitement manœuvré en compagnie de Pierre MIGNONI. Les Toulonnais ont su accélérer au retour des vestiaires avec un essai de Geoffroy MESSINA consécutif à un astucieux coup de pied de Joe VAN NIEKERK. Le capitaine toulonnais a livré un très bon match. Le deuxième ligne Christophe SAMSON, sorti en deuxième mi-temps après s'être blessé à une cheville, a été l'un des meilleurs Toulonnais avec une très grosse activité en défense. Paul SACKEY retrouve progressivement son niveau avec un essai plein de volonté. Sur l'autre aile, Jérémy SINZELLE a aussi été très actif.

Les Montpelliérains
Les Montpelliérains peuvent avoir des regrets. Les hommes de Fabien Galthié ont très bien démarré le match en mettant la main sur le ballon. Mais Martin BUSTOS MOYANO a gâché trop de munitions au pied (3/7) pour concrétiser la domination héraultaise. Un manque de réussite dommageable d'autant que les Héraultais ont accumulé les fautes à l'image de FAKATE, sanctionné à deux reprises en première mi-temps. Fulgence OUEDRAOGO a effectué un bon retour même s'il a reconnu avoir manqué d'automatismes avec ses partenaires après trois semaines de coupure internationale. L'exclusion temporaire de HANCKE a coûté cher aux hommes de Fabien Galthié avec un essai concédé pendant ces dix minutes d'infériorité. Benoît PAILLAUGUE, auteur d'un essai en fin de match, a sauvé l'honneur quelques minutes seulement après son entrée en jeu.

Nicolas COUET

L'Equipe.fr

Flatteur pour Toulon.

Le 03/12/2010

Grâce à deux essais de Messina et Sackey, Toulon dispose de Montpellier (29-13) en ouverture de la 13e journée de Top 14. Malgré sa domination territoriale, le MHR a rarement pu inquiéter le XV de la Rade.

A RETENIR
Ce n'est pas une victoire imméritée. Elle restera flatteuse. Tombeur de Montpellier (29-13) ce vendredi à Mayol, Toulon confirme son succès décroché avant la trêve internationale à Perpignan (20-29). Désormais installé à la troisième place du Top 14, le RCT s'est surtout rassuré avec la botte de Jonny Wilkinson (7/8), de retour de blessure (épaule), et une mêlée conquérante. Auteurs de deux essais par l'intermédiaire de Geoffroy Messina (43e) et Paul Sackey (58e), les Varois ont affiché un léger mieux dans leur mouvement au large. En contre, exclusivement. Mais la vraie déception provient bien de Montpellier, dominateur mais tellement impuissant. Après avoir enthousiasmé le Championnat en début de saison, les Héraultais proposent désormais des enchaînements nettement plus poussifs. «On ne sait pas trop ce qui va se passer car on était bien lancés», avouait Fabien Galthié avant la rencontre. Le coentraîneur du MHR doit désormais s'adapter à cette «bizarrerie» qui sacre le Stade Toulousain champion d'automne.

LE TOURNANT DU MATCH : 59e
Les Montpelliérains auront connu de vrais problèmes dans le jeu au sol avec de nombreuses situations de hors jeu. Réduits à quatorze après le carton jaune adressé au deuxième-ligne sud-africain Drickus Hancke (53e), les Héraultais ont précipité la victoire du XV de la Rade avec l'essai de Paul Sackey (59e). Un essai inscrit en trois temps, dans l'en but, par le trois-quarts aile anglais que M. Lafon n'aurait pas dû accorder.

IL S'EST DISTINGUE : JEREMY SINZELLE
Pour son quatrième match cette saison, Jérémy Sinzelle s'est montré à son avantage. Sur les rares offensives de Toulon, l'ailier a systématiquement fait la différence dans les un contre un, se permettant même de trouver des brèches au sein de la défense du MHR. A seulement 20 ans, à revoir.

IL A DIT...
«En première mi-temps, on leur offre des points en se faisant bêtement pénaliser, a regretté le capitaine de Montpellier Fulgence Ouedraogo au micro de Canal Plus. Ils marquent sur deux contres. On a laissé tomber des ballons sur des approximations et ils marquent deux essais en contre qui nous font mal à la tête. On s'accroche mais on est encore trop de brouillon. Au final, on a des regrets.»

Var Matin

Le RCT s'impose sans trembler.

Le 04/12/2010

Fallait-il craindre cette reprise après un mois de repos forcé ? Face au dauphin du championnat venu sans pression, oui. Indéniablement.

Voilà, pourquoi il fallait prendre le match par le bon bout.

Après son succès début octobre en terre catalane, le RCT ne pouvait se permettre de se prendre de nouveau les pieds dans la pelouse de Mayol comme en tout début de saison. Les Toulonnais face à une surprenante mais constante formation héraultaise (juste à un petit point du leader toulousain) se devaient de l'emporter pour recoller au haut du tableau pour ce match avancé de cette 13e journée.

Saint-André et ses hommes savaient que le rendez-vous face à la bande à Galthié pouvait s'avérer « compliqué ». Il ne le fut pas longtemps.

D'entrée les Montpelliérains montrent qu'ils sont venus pour faire du jeu.

Lors des dix premières minutes, ils monopolisent le ballon. Mais curieusement, Toulon marque les premiers points en exploitant les erreurs de l'adversaire. La botte de Wilkinson faisait le reste. En face Bustos Moyano (Plus de 85 % de réussite avant la rencontre) se montre maladroit lors de ses trois premières tentatives sur autant de fautes des locaux.

Du côté de la mêlée varoise, c'est rassurant. Elle se montre à son avantage devant un pack adverse chahuté. Si la possession de ballon reste en faveur des hommes de Galthié, la défense rouge et noire en place ne se fait jamais prendre en défaut. Pugnaces et rigoureux, les Toulonnais d'un réalisme à tous crins tourne avec un avantage flatteur au repos.

Messina fait le break

Sur un ballon récupéré par Samson dès le retour sur le terrain, Van Niekerk avance, donne à suivre au pied et Messina à la course alors que Sackey est victime d'une obstruction devance son homologue. Toulon vient de faire le trou mais préfère enfoncer le clou au pied sur une nouvelle pénalité.

En supériorité numérique, le RCT en dedans lors du premier acte fait mieux que de pointer le nez dehors. Van Niekerk et Sinzelle de tous les bons coups se multiplient et sur une belle offensive et un dernier cadrage de Messina, Sackey revenu intérieur s'arrache pour marquer.

Smith et les siens sont désormais à la recherche du point de bonus, d'autant qu'en face Tomas et ses partenaires accusent le coup. Mais pas très longtemps. Ils entament un joli baroud qui s'avère payant en fin de match grâce à Paillaugue aperçu à son avantage.

Au cours d'un match sérieux, Toulon a assuré l'essentiel et s'est aussi rassuré pour une reprise prometteuse.

Paul MASSABO

Sport 24

Toulon plus pragmatique.

Le 03/12/2010

Toulon a parfaitement négocié la reprise du Top 14 en dominant Montpellier (29-13) vendredi soir à Mayol. Les Varois ont su se montrer opportunistes et pragmatiques pour l'emporter.

Mourad Boudjellal peut exulter sur le bord de touche. Après plus de trois semaines d’interruption en raison des matches internationaux, son club a parfaitement négocié la reprise du Top 14 en écartant Montpellier (29-13). Après leur succès à Perpignan avant la trêve (20-29), les Varois enchaînent deux performances concluantes qui leur permettent de s’installer durablement dans les places qualificatives aux phases finales. De son côté, le MHR risque de regretter son manque de réalisme en première période...

Wilkinson dompte Bustos-Moyano

«Après trois semaines de trêve on a été au rendez-vous, souligne Pierre Mignoni. On s’est dit des choses et on a bien bossé depuis deux mois. Il a fallu se remettre en question.» Un changement d’état d’esprit qui porte ses fruits puisque les Varois ont su rapidement se mettre à l’abri grâce notamment au jeu au pied de Jonny Wilkinson qui permettait au RCT de virer en tête à la pause (12-3, 40e). Un score qui ne reflétait pas pour autant la domination territoriale des Héraultais dans ce premier acte. La faute à un criant manque de réussite de Bustos-Moyano, malheureux dans ses tentatives face aux perches (4e, 23e, 27e). Des erreurs que Montpellier allait payer cash au retour des vestiaires.

Deux essais en contre

En effet, plus rapide sur un ballon de contre, Messina offrait le premier essai à ses partenaires (19-3, 42e). Puis ce fut au tour de Sackey de se mettre en évidence (29-6, 58e). Les hommes de Fabien Galthié ne pouvaient que constater les dégâts… «En première période on a fait le jeu et on se fait pénaliser, rogne Fulgence Ouedraogo. Après la pause on essaie de rectifier le tir mais on se prend deux essais en contre qui font mal à la tête.» Même la réalisation de Paillaugue en fin de match (73e) ne redonnera pas le sourire au capitaine montpelliérain qui gardera «des regrets sur cette partie».

Baptiste DESPREZ

La Provence

Toulon s'installe un peu plus.

Le 04/12/2010

Vainqueur d'un pâle Montpellier hier soir (29-13), le RCT a conforté sa place dans le haut du tableau.

Il restait encore vingt bonnes minutes, mais le temps était déjà venu de respecter les traditions. Ordinairement, on attend encore avant de célébrer un succès, jets de journaux en tribune principale et ola générale à l’appui. Hier, c’est l’essai de Paul Sackey, le deuxième de la soirée pour Toulon, qui a lancé les festivités dans un Mayol pressé de se réchauffer.

Sur le coup, l’ailier anglais venait de conclure un lumineux mouvement et on voyait mal comment un adversaire aussi peu inspiré que Montpellier hier pouvait encore inverser la tendance d’ici à la sirène. Le dauphin du leader Toulouse s’est réveillé bien tardivement pour justifier son statut et l’essai du rentrant Paillaugue n’a rien changé.

Ce final assez peu maîtrisé peut laisser une drôle d’impression dans les rangs d’une formation toulonnaise qui avait largement les moyens et le temps pour se détacher avec plus de netteté. Sa supériorité fut si limpide par moments qu’elle aurait pu entrevoir le point du bonus offensif. Pour cela, il lui aurait fallu insister davantage sur les faiblesses héraultaises. Le RCT ne l’a pas fait.

Ambitions intactes

Mais ce manque de constance n’enlève rien à son bilan comptable. Avec cette victoire, Toulon, vainqueur à Perpignan juste avant la trêve internationale, poursuit sa remontée dans la première partie du tableau. Après avoir perdu du terrain sur ses principaux concurrents en raison de deux échecs concédés au Stade Français et à Toulouse, le voici à nouveau bien positionné, à l’affût des tout premiers rangs. À ce stade de la saison, les ambitions du club varois restent intactes dans ce Top 14.

Malgré un début de championnat très hésitant (deux revers à Mayol notamment), il compte ce matin davantage de points que l’an passé à la même époque, lui qui avait terminé l’exercice en question sur une demi-finale. Engagé en H-Cup au cours des deux prochaines semaines et un double rendez-vous face aux London Irish, le RC Toulonnais aura l’occasion de conforter un peu plus encore ses prétentions en se rendant à Bayonne, en plein cœur des fêtes de fin d’année.

Hier, tout ne fut pas flamboyant cependant et le match a longtemps encouragé à la somnolence. Il fallut un ballon de récupération de Samson exploité en plein par Messina après un relais au pied de Van Niekerk pour débloquer une situation relativement figée à ce moment précis. Jusqu’à cet éclair, survenu à l’entame de la 2e période, les débats avaient tardé à décoller et cette partie s’était, alors, enlisée dans un jeu d’attaques stériles, sans génie. On avait surtout eu droit à une affaire de défenses.

Rigoureux et discipliné dans cet exercice, le RCT aura le plus souvent privé son adversaire de solutions au cours d’une 1ère mi-temps qui avait déjà été à sens unique, ou presque. Durant cette même période, il a également pu compter sur l’extrême fébrilité de Moyano, promu botteur dans les rangs héraultais en l’absence de Trinh-Duc, blessé. L’international argentin a ainsi dilapidé trois tentatives au pied loin d’être insurmontables, ruinant les rares opportunités arrachées par son équipe dans le camp toulonnais, un terrain peu propice aux fautes techniques, hier. Attentive et bien en place, parfaitement lancée aussi par l’essai de Messina, la formation provençale allait définitivement mettre son emprise sur une soirée tout sauf compliquée.

Laurent BLANCHARD

Midi Libre

Montpellier doit se cramponner après la défaite à Toulon (29-13).

Le 04/12/2010

Toujours accroché dans le haut du panier à la fin de la phase aller, le MHR a tous les atouts pour éviter la glissade. Attention, terrain gelé, voire miné... Premier des clubs en vue à en avoir terminé avec la phase aller, dès vendredi soir à Toulon, Montpellier reste bien accroché à sa place de dauphin. Malgré la défaite, les hommes de “Galthié and co” ont le droit de savourer cette place, inespérée il faut l’avouer, en début de saison. C’est d’ailleurs le message (récurrent) que veut faire passer en premier le technicien héraultais, un poil irrité, en conférence de presse, après ce MHR - RCT de vendredi soir : « On nous promettait l’enfer en début de saison, regardez où nous en sommes à mi-saison. Il ne faut pas oublier d’où nous venons. »

C’est vrai que, vu comme ça, Montpellier n’a pas du tout à rougir de sa phase aller, qui a vu les Héraultais s’imposer neuf fois (dont quatre à l’extérieur) sur treize rencontres. Et personne, dans ce club encore fragilisé par des soubresauts politico-financiers, mais porté, heureusement, par la réussite du sportif, n’oublie d’où il vient. Mais bon, désormais, il faudrait voir un peu où il va. Car la suite (sur le terrain s’entend, on ne vous parle pas des discussions actuelles à l’heure où les “gros salaires” négocient leurs futurs contrats) n’incite pas à l’euphorie.

Passé la suite du Challenge européen (réception puis déplacement à Bourgoin), qui pourrait concrétiser les ambitions hors frontières du club, le MHR va avoir fort à faire en Top 14. En fait, c’est le début du calendrier à l’envers, avec six matches à haut risque (réception de Biarritz, déplacement au Racing-Métro, derby contre Perpignan, visite à Toulouse, Clermont à la maison, et enfin un voyage à Castres).

Des “gros” qui, surpris à l’aller par l’allant de Montpellier, ont appris désormais à décrypter le jeu héraultais. Un jeu qui, à l’image de ce qu’ont montré à Toulon les Héraultais, semble s’émousser dès que tous les ingrédients ne sont pas réunis. On veut parler des absences des Trinh-Duc, Doumayrou, Bérard, Alcalde et autre Nagusa.

Ou bien quand se dérègle le pied de son buteur argentin fétiche ou se délite la cohésion de sa mêlée. Bref, Montpellier est encore fragile. « Nous ? On vise le maintien », claque Fabien Galthié. Une façon de continuer dans l’optique de début de saison. Les portes de l’enfer que certains prédisaient au MHR ne se sont pas refermées. Celles du paradis restent ouvertes...

Jean-Loup ROBERTIER

Midi Libre

Toulon sans forcer devant Montpellier.

Le 04/12/2010

Toulon, tout en maîtrise, a facilement disposé vendredi d'une faible équipe de Montpellier à court de puissance, dans un stade Mayol ravi de retrouver son équipe après la trêve internationale, en match avancé de le 13e journée de Top 14 (29-13).

Dans un froid vif, le RCT, plus que jamais en course pour le Top 4, a éprouvé pourtant d'abord un peu de mal à trouver son rythme, d'autant que Montpellier montrait d'entrée de belles intentions.

Au fil de la première période, les joueurs de Philippe Saint-André allaient cependant monter en puissance, mettant peu à peu la main sur le ballon.

Dominateur en mêlée et supérieur en touche, le RCT ouvrait le score par Wilkinson (10), de retour de blessure. L'ouvreur anglais concrétisait ensuite les temps forts varois (16, 36, 41) par
pénalités.

De plus en plus à l'aise dans les transmissions alors que les Héraultais multipliaient imprécisions et erreurs à l'image de leur buteur Bustos auteur d'un très maigre 1 sur 4 dans l'exercice des pénalités en première période, le RCT menait logiquement 12-3 à la pause.

Dès la reprise, les Varois enfonçaient le clou. Samson récupérait ainsi habilement un ballon au sol dans ses 22 m. Sur la contre-attaque de 70 m, Messina allait à l'essai (43), transformé par Wilkinson.

Dépassé physiquement, Montpellier, privé il est vrai de nombreux cadres, subissait la puissance varoise. Wilkinson rajoutait 3 points (54), puis très vite Sackey donnait plus de volume à cette avance sur un essai en bout de ligne (58) de nouveau transformé par l'ouvreur international anglais.

En toute fin de match, la formation de Galthié parvenait à trouver la faille et inscrivait un essai, anecdotique, par Paillaugue (74).

Le défi varois devrait être de toute autre dimension le week-end prochain avec le retour de la coupe d'Europe devant les London Irish...

Sports.fr

Toulon, reprise de haute volée.

Le 03/12/2010

Après trois semaines de trêve internationale, le Top 14 a repris ses droits ce vendredi et a vu Toulon prendre le meilleur sur Montpellier (29-13) en ouverture de la 13e journée. Sur la pelouse de Mayol, Jonny Wilkinson a compilé 19 points et porté les siens vers une victoire synonyme de coup d'arrêt pour le MHR. Et de titre de champion d'automne pour le Stade Toulousain.

Sonny Bill Williams n'a pas fait le voyage pour rien. Venu assister à la rencontre de ses anciens partenaires, le trois-quart néo-zélandais a constaté de ses propres yeux que la machine toulonnaise n'était pas enrayée après trois semaines d'interruption liée aux rendez-vous internationaux. Restée sur une victoire de choix face à Perpignan (29-20) lors de la 12e journée du Top 14 disputée le 4 novembre dernier, la formation varoise a enchaînée lors de cette 13e levée en signant un nouveau succès, une nouvelle fois acquis aux profits d'un gros poisson puisque Montpellier se rendait à Mayol dans un surprenant costume de dauphin du leader toulousain.

Un statut que les Héraultais défendent en entame, se montrant les plus entreprenants dans les premières minutes de jeu. Le début de match est bien maîtrisé par le MHR avec une bonne variété dans le jeu proposé par les visiteurs mais ces derniers butent au moment de transformer leurs bonnes dispositions en points. La faute au pied trop imprécis de Bustos Moyano, l'ailier argentin ratant une première fois la cible malgré une position favorable (3e). Un facteur qui s'avéra déterminant puisque dans le camp adverse, un certain Jonny Wilkinson ne se fait pas prier pour briller et rappeler qu'il n'est pas le meilleur réalisateur du Top 14 pour rien.

Merci Wilko !

Après une faute en mêlée héraultaise, Wilko passe le ballon entre les perches pour ouvrir la marque après 10 minutes de jeu (3-0). Cinq minutes plus tard, Fakaté se met à la faute en conservant le cuir au sol et l'ouvreur anglais en profite pour offrir trois points supplémentaires à son équipe (6-0, 15e). Le réalisme des locaux est criant puisque leurs deux premières venues dans les 35 mètres du MHR se paient cash au tableau d'affichage. L'avantage toulonnais n'est pas contesté puisque Bustos Moyano vendange à deux nouvelles occasions (22e, 26e) avant de régler la mire (39e) tandis que Wilko offre un récital en passant un total de quatre pénalités dans le premier acte, la dernière à la sirène (12-3, 40e).

Après le repos, si le duel de buteurs n'est plus au coeur des débats, les deux formations se montrant plus disciplinées, Toulon ne tarde pas avant d'inscrire le premier essai de cette rencontre. Geoffroy Messina tape à suivre et dépose Juan Figallo avant d'aller aplatir, quelques secondes avant que Wilkinson ne transforme (19-3, 43e). Une réalisation aux allures de coup de massue pour un MHR qui semble avoir laissé ses bonnes initiatives au vestiaire alors que Wilko creuse un peu plus l'écart après le carton jaune de Drikus Hancke, sanctionné pour une position de hors-jeu (22-3, 54e).

Toulouse, champion d'automne

Le mal est fait pour les hommes de Fabien Galthié, un peu plus dans les cordes lorsqu'à l'heure de jeu, Paul Sackey enfonce le clou en même temps qu'il aplatit en force malgré le bon retour de Santiago Fernandez. M. Lafon valide l'essai après l'intervention du vidéo-arbitrage (29-6, 59e) et enterre les dernières illusions héraultaises. La fin de partie et cet essai tout en malice de Benoît Paillaugue pour le MHR (29-13, 74e) n'empêche pas Toulon de s'offrir sa huitième victoire de la saison et de remonter au troisième rang provisoire. Fin de série en revanche pour Montpellier qui tombe après trois victoires de rang en Top 14 et offre le titre de champion d'automne au Stade Toulousain, avant même la dernière sortie des Haut-Garonnais dans cette phase aller du championnat, samedi à Clermont.

Rémy DE SOUZA

Var Matin

RCT : quatre points gagnés, un perdu.

Le 05/12/2010

Toulon a assuré l'essentiel, vendredi soir, en s'imposant à la maison (29-13) face à une ambitieuse formation montpelliéraine.

Au prix d'une première période marquée par un réalisme irréprochable (encore merci, M. Wilkinson) et une défense particulièrement vigilante, les Toulonnais ont pris le match comme il fallait. Et ce d'autant que la bande à Galthié avait l'initiative du jeu.

Au cours de ce premier acte, les Rouge et Noir se sont mis dans une situation favorable pour remporter la mise. Mais c'est au cours de la seconde période, entamée de la meilleure des manières avec un essai en contre signé Messina, que le RCT s'est mis à l'abri de toute mauvaise surprise.

Prendre les points, mais lesquels ?

A 19-3 en faveur des Varois, Fabien Galthié, le lucide coach de Montpellier lâchait un brin fataliste : « Maintenant, je ne vois pas comment on pourrait revenir au score. » A cet instant, il est vrai, Julien Tomas et ses coéquipiers avaient la tête dans le seau. Il ne restait plus qu'une ou deux pierres à rajouter et l'affaire était définitivement dans le sac.

La cause était en tout cas entendue, la victoire pliée. Restait à savoir si le RCT était capable face au dauphin du Top 14 de prendre le point du bonus.

Une demi-heure plus tard, on allait être fixé. Les hommes de Saint-André en assurant le score - ils choisirent à la 54e minute de taper la pénalité aux trente mètres de face plutôt qu'aller chercher la pénaltouche - n'ont pas affiché la détermination suffisante pour prendre un point supplémentaire.

« Faut prendre les points quand ils se présentent », a t-on coutume d'entendre dans le rugby en général, au RCT en particulier après notamment la finale perdue en Challenge européen la saison dernière. Pour autant, si les points au tableau d'affichage sont importants, ceux du classement général encore plus.

Voilà pourquoi, il nous semblait opportun face au MHR d'oser davantage alors que le score était acquis.

Au-delà des deux échecs à la maison, le staff varois regrette le point du bonus laissé à Bourgoin ou encore la défaite concédée au stade de France. Désormais, il peut ajouter le point du bonus offensif laissé sur le pré de Mayol contre Montpellier, qui manquait de tranchant.

Si Toulon a montré qu'il savait se mettre à l'abri, il doit encore apprendre à enfoncer le clou. Toujours est-il qu'à mi-championnat, le RCT pointe à la quatrième place, fidèle à son tableau de marche.

Paul MASSABO

La Provence

Toulon, la grande accélération.

Le 05/12/2010

Tout va toujours très vite à Toulon. Le Drômois Philippe Saint-André le rappelle souvent. Et si le directeur sportif du RCT, passé auparavant par Clermont, Gloucester, Bourgoin ou Sale, réitère fréquemment cette remarque, ce n'est jamais par hasard. "PSA" s'y emploie pour mesurer le chemin parcouru par le club varois depuis trois ans, une trajectoire qu'on a tendance à oublier dans le bouillonnement propre à la Provence.

Revenu en Top 14, le promu toulonnais avait sauvé sa place sur le fil au printemps 2009. Une saison et demie plus tard, la notion de performance a sensiblement évolué. Au RCT, l'exploit désormais n'est plus de se maintenir parmi l'élite. Cela consiste à se hisser toujours plus haut. Un changement d'objectif opéré sans transition, ou presque. La "faute" à ce même Saint-André, arrivé à l'été 2009 et auteur d'un premier exercice quasi parfait avec Toulon (demi-finaliste du Top 14 et finaliste du Challenge Européen).

"SBW" intéressé par un retour

Aujourd'hui, le technicien, visiblement marqué par les critiques formulées durant un début de saison laborieux, réclame un peu de temps encore. "Dès que tu perds un ou deux matches à Toulon, tu as l'impression qu'il y a la crise, souligne "PSA". Mais bon, même dans les moments délicats (deux revers consécutifs à Mayol devant Bayonne et le Racing-Métro, puis au Stade Français et à Toulouse), on est restés solidaires. À chaque fois, les joueurs ont su réagir."

Ils l'ont encore démontré en dominant, vendredi, Montpellier, dauphin du leader Toulouse, après s'être imposés à Perpignan. À mi-championnat, les voici largement en phase avec un tableau de marche qui doit au moins les conduire vers les demi-finales, au Vélodrome, en mai prochain.

Mais comme rien ne se fait à allure modérée à Toulon, la saison 2011-2012 s'est depuis longtemps invitée dans l'actualité du club. Symbole de cette cadence particulièrement soutenue ? Sonny Bill Williams. Présent sur la Rade tout au long de cette semaine, l'international néo-zélandais, ancien du club (2008-2010), ne s'est pas contenté de jouer les VIP vendredi à Mayol. Très proche du groupe durant son séjour, "SBW" pourrait carrément le réintégrer dans un an, à l'issue de la Coupe du monde. Il y songe très sérieusement.

D'autres renforts potentiels se trouvent dans des dispositions identiques. C'est le cas de Sheridan, Ashley-Cooper, Elsom et Sivivatu, des éléments contactés de façon plus ou moins catégorique. Il en va de même pour Palisson (Brive), Gorgodze ou encore Julien Tomas (Montpellier). "Le RCT a un oeil sur moi, reconnaît ce dernier. C'est une aventure qui pourrait me tenter, car ce club a l'ambition de gagner le titre de champion très prochainement." Avant même de rejoindre éventuellement Toulon, Tomas s'est déjà adapté au contexte. Un indéniable atout.

Laurent BLANCHARD

Les actus du match