Bourgoin - Toulon

Bourgoin

Bourgoin

Essai(s)
Transformation(s) réussie(s)
Pénalité(s) réussie(s)
6 - DI BERNARDO
Drop(s) réussi(s)

3-26

mi-temps : 3-16

Top 14, 8ème journée

vendredi 24/09/10 - 20:45

Arbitre : Romain Poite (Limousin) assisté d'Eric Gauzins (IdF) et Gérard Gacon (Auvergne).

Spectateurs : 8000

Essai(s)
38 - LOVOBALAVU
64 - WULF
Transformation(s) réussie(s)
39, 65 - WILKINSON
Pénalité(s) réussie(s)
4, 20 - WILKINSON
Drop(s) réussi(s)
35, 43 - WILKINSON
Toulon

Toulon

[CSBJ/RCT] Il n'aura manqué que le bonus offensif...

[CSBJ/RCT] Il n'aura manqué que le bonus offensif...

le 24/09/2010 à 21:34

Avec 2 essais marqués, le RCT échoue d'un souffle dans la quête du bonus offensif. Toulon s'impose 26 à 3.

Pierre-Rajon se remplissait peu à peu et l’on entendait déjà les « Allez Toulon ! »à l’adresse des Joueurs Varois.

Sous un ciel noir de jais et avec une pelouse grasse, les Toulonnais effectuaient leurs gammes pour se chauffer. Ils en avaient besoin, la température ne dépassant guère les 15°…

Pierre Buée, l’Homme de terrain de Canal ce soir, prenait les dernières indiscrétions auprès du Staff Toulonnais, tandis que Bernard Labouré, arrière des années 60/70 du RCT, était venu encourager ses « descendants » sous le maillot Rouge et Noir.

Bourgoin avait annoncé qu’il comptait mettre la pression sur le RCT et c’était fait dès l’échauffement avec le défilé des Supporters Berjalliens avec mascotte, banderole et fanfare…

Le retour des Ciel et Grenat aux vestiaires après leur échauffement sur un terrain annexe était salué comme il se doit par le public. Les Toulonnais rentraient dans plus d’indifférence…

Alors que le speaker lançait un « Allez Bourgoin, tes supporters sont là » proscrit par les règlements de la LNR, les deux formations faisaient leur entrée sur la pelouse.

C’était à Di Bernardo de donner le coup d’envoi face au Faron. Toulon commettait un en-avant sur la réception et M. Poite sifflait la première mêlée dans nos 40’’ (1e). Le RCT obtenait un bras cassé et attaquait la ligne. Jonny Wilkinson tapait un petit coup de pied que Tian maitrisait mal avec un en-avant dans ses 40’’.

Cette fois la mêlée était introduction Pierrot Mignoni.

Le pack Toulonnais faisait l’effort. L’action partait à gauche du terrain avec un maul. Toulon multipliait les pick and go. Sur une sortie de balle, Bourgoin se mettait à la faute, Jooste tapant le ballon en avant (4e).Troisième mêlée dans les 40’’ berjallien et Toulon met la misère à la mêlée adverse : pénalité pour le RCT. Face aux perches, Jonny ouvre le score (0 – 3, 4e).

Sur le renvoi, c’est aux Varois de se mettre à la faute. Di Bernardo ramène les deux formations à égalité (3 – 3, 6e).

Les Rouge et Noir sont bien dans le match et sont entreprenants à l’image de George Smith qui, en position d’ailier et servi sur un pas par Saimone Taumoepeau, tape un petit coup de pied qu’un Berjallien met en touche (9e).

Mais Dewald Senekal commet une faute dans l’alignement… Sur la sortie en mêlée, Di Bernardo dégage son camp (10e).

Toulon cafouille avec un dégagement direct en touche (12e). Jooste transperce la ligne sur la touche et Bourgoin porte le danger dans les 22’’ Toulonnais. Le RCT défend bien et récupère une pénalité (13e).

George Smith est pris en l’air sur la touche qui s’en suit : pénalité que va tenter Wilko des 52’’ à droite (14e).

Sous quelques sifflets, le ballon s’élève et touche le poteau extérieur…

Mais les Varois repartent à l’attaque. Les pick and go sont légions mais Bourgoin défend bien. Fotu Auelua perce mais oublie le ballon. Rory Lamont le reprend mais est stoppé. M. Poite donne toutefois mêlée introduction Toulon dans les 40’’ Berjalliens (18e).

Saimone Taumoepeau et le droitier isérois sont appelés par le référé qui les sermonne sur des problèmes de tenue en mêlée…

Sur la deuxième introduction, M. Poite donne pénalité pour les Joueurs de Juan Fernandez-Lobbe. En bord de touche gauche et de 32’, Jonny W. ne la rate pas (3 – 6, 20e).

Les Gros d’Aubin Hueber font le métier en mêlée sur le renvoi et Jonny trouve une touche dans les 2’’ adverses (21e).  Dewald Senekal prend le ballon et Jonny tente le drop. Il est contré. Gabby Lovobalavu repart. Le ballon arrive dans les mains de Rory Lamont qui est pris sur la ligne (23e). L’arrière écossais ne libère pas et Bourgoin peut se dégager sur pénalité…

Sur un temps fort Berjallien dans nos 30’’, Toulon récupère le cuir par Joce Suta sur une mêlée ouverte et se dégage (26e).

Wessel Jooste vient se jeter dans un regroupement (28e) et Toulon trouve une touche dans les 22’’ Ciel et Grenat. Joce Suta dévie sur Pierre Mignoni et le ballon file à l’aile gauche où Thierry Brana est projeté en touche (29e).

Le RCT met la pression et campe dans le camp adverse. A 10’’ de la ligne, Saimone Taumoepeau lâche le ballon (32e).

Toulon multiplie les temps forts mais ne score pas. Attention à ne pas laisser trop de points en route…

Sur la mêlée introduction CSBJ, c’est Toulon qui sort le ballon mais un « contact » annihile une nouvelle action chaude (33e).

Les Joueurs de PSA sont dominateurs dans tous les secteurs du jeu et occupent le terrain. Cependant, l’avance n’est toujours que de 3 petits points à moins de 10 minutes de la pause…

Sur une nouvelle action initiée sur l’aile droite, au terme d’un regroupement, Jonny claque le drop (3 – 9, 35e).

Bourgoin se met à la faute et des 60’’ en bord de touche droit, Jonny prend ses responsabilités. Le ballon sera un peu court (37e).

Sur le renvoi, Jonny récupère et tape à suivre. Gabby Lovobalavu est le plus véloce. M. Poite demande l’arbitrage vidéo. Anthony Forest n’a pas empêché le Fidjien de marquer puisque l’essai est accordé (38e).

Sur la ligne des 22’’, légèrement à gauche, Jonny porte le score à 16 à 3 (39e).

Et Toulon repart à l’assaut. Di Bernardo se blesse et c’est Laloo qui le remplace sur la sirène.

Sur la mêlée, Bourgoin est une nouvelle fois pénalisé. Le porte-tee DCNS 1000 rentre sur le terrain et des 45’’ très légèrement à gauche, Jonny rate sa 3ème pénalité de la soirée…

Les Joueurs du Président Boudjellal ont réalisé une première période dans la lignée de celui de samedi face à Clermont.

Forts en mêlée, sérieux en touche et disciplinés, les Toulonnais doivent toutefois concrétiser un peu plus leurs actions. Pour Bourgoin, le constat est plus délicat : dominés, ils se montrent en plus trop indisciplinés.

Sur le coup d’envoi de la 2nde période, le ballon finit directement en touche… Toulon reprend le ballon en mêlée. Toulon attaque par ses centres. Change d’aile et revient au centre. Mais finalement Bourgoin se dégage. Sauf que le ballon tapé par Basson finit dans les bras de Wilko qui claque le drop des 35’’ (3 – 19, 43e).

A la 46e, Bourgoin commence le coaching. Toulon continue à presser.

Mais les locaux redressent la tête. Comme avec cette touche trouvée par Forest dans nos 22’’ (47e). Ou sur une longue séance de pcik and go à la 48e. La maladresse iséroise stoppera l’action.

Premier changement à la 49e côté Toulonnais avec la sortie de Dewald Senekal qui est remplacé par Christophe Samson.

Les Varois sont encore dangereux avec un ballon qui sort en touche dans les 22’’ Berjalliens (51e). Le dégagement des locaux ne sortira pas des 22’’. Toulon commet un en-avant… Le pack Toulonnais ne respecte pas les commandements et M. Poite siffle un bras cassé (53e). Puis, magnanime avec les Joueurs d’Eric Catinot, siffle une pénalité contre le RCT…

Jean-Charles Orioli remplace Sébastien Bruno à la 54e.

Lorsque Bourgoin attaque, ils perdent le ballon et c’est Pierre Mignoni qui trouve une touche dans les 40’’ adverses (55e). Le lancer n’est pas droit et mêlée introduction Toulon.

Bourgoin écope d’un bras cassé. Mais les Varois vendangent le ballon qui est rendu par le référé aux Isérois…

David Janin transperce la défense Toulonnaise et Anthony Forest vient se faire prendre par la défense Varoise (58e). Alors que le banc isérois hurle au loup en réclamant un « jaune », c’est une pénaltouche qui est choisie. Juan Fernandez-Lobbe vient perturber l’alignement et M. Poite siffle mêlée à 5’’ introduction Pierre Mignoni. Le Capitaine Toulonnais part au ras et Jonny peut dégager (59e).

Bourgoin commet des fautes puériles comme sur cette touche gagnée où un Berjallien ceinture Pierre Mignoni pour l’empêcher de défendre au ras (61e).

Au terme d’une action, sans doute entachée d’un écran par Joe El Abd, Rudi Wulf marque en coin (3 – 24, 64e).

En bord de touche droit et sur la ligne des 22’’, Jonny aggrave le score : 26 à 3 tandis que Joe El Abd est remplacé par Olivier Missoup.

Bourgoin n’abdique pas à l’image d’Anthony Forest qui perce une nouvelle fois mais sert en-avant un de ses partenaires (67e).

Pierre Mignoni sort, remplacé par Matt Henjak (67e) et Saimone Taumoepeau par Benji Bastères. Puis, touché sur l'action précédente, Gabby Lovobalavu est remplacé par Felipe Contepomi (68e).

Felipe Contepomi, justement, récupère le cuir sur une attaque Berjallienne, Rudi Wulf transperce et sert acrobatiquement Rory Lamont qui ne peut contrôler à 10" de l’en-but (70e).

Davit Kubriashvili remplace Carl Hayman (72e) et Clément Marienval, Rory Lamont (74e).

Bourgoin jette ses dernières forces dans la bataille mais se montre toujours maladroit.

En mêlée, les pensionnaires de Pierre-Rajon sont au supplice et Toulon tente de marquer un 3ème essai synonyme de bonus offensif.

Sur une mêlée introduction Bourgoin, c’est Juan Fernandez-Lobbe qui part derrière son pack (78e). Mais M. Poite siffle en faveur du CSBJ tandis que des « Toulon ! Toulon ! » partent de derrière les perches.

Cette fois, l’introduction est pour Matt Henjak. Les Gros font l’effort. Bourgoin se met à la faute. La sirène retentit.

Toulon reprend la mêlée. Bourgoin défend sa ligne. Les charges Rouge et Noire viennent s’échouer sur de courageux Isérois.

M. Poite siffle sur le score de 26 à 3.

Il n’aura manqué que le bonus au RCT...

Les Joueurs de Philippe Saint-André ont une nouvelle fois fait preuve de réalisme, notamment grâce à la botte de Jonny Wilkinson même si l'artilleur Toulonnais n'a tourné qu'à 56% de réussite (3 pénalités ratées et 1 drop contré pour 1 pénalité, 2 drops et 2 transformations enquillés=). Si les deux essais Toulonnais sont sujets à caution (ballon applati du visage de Gabby Lovobalavu et l'écran de Joe El Abd sur l'essai de Wulf), Toulon a envoyé du jeu et s'est montré conquérant et apliqué face à des Berjalliens courageux mais rapidement mis sous la pression, notamment en mêlée fermée où le Huit Varois a pris l'avantage avec un Carl Hayman qui a disputé la quasi totalité du match. Notons également la bonne discipline des partenaires de Pierre Mignoni qui, à l'instar du match face à Clermont, ont commis un minimum de fautes.

Reste désormais à bien gérer le match de vendredi prochain face au Castres Olympique avant de se lancer dans l'aventure européenne.

JJG

les Vidéos de Bourgoin - Toulon

Fabien Cibray - Réaction de Fabien Cibray après le match face à Bourgoin (8e journée Top 14 Orange 2010/2011). Désolé pour la qualité du son.

Fabien Cibray

Réaction de Fabien Cibray après le match face à Bourgoin (8e journée Top 14 Orange 2010/2011). Désolé pour la qualité du son.

Aubin Hueber - Réaction d'Aubin Hueber après le match face à Bourgoin (8e journée Top 14 Orange 2010/2011). Désolé pour la qualité du son.

Aubin Hueber

Réaction d'Aubin Hueber après le match face à Bourgoin (8e journée Top 14 Orange 2010/2011). Désolé pour la qualité du son.

Clément Marienval - Réaction de Clément Marienval après le match face à Bourgoin (8e journée Top 14 Orange 2010/2011). Désolé pour la qualité du son.

Clément Marienval

Réaction de Clément Marienval après le match face à Bourgoin (8e journée Top 14 Orange 2010/2011). Désolé pour la qualité du son.

Philippe Saint-André - Réaction de Philippe Saint-André après le match face à Bourgoin (8e journée Top 14 Orange 2010/2011). Désolé pour la qualité du son.

Philippe Saint-André

Réaction de Philippe Saint-André après le match face à Bourgoin (8e journée Top 14 Orange 2010/2011). Désolé pour la qualité du son.

Thierry Brana - Conférence de presse d'avant match Bourgoin-Toulon du 21.09.10

Thierry Brana

Conférence de presse d'avant match Bourgoin-Toulon du 21.09.10

Aubin Hueber - Conférence de presse d'avant match Bourgoin-Toulon du 21.09.10

Aubin Hueber

Conférence de presse d'avant match Bourgoin-Toulon du 21.09.10

les Photos de Bourgoin - Toulon

Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Carl Hayman, Sébastien Bruno, Pierre Mignoni et Saimone Taumoepeau. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni, George Smith et Carl Hayman. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Gabby Lovobalavu, Juan-Martin Fernandez-Lobbe, Carl Hayman, Pierre Mignoni et Jonny Wilkinson. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joce Suta, Saimone Taumoepeau, Pierre Mignoni, Dewald Senekal et Joe El Abd. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joe El Abd et Sébastien Bruno. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni et Carl Hayman. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Joce Suta. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni, Carl Hayman, Rudi Wulf et Dewald Senekal. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Gabby Lovobalavu, Jonny Wilkinson et Carl Hayman. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson, George Smith et Sébastien Bruno. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Saimone Taumoepeau, Joe El Abd et Carl Hayman. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Thierry Brana, Joe El Abd et Saimone Taumoepeau. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
George Smith. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Fotu Auelua. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
George Smith, Joe El Abd, Saimone Taumoepeau, Pierre Mignoni et Dewald Senekal. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Christophe Samson, Saimone Taumoepeau et Sébastien Bruno. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Carl Hayman, Christophe Samson, Saimone Taumoepeau et Jean-Charles Orioli. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
George Smith, Gabby Lovobalavu et Olivier Missoup. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
O. Missoup, B. Bastères, J.-C. Orioli, J. Wilkinson, C. Hayman, C. Samson et J. Suta. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Felipe Contepomi et Rudi Wulf. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Rudi Wulf. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Felipe Contepomi, Jonny Wilkinson et Olivier Missoup. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson, Matt Henjak, Christophe Samson et Rudi Wulf. - Bourgoin-Toulon -  © Aurélie Lantus

Rugbyrama

La leçon toulonnaise.

Le 24/09/2010

En match d'ouverture de la 8e journée, Toulon s'est confortablement et logiquement imposé (26-3) sur le terrain de Bourgoin, ce vendredi soir. Et les Varois peuvent presque être déçus de ne pas avoir empoché le point de bonus offensif tellements ils se sont montrés supérieurs à leurs adversaires.

Sans une conquête performante, pas de munitions. Sans munitions, pas de ballons exploitables. Sans ballons exploitables, pas d’occasions de scorer… L’équation peut paraître simpliste mais c’est pourtant le constat que dressaient les Berjalliens dès le coup de sifflet final. Surclassés dans tous les compartiments du jeu par une équipe toulonnaise retrouvée, les Isérois n’ont jamais été en mesure d’inquiéter leurs adversaires. Alors certes, les deux seuls essais inscrits par les Varois sont contestables dans leur légalité. Le premier a été accordé à Gabrieli Lovobalavu (38e) après intervention de l’arbitrage vidéo alors que le centre du RCT semble avoir aplati avec le visage. Sur le second, marqué par Rudy Wulf (64e), Joe El-Abd a clairement commis une obstruction auparavant dans l’action. Oui mais voilà, les Toulonnais se sont montrés tellement souverains que les joueurs locaux peuvent difficilement se cacher derrière cet argument.

La domination de la mêlée varoise

D’entrée, le pack varois affichait sa nette supériorité en mêlée fermée. Sanctionné à plusieurs reprises dans ce secteur, le huit de devant berjallien n’était pas en mesure de mettre sa ligne de trois-quarts dans des situations favorables. Et au fil du match, les visiteurs prenaient même le dessus en touche… Et encore, si Jonny Wilkinson - auteur tout de même de deux drops ! - avait connu sa réussite habituelle en ce qui concerne les pénalités tentées (trois coups de pied ratés en première mi-temps), le score aurait gonflé encore plus rapidement (16-3 pour Toulon à la pause). Finalement, le seul moment où cette rencontre aurait pu basculer est intervenu à la 58e minute. Le RCT menait 19-3 quand le centre isérois David Janin trouvait enfin un intervalle et mettait le feu dans les 22 mètres toulonnais... Mais le CSBJ ne réussissait à conclure. Dans les deux minutes qui suivaient, ces mêmes Isérois perdaient deux ballons dans l’alignement sur leurs propres lancers. Dans la foulée, Wulf anéantissait les ultimes espoirs locaux (26-3, score final).

Pas de bonus offensif

Les hommes de Philippe Saint-André peuvent juste regretter de ne repartir d’Isère qu’avec quatre points dans leur escarcelle. Alors qu’ils avaient parfaitement géré leur avantage au score durant la seconde période, ils ont tenté d’accélérer dans les dernières minutes. Mais les Varois ont manqué de clairvoyance et de patience, à l’image de Juan Martin Fernandez-Lobbe qui a décidé de jouer une pénalité rapidement à la main à dix mètres de l’en-but berjallien (77e) alors que son entraîneur lui hurlait de choisir la mêlée… Malgré tout, le RCT, qui recolle au haut du tableau après des débuts poussifs, vient d’enchaîner trois succès de rang et monte surtout en puissance dans le jeu. De quoi rassurer le président Mourad Boudjellal. Quant aux Berjalliens, ils restent scotchés à la place de lanterne rouge… Et au vu de la performance de leurs troupes ce vendredi soir, les entraîneurs Xavier Péméja et Eric Catinot doivent être très inquiets.

Jérémy FADAT

Rugbyrama

La leçon toulonnaise.

Le 24/09/2010

En match d'ouverture de la 8e journée, Toulon s'est confortablement et logiquement imposé (26-3) sur le terrain de Bourgoin, ce vendredi soir. Et les Varois peuvent presque être déçus de ne pas avoir empoché le point de bonus offensif tellements ils se sont montrés supérieurs à leurs adversaires.

Sans une conquête performante, pas de munitions. Sans munitions, pas de ballons exploitables. Sans ballons exploitables, pas d’occasions de scorer… L’équation peut paraître simpliste mais c’est pourtant le constat que dressaient les Berjalliens dès le coup de sifflet final. Surclassés dans tous les compartiments du jeu par une équipe toulonnaise retrouvée, les Isérois n’ont jamais été en mesure d’inquiéter leurs adversaires. Alors certes, les deux seuls essais inscrits par les Varois sont contestables dans leur légalité. Le premier a été accordé à Gabrieli Lovobalavu (38e) après intervention de l’arbitrage vidéo alors que le centre du RCT semble avoir aplati avec le visage. Sur le second, marqué par Rudy Wulf (64e), Joe El-Abd a clairement commis une obstruction auparavant dans l’action. Oui mais voilà, les Toulonnais se sont montrés tellement souverains que les joueurs locaux peuvent difficilement se cacher derrière cet argument.

La domination de la mêlée varoise

D’entrée, le pack varois affichait sa nette supériorité en mêlée fermée. Sanctionné à plusieurs reprises dans ce secteur, le huit de devant berjallien n’était pas en mesure de mettre sa ligne de trois-quarts dans des situations favorables. Et au fil du match, les visiteurs prenaient même le dessus en touche… Et encore, si Jonny Wilkinson - auteur tout de même de deux drops ! - avait connu sa réussite habituelle en ce qui concerne les pénalités tentées (trois coups de pied ratés en première mi-temps), le score aurait gonflé encore plus rapidement (16-3 pour Toulon à la pause). Finalement, le seul moment où cette rencontre aurait pu basculer est intervenu à la 58e minute. Le RCT menait 19-3 quand le centre isérois David Janin trouvait enfin un intervalle et mettait le feu dans les 22 mètres toulonnais... Mais le CSBJ ne réussissait à conclure. Dans les deux minutes qui suivaient, ces mêmes Isérois perdaient deux ballons dans l’alignement sur leurs propres lancers. Dans la foulée, Wulf anéantissait les ultimes espoirs locaux (26-3, score final).

Pas de bonus offensif

Les hommes de Philippe Saint-André peuvent juste regretter de ne repartir d’Isère qu’avec quatre points dans leur escarcelle. Alors qu’ils avaient parfaitement géré leur avantage au score durant la seconde période, ils ont tenté d’accélérer dans les dernières minutes. Mais les Varois ont manqué de clairvoyance et de patience, à l’image de Juan Martin Fernandez-Lobbe qui a décidé de jouer une pénalité rapidement à la main à dix mètres de l’en-but berjallien (77e) alors que son entraîneur lui hurlait de choisir la mêlée… Malgré tout, le RCT, qui recolle au haut du tableau après des débuts poussifs, vient d’enchaîner trois succès de rang et monte surtout en puissance dans le jeu. De quoi rassurer le président Mourad Boudjellal. Quant aux Berjalliens, ils restent scotchés à la place de lanterne rouge… Et au vu de la performance de leurs troupes ce vendredi soir, les entraîneurs Xavier Péméja et Eric Catinot doivent être très inquiets.

Jérémy FADAT

L'Equipe.fr

Bourgoin n'y est plus.

Le 24/09/2010

Défait à domicile par Toulon (3-26), Bourgoin s'enlise un peu plus à la dernière place du Top 14. Les Berjalliens n'ont jamais pu rivaliser avec le XV de la Rade. Le verdict est inquiétant pour les Isérois...

A RETENIR
Le mal est profond, très profond. Battu pour la troisième fois de la saison à Pierre-Rajon, Bourgoin n'a pas existé face au RC Toulon (3-26). Aubin Hueber, le coentraîneur toulonnais, redoutait «l'enfer» de Rajon. Mais il faut s'y faire : l'enceinte jadis imprenable de Bourgoin n'est plus habitée par l'esprit de sacrifice des Isérois. C'est donc logiquement, sans jamais être inquiétés, que les Varois ont récolté leur troisième victoire à l'extérieur. La formation de Philippe Saint-André regrettait presque d'avoir laissé filer le bonus offensif en fin de match. Le revers des Berjalliens est lui très inquiétant. Il confirme les propos d'Eric Catinot avant la rencontre. Le collectif des Ciel et Grenat est inexistant. Et leurs ressources mentales sont orphelines des Olivier Milloud et Julien Frier. Il y a vraiment urgence en Berjallie.

LE TOURNANT DU MATCH : 39e
A l'image de la première période face au Racing-Métro, la défense de Bourgoin a repoussé les charges des Varois pendant près d'une demi-heure. Mais la clairvoyance de Jonny Wilkinson a précipité le tournant du match. Sur un subtil coup de pied de l'ouvreur anglais, Lovobalavu poursuit au pied et sprint vers l'en-but. Le centre toulonnais devance Antony Forest et aplatit... avec le visage (14-3). L'essai est accordé après arbitrage vidéo. Le deuxième essai inscrit par Rudi Wulf (63e) est lui entaché d'une obstruction du troisième-ligne Joe El Abd.

LE SECTEUR CLE : LA MÊLEE
C'est sans doute l'image de trop pour les spectateurs de Rajon : celle de la mêlée berjallienne reculant systématiquement à chaque impact des Toulonnais. A l'image du pilier Pelo, les avants du CSBJ ont énormément souffert et ont concédé une litanie de pénalités en conquête. Les Ciel et Grenat n'ont jamais pu tirer profit de leurs rares ballons en touche et en mêlée fermée.

IL A BRILLE : JONNY WILKINSON
Après son festival contre Clermont au Vélodrome, Jonny Wilkinson (6/8 au pied) a une nouvelle fois débloqué la situation de son équipe. Auteur du coup de pied décisif sur le premier essai de la rencontre (39e), "Wilko" a surtout enquillé les points sur les temps forts du RCT. Avec deux drops à la clé, pied gauche et pied droit.

IL A DIT...
« On a perdu un nombre incalculable de ballons sur notre conquête, a regretté le demi de mêlée de Bourgoin Michael Forest au micro de Canal +. Les Toulonnais ont dû jouer presque 70 minutes et nous, on a mangé les miettes. On n'a pas été invités à manger ce soir. »

V.P-L

Le Dauphiné Libéré

CSBJ: c’était mission impossible.

Le 25/09/2010

Il y avait un monde d’écart, deux peut-être, entre Toulon et le CSBJ, hier soir. Entre, d’un côté, un candidat au Bouclier de Brennus, qui monte sérieusement en puissance, dans le sillage de son maître à jouer Jonny Wilkinson. Et, de l’autre, un XV ciel et grenat jouant avec ses moyens mais qui a réalisé en ce premier vendredi d’automne son moins bon match de la saison.

Peut-on en vouloir au CSBJ ? Affaibli par les graves blessures de ses piliers sud-africains Buckle et Du Preez (hernie discale), il a évolué hier avec une mêlée bancale, sur le reculoir constamment. Et “Wilko”, buteur implacable, a puni d’une pénalité chirurgicale son premier naufrage (5e).

Wilkinson implacable

Peu après, Alberto Di Bernardo répliquait de plus de 50 m en coin (3-3, 7 e). Mais son équipe est restée bloquée toute la première mi-temps dans son camp, sans parvenir à desserrer l’étau varois. Longtemps, la défense nord-iséroise endigua les assauts toulonnais. Silvère Tian retourna même sur la ligne l’arrière écossais Rory Lamont, qui se voyait déjà aplatir le premier essai (23 e).

Contré, le RCT s’en remettait à la botte de Wilkinson pour prendre ses distances au score (3-9, 35 e). Et puis, l’Anglais délivrait une passe au pied dans le dos de la défense, Lovobalavu était plus prompt que Tian à la réception et se jetait dans l’en-but en même temps qu’A. Forest. M. Poite validait (après assistance de la vidéo) un essai peu évident (38 e). Mais le trou était fait pour un CSBJ mal en point (3-16).

Et même si Wilkinson avait raté une pénalité dans ses cordes après la sirène, il claquait dès la reprise un drop du droit (!), qui scellait les espoirs du CSBJ de gagner le match (3-19, 43 e).

Restait à distribuer les bonus. Et on peut reconnaître aux Berjalliens la volonté d’avoir essayé. Avec Michaël Forest, de retour à la mêlée, qui tentait de dynamiser le jeu ; avec Tulou ou Coetzee, pour charger dans l’axe.

Mais les locaux butaient sur une défense bien en place, quand ils ne commettaient pas des maladresses.

Deux décisions défavorables

Surtout, ils évoluaient à 15 contre 16. Non pas que le public, éteint en deuxième mi-temps, encourageait Toulon. Mais M. Poite n’aidait pas le CSBJ. En ne sortant pas de carton jaune pour un talonnage à la main d’un Varois, alors que le CSBJ avait un ballon d’essai sur une attaque Janin-A. Forest. En fermant les yeux sur un écran d’un Toulonnais, qui empêchait les Nord-Isérois de défendre sur une attaque conclue par Wulf (3-26, 64 e). C’en était trop... Ce deuxième essai n’était pas suivi d’un troisième dans le dernier quart d’heure. Et le RCT, ultra-dominateur, ne repartait pas de Rajon avec le bonus offensif. Maigre consolation pour le CSBJ.

Florent COTTE

Le Progrès

Bourgoin n'y arrive plus...

Le 24/09/2010

Nouvelle défaite à domicile pour le CSBJ face à des Toulonnais puissants et opportunistes. Pas de bonus offensif pour les visiteurs mais rien non plus pour les « ciel et grenat » qui ne décollent pas de la dernière place.

Trois petits points marqués… et rien d’autre. Difficile soirée pour les Berjaliens qui n’auront rien pu faire face au défi physique des Toulonnais. Les essais de Lovobalavu (39e) et de Wulf (63e) conjugués au talent de Wilkinson (deux pénalités et deux drops) ont clairement montré les limites d’une équipe vaillante mais très limitée.

L’opération maintien est plus que jamais d’actualité pour le CSBJ tandis que du côté du RCT, la victoire les replace dans le dernier carré.

Rugby365.fr

Toulon passe la troisième.

Le 24/09/2010

Toulon a remporté sur la pelouse de Bourgoin sa troisième victoire à l'extérieur de la saison. Les Varois, qui signent aussi leur troisième succès de rang, confirment leur embellie mais n'ont pas réussi à prendre le bonus. Les Berjalliens, eux, concèdent leur septième défaite.  

Le jeu

Toulon a décroché sa troisième victoire à l'extérieur de la saison. Après ses succès à Biarritz et La Rochelle, le RCT s'est imposé sur le terrain de Bourgoin (3-26). Les Varois ont parfaitement maîtrisé leur sujet. Ils ont d'abord pris le score par la botte de Jonny Wilkinson avant de faire le break sur un essai de Lovobalavu à la 38eme minute. A la pause, les hommes de Philippe Saint-André menaient de treize points (3-16). Au retour des vestiaires, Toulon a de nouveau profité d'un temps fort pour passer trois points de plus grâce à un nouveau drop de son ouvreur anglais. Les Berjalliens ont enfin tenté de réagir à l'heure de jeu mais ils ont alors manqué de précision, notamment en touche. Ce sont finalement les Toulonnais qui ont de nouveau trouvé la faille. L'ailier Rudi Wulf a inscrit le deuxième essai de son équipe à la 64eme minute (3-26). Un essai qu'aurait dû refuser l'arbitre pour une obstruction. Bourgoin, toujours autant à la peine, n'est jamais revenu. Le CSBJ est plus que jamais dernier. Le RCT, lui, rejoint provisoirement le Racing-Métro en tête du classement. Il aurait pu prendre seul les commandes s'il était parvenu à prendre le bonus offensif. C'est d'ailleurs le seul regret de la soirée.

Les Berjalliens
Sale soirée pour le CSBJ. Dominés dans le jeu, les hommes de Catinot et Péméja ont perdu leur septième match mais aussi deux nouveaux joueurs. L'ouvreur Alberto DI BERNARDO et le troisième ligne Wessel JOOSTE ont respectivement été touchés à un mollet et à une hanche. Ils rejoignent une infirmerie déjà bien remplie. Tous deux avaient été plutôt à leur avantage avant de quitter le terrain prématurément. Pour le reste, les Isérois ont souffert, notamment en conquête à l'image de Vincent PELO et KOPELANI, remplacés en début de seconde période. Rares ont été les bons ballons à jouer. NADOLO, pas toujours très serein en défense, n'a ainsi pas pu s'illustrer. Il aura fallu attendre la 58eme minute pour que le CSBJ se procure une bonne occasion après un bon travail de JANIN.

Les Toulonnais
Après le carton contre Agen (41-10) et surtout la victoire face au champion de France clermontois (28-16) le week-end dernier à Marseille, le club de Mourad Boudjellal a signé sa troisième victoire de rang. Les Varois ont livré une prestation solide aussi bien en mêlée qu'en touche grâce notamment à leur capitaine Juan Martin FERNANDEZ-LOBBE. L'alignement toulonnais a imposé sa loi. Entré en seconde période, SAMSON s'est également illustré dans ce domaine. Bon match du pilier TAUMOPEAU. Le troisième ligne australien George SMITH a, lui, beaucoup plaqué et mis une grosse pression. Comme souvent, Jonny WILKINSON a été décisif. Ses coups de pied ont fait la différence. Et c'est d'ailleurs après une passe au pied que LOVOBALAVU a marqué son essai à la 34eme minute. Préféré à l'Anglais Paul Sackey, Thierry BRANA a tenté de faire la différence sur son aile. Le Néo-Zélandais Rudi WULF, lui, a bien pris ses marques depuis son arrivée cet été. Il a été récompensé par un essai peu après l'heure de jeu. Aligné au centre, AUELUA a apporté sa puissance. L'arrière écossais Rory LAMONT s'est procuré plusieurs occasions mais n'a pas réussi à les concrétiser. Dommage car cela aurait permis à son équipe de prendre le bonus offensif.

Jean-François PATURAUD

Sport 24

Toulon assomme Bourgoin.

Le 24/09/2010

Toulon s'est logiquement imposé face à Bourgoin (3-26) après un match parfaitement maîtrisé. Avec ce succès, le RCT se replace parfaitement dans le haut de tableau. Pour le CSBJ, le cauchemar continue.

Les meilleurs ont gagné. L’analyse est simpliste mais résume parfaitement le dénouement qui a vu Toulon l’emporter à Pierre-Rajon vendredi soir (3-26). Avec son troisième succès de la saison à l’extérieur, qui porte la série en cours à trois consécutif, le RCT se rassure après une entame difficile et repart même avec le regret de ne pas avoir pris le bonus offensif, synonyme de première place provisoire au classement. Signe que l’appétit et l’ambition des Varois sont bien présents si certains en doutaient. De son côté, Bourgoin reste scotché à la dernière place et continue son chemin de croix. La saison va être longue en Isère…

«On a mangé les miettes»

Dans ce match, la domination aura été totale de la part des hommes de Philippe Saint-André. En dévorant les Berjalliens en conquête et en les privant du ballon, les Toulonnais se sont rendu la partie facile. «C’est plus simple de jouer quand on a des ballons, reconnait Mickael Forest, dépité. On a mangé les miettes ce soir et on n’était pas invité au festin.» Difficile dans ces conditions d’espérer quelque chose face au dernier demi-finaliste du championnat. Grâce au jeu au pied du toujours excellent Wilkinson (5e, 19e, 35e, 39e) et un essai de Lovobalavu (39e), suite à un coup de pied par dessus de Sir Jonny, Toulon regagnait les vestiaires avec une avance confortable (3-19).

Seul regret, le bonus offensif

Même scénario dans le deuxième acte avec un Toulon dominateur et Bourgoin qui compte les points. Fort logiquement, les Varois marquaient un nouvel essai, entaché d’un passage à vide d’El Abd, par Wulf (3-26, 63e). Pour un score qui ne bougera plus malgré le siège des protégés de Mourad Boudjellal devant la ligne iséroise en fin de rencontre. «On a le regret de ne pas avoir pris le bonus, souffle Pierre Mignoni. C’est dommage, mais on retrouve un peu de confiance avec notre mêlée qui a été performante.» A défaut d’être gourmand, Toulon se satisfait de bonheur simple. Comme celui d’un troisième succès consécutif qui le replace définitivement dans la course au podium. Les meilleurs étaient bien au RCT.

Baptiste DESPREZ

Sports.fr

Bourgoin touche le fond.

Le 24/09/2010

Ça va mal à Bourgoin ! Opposé vendredi au RC Toulon, dans son antre de Pierre-Rajon, en ouverture de la 8e journée de Top 14, le CSBJ, complètement dominé en mêlée, a concédé sa septième défaite de la saison (3-26). Du coup, les Berjalliens restent scotchés à la dernière place, alors que les Varois remontent provisoirement à hauteur du Racing-Métro 92 en tête du classement.

"Ce match n'est pas encore vital, mais il est déjà capital." En quelques mots confiés au site internet du CSBJ, Eric Catinot avait résumé l'importance de cette rencontre face à Toulon. Bon dernier du Top 14 avant ce match, le club isérois n'avait déjà d'autre choix que d'accrocher un résultat favorable, au risque de voir ses concurrents désignés pour le maintien, Agen et La Rochelle, prendre le large, après seulement huit journées. Ce déclic tant attendu, ce nouvel élan appelé de ses voeux par le futur nouveau président, Arnaud Tourtoulou, ne sera en réalité jamais venu face au RCT. Dès l'entame de match, les joueurs de la Rade se seront installés dans le camp berjallien, pour ne plus jamais le quitter. Derrière un pack d'avants monumental et sans pitié pour son homologue du soir, notamment en mêlée où le pauvre Pelo aura souffert le martyr, Jonny Wilkinson aura laissé parler la précision de son pied gauche pour enfoncer les maigres espoirs berjalliens.

"No scrum, no win." Cet adage vieux comme le jeu de rugby lui-même, les joueurs ciel-et-grenat l'auront appliqué à leurs dépens de la pire des façons. Jamais, dans cette rencontre, le pack du tandem Catinot-Péméja n'aura su rivaliser avec son adversaire varois. Forts de cette supériorité évidente, et dans des conditions climatiques difficiles, Philippe Saint-André et ses hommes se seront faits pragmatiques, pratiquant un rugby au ras des regroupements afin de récolter des pénalités, pain béni pour leur ouvreur. Dès la 4e minute, c'est d'ailleurs Wilkinson qui ouvre le score, d'une pénalité en coin. Mais à ce moment, Bourgoin trouve cependant le moyen de réagir, Di Bernardo égalisant par une pénalité. 3-3, mais l'illusion ne dure pas. Dominateurs dans tous les secteurs de jeu, les Toulonnais campent dans les 22 mètres berjalliens, se heurtant longtemps à une défense en partie retrouvée. Mais à trop défendre, les fautes se multiplient, et Wilkinson redonne l'avantage aux siens (6-3), avant de claquer un drop (9-3) qui récompense la domination de ses « gros ». A cinq minutes de la pause, Bourgoin souffre donc énormément, mais reste au contact.

Le match bascule en cinq minutes


En réalité, cette rencontre va basculer en cinq minutes, avant et après la mi-temps. A la 38e minute, « Wilko » tape à suivre, Lovobalavu est le plus prompt, il prolonge au pied pour lui-même et plonge dans l'en-but malgré le retour de Forest. M. Poite fait alors appel à la vidéo, et si celle-ci semble montrer que le trois-quarts centre fidjien semble aplatir du visage, l'homme au sifflet accorde malgré tout l'essai du K.O. Comme un symbole de la période noire que traverse le CSBJ, qui se retrouve mené de treize points, Wilkinson n'ayant évidemment pas laissé passer la transformation.

Menés et malmenés au moment de regagner les vestiaires, les pensionnaires de Pierre-Rajon reviennent sur la pelouse avec la ferme intention de livrer une seconde période en tous points meilleure que la première, à oublier. Mais Jonny Wilkinson, dès l'entame de ce second acte, passe un drop du pied droit qui renvoie les joueurs isérois à leurs espoirs et leurs études. Ce nouveau coup d'éclat de l'ouvreur anglais offre une avance de seize points à sa formation, qui peut gérer un second acte qui verra Bourgoin peiner, tant et plus, perdant un nombre incalculable de ballons en conquête.

Le mot de la fin reviendra même à Rudi Wulf, le trois-quarts néo-zélandais multipliant les percées, marquant des points à la fois au tableau d'affichage et dans l'esprit de Philippe Saint-André dans son match à distance avec un Paul Sackey décevant depuis le coup d'envoi de la saison. Peu après l'heure de jeu, il est à la conclusion d'une longue période de conservation de balle toulonnaise, inscrivant le deuxième essai des siens dans cette rencontre (63e, 26-3).

Mignoni: "On retrouve l'esprit conquérant"

La moue de Saint-André au coup de sifflet final témoigne de l'ambition retrouvée du RCT, le technicien varois masquant sa déception de manquer le troisième essai, celui du bonus offensif, en fin de match. Il est vrai qu'il y avait la place, en ce vendredi pluvieux en terre iséroise, tant l'équipe locale aura montré un visage, certes courageux, mais bien insuffisant pour un Top 14 toujours plus exigeant. Après huit journées, soit presque le tiers de la saison, le CSBJ ne l'aura donc emporté qu'une fois, et se sera incliné à sept reprises. Si le maintien n'est pas encore hypothétique, il pourrait bien vite le devenir.

Loin de ces préoccupations, Pierre Mignoni et le RCT, une semaine après avoir battu Clermont, confirment donc leur regain de forme, comme en témoigne le demi-de-mêlée varois au micro de Canal + Sport après le coup de sifflet final : "La mêlée a été performante et nous a permis de tuer le match assez rapidement. On a eu un début de saison difficile, mais depuis un moment on retrouve de la confiance et l'esprit conquérant qui nous accompagnait la saison dernière." Bourgoin l'aura appris à ses dépens.

Mathieu ABADIE

La Provence

Toulon en avant toute !

Le 25/09/2010

Le RCT a enchaîné un troisième succès consécutif, hier soir, à Bourgoin.

On savait Bourgoin bien malade. Depuis le passage du RC Toulonnais, hier soir, son état est carrément critique. La formation provençale a d'abord été sans pitié avec un adversaire qui glisse à toute vitesse vers la ProD2. Elle a ensuite bénéficié de certaines largesses du corps arbitral sur deux essais assez contestables. Mais le succès varois ne relève en rien du scandale. De manière générale, le RCT n'a même pas eu à franchement forcer pour s'imposer. Il lui a seulement fallu être sérieux et discipliné en 1re mi-temps.

Pour s'être laissé aller à la facilité, il s'est trouvé exposé à un bref regain berjallien dans le courant de la 2 e période. Néanmoins, il est revenu dans le match à temps et fut même à deux doigts du point de bonus offensif à dix minutes du terme, mais au lieu de poursuivre son action, Wulf a opté pour une croisée malvenue avec Lamont. Avec cette troisième victoire de rang, le RCT continue d'emmagasiner les précieuses unités. Le voici 2e au classement provisoire ce matin, à égalité de points avec le Racing-Métro, vainqueur à Mayol, lors de la 3 ejournée.

Le temps des revers paraît loin désormais pour une équipe qui aura l'occasion de conforter sa place dans le haut du tableau avec la réception de Castres. Malgré des absences de taille en 1re ligne (les piliers Du Preez et Buckel, tous les deux blessés cette semaine), le CSBJ avait axé ses intentions sur la mêlée. Pour contrecarrer les objectifs isérois, le staff toulonnais avait composé un pack en conséquence. Senekal avait ainsi été préféré à Samson en 2e ligne pour de bien meilleures aptitudes à la poussée derrière Hayman.

Un essai du bout du nez

Le RCT a justement été performant dans ce domaine précis, mettant au supplice Tchougong et Pelo, les deux suppléants berjalliens aux postes de pilier. Avec une mêlée aussi conquérante, les opportunités se sont enchaînées pour Wilkinson et sa botte. Pourtant systématiquement conspué par le public de Rajon, l'Anglais ne s'est pas fait prier pour capitaliser sur la plupart des fautes et des espaces concédés par l'adversaire. Il aurait pu bonifier son compteur personnel sans une pénalité de 51 mètres repoussée par le poteau ou un drop contré par Michaël Forest.

Trop court sur une tentative de 60 mètres puis imprécis juste avant la pause, "Wilko" eut quand même le génie nécessaire pour ouvrir sur Lovobalavu. Lancé plein champ, ce dernier, à la lutte avec Anthony Forest, se coucha sur le ballon dans l'en-but après avoir tapé à suivre pour lui-même. Accordé par l'arbitre-vidéo, l'essai fut matière à débats, le 3/4 centre fidjien ayant apparemment aplati à l'aide du... nez. L'essai de Wulf, lui, allait être entaché d'un écran de Samson. Dernièrement encore, Mourad Boudjellal et Philippe Saint-André disaient attendre que la roue tourne à leur avantage. Il semblerait que cette période favorable soit arrivée.

Laurent BLANCHARD

AFP

Toulon donne la leçon à Bourgoin.

Le 24/09/2010

Toulon a poursuivi sa remontée vers les sommets du Top 14 de rugby en administrant une leçon (26-3) à Bourgoin, martyrisé en conquête sur son propre terrain et toujours dernier au classement, vendredi en match avancé de la 8e journée.

Après deux succès face à Agen et Clermont, les Toulonnais peuvent regretter de n'avoir pas ramené le point de bonus offensif au terme d'une partie totalement maîtrisée, en jouant précipitamment à la main une ultime pénalité près la ligne d'essai berjallienne.

Dépassé dans tous les domaines de la conquête directe, les Berjalliens n'avaient auparavant jamais fait illusion et n'ont inscrit que trois points par la botte de l'ouvreur argentin Alberto Di Bernardo, sorti sur blessure.

Leur calvaire de lanterne rouge se poursuit samedi prochain à domicile face à Brive, tandis que Toulon visera un quatrième succès d'affilée contre Castres.

A défaut d'efficacité totale, Toulon a pu réciter son rugby en multipliant les combinaisons et en prenant la marque grâce au pied de Jonny Wilkinson.

L'ouvreur anglais inscrivait deux premières pénalités obtenues sur des fautes berjalliennes en mêlées. Après deux échecs, il claquait un drop et créait dans la foulée la brèche qui amenait le premier essai peu académique du centre Gabrieli Lobovalavu, qui s'aidait de la tête pour aplatir (16-3 à la pause).

Wilkinson ajoutait un drop dès la reprise pour maintenir son équipe sur le même tempo. La réplique berjallienne se résumait à une seule percée de David Janin gâchée par un nouveau lancer perdu en touche.

Toulon accentuait sa domination et inscrivait un deuxième essai par l'ailier Rudi Wulf, très en jambes mais bien aidé par un apparente obstruction de son 3e ligne Joe El Abd. Wilkinson transformait avant le cafouillage gâchant le bonus offensif à la sirène.

Var Matin

RCT à Bourgoin: Mission accomplie !

Le 25/09/2010

«Ils vont faire un match à la mort », lâche grimaçant juste avant le début de cette rencontre annoncée chaude Saint-André. Le directeur sportif s’attend à un gros combat durant quatre-vingts minutes de la part de Bourgoin, l’actuelle lanterne rouge. Pour contrer la force des Berjalliens, le staff varois a aligné le puissant Senekal finalement préféré à Samson et Taumeopeau a été titularisé à la place de Bastères. Bref, question combat malgré les forfaits des piliers sud-africains Buckleb et du Preez d’un côté et d’Emmanuelli de l’autre, les deux formations sont armées. Côté toulonnais, on est tout de suite rassuré.

Les mêlées fermées sont en faveur de Toulon. Plutôt bon signe pour ne pas donner d’espoir aux locaux. D’autant que Fernandez Lobbe et ses partenaires impulsent du jeu, donnant ainsi vie au ballon. Hélas, si les Rouge et Noir ont la main mise sur le ballon, ils vont mettre du temps à concrétiser leurs temps forts.

Question occupation territoriale et possession du ballon, il n’y a pas photo dans ce premier acte. Toulon domine de façon écrasante et voit logiquement sa supériorité être récompensée par un essai. Wilko tape par dessus, Lovobalavu en footeux frappe à suivre au pied avant d’aplatir, à la lutte avec Anthony Forest.

En tournant au repos avec « seulement » treize points d’avance, le RCT ne s’est vraiment pas montré vorace face à des Berjalliens qui commettent beaucoup trop de grossières fautes de discipline pour inquiéter des Toulonnais plutôt sereins.

Les Toulonnais déroulent

Au retour sur le terrain, Wilko claque dans un fauteuil un nouveau  drop.

Mignoni et les siens jouent facile, presque trop. Dommage car la conquête est franchement varoise, d’autant qu’en face, la touche des Alpins est défaillante.

Les  hommes du tandem Pemeja-Catinot vont sortir – un peu – la tête de l’eau à l’heure de jeu mais Suta et consorts vont souquer ferme pour repousser la vague berjallienne sur leur ligne. Les Toulonnais au pied occupent de nouveau le terrain et après une percée d’Auelua, Wulf bénéficiant d’un écran de Samson marque.

Le RCT a désormais le bonus en point de mire. Les changements se multiplient  pour permettre aux uns de souffler, aux autres de se montrer.

Dans les ultimes instants, le capitaine argentin et ses hommes d’équipage poussent mais l’horizon de la victoire bonifiée reste bouché.

Les Rouge et Noir rendent malgré tout une copie propre  face à une formation de Bourgoin qui a du souci à se faire.

Quant à Toulon, venu au pied de Alpes pour remonter dans le classement, il a pleinement rempli sa mission.
 
Paul MASSABO

E-Bleu Marine

Toulon confirme tranquillement à Bourgoin.

Le 24/09/2010

Remis en confiance par sa victoire sur Clermont, le RCT a confirmé son regain de forme à Bourgoin (3-26). Les Berjalliens n’eurent guère le temps de se mettre en confiance durant ce match à sens unique. En effet, forts d’une conquête souveraine, les Rouge et Noir maîtrisèrent le cuir et dominèrent de la tête et des épaules le premier acte. La concrétisation tarda pourtant à venir. Les buteurs se répondirent dans un premier temps. Puis Wilkinson toucha du bois au quart d’heure de jeu avant de scorer en coin 5 minutes plus tard. Suite à un drop contré, l’ouvreur toulonnais écarta, Brana s’engouffra et Lamont voulut y aller seul mais fut retourné sur la ligne (23ème). Toujours dominateur, Toulon appuya dans le petit périmètre. Les gros travaillèrent dans les 22 adverses, plaçant impeccablement Wilkinson pour le drop (34ème).

Le break avant la pause

Le buteur fut ensuite passeur décisif sur le seul essai de la première mi-temps. Un essai assassin où Lovobalavu suivit son coup de pied par-dessus avant d’aplatir... de la tête juste avant la pause. Le RCT avait fait le break au meilleur moment. Après une nouvelle maladresse iséroise au pied, Wilkinson saisit l’opportunité d’inscrire un drop du droit. Catastrophique en conquête, Bourgoin se décida enfin à envoyer du jeu. Toulon subit un instant sans se désunir ni trembler, à l’image d’un Smith omniprésent. Seul Janin fit passer un frisson sur une prise d’intervalle (58ème). La réaction berjallienne fut bien timide. Au contraire, Toulon enfonça le clou sur un essai de Wulf entaché d’une obstruction (64ème). L’ailier se montra de nouveau à son avantage, 5 minutes plus tard, sur une superbe percée plein champ. Assuré de la victoire, le RCT chercha en vain le bonus offensif dans les énièmes secondes. Il avait depuis longtemps assuré la gagne et engrangeait donc 4 précieux points face à une équipe d’une faiblesse évidente.

Johan LIVERNETTE

Var Matin

Cette fois, c’est bien parti !

Le 26/09/2010

Le RCT, après sa probante victoire (26-3) sur une formation de Bourgoin diminuée et décevante, se retrouve au terme de cette huitième journée dans le haut du classement. En belle compagnie avec le Racing-Métro, Montpellier et Toulouse, les « rouge et noir » ont su, loin de Mayol, refaire comptablement leur retard pour désormais pointer dans le top 4.

Pour un début de saison raté, ce n’est finalement pas si mal.

Les hommes de Saint-André, qui ont parfaitement su maîtriser leur sujet à Pierre-Rajon, progressent doucement mais sûrement. Leur niveau de jeu s’est élevé singulièrement depuis leur succès à Marseille sur le champion de France clermontois. Au-delà des quatre points de la victoire, ils ont, au sortir du Vélodrome, marqué des points dans leur tête.

Un jeu plus ambitieux

Après une période de doute née des revers face à Bayonne et le Racing, Toulon se met en ordre de marche. Le jeu des Toulonnais est à présent plus ambitieux. En prenant le match par le bon bout et en menant rapidement au score, les Varois ont osé face à la lanterne rouge. Ils ont semblé s’affranchir d’un jeu aux multiples chandelles un peu trop stéréotypé pour faire vivre le ballon.

Bien sûr, en créant du mouvement et en multipliant les offensives, on s’expose nécessairement à créer du déchet. Pour autant, ce volume de jeu mis en place avec plus ou moins de succès, est signe de confiance. Le RCT qui monte graduellement en puissance doit poursuivre dans cette voie pour envisager des lendemains enchanteurs. En ce sens, Bourgoin, qui peut s’inquiéter pour son avenir au sein de ce Top 14, est une belle étape pour la bande à Mignoni.

« Sur les bons rails »

Tout en se réjouissant que son équipe cravache bien pour rattraper les points perdus à domicile, Aubin Hueber espère que ses hommes continueront sur cette lancée. Quant à Philippe Saint-André, il souligne, tout en regrettant le point laissé sur la route des Alpes : « On poursuit notre progression. Notre saison est désormais sur les bons rails. »

Ce troisième succès d’affilée et cette troisième victoire à l’extérieur (le RCT a perdu à Brive en étant réduit à 14 d’entrée de jeu) va permettre à chacun de travailler en toute sérénité. Pour préparer la venue de Castres, ce vendredi à Mayol, et être dans les meilleures dispositions avant d’aborder la « H Cup ». Fernandez Lobbe et sa troupe ont su faire fructifier leur capital « confiance ». L’avenir leur appartient.

Paul MASSABO

La Provence

Toulon dans le bon tempo.

Le 26/09/2010

Le RCT retrouve peu à peu le niveau qui lui avait permis de se hisser en demies la saison passée.

La scène se répète partout où ils passent. Ils arrivent au stade dans le bus peint aux couleurs du club et quand ils descendent du véhicule, des dizaines d'enfants excités sortent les appareils-photos, comme vendredi, à Pierre-Rajon.

La cohue autour d'eux est encore plus dense lorsqu'ils quittent les lieux. Les supporters du CSBJ ont beau être fidèles au maillot ciel et grenat, ils se sont pressés, l'autre soir, à l'entrée des vestiaires, étroit goulot semblable à la galerie d'une fourmilière, au bas d'une tribune composée de bancs de bois décrépis.

Hayman, Fernandez Lobbe, Senekal, Missoup, El Abd,... Dans cette effervescence, les grandes carcasses toulonnaises ont dû s'extraire de l'endroit avec une extrême précaution pour ne pas bousculer malencontreusement un admirateur berjallien. C'était une sortie digne de vedettes du show-biz.

Le RCT n'est pas encore tout en haut de l'affiche, mais dorénavant, il s'y rapproche à chaque journée du Top 14 qui passe. Il en était pourtant vraiment loin, au soir d'une troisième défaite, à Brive, le 5 septembre (27-9). Trois victoires consécutives plus tard (Agen, Clermont et Bourgoin), il a remis sa pendule à l'heure. Un nouveau succès devant Castres, ce prochain vendredi à Mayol, conforterait davantage sa position.

Hueber : "On est à notre vraie place"

Il aurait même pu repartir de Bourgoin-Jallieu, vendredi soir, dans les habits d'un leader provisoire s'il était parvenu à décrocher le bonus offensif à la faveur d'un troisième essai, un objectif qui n'avait rien d'une ambition démesurée tant le CSBJ s'est montré indigent dans tous les secteurs.

"Il y avait la place pour empocher un point supplémentaire, a admis Aubin Hueber, entraîneur d'avants conquérants. On n'a pas su le prendre. À un moment donné, on s'est un peu précipités près des lignes adverses. On a fait la dernière passe trop rapidement. On a voulu marquer trop vite et cela illustre tout le travail collectif qu'il nous reste à accomplir."

En attendant, et pour la première fois vendredi, Philippe Saint-André a reconnu que la saison du RC Toulonnais était "définitivement lancée." "Cela s'était déjà vu devant Clermont (28-16) et Agen (41-10), a rappelé Pierre Mignoni. On retrouve un peu l'élan de notre grosse partie de saison dernière (janvier-mai). Ça, c'est vraiment intéressant. Bien sûr, on a encore des domaines (touche, lancements de jeu) à améliorer, mais on est là." Et bien là. "On va essayer de continuer sur la même cadence, appuie Hueber. Le match de Bourgoin s'est parfaitement bien déroulé, mais il appartient déjà au passé."

Le passé récent du RCT n'a pas été aussi limpide que ce lumineux début d'automne. "Je n'ai jamais été inquiet, insiste Saint-André. Je savais qu'on ne serait pas tout à fait prêts à l'entame de la saison." "Avec Philippe, renchérit Hueber, on savait pourquoi l'équipe n'était pas au mieux collectivement car tous les joueurs n'avaient pas suivi la même préparation compte tenu notamment des blessures (Van Niekerk, Lamont, Mignoni) et des retours étalés des internationaux (Fernandez Lobbe, Suta, Contepomi). Cela nous a forcément handicapés lors des premiers matches. On commence à retrouver notre vrai potentiel par moments. On est actuellement à la place où l'on devait être dès le début du championnat. Maintenant, on cravache dur pour récupérer les points perdus à la maison (face à Bayonne et au Racing-Métro). Là, on est simplement à notre niveau." Le plus compliqué sera-t-il d'y rester sur la durée ?

Laurent BLANCHARD