La Rochelle - Toulon

La Rochelle

La Rochelle

Essai(s)
77 - LIGAÏRI
Transformation(s) réussie(s)
77 - DAMBIELLE
Pénalité(s) réussie(s)
46, 58 - DAMBIELLE
Drop(s) réussi(s)
Carton(s) jaune

13-15

mi-temps : 0-12

Top 14, 4ème journée

mercredi 01/09/10 - 19:00

Arbitre : Hervé Dubès (Côte d’Argent) assisté de Jérôme Lamirand (Béarn) et Christophe Graviou (Midi Pyrénées)

Essai(s)
Transformation(s) réussie(s)
Pénalité(s) réussie(s)
4, 27 - WILKINSON
Drop(s) réussi(s)
17, 37, 60 - WILKINSON
Carton(s) jaune
73 - BASTERES
Toulon

Toulon

[ASR/RCT] Toulon s'impose d'un souffle à Deflandre.

[ASR/RCT] Toulon s'impose d'un souffle à Deflandre.

le 01/09/2010 à 19:49

Grâce à la botte de Jonny Wilkinson (3 drops et 2 pénalités), le RCT s'impose 15 à 13 à La Rochelle.

Matt Henjak blessé au mollet lundi soir à l’entrainement, Rory Lamont souffrant d’une gastro et forfait de dernière minute, c’étaient Fabien Cibray et Benjamin Lapeyre qui partaient donc à La Rochelle en avion ce vendredi matin.

Marcel-Deflandre affichait complet pour ce match. La « speakerine » annonçait les Joueurs locaux sur le « We will rock you » de Queen.

Joe Van Niekerk rentrait à la tête de ses troupes dans un nuage de fumée. On se serait cru à Mayol, le « Hell’s Bells » en moins…

Les Toulonnais allaient débuter la partie face au vent, un vent d’Est venu des terres, et avec le soleil couchant dans les yeux.

Talès donnait le coup d’envoi, face au Faron si nous étions aux bords de la Méditerranée. Benjamin Lapeyre était à la réception du ballon et le maul se forme. Cap’tain Joe part  mais est pris. Le ballon reste la propriété des Rouge et Pierre Mignoni joue par-dessus le pack. Van Niekerk remet la main sur le cuir et son demi-de-mêlée ouvre en direction de Felipe Contepomi qui poursuit au pied en direction de Rudi Wulf, lancé sur son aile. Mais l’ailier Néo Z est devancé et le ballon sort en touche. Benjamin Lapeyre joue vite et Toulon arrive à 5’’ de l’en-but Rochelais mais les locaux se dégagent (2e). Le RCT a pris la formule offensive ce soir.

Paul Sackey remonte le ballon et se retrouve pris à 10’’. Le jeu se déplace de droite à gauche et pénalité pour le RCT, les Rochelais ayant gratté le ballon dans le maul (3e). Face aux perches, Jonny Wilkinson ouvre le score (0 – 3, 4e).

Tandis que Combezou sort, touché à l’épaule, et que Ninard fait sa rentrée (4e), La Rochelle se remet à la faute sur le renvoi. « Wilko » trouve une touche dans les 30’’ maritimes (6e). Séb’ Bruno trouve Joe Van Niekerk. Toulon pilonne mais un en-avant du RCT stoppe l’action. Cela va donner lieu à la première mêlée de la rencontre.

Celle-ci se joue donc à la 7e sur la ligne des 40’’ Rochelais. Hélas, les Toulonnais ne respectent pas les commandements de M. Dubès qui siffle un bras cassé. La Rochelle tape et Benjamin Lapeyre prend la gonfle. Joce Suta part au ras. Puis Sébastien Bruno. Sur un en-avant Rouge, Rabeni perce. Pris dans nos 22’’, Tales tape par-dessus et trouve une touche à 5’’ (9e).

Jocelino Suta prend le ballon et la foudre… Mêlée introduction Ferrou à proximité de la ligne d’essai Varoise. Un Toulonnais se détache et le référé pénalise à juste titre pendant que deux petites gifles partent entre « Gros »… Rien de bien méchant.

Les locaux se sentent en confiance et choisissent la touche. On le verra en fin de partie, ce choix sera peut-être regrettable pour les joueurs de Serge Milhas. Car, sur le lancer de Pani, tous les sauteurs sont lobés et Jonny Wilkinson peut dégager son camp (12e).

Sur la 3e mêlée de la partie, le pack au Muguet fait l’effort en avançant de 10’’. Le ballon gicle jusqu’à Wulf qui crée un point de fixation sur son aile. Le ballon finira en touche pour La Rochelle. Ferrou tape par-dessus. Juan-Martin Fernandez-Lobbe gratte le ballon et nouvelle pénalité pour le RCT. Carl Hayman fait exploser son vis-à-vis et la croisée entre Benjamin Lapeyre et Paul Sackey finit en touche (16e).

Joce Suta, très en forme, contre le lancer de Pani. Alors que Jonny était en position de drop, Carl Hayman met la main sur le ballon. Ce n’est que reculer pour mieux sauter puisque l’ouvreur Anglais claque le drop sur le deuxième temps de jeu des 15’’ face aux perches (0 – 6, 17e).

Le Rugby Club Toulonnais fait sa partie en touche et en mêlée et peut compter sur le froid réalisme de son artilleur.

D’autant que côté La Rochelle, le buteur Boboul est défaillant : Geoffroy Messina qui est rentré sur le côté dans un regroupement est pris par la patrouille. Pénalité du bord de touche gauche, l’arrière Rochelais voit son tir s’écraser contre le poteau (19e). Toulon se dégage et souffle.

Si Rudi Wulf joue tous les ballons et met le feu sur son aile, ses partenaires ne sont pas mauvais en défense en arrêtant les – rares – velléités offensives adverses.

Bras cassé à la 25e sur la ligne médiane : Jonny Wilkinson – face au vent et le soleil dans les yeux – monte une énorme chandelle. Juan-Martin Fernandez-Lobbe est tout prêt de la récupérer mais c’est bien La Rochelle qui remet la main sur le ballon. On choisit de taper loin côté Charentais mais énorme faute car le ballon finit directement en ballon mort. Du coup, mêlée introduction Pierre Mignoni dans les 22’’ Rochelais (26e). Le pack Toulonnais fait le métier et obtient une pénalité.

En bord de touche gauche, Wilko porte le score à 0 à 9 en faveur du RCT (27e).

Propres sous les renvois, avec un grand Jocelino Suta touché à l’épaule sur l’action, les Toulonnais progressent et récupèrent une nouvelle pénalité à la 29e. Jonny W. tape en touche et la trouve à l’entrée des 22’’ adverses. Le ballon vole à l’aile suite au lancer et, alors qu’il y a un deux contre un à négocier, la passe de Benjamin Lapeyre à direction de Paul Sackey finit en touche…

Sonné sur la récupération précédente, Joce Suta est contraint de laisser sa place à Kris Chesney à la 31e.

Lorsqu’ils arrivent à mettre le ballon sur le ballon, les Charentais attaquent. Ninard perce et Talès vient au soutien. Stoppés sur la ligne des 22’’, ils bénéficient d’une pénalité. Face aux perches, Boboul réussit l’impensable : son tir passe à gauche (35e).

Cet échec précipite son remplacement par Dambielle qui rentre à la 36e et qui est mis sous pression par le duo Lapeyre – Sackey sur son premier ballon. Le regroupement Varois éjecte le ballon vers Pierre Mignoni qui sert Jonny Wilkinson qui, des 30’’ droite, passe son second drop de la soirée (0 – 12, 37e).

La Rochelle a la tête au fond du sceau et subit. Sur un coup de pied à suivre de Pierre Mignoni, Ligairï sauve in extremis sur son aile devant Messina (38e).

Juan-Martin Fernandez-Lobbe est sanctionné par un placage un peu haut sur Ninard et pénalité pour les Jaune et Noir. Des 65’ en bord de touche gauche – et avec l’aide du vent -, Dambielle la tente. Mais, inouï !, pour la seconde fois de la rencontre, le ballon tape le poteau !

La pause sera sifflée sur ce score de 12 à 0 en faveur des Toulonnais, plus en place, plus dangereux et dominateurs. Comme le signalera Pierre Mignoni au micro de Rugby +, le RCT « alterne bien le jeu au pied et le jeu à la main ».

Sur cette première période, Toulon a fait montre d’une maitrise totale. Jouant en avançant, les Joueurs de PSA sont efficaces. Ils franchissent la ligne et marque par l’intermédiaire d’un Jonny Wilkinson auteur d’un 100% dans ses tentatives. A noter également la bonne performance en mêlée et en touche, même si le pack Rochelais est diminué par les blessures.

En début de seconde mi-temps, La Rochelle est revenue sur le pré avec des intentions de jeu. Les locaux sont à l’entrée de nos 22’ mais commettent un en-avant (42e).

Les Maritimes sont en plein temps fort et Joe El Abd se met à la faute en ne sortant pas de la zone de placage. De 50’’ face, Dambielle débloque le compteur Rochelais : 3 – 12 à la 45e.

Toulon est piqué au vif et inflige une grosse séance de « pick and go », pourtant une spécialité des Atlantiques. Les Rouge avancent sur 20’’ et Rudi Wulf tape à suivre. Ferrou dégage loin (48e).
Nous ne sommes pas loin de l’incident lorsque Rabeni est à deux doigts de tamponner durement Jonny Wilkinson à la 49e. D’autant que La Rochelle a tendance à plaquer sans ballon sur les enchainements Toulonnais. M. Dubès stoppe la progression des visiteurs en estimant que la passe entre le Blond ouvreur et Felipe Contepomi est en-avant (50e).

Pas de problème pour le pack Toulonnais qui récupère l’introduction sur la mêlée qui s’en suit. Néanmoins, sur la seconde mêlée, c’est La Rochelle qui récupère une pénalité… Les Joueurs du Président Merling jouent vite. Joe El Abd se met à la faute et nouvelle pénalité en faveur des Maritimes. Des 50’’ face aux perches, Dambielle la rate (53e).

Les pénalités s’enchainent pour les partenaires de Ferrou puisque Geoffroy Messina est resté dans la zone de placage… Alors que Laurent Emmanuelli est remplacé par Saimone Tamoepeau (54e), La Rochelle prennent la touche. Les Jaune et Noir progressent et insistent sur l’aile à l’entrée des 22’’. Toulon est en difficulté. Cette fois, c’est Carl Hayman qui est pénalisé. Ferrou la joue vite et se fait prendre (54e). Rabeni perce mais commet un en-avant. Sur la mêlée introduction Mignoni, la sortie du ballon par Juan-Martin Fernandez-Lobbe est perturbée  et Dambielle bénéficie d’une pénalité face aux perches (57e). il s’agit de la 5e pénalité sifflée en seconde période contre le RCT contre 0 pour leurs hôtes du soir…

Le buteur Charentais ne tremble pas et réduit le score à 6 à 12 (57e).

Avant le renvoi, Joe Van Niekerk est remplacé par Olivier Missoup (58e) puis Sébastien Bruno par Benjamin Bastères (59e). Du coup, Saimone Taumoepeau passe au talon.

Si le RCT manque ses placages et son jeu à tendance à se déliter avec le temps, on peut faire confiance au froid réalisme de Jonny Wilkinson pour meubler le score avec ce 3ème drop réussi à l’heure de jeu des 40’’ en coin (6 – 15, 60e).

Fabien Cibray remplace Pierre Mignoni (60e) et les Maritimes ne sont pas abattus pour autant par ce nouveau drop de Sir Wilkinson. Ils repartent à l’assaut du navire Toulonnais. Mais les vagues atlantiques se brisent sur les défenses méditerranéennes. Et Jonny continue son festival avec un dégagement de 70’’ réussi à la 63e.

Le coaching continue : George Smith rentre à la place de Dewald Senekal et Juan-Martin Fernandez-Lobbe monte en 2nde ligne.

Sur le lancer des Jaune et Noir, imprécis, Carl Hayman est prêt de capter le ballon mais commet un-avant (64e) : mêlée dans les 22’’ Rochelais. La mêlée local a du mal à respecter les commandements mais malgré tout le ballon sort pour Dambielle qui dégage dans les bras de Benjamin Lapeyre qui remonte jusqu’à la ligne médiane. Mais sur un placage adverse, l’arrière Toulonnais voit son ballon partir en-avant (67e).

Sur la mêlée, bras cassé pour le RCT qui enchaine les « pick and go ». La Rochelle se met à la faute. Mêlée face aux poteaux introduction Fabien Cibray. Le ballon sort et le demi-de-mêlée alerte Felipe Contepomi. Malheureusement, la passe entre l’Argentin et Benjamin Lapeyre est en-avant (70e).

Le pack Rouge rentre avant et bras cassé pour les locaux (72e). Sur l’action qui suit, Benjamin Bastères vient se mettre à la faute et écope d’un carton jaune (73e) : le RCT finira le match à 14…
Heureusement que La Rochelle se montre imprécis au pied puisque sur la pénalité, Dambielle ne trouve pas la touche mais les bras de Paul Sackey.

Il reste 6 minutes à jouer et Aubin Hueber est contraint de sortir Joe El Abd pour faire rentrer Davit Kubriashvili. Au niveau des lignes arrières, Geoffroy Messina cède sa place à Gabby Lovobalavu.
Toulon semble moins frais et les Joueurs se font emporter sur les impacts. Sur la mêlée jouée dans nos 22’’, le pack tient mais l’attaque se déroule plein champ. Ligairï perce et marque, passant en revue quatre défenseurs Varois… M. Dubès demande l’arbitrage vidéo mais ne peut que valider la réalisation de l’ailier Rochelais. Face aux perches, Dambielle se dépêche de transformer et La Rochelle revient à 13 à 15 à la 77e.

Les Maritimes poussent et s’envoient comme des morts de faim.

La sirène a retentit à Marcel-Deflandre mais le jeu continue. La Rochell est dans les 40’’’ Toulonnais. Les Rouge et Noir défendent. Les consignes sont claires du côté du banc Toulonnais : « pas de faute ! ». Et le RCT tient bon jusqu’à la 83e où l’arbitre de touche signale à M. Dubès que Paul Sackey aurait commis un en-avant volontaire…

Ferrou indique qu’ils vont la tenter…

Légèrement à gauche des perches mais de près de 60’’, Dambielle a la victoire au bout du pied. PSA décide d’aller voir près des poteaux si le ballon passera bien. Et, petit miracle pour le RCT, le tir de Dambielle passe à côté !

Toulon s’impose difficilement 15 à 13 et revient de loin. Laurent Emmanuelli indiquera en fin de match que les consignes étaient claires à la mi-temps : continuer sur le même rythme mais qu’il y a eu « un trou noir » qui a mis les Toulonnais en difficulté.

Il manque quelque chose au RCT qui n’a pas encore trouvé la sérénité nécessaire : le match aurait du être plié à la mi-temps avec deux voire trois occasions d’essais. Autant la première période fut plaisante et enthousiasmante, autant la seconde partie du match fut délicate, le jeu s’étiolant au fil du chronomètre. Les Toulonnais ont été inconsistants et fébriles. L’infériorité numérique s’est payée au prix fort et on ne pourra que constater l’importance de la présence de Jonny Wilkinson qui a réussi un 100% ce soir.

Bravo aux Rochelais qui ont mis toutes leurs tripes dans ce match et qui en feront souffrir plus d’un dans leur forteresse de Deflandre.

Attention au déplacement de dimanche à Brive : il faudra récupérer d’un match éprouvant tant pour les organismes que pour la tête.

JJG

les Vidéos de La Rochelle - Toulon

Laurent Emmanuelli - Réaction de Laurent Emmanuelli après le match face à La Rochelle (TOP 14 Orange 2010/2011, 1er septembre 2010).

Laurent Emmanuelli

Réaction de Laurent Emmanuelli après le match face à La Rochelle (TOP 14 Orange 2010/2011, 1er septembre 2010).

Aubin Hueber - Réaction d'Aubin Hueber après le match face à La Rochelle (TOP 14 Orange 2010/2011, 1er septembre 2010).

Aubin Hueber

Réaction d'Aubin Hueber après le match face à La Rochelle (TOP 14 Orange 2010/2011, 1er septembre 2010).

Joe Van Niekerk - Réaction de Joe Van Niekerk après le match face à La Rochelle (TOP 14 Orange 2010/2011, 1er septembre 2010).

Joe Van Niekerk

Réaction de Joe Van Niekerk après le match face à La Rochelle (TOP 14 Orange 2010/2011, 1er septembre 2010).

Philippe Saint-André - Réaction de Philippe Saint-André après le match face à La Rochelle (TOP 14 Orange 2010/2011, 1er septembre 2010).

Philippe Saint-André

Réaction de Philippe Saint-André après le match face à La Rochelle (TOP 14 Orange 2010/2011, 1er septembre 2010).

Jonny Wilkinson - Réaction de Jonny Wilkinson après le match face à La Rochelle (TOP 14 Orange 2010/2011, 1er septembre 2010).

Jonny Wilkinson

Réaction de Jonny Wilkinson après le match face à La Rochelle (TOP 14 Orange 2010/2011, 1er septembre 2010).

Mourad Boudjellal - Réaction de Mourad Boudjellal après le match face à La Rochelle (TOP 14 Orange 2010/2011, 1er septembre 2010).

Mourad Boudjellal

Réaction de Mourad Boudjellal après le match face à La Rochelle (TOP 14 Orange 2010/2011, 1er septembre 2010).

Jocelino Suta - Point presse d'avant match La Rochelle-Toulon du 30.08.10

Jocelino Suta

Point presse d'avant match La Rochelle-Toulon du 30.08.10

Felipe Contepomi - Point presse d'avant match La Rochelle-Toulon du 30.08.10

Felipe Contepomi

Point presse d'avant match La Rochelle-Toulon du 30.08.10

Philippe Saint-Andre - Point presse d'avant match La Rochelle-Toulon du 30.08.10

Philippe Saint-Andre

Point presse d'avant match La Rochelle-Toulon du 30.08.10

les Photos de La Rochelle - Toulon

Joe Van Nierkerk, Felipe Contepomi, Jonny Wilkinson et Paul Sackey. - La Rochelle-Toulon -  © P.B.
Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - La Rochelle-Toulon -  © P.B.
Joe Van Niekerk et Carl Hayman. - La Rochelle-Toulon -  © P.B.
Rudi Wulf, Jonny Wilkinson et Sébastien Bruno. - La Rochelle-Toulon -  © P.B.
Pierre Mignoni et Laurent Emmanuelli. - La Rochelle-Toulon -  © P.B.
Rudi Wulf et Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - La Rochelle-Toulon -  © P.B.
Carl Hayman, Saimone Taumoepeau, Benjamin Bastères, Olivier Missoup et George Smith. - La Rochelle-Toulon -  © P.B.
Juan-Martin Fernandez-Lobbe et Joe El Abd. - La Rochelle-Toulon -  © P.B.
Juan-Martin Fernandez-Lobbe, George Smith, Kris Chesney et Joe El Abd. - La Rochelle-Toulon -  © P.B.
Felipe Contepomi, Fabien Cibray et Benjamin Bastères. - La Rochelle-Toulon -  © P.B.

E-Bleu Marine

Le RCT a tremblé jusqu’à la dernière seconde.

Le 01/09/2010

Grâce à 15 points de son buteur britannique, le Rugby Club Toulonnais s’est sorti d’un bien mauvais traquenard à La Rochelle (13-15), tant sa seconde mi-temps fut insipide. Tout avait très bien commencé pour les Rouge et Noir. Les partenaires de Van Niekerk mirent rapidement la main sur le ballon. Solides en conquête, ils prirent les commandes du jeu. Et c’est en toute logique que Wilkinson concrétisa sur chaque temps fort la domination des siens. Il scora à quatre reprises durant un premier acte où les Jaune et Noir furent empruntés (0-12). Sans faire tellement de jeu, les Rochelais eurent toutefois l’occasion de débloquer leur compteur. Mais leur buteur Boboul tapa deux fois les poteaux. Pire, il rata une pénalité de 20 mètres  en face des perches peu avant la pause. Ces trois échecs pesèrent lourd, d’autant que le réalisme fut toulonnais, avec un Wilkinson égal à lui-même qui réalisa un sans-faute dans ses tentatives (2 pénalités et 3 drops).

Le réalisme gagnant de Wilkinson

La Rochelle attaqua la seconde période avec plus d’envie, d’enthousiasme dans les duels. Rentré à la place de Boboul, Dambielle réduit dans un premier temps la marque. Puis Wilkinson exécuta un drop de 40 mètres en coin freinant un instant les ardeurs charentaises (60ème, 6-15). Un instant seulement car Ferrou et les siens finirent la rencontre en trombe et sur une croisée Rabeni-Ligairi, ce dernier s’arracha pour aplatir l’unique essai du match. En infériorité numérique, Toulon subit la fougue des locaux dans le money time. Les Rochelais en voulaient indéniablement plus. Poussant Toulon à la faute, ils multiplièrent les temps de jeu et eurent la pénalité de la gagne dans les ultimes secondes. Mais Dambielle ne sut la convertir. Les Jaune et Noir laissaient ainsi passer leur chance avec un total de 18 points ratés au pied. Bien que bousculé et même copieusement dominé en seconde mi-temps, Toulon passait de justesse, obtenant une victoire quelque peu heureuse sur la physionomie de la rencontre.
 
Johan LIVERNETTE

L'Equipe.fr

Merci Jonny !

Le 01/09/2010

Faute de trouver la faille dans la défense de l'ASR, Toulon s'est appuyé sur l'adresse de son ouvreur qui a inscrit tous les points de la victoire toulonnaise (13-15).

C'est un début de saison bizarre pour le RCT. Déjà défaits deux fois à Mayol, les Toulonnais viennent de signer leur deuxième succès à l'extérieur face à La Rochelle (13-15). Pour autant, Toulon, annoncé comme un des favoris dans la course au titre, n'a pas eu la partie facile face à un promu qui n'en finit pas de surprendre. Face à Toulon, on pouvait s'attendre à ce que les Maritimes souffrent physiquement mais ils ont bien tenu le coup. La rencontre s'est vite débridée et le spectacle avait de quoi réjouir les nombreux spectateurs.

Si Toulon n'a pas encore retrouvé son jeu en mouvement, son maître artilleur est bien présent en la personne de Jonny Wilkinson. L'Anglais a inscrit tous les points de son équipe, profitant de toutes les fautes rochelaises et s'offrant même trois drops opportunistes. Faute de briller, Toulon faisait preuve de réalisme. Un réalisme qui fuyait les buteurs de l'ASR qui touchaient les poteaux par deux fois et manquaient la pénalité de la gagne en fin de rencontre. Autant d'occasions manquées face à des Varois qui multipliaient les fautes. Réduits à quatorze après l'expulsion de Bastères, les Toulonnais encaissaient un essai par Ligairi en fin de rencontre. Mais Wilko avait fait le trou. Les Maritimes ne signent donc pas un deuxième succès de rang mais ce point de bonus face un gros calibre du championnat saura les réjouir. Pour Toulon, la convalescence continue.

B.L.

Rugbyrama

Wilkinson sauve Toulon.

Le 01/09/2010

Après le coup de bambou reçu à domicile contre le Racing-Metro, Toulon  a sauvé les meubles chez le promu rochelais mais assure l'essentiel avec une victoire étriquée (15-13). Les Varois peuvent remercier leur métronome anglais Jonny Wilkinson, auteur de tous les points de sa formation.

Toulon s'impose donc difficilement 13-15. Très en forme en début de rencontre, les varois ont signé une première action dangereuse dès la deuxième minute, puis une deuxième au quart d'heure de jeu, toujours sur le côté gauche, celui de Rudi Wulf. S'en suit une troisième occasion d'essai à la 38e minute, sauvée in-extremis dans l'en-but par Ligairi. Ce dernier, non content de sauver son camp, lui a ensuite offert le bonus défensif en aplatissant un essai à trois minutes de la sirène. Avec cet essai transformé qui sera d'ailleurs le seul de la rencontre, Ligairi, homme du match côté rochelais, a permis à son camp de revenir au score et d'empocher le bonus défensif.

Merci qui ? Merci Jonny!

En première mi-temps, les Toulonnais ont bien maîtrisé leur sujet, dominateurs en touche, en mêlée et solides en défense, où les progrès sont les plus flagrants par rapport à la défaite subie samedi dernier face au Racing. Mais alors que la discipline semblait retrouvée du côté Rouge et Noir, la deuxième période du match a tout fait basculer. Les Toulonnais sont retombés dans leurs travers, enchainant les en-avant et concédant des pénalités, incapables de maintenir le rideau défensif aperçu en première mi-temps. Le nombre de plaquages manqués, notamment sur l'action qui amène l'essai de Ligairi, témoigne du peu d'organisation.

L'indiscipline était de retour et les hommes de Philippe Saint-André ont commis de nombreuses fautes au sol dans une seconde période plus du tout maîtrisée, à l'image du carton jaune que prend Bastères à la 72e. S'ils gagnent le match, c'est uniquement grâce à leur ouvreur international anglais Jonny Wilkinson, auteur des quinze points du RCT. Impeccable en première mi-temps, il a fait un sans-faute en inscivant les deux pénalités accordées par l'arbitre, et a placé deux drops sur des ballons grattés au sol par Mignoni. En deuxième période, c'est encore lui qui a marqué les trois seuls petits points concédés par des Rochelais bien plus dominateurs.

Des ratés qui coutent cher

Les Rochelais, transparents sur la première demi-heure de jeu, se sont réveillés lentement mais sûrement. Il ont touché très peu de ballons et ont semblé dépassés en première mi-temps, comme le témoignait leur compteur encore vierge à la pause. Sur les quatre pénalités qu'ils ont obtenues, Boboul n'a pas tenté la première et a raté les deux suivantes, avant de laisser sa place à Dambielle qui rate la dernière. De retour des vestiaires, le Stade rochelais a fait montre d'un sursaut d'orgueil, et a (enfin) commencé à créer du rythme, obligeant les Toulonnais à se mettre à la faute.

Dambielle a ainsi pu profiter des nombreuses erreurs de l'adversaire pour inscrire deux pénalités sur trois, et transformer l'essai de Ligairi. Mais les pénalités ratées auront couté très cher aux Charentais, puisque Boboul et Dambielle qui le remplace en fin de première période ont raté pas moins de quinze points au pied. Le Stade rochelais peut donc nourrir des regrets, notamment en fin de match où Dambielle, qui avait la balle de match au bout de la botte après une grosse séquence de son camp et une énième faute toulonnaise, rata la pénalité.

Diane BARON

Var Matin

L’ardoise effacée au forceps.

Le 02/09/2010

Au bout d’un suspense insoutenable et d’une ultime pénalité de Dambielle, qui échoue à droite des poteaux, le Rugby Club Toulonnais l’emporte sur le terrain de La Rochelle. Les Toulonnais ont finalement réussi à contenir la furia rochelaise en deuxième période, pour remporter leur deuxième succès à l’extérieur, après celui de Biarritz (3-13). L’affront du Racing-Métro est lavé, les joueurs rassurés, mais tout n’est pas encore rose au pays des Rouge et Noir.

En ce début de rencontre, pourtant, les Toulonnais sont en mode rentrée des classes. Sérieux et appliqués. Après un gros temps de jeu, Wilkinson passe les premiers points de son équipe, puis double la mise sur drop-goal à la 17e minute. En mêlée, Emmanuelli prend, peu à peu, le dessus sur Leupolu alors que les avants éprouvent physiquement les Rochelais. Wulf se signale sur son aile, Mignoni alterne parfaitement ses lancements main-pied.

Baraka inversée

Dans le jeu, tous les voyants sont au vert. Et même un peu plus. La fameuse réussite qui a fui les Varois lors des deux défaites à Mayol, est carrément de retour. On en veut pour preuve les échecs répétés des buteurs rochelais. Sébastien Boboul, le buteur maison, heurte d’abord le poteau avant d’échouer des vingt-deux mètres en face. Son remplaçant, Benjamin Dambielle, n’est pas plus chanceux. Sur sa première tentative, des 45 mètres en coin, il fait sauter le vernis du poteau gauche. Mais pas la banque.

A l’inverse, Wilkinson distribue un nouveau ticket « pénalité-drop » pour porter la marque à 0-12. Lors de ce premier acte, Toulon déroule et les Rochelais regardent sans donner l’impression de pouvoir bousculer les Rouge et Noir.
En deuxième période, La Rochelle réagit, dans l’axe, au forceps. Dix minutes pour prendre le dessus. Dambielle pour ouvrir le compteur des siens. Portés par un public en fusion, les Maritimes s’arrachent. La bave aux lèvres. Dambielle récidive. Les Toulonnais sont sur les talons. Monté sur grandes échasses, Sir Jonny Wilkinson ajuste son troisième drop de la soirée, des quarante mètres. Le mascaret est repoussé. Mais il va revenir.

Stade en fusion

Encore plus puissant. Plus salé aussi. Les Rochelais choisissent l’axe du terrain comme ligne directrice de leur colère. Tout le monde s’y met.

Après plusieurs rafales et une mêlée à hauteur des vingt-deux mètres, Rabeni, excellent hier soir, sonne la charge. Son compatriote fidjien Ligairi croise et va aplatir. Transformation passée, La Rochelle n’est plus qu’à deux petits points des Varois. Marcel-Deflandre rugit de plaisir. Renvoi raté des Toulonnais. Les Maritimes se remettent en marche avant. La sirène fait entendre son râle, mais les assauts continuent. Le suspense est insoutenable. Les Toulonnais poinçonnent à tout va, mais les guêpes continuent de piquer, toujours plus voraces. Au bout de deux longues minutes, l’arbitre de touche accorde une pénalité aux Rochelais. Dambielle s’élance et échoue. Le promu laisse quinze points en route. Toulon se remet en marche, pour d’autres joies.

Olivier BOUISSON

Sud-Ouest

Face à La Rochelle, les stars du RC Toulon ont tremblé (13-15).

Le 02/09/2010

Dambielle a manqué la pénalité de la « gagne » dans les arrêts de jeu. Les Maritimes ont su rivaliser.

La sirène a retenti depuis 2 minutes. Benjamin Dambielle, 40 mètres à gauche des poteaux, le long de la touche, s'élance. S'il marque, La Rochelle s'impose face à l'armada varoise. Le ballon, bien parti, passe à droite. Les supporters, qui poussent depuis l'entame, s'effondrent.

Les Jaune et Noir sont passés très près de la victoire. Pas d'un « exploit ». Car, à 15 contre 14 pendant les dix dernières minutes, les Rochelais ne font qu'accentuer la pression mise sur la ligne adverse depuis la reprise. Lors des cinq dernières minutes, les avants pilonnent leurs adversaires dans l'axe. Ceux-ci semblent se mettre à la faute, mais jamais l'arbitre ne met le sifflet à la bouche. Le pack local enfonce son vis-à-vis sur 15 mètres et vient mourir à 2 mètres de la ligne toulonnaise ? Le référé décide de revenir au point de départ de l'action…

Serge Milhas en colère

Des décisions qui rendent furieux Serge Milhas, l'entraîneur du XV de la cité portuaire. Celui-ci a pour habitude de ne faire que passer en zone mixte. Mais là, il a des choses à dire. Il ne décolère pas : « M. Dubès a volé le peuple rochelais ! Nous, on essaie de faire le moins de fautes possibles. Mais là… Il n'a pas été cohérent, ce n'est pas possible à ce niveau. On est des petits pour les arbitres, et ça, je ne peux pas l'accepter, on mérite notre place. »

Les Toulonnais ne diront pas le contraire. Avec un seul trois quarts remplaçant sur la feuille de match, les choses sont claires. Ceux qui pensaient que le RC Toulon allait débarquer la fleur au fusil (mais quel fusil !) en ont été pour leurs frais. Prévenu de la vaillance de ses hôtes, le XV de la Rade est venu pour combattre. Avec toutes ses stars. Et c'est la plus célèbre d'entre elles qui fait toute la différence. La réussite de Jonny Wilkinson, avec 100 % au pied (deux pénalités et trois drops) contraste en effet avec les cinq pénalités ratées adverses (dont une de Boboul, à 22 mètres face aux poteaux).

Que de regrets…

Chaque équipe aura eu sa mi-temps. Face au vent, Toulon parvient à virer en tête à la pause (3-12), grâce à la botte de son ouvreur anglais, qui sanctionne ainsi les quelques hésitations de la défense rochelaise. Qui reste infranchissable, malgré les impressionnantes percussions des solides gaillards adverses. « On les a trop regardés jouer en début de match », dira Sébastien Boboul à l'issue de la partie.

La mi-temps passée, les Rochelais reviennent avec d'autres intentions. Le RCT a de plus en plus de mal à endiguer les assauts jaunes et noirs. Le carton jaune reçu par Bastères décuple leurs forces. Ligaïri profite de la puissance de son meilleur ami, Rabeni, pour renverser l'attaque et aller à dame.

La transformation ramène les Rochelais à deux points (15-13) du demi-finaliste de la saison passée. La pénalité ratée par Dambielle laisse le score en état. Et ne fait que renforcer les regrets du promu, passé à quelques centimètres de la victoire contre les « galactiques » varois.

Benjamin DEUDON

Charente Libre

La Rochelle frôle l'exploit.

Le 02/09/2010

Après deux victoires à domicile, les Maritimes sont tombés hier soir face à Toulon (13-15). Mais avec quel panache!  Benjamin Dambiel manquant la pénalité de la victoire dans les arrêts de jeu.

La sirène a retenti depuis deux minutes. Ligairi vient d'inscrire l'essai de l'espoir pour La Rochelle. Plaqué à deux mètres de la ligne d'en-but, le Fidjien s'est relevé. Et, malgré deux Toulonnais sur le paletot, a aplati entre les poteaux. Marcel-Deflandre, plein comme un oeuf hier soir, tremble de plaisir. «Ici, ici, c'est La Rochelle», hurlent les 11.000 supporters debout. Les drapeaux jaunes et noirs s'agitent dans tous les coins. Toulon, à 14 après le plaquage haut de Bastère, prend l'eau. Qu'ils sont loin les douze points d'avance de la mi-temps.

Wilkinson punit La Rochelle

Le vent a tourné et les Maritimes se sentent pousser des ailes. Les Varois commettent une énième faute. Pénalité. Le long de la ligne de touche. A 50 m des poteaux. La clameur monte pour mieux s'éteindre. «Chut! Chut.» Dambiel prend son élan. Puis botte. La puissance est là. Mais la mire fait défaut.

Comme un symbole d'une rencontre qui a vu Toulon triompher de justesse grâce au pied magique et aux 15 points de Jonny Wilkinson. La lame qui aura donc brisé La Rochelle, ce mur de l'Atlantique sur lequel Castres et Bourgoin s'étaient cassés les dents.

Les supporters l'avaient-ils pressenti? A l'annonce des compositions d'équipes, un frisson avait parcouru les travées du stade. Comme si le demi d'ouverture anglais faisait partie de l'effectif maritime. Ou comme si l'applaudir pouvait éviter une éventuelle sentence. Une certaine clémence. Peine perdue.

Jonny Wilkinson a été le bourreau des joueurs de Serge Milhas furieux contre l'homme au sifflet à la fin du match. «Aujourd'hui, on a été arbitré par un mec qui a volé au peuple rochelais», a lâché l'entraîneur après la rencontre.

La victoire ne s'est pourtant pas jouée sur les décisions d'Hervé Dubes mais bien sur les talents de buteur du Toulonnais. Comme toujours. Trois drops (16, 36 et 60), deux pénalités (4, 27) sans oublier les coups de pied qui ont soulagé son équipe au plus fort de la tempête en début de deuxième mi-temps. « Mr. 100% » a porté ses partenaires à bout de bras, creusant l'écart à la moindre opportunité. Assommant les Rochelais à chaque course d'élan.

Boboul impardonnable

Sans lui, Mourad Boudjellal aurait sans doute piqué une soufflante envers ses stars très décevantes dans le jeu. Avec lui, les Rochelais auraient sans doute réalisé la passe de trois. Les trois échecs au pied en première mi-temps (18, 32, 39) en disent long sur les occasions manquées par les Rochelais. Sans oublier ce nouvel écueil en seconde période (52).

Car même si la chance ne leur a pas souri (deux poteaux), la pénalité ratée par Boboul aux 22m en face des poteaux n'est pas pardonnable en Top 14. Surtout face à un prétendant au Bouclier de Brennus. Même pâle.

Mais s'ils gardent cette fraîcheur et ce panache formidables, les Rochelais pourraient bien éviter le purgatoire promis chaque année aux promus. Même si dimanche, face à Toulouse défait à Montpellier hier soir (22-21), c'est un autre enfer qui les attend. Mais sans ce diable de Wilkinson cette fois.

Julien RENON

E-Bleu Marine

Toulon toujours pas serein malgré la victoire.

Le 02/09/2010

Le RC Toulonnais a certes gagné à La Rochelle (13-15), ce qui était son objectif initial. Mais il n’a pas pour autant chassé ses doutes. Si la première période fut correcte face à une formation rochelaise timorée, la seconde s’avéra bien médiocre. Seul le manque de réussite flagrant des buteurs charentais combiné au sans-faute de Wilkinson (5/5, 2 pénalités, 3 drops) permit aux Rouge et Noir de revenir avec les quatre points. Des points, La Rochelle en a laissé 18 en route. Cela fait beaucoup pour espérer remporter un match de haut niveau. Dans le jeu, Toulon se montra très frileux, petit bras. Il joua pour mettre Wilkinson sur orbite. Les avants ont fait le boulot, bien que malmenés en fin de match, mais plutôt propres en conquête. La blessure de Suta pourrait peser lourd lors des prochaines semaines. Derrière, ça ne va pas fort. Toulon ne fait jamais la différence. Les trois-quarts eurent peu de bons ballons à exploiter certes, mais lorsqu’ils en eurent, ils manquèrent de tranchant à l’image de Lapeyre qui fit trois passes… en touche. Jamais lancé, Sackey ne fut guère plus à son avantage. Seul Wulf tira son épingle du jeu sur deux ou trois ballons.

Le pied de Wilkinson, heureusement…

Le tout est bien trop timide, bien trop Wilkinson-dépendant. Sauf qu’à La Rochelle, sa réussite aurait très bien pu ne pas suffire sans cette incroyable maladresse dans leurs tirs au but. La question est désormais de savoir si Toulon va continuer ou non à aligner des performances aussi médiocres, avec aussi peu d’ambitions dans le jeu, aussi peu d’enthousiasme collectif. Ou si le collectif va enfin réussir à produire 80 minutes de bon niveau. Encore en rodage, ce collectif manque indéniablement de constance sur tout un match, de férocité dans les rucks et de créativité dans ses lignes arrières. Autant de points importants à améliorer et à vite corriger car se profile déjà un difficile déplacement à Brive ce dimanche (17 h) devant les caméras de Canal + Sport.

Johan LIVERNETTE

La Provence

Toulon, ce grand voyageur.

Le 02/09/2010

Déjà vainqueur à Biarritz, le RCT s'est imposé à La Rochelle, hier, malgré une fin de match crispante

"Ici, ici, c'est La Rochelle !" Comme à l'accoutumée, le public du stade Marcel-Deflandre s'est égosillé, hier soir, claquant des mains à tout rompre et hurlant à en faire trembler les travées du repaire rochelais. En fin de match, le RCToulonnais, qui a toujours mené au score, fut même tout près de s'effondrer.

En infériorité numérique après le carton jaune infligé à Bastères, il allait d'abord concéder un essai en force et aurait pu perdre le gain du succès sur un ultime sursaut adverse. La sirène avait retenti depuis déjà deux minutes, mais les Rochelais multiplièrent les charges jusqu'à leur dernier souffle. Jusqu'à arracher une pénalité à 50m en coin. Dambielle avait, là, l'occasion d'offrir une victoire inespérée à sa formation et de crucifier, dans le même temps, un RCT devenu tout d'un coup vulnérable. Le botteur échoua finalement, d'un rien !

Wilkinson, exceptionnel artilleur

Depuis le début du championnat, Castres et Bourgoin étaient tombés chez le promu, une équipe de gars téméraires transfigurés par le soutien indéfectible de leurs supporters. Il s'en est donc fallu de très peu, mais le RC Toulonnais, lui, n'a pas dévissé malgré une 2e mi-temps nettement moins maîtrisée. S'il n'a pas cédé, le club varois le doit aussi en bonne partie à Jonny Wilkinson, exceptionnel artilleur et auteur notamment de trois drops. Pas moins! Le RCT continue de cultiver son étrange paradoxe: incapable de s'imposer à Mayol (deux défaites), il a enchaîné, hier, une deuxième victoire à l'extérieur après celle acquise à Biarritz (3-13). "On a fait une bonne 1re mi-temps, puis ensuite on a été fébriles , analysait Philippe Saint-André. On pouvait tuer le match, mais on s'est mis à douter. On a subi et on a pris un jaune. La meilleure chose aujourd'hui (hier), c'est la victoire."

Les mots du président

"On ne doit pas trembler jusqu'à la dernière minute, mais par les temps qui courent, on ne va pas faire la fine bouche", soulignait le président Mourad Boudjellal qui s'était adressé aux joueurs juste avant le match. "Je pense que ce discours a porté. Je n'ai pas gueulé. J'ai rappelé les valeurs du club. On vient peut-être au RCT pour l'argent, mais on y reste par amour."

Compte tenu d'un retard au classement nécessitant déjà une réaction quasi immédiate, le RCT avait rallié La Rochelle avec l'ensemble de ses cadres. Blessures (Lamont, Kefu), méformes (Cibray, May) et léger turn-over dicté par le déplacement à Brive dimanche (Smith et Chesney sur le banc) avaient dessiné une équipe relativement remaniée mais apte à répondre largement à cet impératif de résultat. Victime d'une gastro, Rory Lamont avait dû laisser ses partenaires décoller de l'aéroport d'Hyères-Toulon sans lui, hier matin. Écarté du XV de départ depuis une première sortie décevante face à Bayonne, Benjamin Lapeyre réapparaissait ainsi sur le devant de la scène. Malgré quelques mauvais choix dans ses passes en bout de ligne, l'ancien Albigeois, plus ferme à la réception, a quand même toujours essayé de relancer le jeu avec célérité, à l'instar notamment de Wilkinson.

Cette rapidité d'exécution, combinée à une écrasante domination en mêlée et en touche, a d'abord permis au RCT d'occuper le plus souvent le camp adverse, "Wilko" se chargeant d'exploiter au mieux ces coups de pression répétés. Tout le contraire, en somme, d'un Boboul peu en veine (un poteau) mais surtout à côté de la plaque et sorti avant même la pause. Dambielle, son suppléant, eut l'opportunité de remettre son équipe en course, or son coup de pied de 50 m heurta, à son tour, une perche! Bientôt, aussi, il allait rater la cible pour de bon.

Les Toulonnais qui regrettaient jusque-là d'être abandonnés par la baraka étaient, cette fois-ci, sacrément servis. "On a eu un poil de chance, relevait Boudjellal. Est-ce un signe ?"

Laurent BLANCHARD

Rugbyrama

Tales : "Une défaite encourageante".

Le 02/09/2010

Vaincu 13-15 par Toulon après que Benjamin Dambielle a manqué la pénalité de la gagne à la dernière seconde de la rencontre, La Rochelle  est passée tout près de l'exploit face à Toulon mercredi. Un scénario cruel qui laisse des regrets, mais aussi beaucoup d'espoir. L'ouvreur Rémi Talès confirme.

Quel sentiment prédomine après cette défaite à la dernière seconde ?
Rémi TALES : La frustration bien sûr, mais il faut surtout retenir le fait qu'il s'agit d'une défaite encourageante. Nous avons encore montré que nous étions capables de répondre présents et même de rivaliser face aux meilleurs. Au coup de sifflet final, les regrets étaient immenses mais, avec un peu de recul, on se dit qu'on est passé à deux doigts de l'exploit. C'est de bon augure pour la suite.

Les quinze points laissés au pied doivent laisser beaucoup de regrets...
R.T. : Evidemment. Mais c'est comme ça. Et face à une équipe comme Toulon, ça ne pardonne pas...

Vous avez beaucoup souffert en première mi-temps, avant de prendre le dessus en deuxième. Que vous-êtes vous dit à la pause ?
R.T. : C'est vrai que nous avons peiné en première période. Nous n'avions pas beaucoup de ballons et nous nous débarrassions trop vite de ceux que nous parvenions à gagner. Mais nous avions vu que nous pouvions les déstabiliser. Alors, à la mi-temps, on s'est dit qu'il fallait jouer, tout simplement. Nous l'avons fait et nous sommes bien revenus. Si nous avions joué comme ça durant tout le match, nous aurions gagné. Depuis le début de la saison, nous voyons que notre salut passe par le jeu.

Plusieurs joueurs ont été blessés (Combezou, McGowan, Carmignani, Leupolu, Faasalele). Vous semblez avoir subi physiquement. Comment vous vous-êtes vous sentis sur ce plan ?
R.T. :
Nous ne sommes pas habitués à ce rythme et c'était d'autant moins facile à gérer durant cette période de trois matchs en huit jours. Nous n'avons pas l'effectif de Toulon pour faire face. Ça commence à être très dur et il est important de bien récupérer.

Justement, quel sera votre objectif dimanche à Toulouse ?
R.T. : Il est difficile de parler d'objectifs quand on se rend chez le champion d'Europe. Disons que nous irons avant tout là-bas pour apprendre et faire un match plein. Nous n'aurons aucune pression.

Votre très bon début de saison vous surprend-il ?
R.T. : Il aurait été très bon si nous avions gagné contre Toulon. Il est seulement bon pour l'instant. Malgré notre gros match ce soir (mercredi soir, ndlr), nous laissons trois points en route au classement. Mais gagner contre Castres, Bourgoin et perdre de deux points contre Toulon est encourageant plus que surprenant.

Un mot sur votre duel avec Jonny Wilkinson, qui était dans une forme internationale ?
R.T. : En le voyant marquer tous ces drops et réussir toutes ses pénalités, je me suis dit qu'il me restait encore beaucoup de travail (rires) ! Jouer contre ce type de joueurs fait grandir. J'ai admiré sa gestion au pied, ses trois drop. Je me dis que c'est un papa. C'est lui qui gagne le match.

Propos recueillis par Emilie DUDON