Toulon - Cardiff

Toulon

Toulon

Essai(s)
37 - WILLIAMS
78 - SOURICE
Transformation(s) réussie(s)
38 - WILKINSON
Pénalité(s) réussie(s)
12, 32, 46 - WILKINSON
55 - MAY

21-28

mi-temps : 13-6

Amlin Challenge Cup, Finale

dimanche 23/05/10 - 15:00

Arbitre : Alain Rolland (Irlande) assisté d'Alan Lewis et George Clancy.

Spectateurs : 48990

Essai(s)
49 - ROBERTS
64 - HALFPENNY
69 - DAVIES
Transformation(s) réussie(s)
50, 70 - BLAIR
Pénalité(s) réussie(s)
7 - HALFPENNY
22, 60 - BLAIR
Cardiff

Cardiff

[Amlin Challenge] Le RCT battu par Cardiff.

[Amlin Challenge] Le RCT battu par Cardiff.

le 23/05/2010 à 15:47

Avec 3 essais inscrits en 2nde période, Cardiff brise le rêve Toulonnais. Le RCT s'incline 21 à 28...

La demie de quatorze heures était dépassée de peu lorsque Tana Umaga fit son apparition sur la pelouse du Vélodrome.
Et immédiatement ce fut une ovation que reçue le Grand Black. Méritée.
Sur la composition d'Equipe, Gilbert Bourguignon (le speaker du Vélodrome) eut du mal à se faire entendre, tant la ferveur des Toulonnais était grande. Les plus applaudis ? SBW, Wlko, Fitzy, Cap'tain Joe et Pierrot Mignoni.
Mais ce fut une énorme explosion d'applaudissements sur l'annonce de Tana Umaga en 23.
Chanement par rapport aux matchs disputés par le RCT au Vélodrome, le Staff Toulonnais se retrouvait sur le banc des "visiteurs" et non de l'OM comme il en avait pris l'habitude.
Autre changement, mais cette fois par rapport à l'Amlin Challenge, il y eut un changement de brassard puisque c'est Joe Van Niekerk qui allait commander l'Armée Toulonnaise cette après-midi et non Matt Henjak.
Sur une musique digne des blockbusters américains (on se serait cru dans "Gladiator"), les deux formations se présentaient dans le tunnel d'appel. Bien vite, la musique fut couverte par les chants Toulonnais : le Vélodrome, c'est à Toulon !
Histoire de faire saliver les 30 acteurs, l'entrée se fit en passant de part et d'autre de la Coupe... Le supplice de Tentale revisité par l'ERC.
Mais quelle ambiance dans les tribunes... Du Rouge et du Noir par millier et des "Toulonnais, Toulonnais" comme s'il en pleuvait !
Arrivé sur la ligne médiane, Joe Van Niekerk enlaça Philip Fitzgerald. Belle image.

Sur le coup d'envoi signé Wilko, Toulon met le feu et se retrouve à 2 doigts de marquer d'entrée.
1ère mêlée à 5" de la ligne galloise et les Blues se dégagent...
Sur le 1er lancée en touche, Fitzy trouvait Ross Skeate mais le maul Toulonnais ne pouvait s'organiser et les Blues récoltaient une pénalité qui leur permettait à nouveau d'écarter le danger.
Sur un lancer de Thomas sur nos 22", Toulon récupérait le ballon et se retrouvait dans les 40" Gallois mais les Britanniques remettaient la main sur le cuir et obtenaient une pénalité pratiquement sur la ligne médiane que Halfpenny allait tenter (6e).
L'Ailier Gallois déflorait le planchot avec un ballon qui passait bien entre les perches (3 - 0 à la 7e).
Petit incident de jeu à la 9e où sur une passe renversée de Matt Henjak, M. Rolland fit écran sur un Toulonnais provoquant une interception Galloise... Heureusement, le référé siffla rapidement...
Toulon avance sur les mauls mais ne trouve pas (encore) la faille dans la défense bien en place des Blues.
Sur une action Galloise, un Joueur vient sur le côté et se fait sanctionner par M. Rolland. Des 45" face, Jonny Wilkinson se voit offrir l'occasion de ramener les 2 formations à égalité (11e).
Sir Wilko ne se fait pas prier, 3 partout.
Sur le renvoi, Toulon a la mauvaise idée de taper trop loin et le ballon sort en ballon mort : mêlée donc sur les 22" Toulonnais d'où était parti le coup de pied avec introduction pour Rees (13e). Les 2 packs ont du mal à se positionner et M. Rolland doit s'y reprendre à 3 fois. Le ballon traverse le terrain, d'abord à gauche puis à droite, les Gallois enchainent les percussions mais le pilier droit Filise a la bonne idée de se mettre à la faute, permettant à Jonny de dégager son camp.
Grosse chandelle de Wilko qui retombe à l'entrée des 22" gallois : en-avant de Blair récupéré par Toulon. On joue vite sur Lovobalavu qui tape un petit coup de pied par-dessus mais récupéré par l'ailier bleu. Toulon reprend à nouveau le ballon dégagé et chevauchée de Juan-Martin Fernandez-Lobbe qui échoue à 10" de la ligne de Cardiff avec un en-avant sur la passe en direction de Joe Van Niekerk (17e).
Pendant ce temps, le Vélodrome s'embrase et la ola commence à tourner...
A la 19e, Gabi Lovobalavu retrouve Joe Van Niekerk en position d'ailier. Le Flanker Toulonnais sprinte et tape par-dessus. Il vient buter sur l'ailier gallois mais M. Rolland ne donne pas de pénalité au Capitaine Toulonnais...
Sur l'action suivante, Cardiff rentre dans nos 40" et des Toulonnais ne restent pas sur leurs appuis : pénalité des 40" à droite des perches pour les Gallois.
L'ancien All Black Blair ne tremble pas et Cardiff mène 6 à 3 à la 22e, un peu contre le cours du jeu...
Sur le renvoi, Toulon multiplie les percussions mais Juan-Martin Fernandez-Lobbe tombe le ballon. Cardiff se dégage à nouveau.
Il ne faudrait pas que Toulon sombre dans le syndrome Toulousain de produire du jeu mais de ne pas marquer.
Peu avant la demie heure de jeu, les Toulonnais multiplient les temps de jeu et les renversements d'attaque mais ne réussissent pas à franchir le rideau défensif des partenaires de Williams.
A la demie heure de jeu, Cardiff attaque sur son aile droite et Halfpenny vient buter sur Jérémy Sinzelle. Le Gallois ne fait pas l'effort de lacher le ballon et pénalité en bord de pelouse et pratiquement aux 50" pour Jonny.
ENORME Jonny qui passe cette pénalité et 6 partout à la 32e.
Les Gallois repartent au combat et produisent du jeu de mouvement. Sur une passe mal assurée en direction d'Halfpenny qui avait changé d'aile, leurs vélléités sont stoppées.
A la 35e, changement sur saignement côté Toulonnais : Philip Fitzgerald touché au crâne est remplacé par Sébastien Bruno.
Le jeu est Gallois en cette fin de partie et sur un en-avant, Toulon récupère le ballon. Marienval file, sert Sinzelle qui est repris. Changement d'aile et Fotu Auelua arrive à 5" de la ligne. Maul Toulonnais. Henjak sert Sonny Bill Williams qui slalome et marque !
A 2 minutes de la mi-temps, Toulon prend (enfin) le score. Avec la transformation pratiquement face aux perches de Jonny Wilkinson, le RCT mène 13 à 6.
Les Blues veulent vite revenir au score mais se mettent à la faute. Jonny W. trouve une touche dans les 40" gallois. Séb' Bruno lance sur Ross Skeate, Henjak ouvre sur Fotu Auelua qui perce mais M. Rolland estime qu'il y a eu une faute et siffle une pénalité.
De ses 40 à gauche des perches, Halfpenny fait signe qu'il va la tenter !
Sous les sifflets (fort dommage), l'ailier n'est pas loin de trouve la cible.
Le score à la pause est de 13 à 6 en faveur du RCT mais attention à Cardiff, accrocheur et joueur.

La 2nde période reprend : Fitzy est revenue sur le pré, Seb' Bruno retrouve le banc. Til Ryan est rentré à droite à la place de Davit Kubriashvili. Côté Gallois, Yapp a fait son apparition à la place du Capitaine Jenkins.
Sur un dégagement de Wilko, Blair met le ballon en touche mais l'abitre de touche donne le lancer à Cardiff. Qu'à cela ne tienne, Toulon récupère le ballon dans les airs (43e).
Alors que Toulon attaque, Cardiff se met à la faute. Henjak joue vite et c'est le feu dans la défense des Blues (45e). Nouvelle faute Galloise et pénalité tandis que Juan-Martin Fernandez-Lobbe semble avoir du mal à récupérer. Joe Van Niekerk fait signe que la pénalité va être tentée pendant que Cardiff change de talonneur, Thomas étant remplacé par Gareth Williams. Des 25" en bord de touche, la pénalité de Jonny Wilkinson n'est pas accordée (46e).
Mais Jonny a été touché sur l'action précédente et quitte le terrain, remplacé par Mafi Kefu. Tom May va se positionner à l'ouverture.
Et c'est chaud puisque Tom May est pris dans l'enbut Toulonnais. M. Rolland siffle une mêlée à 5" introduction Rees (49e).
Les deux packs ont encore du mal à respecter les commandements de l'arbitre.
Au passage, Tana Umaga part s'échauffer et nouvelle ovation...
La mêlée s'est enfin jouée et Cardiff est sur la ligne varoise. Les Bleus chargent et Roberts transperce la muraille Toulonnaise, marquant entre les perches, la transformation étant une formalité pour Blair (50e). Les deux équipes sont de nouveau à égalité, 13 partout.
PSA fait tourner : Esteban Lozada, qui disputait lui aussi sans doute son dernier match sous le maillot Toulonnais, est remplacé par Joce Suta (52e), tandis que Paul Tito est rentré en 2nde ligne du côté de Cardiff.
Sur une mêlée jouée à 10" de la ligne galloise, les Blues sont pris par M. Rolland et pénalité pour le RCT. C'est Tom May qui va la tenter du bord de touche gauche tandis qu'on entend les premiers chants gallois (54e).
Tom May se rappella qu'il suppléa à de nombreuses reprises Wilko lorsqu'il était blessé à Newcastle et convertit donc la pénalité. Toulon reprenait l'avantage, 16 à 13.
Et pour corser l'affaire des Gallois, le RCT faisait rentrer Pierre Mignoni à la place de Matt Henjak, Lolo Emmanuelli à la place de Saimone Taumopeau et, surtout, Fitzy était remplacé par Séb' Bruno. Une page se tourne. Au revoir mon Ami...
Côté Gallois, Filise sortait remplacé par Andrews.
Les Blues tentent mais lâchent le ballon dans nos 22". Tom May le récupère et perce. Pris, c'est sur l'aile gauche que se poursuit l'action mais le ballon sort en touche (59e).
Vite jouée par Cardiff, Toulon se met à la faute... Blair, des 40" légèrement à droite, se voit offrir l'occasion de recoller au score...
Et à l'heure de jeu, alors que Molitkia est remplacé par Warburton, l'arrière des Blues remet les deux formations une nouvelle fois à égalité, 16 partout...
Le match est engagé et plaisant, aucune des deux équipes ne fermant le jeu.
Pour l'heure, Cardiff insiste au ras avec des pick-and-go bien défendus par Toulon et sur un sautée, c'est Halfpenny qui vient marquer le 2nd essai Gallois (64e). Du bord de touche, Blair - sous les chants gallois vite couverts par des sifflets imbéciles - est à deux doigts de transformer. Désormais les Blues mènent 21 à 16.
Fotu Auelua est remplacé par Tom Sourice et Juan-Martin Fernandez-Lobbe passe au couloir.
Toulon est pris à l'entrée de ses 22"...
Et on entend de plus en plus les chants gallois... Les Supporters Toulonnais ont perdu de leur vigueur au moment où les Rouge et Noir ont le plus besoin de leur soutien.
D'autant que Davies assome Toulon avec un 3e essai à la 69e. Face aux perches, Blair transforme et Cardiff s'envole 28 à 16.
PSA fait alors rentrer Tana Umaga comme ultime solution, sortant Jérémy Sinzelle.
Toulon a 10 minutes pour inverser la tendance et gagner cette Coupe.
Tandis que les Rouge jouent à 14, Clément Marienval étant resté au sol, Tana sert Gabi Lovobalavu sur son aile mais le Fidjien commet un en-avant à 5" de la ligne (71e).
Sur un rush de Mafi Kefu, Tom May est pris à 10" et garde la balle au sol. Cardiff peut se dégager...
Marienval reprend sa place mais n'a pas l'air très frais...
Joe Van Niekerk s'échappe avec le cuir mais est stoppé dans les 40". Toulon continue à attaquer. Ross Skeate oublie de servir Lovobalavu et Cardiff peut une nouvelle fois se dégager (75e).
Toulon est trop imprécis et ne fait pas les bons choix.
Jusqu'au bout les Varois luttent avec Joe Van Niekerk, Juan Martin Fernandez Lobbe ou Mafi Kefu. Tom May s'échappe mais il est repris. Le ballon sort, SBW sert Tana qui ouvre sur Tom Sourice qui marque (78e).
Des 35" à droite, Tom May ne trouve pas la transformation. Le RCT est mené 21 à 28 et il reste une minute à jouer...
Vont-ils nous refaire le coup de la demie de Top 14 et arracher la prolongation ?
Malheureusement, Cardiff tiendra bon jusqu'au coup de sifflet final et le RCT s'incline.
Cruelle désillusion pour l'Equipe, le Staff, le Président et tout un Peuple mais l'aventure a été belle.
Les plus belles pages restent à écrire.
Mais Dieu que ce dimanche est triste à Marseille...

JJG

les Vidéos de Toulon - Cardiff

Joe Van Niekerk et Philippe Saint-André - Réactions de Joe Van Niekerk et Philippe Saint-André après la Finale de l'Amlin Challenge face aux Cardiff Blues (23/05/2010).

Joe Van Niekerk et Philippe Saint-André

Réactions de Joe Van Niekerk et Philippe Saint-André après la Finale de l'Amlin Challenge face aux Cardiff Blues (23/05/2010).

Mourad Boudjellal - Réaction de Mourad Boudjellal après la Finale de l'Amlin Challenge face aux Cardiff Blues (23/05/2010).

Mourad Boudjellal

Réaction de Mourad Boudjellal après la Finale de l'Amlin Challenge face aux Cardiff Blues (23/05/2010).

Joe, Jocelino & Matthew - Point presse d'avant match Toulon-Cardiff du 18.05.10

Joe, Jocelino & Matthew

Point presse d'avant match Toulon-Cardiff du 18.05.10

Philippe Saint-Andre - Point presse d'avant match Toulon-Cardiff du 18.05.10

Philippe Saint-Andre

Point presse d'avant match Toulon-Cardiff du 18.05.10

les Photos de Toulon - Cardiff

Esteban Lozada, Davit Kubriashvili, Ross Skeate et Joe Van Niekerk - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Esteban Lozada, Philip Fitzgerald, Ross Skeate et Davit Kubriashvili. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Tom May et Jonny Wilkinson. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe, Clément Marienval, Tom May et Sonny Bill Williams. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe et Sonny Bill Williams. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
M. Henjak, D. Kubriashvili, P. Fitzgerald, S. Taumoepeau, J.-M. Fernandez Lobbe et F. Auelua. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Eseban Lozada et Joe Van Niekerk. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Ross Skeate et Saimone Taumoepeau. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Ross Skeate et Esteban Lozada. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Sonny Bill Williams et Jérémy Sinzelle. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Fotu Auelua, Sonny Bill Williams et Ross Skeate. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Fotu Auelua, Joe Van Niekerk et Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Ross Skeate, Joe Van Niekerk et Fotu Auelua. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Jérémy Sinzelle. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Sonny Bill Williams, Esteban Lozada et Davit Kubriashvili. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Tom May et Sonny Bill Williams. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Philip Fitzgerald, Matt Henjak et Jérémy Sinzelle. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Jérémy Sinzelle. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Saimone Taumoepeau et Esteban Lozada. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson et Sonny Bill Williams. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Matt Henjak, Philip Fitzgerald, Clément Marienval et Jonny Wilkinson. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
S. Bill Williams, J. Sinzelle, C. Marienval, J.-M. Fernandez-Lobbe et J. Van Niekerk. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Sonny Bill Williams. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Sonny Bill Williams. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Ross Skeate, Matt Henjak et Esteban Lozada. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Philip Fitzgerald, Saimone Taumoepeau et Joe Van Niekerk. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Tom May et Joe Van Niekerk. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk, Ross Skeate et Saimone Taumoepeau. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Sonny Bill Williams et Mafileo Kefu. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Philip Fitzgerald et Joe Van Niekerk. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Sonny Bill Williams et Tom May. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Ross Skeate et Jocelino Suta. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Tana Umaga. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Thomas Sourice, Laurent Emmanuelli et Jocelino Suta. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Sonny Bill Williams. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Mafileo Kefu. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Mafileo Kefu et Tana Umaga. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni et Tom May. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Laurent Emmanuelli, Pierre Mignoni, Tom Sourice, J.M. Fernandez-Lobbe et Tim Ryan. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Jocelino Suta. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Juan-Martin Fernandez-Lobbe et Joe Van Niekerk. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Sébastien Bruno et Mafileo Kefu. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Ross Skeate, Sébastien Bruno et Tom May. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Jocelino Suta. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus
Tana Umaga, Gabi Lovobalavu et Laurent Emmanuelli. - Toulon-Cardiff -  © Aurélie Lantus

Rugbyrama

Toulon, le coup de blues.

Le 23/05/2010

Dominateur durant le premier acte, Toulon s'incline finalement en finale du Challenge européen face à Cardiff 28-21. Deux essais de Halphpenny et Davies ont scellé le sort des Varois qui ont baissé de pied après la sortie sur blessure de Wilkinson. Toulon termine mal sa saison.

A la 46e minute, le match aurait pu être quasiment plié. Les Toulonnais avaient en tout cas l'opportunité de faire le break et de s'envoler vers un succès en Challenge européen. Le RCT menait 13-6 et Jonny Wilkinson tentait une pénalité des 22 mètres en coin. Celle était ratée... Et surtout l'Anglais restait au sol, touché au dos, et devait céder sa place. C'est Tom May, peu à son avantage du début à la fin du match, qui glissait à l'ouverture. Et il négociait mal un de ses premiers ballons à ce poste dans son propre en-but. Ceci offrait une mêlée à 5 mètres pour Cardiff. Après plusieurs temps de jeu, Jamie Roberts marquait (13-13). Le match était relancé. La tendance inversée et Toulon sous pression. Jusque-là, les Varois méritaient pourtant leur avance au score. En effet, ils s'étaient montrés dominateurs dès l'entame du match.

Dix secondes de jeu... Et déjà une première occasion d'essai pour les Toulonnais. Le ton de cette finale était donné. Fernandez-Lobbe récupérait le ballon sur le coup d'envoi mais Sonny Bill Williams décidait de revenir à l'intérieur. Un choix qui s'avérait infructueux. Une action qui symbolisait la première demi-heure du RCT. Les hommes de Philippe Saint-André, s'appuyant notamment sur un alignement efficace, monopolisaient le ballon. Mais ne parvenaient pas à convertir leurs opportunités. Nouvelle illustration cinglante à la 16e minute quand Fernandez-Lobbe revenait encore une fois à l'intérieur mais n'assurait pas sa passe pour Van Niekerk. Une somme de maladresses, imprécisions et autres mauvais choix, notamment au moment d'effectuer le dernier geste, qui empêchaient les locaux (ou presque) de prendre le large. Des approximations en partie dues à la fatigue certainement... En effet, les cent minutes disputées contre Clermont une semaine auparavant a laissé des traces pour les joueurs reconduits, à l'image d'un Joe Van Niekerk inhabituellement brouillon dans ses prises d'initiative.

L'absence de Contepomi sur le banc...

PSA avait modifié son XV de départ pour récompenser plusieurs joueurs qui ont participé à l'ensemble de l'aventure européenne et qualifié Toulon pour cette finale. Et le RCT a paru manquer de liant et de cohérence, et trop souvent chercher la solution individuelle. Certains avaient néanmoins envie de prouver. Des acteurs peu habitués aux honneurs confinés dans les rôles de « morts de faim » comme l'ailier Jérémy Sinzelle, particulièrement en vue en première période. Pour le reste, l'équipe du président Boudjellal peut toujours s'appuyer sur ses individualités capables de faire la différence à tout moment... Alors que Jonny Wilkinson venait de réussir une pénalité de 50 mètres en coin (32e) ramenant le score à 6-6, Sonny Bill Williams faisait parler son talent. Au terme d'une magnifique action initiée par une relance des Varois dans leurs propres 22 mètres, il recevait le ballon dans les 22 gallois (37e). Le reste : du grand art. Deux crochets intérieurs pour le premier essai du match. Et sa formation regagnait les vestiaires avec sept points d'avance (13-6).

En face, les joueurs de Cardiff n'étaient pas vraiment dangereux. Ou presque. Oui mais... Eux étaient parvenus à scorer sur chacune de leurs intrusions dans le camp toulonnais durant la première demi-heure. Au total, elles furent au nombre de deux, pour autant de pénalités (6e, 23e). Oui mais... Après la sortie de Wilkinson et alors que les imprécisions varoises se multipliaient encore, les Gallois ont pris confiance et démontré qu'ils étaient capables de pratiquer un jeu offensif. Au terme d'une action interminable marquée une multitude de temps de jeu et prises d'intervalle, Leigh Halfpenny marquait en coin (65e). Et Cardiff menait alors 21-16 ! A cet instant-là, Saint-André devait regretter d'avoir fait rentrer certains cadres tard dans cette finale (Mignoni, Emmanuelli, Suta, Kefu) et surtout de ne pas avoir placé Felipe Contepomi sur le banc (il devait choisir entre lui et Fernandez-Lobbe dans le groupe, ndlr). Surtout que le deuxième ligne Bradley Davies allait tuer le suspense à la 68e minute (28-16).

La révolte tardive des Varois et l'essai de Thomas Sourice (78e, 28-21) n'y changeaient rien. Au terme d'une magnifique saison et une semaine après sa désillusion en championnat, le RCT a encore chuté sur les dernières marches. Mais il faut dire que Toulon n'a pas montré son véritable visage ce dimanche au Vélodrome... Ni sa meilleure formation ! Le staff pourra longtemps le regretter. Triste sortie pour Umaga.

Jérémy FADAT

AFP

intraitables, les Cardiff Blues privent Toulon du titre.

Le 23/05/2010

Les Cardiff Blues ont remporté dimanche au stade Vélodrome le Challenge européen (28-21), premier titre continental d'un club gallois, au détriment d'une équipe de Toulon handicapée par la sortie de son ouvreur Jonny Wilkinson avant l'heure de jeu.

Les Gallois, intraitables en défense, ont renversé la vapeur après la pause. Reversés en Challenge européen après la phase de poules de la H-Cup, les Blues ont empêché le club français de décrocher son premier titre depuis 1992.

Dès le coup d'envoi, le centre toulonnais May récupérait la balle pour une jolie percée, transmettait à son capitaine Van Nikierk qui, malheureusement pour Toulon, choisissait l'intérieur et Sonny Bill Williams, plaqué à deux mètres de la ligne.

Dans un Vélodrome habillé de rouge et noir, les joueurs de Philippe Saint-André dominaient les débats, trouvant plusieurs fois des brèches dans la défense des Blues. Mais ils ne parvenaient pas à conclure leurs initiatives, commettant trop de fautes sur les derniers gestes.

Le score était animé par les buteurs, Halfpenny ouvrait le score pour Cardiff sur pénalité (3-0, 6e), Wilkinson lui répondait (3-3, 12e). Ben Blair redonnait l'avantage aux siens (6-3, 22e) mais le demi d'ouverture anglais du RCT, des 45 mètres à gauche permettait l'égalisation (6-6, 31e).

Alors que la mi-temps approchait, le RCT peinait à se dépêtrer de la défense galloise. La ligne d'attaque bleue se montrait en outre plus incisive.

Bloqué dans son camp, le RCT ne démissionnait pas et récupérait le ballon pour une relance au long cours. Après deux renversements d'attaque, Sonny Bill Williams, déjà auteur d'un énorme plaquage sur le troisième ligne Molitika en début de match, héritait du ballon, effaçait deux adversaires et signait son deuxième coup d'éclat du match en allant aplatir dans l'en-but gallois (6-13, après la transformation de Wilkinson, 38e).

Au retour des vestiaires, le RCT remettait le pied sur l'accélérateur et échouait de nouveau à quelques mètres de la ligne. Mais les rouge et noir allaient perdre leur concentration après la sortie de Wilkinson (47e). Perturbés, ils encaissaient un essai par Jamie Roberts entre les poteaux. (13-13, après la transformation de Blair, 49e).

Et malgré une pénalité de May, passé à l'ouverture à la place de "Wilko", le RCT accusait le coup. Blair permettait aux Blues d'égaliser (16-16), Halfpenny (65e) puis Davies enfonçaient le clou en marquant deux essais dont l'un était transformé (16-28, 69e).

La révolte des dernières minutes du RCT et l'entrée de Tana Umaga, pour son dernier match en rouge et noir, permettaient à Sourice de marquer (21-28, 78e) mais cela ne suffisait pas et les Cardiff Blues s'imposaient.

L'Equipe.fr

Toulon apprendra.

Le 23/05/2010

Toulon a tout donné mais s'est finalement incliné face à Cardiff en finale du Challenge Européen (21-28). La blessure de Wilkinson aura pesé lourd dans le destin de la rencontre.

Philippe Saint-André redoutait de finir la saison sur deux défaites après avoir enchaîné onze victoires de rang avant d'arriver en phases finales. Malheureusement pour les Toulonnais, le scénario catastrophe s'est réalisé. Toulon s'est incliné en finale du Challenge Européen face à Cardiff (21-28) et ne ramènera donc pas de titre sur la Rade. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé dans un match où les Toulonnais ont une nouvelle fois démontré toutes les qualités de coeur de cette équipe qui est composée de tout sauf de mercenaires.
La sortie de Wilko a tout changé

Il fallait attendre la 47e minute pour voir le véritable tournant du match. A cet instant tout le vélodrome était debout et acclamait à s'en rompre les cordes vocales Jonny Wilkinson pendant qu'il quittait le terrain. Le problème était que l'ouvreur anglais sortait touché au dos, perclus de douleur après avoir tenté et manqué une ultime pénalité. Jusque-là, le RCT avait lutté et s'était fait bousculé avant de réagir. Wilkinson faisait une nouvelle démonstration en défense et n'oubliait pas de dicter le jeu en véritable patron. Après avoir longtemps buté sur la défense galloise, Toulon avait enfin trouvé une brèche et envoyait l'inévitable Sonny Bill Williams inscrire un essai tout en crochets. Sous une chaleur accablante, les Toulonnais pouvaient commencer à croire à une belle fin de journée. Jusqu'à la tuile et la blessure de Wilko.
Toulon montre encore des qualités de coeur

Cinq minutes plus tard, Roberts profitait de la déstabilisation visible du RCT pour inscrire le premier des trois essais de Cardiff. Halfpenny et Davies allaient creuser l'écart en moins de vingt minutes qui voyaient les Toulonnais perdre le fil du match. Mais Toulon ne voulait pas mourir sans réagir. A six minutes de la fin, avec la rentrée d'Umaga pour son dernier match en France, de Sébastien Bruno et de Pierre Mignoni, les Toulonnais se révoltaient et faisaient preuve d'un orgueil énorme. Le terrain était quadrillé de part et d'autre par des Rouge et Noir qui mettaient de la vie et de la fougue dans cette fin de match. A la fin de ce feu d'artifice, Sourice inscrivait un essai qui permettait d'entretenir le fol espoir de prolongations. Les deuxièmes en deux semaines ? Las, il ne restait que deux minutes pour inscrire et transformer un essai. Trop court. Certes, Toulon avait perdu mais il avait prouvé que cette équipe était à sa place dans le haut de la hiérarchie du rugby français. Ne reste plus qu'à devenir plus réaliste et à ne pas laisser filer des occasions qui pèsent lourd en fin de match. On appelle cela l'expérience. -

Bertrand LAGACHERIE

E-Bleu Marine

Toulon vaincu par de réalistes Gallois.

Le 23/05/2010

Le RCT avait l’espoir de remporter un titre cette saison à l’occasion de la finale de l’Amlin Challenge Cup. Au vu du contexte marseillais, tout était réuni pour un final en apothéose, pour fêter les départs de Fitzgerald et Umaga comme il se doit. Tout sauf une belle équipe : les Blues de Cardiff. Les Gallois se firent pourtant surprendre sur le coup d’envoi. Toulon mit la pression avec Fernandez-Lobbé et Williams qui échouèrent près de la ligne galloise. Puis sur une relance de Wilkinson, Fernandez-Lobbé et Van Niekerk cafouillèrent alors que le champ était libre. Deux occasions d’essai gâchées par des Toulonnais dominateurs territorialement mais manquant de précision dans leurs transmissions, le dernier geste décisif. Les deux équipes se tinrent logtemps au tableau d’affichage, Wilkinson répondant au pied à Halpenny. Plus disciplinés, les Gallois se mirent à avancer sur les impacts. Devant comme derrière. Mais sur une pression défensive de Sinzelle, Wilkinson égalisa de 48 mètres en coin. Alors que les Blues enclenchaient la marche avant, Toulon contra en élargissant le jeu par Van Nierkerk et Sinzelle. Auelua alla à la corne dans les 22 adverses et Williams crocheta à l’intérieur pour inscrire le premier essai du match (38ème). Plus entreprenant, Toulon tournait logiquement en tête aux citrons (13-6).

Wilkinson sort et Cardiff fait la différence

La sortie de Wilkinson (47ème) troubla immédiatement le collectif rouge et noir. Les Blues en profitèrent pour enchaîner dans l’axe et c’est le puissant Roberts qui termina le travail au pied des perches. Cardiff venait d’égaliser et n’allait pas s’en contenter. Toulon reprit un instant l’avantage par la botte de May (55ème). Les Blues reprirent leur marche avant axiale dans le sillage de Rush et des centres Roberts et Laulala. Un travail de sape permettant au jeune Halfpenny de scorer en coin. Pire encore, les infatigables Rush et Laulala appuyèrent près des rucks, envoyant Davies comme un boulet derrière la ligne (69ème). Ces quatres minutes furent fatales au RCT. En retard de douze points à dix minutes de la fin, Toulon jeta ses dernières cartouches dans la bataille. Il mulitplia les initiatives sur la largeur. Le match devint complètement fou. Après diverses échappées de May, Van Niekerk, Williams et Kefu, c’est Sourice qui aplatit en coin (77ème). Ce fut l’essai de l’honneur car Cardiff tint son avantage jusqu’au bout. Huit jours après Clermont, les Rouge et Noir réalisèrent un nouvau match plein. Il leur manqua le réalisme nécessaire pour remporter cette compétition face à de valeureux Gallois.

Johan Livernette

Sports.fr

Wilko blessé, Toulon achevé.

Le 23/05/2010

Devant jusqu'à l'heure de jeu, les Toulonnais ont craqué en fin de match face aux Cardiff Blues (21-28), manquant l'opportunité de décrocher un titre en finale du Challenge européen, à Marseille. Terrassés par deux essais successifs de Halfpenny et Davies en quatre minutes, les Varois ont surtout lâché prise au moment où Jonny Wilkinson est sorti sur blessure.

Finalement, c'est presque comme si rien ne s'était passé. Comme si Toulon, malgré une saison de rêve durant neuf mois, aurait presque mieux fait de ne pas se faire mal à ce point en perdant tout en l'espace d'une semaine. Après sa défaite contestée et contestable en demi-finales du Top 14 face à Clermont (29-35 a.p.), le RCT est encore tombé en finale du Challenge européen, devant des Cardiff Blues simplement réalistes. Tout semblait pourtant réuni pour faire de ce dimanche après-midi une jolie fête de consolation pour les partenaires de Wilkinson, au Vélodrome sous un soleil de plomb, devant 50 000 spectateurs en rouge et noir.

Mais l'Anglais, bien malgré lui, a plombé les espoirs des Varois en cédant sa place sur blessure, s'écroulant dans sa course en frappant une pénalité (47e). A ce moment-là, le RCT n'y voyait pas forcément un mauvais signe, menant de sept points après un essai transformé en fin de première période signé Sonny Bill Williams, qui éliminait Laulala, Filise et Molitika avec deux crochets extérieurs d'une facilité déconcertante avant d'aplatir en puissance (38e, 13-6). Wilkinson côté toulonnais (11e, 32e) et Ben Blair pour les Blues (6e, 22e) avaient auparavant rivalisé de réussites à la pénalité et un Toulon peu réaliste mais franchement dominateur pouvait rentrer confiant au vestiaire.

Wilkinson est tombé...

Et arrive alors cette fameuse 47e minute... Wilkinson, qui venait en première période de passer la barre des 300 points sous le maillot toulonnais toutes compétitions confondues, s'écroule et comme dans un château de cartes, Roberts permet aux siens d'égaliser en aplatissant sous les perches sur une transmission de Rees en sortie de ruck à un mètre de la ligne (13-13, 51e). Sous les applaudissements de Wilkinson sur le banc, May passé à l'ouverture passe une pénalité (16-13, 55e) mais Blair réplique, en position excentrée côté droit à 50 mètres des perches (16-16, 61e).

Toulon semble encore dans le coup, mais va perdre sa lucidité défensive à un moment-charnière, peut-être blasé par la défense très compacte et haute des Gallois qui les empêche de pénétrer dans les vingt-deux mètres adverses. Halfpenny aplatit en bout de ligne à droite après une belle séquence collective (16-21, 65e) et Davies en remet une couche quatre minutes plus tard, scorant en puissance sous les perches et permettant ainsi à Blair de transformer (16-28, 70e). Quasiment sur leurs trois seules incursions dans les vingt-deux mètres, les Gallois ont concrétisé à chaque fois et se mettent ainsi à l'abri.

Saint-André: "Il faut savoir tuer le match"

Wilkinson n'est plus là pour faire parler son expérience et son pied, et malgré une ultime poussée dans les dernières minutes "made in RCT" concrétisée par un essai de Sourice, décalé côté droit par Umaga après une inspiration de Sonny Bill Williams, May ne transforme pas (21-28, 79e) et les Blues n'ont plus qu'à tenir deux minutes pour éviter un essai transformé qui emmènerait les deux équipes en prolongation. Et tenir, les Blues savent faire...

Une physionomie cruelle, que pouvait regretter Philippe Saint-André à l'issue de la rencontre, devant les caméras de France 4: "On apprend le haut niveau. On domine pendant 55 minutes, on a une pénalité pour les mettre à dix points mais derrière on prend trois essais. Quand tu domines 55 minutes, il faut savoir tuer le match (...) Au très haut niveau, les petits détails font la différence." Cette "pénalité pour les mettre à dix points" n'a pas fini de hanter les Toulonnais, trop accablés d'un coup par les circonstances avec cette sortie de Wilkinson. Mais pour Wilko, "l'important, c'est que nous restions ensemble pour la saison prochaine." Une jolie parole de fin de match, pour confirmer que le groupe toulonnais est peut-être en train de se construire un avenir radieux dans la douleur de ces cruelles défaites.

Thomas SINIECKI

Rugby365.fr

Toulon a craqué.

Le 23/05/2010

Après une bonne entame de match, Toulon a craqué face à Cardiff (28-21) en finale du Challenge européen à Marseille. Déstabilisé par la sortie de Wilkinson à la 45eme minute, le RCT a chuté de peu. Comme contre Clermont la semaine dernière en Top 14...

En l'espace de huit jours, Toulon a tout perdu. Une semaine après avoir chuté de peu au terme d'un match héroïque contre les Clermontois à Saint-Étienne en demi-finales du Top 14, le club de Mourad Boudjellal a vu s'envoler ses espoirs de titre européen. Le RCT, bien en place durant 45 minutes, a peu à peu craqué pour s'incliner en finale du Challenge européen contre Cardiff à Marseille. Une grosse désillusion pour les Varois qui, comme contre les Auvergnats, peuvent nourrir pas mal de regrets. Malgré une saison pleine, les Toulonnais n'auront donc rien gagné. Le Néo-Zélandais Tana Umaga, entré à dix minutes de la fin pour son dernier match avec les Varois, aurait mérité une plus belle sortie. Cela aurait pu être le cas si Jonny Wilkinson avait pu tenir sa place durant 80 minutes…

Sous les yeux de plus de 48 990 spectateurs, nouveau record pour une finale de Challenge européen, le RCT a démarré la rencontre à cent à l'heure. Dès le coup d'envoi, les Varois ont mis une grosse pression aux Gallois. Cette première alerte ne donnera rien. Ce sont même les Blues qui ont ouvert le score sur une pénalité du jeune ailier Halfpenny (6eme). Cinq minutes plus tard, Jonny Wilkinson a égalisé sur son premier coup de pied de l'après-midi. Les Varois, pourtant dominés dans l'occupation du terrain, se sont ensuite procurés de nouvelles grosses occasions. Il a malheureusement manqué un peu de justesse pour aller au bout à l'image de cet en-avant de Lovobalavu pour Van Niekerk (20eme). Blair et Wilkinson, sur une magnifique pénalité de 48 mètres en coin, ont offert trois points de plus à leur équipe (6-6, 32eme).

Wilkinson blessé, le tournant du match

Plus toniques après trois semaines de coupure, les Gallois étaient parfaitement organisés en défense. A quatre minutes de la fin de la première période, Toulon est malgré tout passé pour la première fois devant. Au terme d'une belle relance partie de l'autre côté, l'excellent Sonny Bill Williams, que l'on dit proche d'un retour en Nouvelle-Zélande, a trouvé la faille pour aplatir entre les poteaux. Avant que « Wilko » ne transforme (6-13) dans une ambiance bouillante. A la pause, les hommes de Philippe Saint-André ont basculé avec sept points d'avance (6-13). Au retour des vestiaires, les Toulonnais sont repartis sur les mêmes bases avec une énorme action à la 45eme minute. Sans résultat. Pire encore, sur l'action Jonny Wilkinson s'est blessé. Après avoir raté une pénalité, l'ouvreur anglais a dû être remplacé par Mafiléo Kefu pour sortir sous les ovations de tout le stade.

La pression a alors brutalement changé de camp. Les Blues ont repris immédiatement des couleurs. Le centre Jamie Roberts a relancé la rencontre en aplatissant entre les poteaux avant que Blair ne se charge de la transformation (13-13). Tout était à refaire pour le RCT. Un autre Anglais, Tom May, chargé de prendre le relais de Wilkinson, a assuré en passant une pénalité dès sa première tentative (13-16, 55eme). L'encadrement toulonnais a par ailleurs fait entrer des joueurs d'expérience (Bruno, Emmanuelli et Mignoni) pour cette fin de match à suspense. En vain. Cardiff a d'abord égalisé par Blair (61eme) avant de marquer un essai en bout de ligne par Halfpenny. A un quart d'heure de la fin, les Gallois ont repris la main pour mener de cinq points (21-16) puis de douze points (28-16) après un essai Bradley Davies de à la 67eme minute. Comme contre Clermont, le RCT a tout tenté dans les dernières minutes avec un essai de Sourice au terme d'une action de folie. Mais comme la semaine dernière, Toulon a chuté de peu.

Jean-François PATURAUD

Site de la Ligue Nationale de Rugby

Dominer n’est pas gagner.

Le 23/05/2010

Malgré une domination parfois écrasante lors de ce match, trop de fautes sont venues contrecarrer les intentions de Toulonnais qui n’auront pas su se défaire d’accrocheurs et réalistes Gallois. Cardiff remporte son premier trophée majeur… Toulon est passé près, et au terme d’un parcours superbe peut espérer beaucoup pour la saison prochaine. Ce sera en HCUP.

C’est par le bon bout que les Toulonnais abordèrent la rencontre, en se montrant dangereux dès l’entame. Sur le coup d’envoi, Matt Henjak héritait du ballon sur les 40 mètres gallois et prenait le trou pour servir Juan Fernandez-Lobbe derrière le premier rideau, qui fixait le défenseur et servait Sonny Bill Williams… l’action ne donnait rien, mais augurait ce que sera finalement la première période.
 
En effet, durant les quarante première minutes de la rencontre, les Toulonnais attaquèrent, mais maladroits, ne concluaient pas. A l’inverse, les Blues et leur froid réalisme se contentaient de défendre et de concrétiser leurs rares incursions dans le camp toulonnais. Ainsi, à peine la demi-heure de jeu passée, les deux équipes étaient dos à dos 6-6, Jonny Wilkinson répondant par deux fois à Leigh Halpenny et Ben Blair, convertissant les deux seules occasions galloises.
 
La fin de la première période fut tout autre. Alors que les Gallois avaient prit les commandes du jeu depuis cinq bonnes minutes, le RCT décidait à nouveau d’accélérer le jeu, avec plus de réussite cette fois. Au terme d’une action fantastique, où Marienval et Sinzelle, dans un premier temps, se jouaient de la défense galloise sur la gauche, avant qu’Auelua en fasse autant côté gauche, Sonny Bill Williams portait l’estocade.
 
Bien servit au centre du terrain à 20 mètres des perches, prenait une ligne bleue, échaudée par les coups de butoir du RCT, à revers pour inscrire le premier essai du match. La transformation de Wilkinson permettait aux Provençaux de prendre le large 13-6, et de virer en tête à la pause avec un matelas plus conforme à la physionomie de ce premier acte… et malgré une dernière tentative d’Halpenny, de plus 60 Mètres, échouant au pied des perches.
 
Toulon domine, Cardiff, réaliste, s’accroche
 
L’entame de deuxième période, est identique à la première… Toulon prend Cardiff à la gorge dès le coup d’envoi, et dans la foulée, Juan Fernandez-Lobe joue rapidement une pénalité à la main dans les 22 gallois… la marée rouge et noire est refoulée, mais revient inexorablement, d’abord par Wilkinson, puis Fernandez-Lobbe à nouveau, et enfin Williams, pour finalement se conclure par une pénalité en faveur des Toulonnais.
 
Mais Wilkinson, touché à la hanche sur l’action précédente s’effondre au moment de la frappe, manque l’occasion mais doit surtout céder sa place. A ce premier coup dur s’ajoute une réaction d’orgueil immédiate des Gallois qui se font pressant à portée de fusil de la ligne d’en-but du RCT. Et après plusieurs lancement au près, le centre des Blues, Jamie Roberts perce plein fer et marque entre les perches. Ben Blair égalise à 13-13.
 
Une fois de plus, le réalisme gallois a frappé, et les deux formations se retrouvent dos à dos. Une situation rageante pour les Toulonnais qui malgré une domination de tous les instants n’arrivent pas à se défaire de ses adversaires. D’autant que la suite des évènements semble imiter la première période, le RCT dominant et se montrant plus dangereux, mais les Gallois s’accrochant pour passer l’heure de jeu à égalité, 16-16, une pénalité de Tom May pour Toulon et de Ben Blair pour Cardiff meublant le score..
 
Puis les Blues prirent les devants… sur une nouvelle incursion dans le camp toulonnais, les Gallois, comme à leur habitude depuis le coup d’envoi, concrétisaient leur temps forts, après un long temps de jeu portant la balle aux abords de la ligne toulonnaise, Halpenny, servit sur l’aile droite, marquait en coin pour donner l’avantage aux siens. La transformation manquée, les Blues abordaient le dernier quart d’heure en tête, avec un avantage de cinq points, 21-16.
 
Les Blues prennent les devants, puis s’envolent
 
Puis s’envolèrent… de retour dans le camp toulonnais, ils remettaient le couvert, acculant les Rouges et Noirs sur leur ligne et envoyant Bradley Davies à dame. La transformation, cette fois réussie par l’arrière Ben Blair, permettait aux Gallois de prendre 12 Longueurs d’avance, 28-16 à un peu plus de dix minutes de la fin, le titre en vue.
 
En vue seulement, car dans leur antre de Marseille, les Toulonnais repartaient de l’avant… sans beaucoup plus de réussite que lors des 70 minutes précédentes, Lovobalavu étant repris à cinq mètres de l’en-but gallois côté droit, Kefu à la même distance mais côté gauche, Tom May oubliant de passer la balle dans le trou pour Kefu, Van Niekerk en contre reprit à l’entrée de 22 mètres après un superbe contre…
 
Les minutes s’égrenant plus rapidement que souhaitées, les Toulonnais voyaient le match leur échapper, mais n’abdiquaient pas pour autant. Et sur un nouveau baroud d’honneur, ils trouvaient enfin la clé de la défense adverse. Après avoir insisté côté gauche dans les 22 mètres des Blues, les Toulonnais écartèrent sur la droite, Williams envoyant au large vers Tana Umaga qui servait Sourice, sans adversaire pour le stopper. L’essai marqué, mais la transformation manquée plaçait les locaux à 7 longueurs des Gallois.
 
Trop tard ! Les Gallois remportaient enfin un titre majeur, les Varois échouaient après avoir dominé le match, et perdaient leur deuxième grand rendez-vous après la demi-finale de TOP 14 Orange face à Clermont la semaine passée. Mais si l’année est vierge de titres pour les Provençaux, elle fut magnifique, deux ans seulement après leur retour dans l’élite. L’an prochain, c’est la HCup qui s’ouvrira au RCT, mais au regard de leurs performances, notamment lors de cette finale, cette équipe a les moyens de rivaliser avec les meilleurs.

Baptiste LE BEUX

Rugbyrama

Et le navire varois a chaviré…

Le 24/05/2010

Toulon a longtemps mené contre Cardiff ce dimanche, en finale du challenge européen à Marseille, avant de perdre le fil du match en quelques minutes et de s’incliner (21-28). Manque de maîtrise, de réalisme, blessure de Wilkinson, mauvais choix tactiques aux conséquences dramatiques... Explications.

A la 45e minute, qui aurait pu croire que Toulon s’inclinerait de sept points au final ? Sûrement pas le président Mourad Boudjellal : "J'avais l'impression que la victoire ne pouvait pas nous échapper. Nous avions 60% de la Coupe en poche…" Oui mais voilà, dans le sport en général, et dans le rugby en particulier, il n’est pas question de mathématiques. Encore moins de logique implacable. Non, aussi bizarre que cela puisse paraître, 40% ne représente pas forcément une minorité. Tout est question de maîtrise, de réalisme, de pragmatisme et d’efficacité. Voire de réussite. A partir de cette fameuse 45e minute, les Varois ont manqué de tous ces attributs. 13-6 pour le RCT. Une pénalité en face des poteaux rapidement jouée à la main par Fernandez-Lobbe. Une autre en coin ratée par Wilkinson dans la minute suivante. Le même ouvreur anglais qui s’écroule sur cette action et doit céder sa place. Toulon qui encaisse un essai dans la foulée. 13-13, la rencontre avait changé de visage. De manière irréversible…

Alors quand est-ce que les Toulonnais ont-ils laissé filer ce match ? En première mi-temps diront certains. En effet, les hommes de Philippe Saint-André ont dominé quarante minutes durant, ont gâché plusieurs opportunités d’essais avant d’enfin concrétiser par l’intermédiaire de Sonny Bill Williams (36e). Insuffisant aux yeux de nombreux observateurs, dont les premiers concernés. "Au bout de 50 minutes, nous devons mener de 15 points, insiste ainsi le manager du RCT. Nous nous créons les occasions pour tuer le match. Nos adversaires ont été plus réalistes…" "On a tellement dominé territorialement pendant 50 minutes. C’est vraiment dommage", regrettait le talonneur Philip Fitzgerald. Et pourtant… Le capitaine Joe Van Niekerk tenait à mettre les choses au point : "Nous n'avons pas perdu ce match en première période même si nous manqué de réalisme mais en deuxième. Dans les trente dernières minutes, nous n'avons pas été bons". Voilà qui est clair.

Fernandez-Lobbe  : "J'assume ma responsabilité"

Tout aurait donc échappé aux Toulonnais durant ces quelques minutes cauchemardesques entre la 45e et la 50e ? Oui, très certainement. "Il y a la sortie de Jonny (Wilkinson, ndlr), reconnaît Aubin Hueber, l’entraîneur des avants. Dire que cela n’a pas été décisif serait mentir. Nous connaissons son influence sur le jeu". "Jonny est un très grand joueur, avec beaucoup d'expérience. Et évidemment, son expérience nous a manqué en fin de match", renchérissait Van Niekerk. Sa blessure au dos est donc survenue sur une pénalité en coin tentée par le métronome anglais. Une minute après celle jouée à la main par Fernandez-Lobbe… "Jonny avait déjà mal au dos. Il aurait mieux valu le tester sur cette première pénalité en face plutôt que sur celle en coin", affirmait Hueber. Du coup, le coupable idéal est tout trouvé : Juan Manuel Fernandez-Lobbe, qui a terminé sa saison époustouflante sur un sacré bémol.

Staff, président et joueurs évitaient soigneusement de prononcer son nom des les couloirs du Vélodrome pour ne pas l’accabler. Mais les références étaient équivoques. "On ne doit pas jouer cette pénalité rapidement" pour PSA. "Nous avons l'occasion de compter dix points d'avance. C'est inadmissible lors d'une finale de ne pas la tenter. Quand on a des points à prendre et qu'on ne respecte pas un adversaire, on finit par les prendre dans la gueule" selon Boudjellal. "Ce n’était pas la meilleure décision", suggérait Van Niekerk. Alors, au moment de se présenter devant la presse, le troisième ligne argentin se savait attendu. Et il a fait front. "Nous aurions certainement dû taper la pénalité, soufflait l’intéressé. Matt Henjak est dans le ruck, je prends le ballon et je vois les joueurs de Cardiff près de moi. Je crois que nous avons l'opportunité de marquer. Si c'est le cas, tout le monde est content. Après, c'est ma décision. Sur le terrain, nous devons en prendre et j’en assume la responsabilité. C'était la mauvaise décision, je l'accepte. J'espère que la prochaine fois, je ferai un meilleur choix".

Jérémy FADAT

La Provence

Que de regrets pour le RCT !

Le 24/05/2010

Après avoir échoué en demi-finales du Top 14, Toulon a terminé sa saison, hier au Vélodrome, sur une défaite (28-21) en finale du Challenge Européen.

C'était leur plus grosse crainte et ils n'ont pas pu éviter le mauvais film. Le pire clap de fin. Les Toulonnais ont tout perdu en deux matches, en l'espace de huit jours. Ils étaient qualifiés pour les demi-finales du Top 14 mais samedi, ils seront spectateurs lorsque Clermont - leur bourreau - et Perpignan se disputeront à nouveau le Bouclier de Brennus au Stade de France.

Ils avaient quand même une finale à jouer en Challenge Européen, une épreuve tout-à-fait appropriée à l'heure de boucler une saison intense, une campagne dépassant les perspectives initiales. Mais cet exercice n'aura abouti sur aucun titre. Cardiff a été plus mordant, hier après-midi.

À chaque fois, à Saint-Étienne contre l'ASM ou à Marseille face aux Cardiff Blues, le RC Toulonnais a caressé le rêve d'un sacre. Après avoir été à deux doigts de renverser la situation en toute fin de prolongation, à Geoffroy-Guichard (29-35), il a craqué en 2e période, au Vélodrome, alors qu'il avait longtemps mené les débats.

"Il s'agissait de matches de haut niveau et on doit apprendre à les gagner, rappelait Pierre Mignoni en quittant le stade. On a le potentiel et les joueurs pour le faire. Or, il faut qu'on ait un vécu ensemble pour que l'on revienne encore plus fort l'année prochaine, j'espère."

Une décision qui pèse lourd

Une petite heure plus tôt, les supporters du RCT l'espéraient tout autant, eux qui auront applaudi à tout rompre leurs favoris au moment où joueurs et membres du staff se sont regroupés sur la pelouse comme ils le font à l'issue de chaque match, histoire de resserrer encore les liens après la bataille.

Bientôt, aussi, Joe Van Niekerk et ses partenaires allaient monter sur le podium, un après l'autre, pour aller y chercher une médaille sans éclat. Ils l'avaient chacun dans une main lorsque leurs adversaires ont brandi la coupe et le seul fait de regarder les Blues exulter attisait leur dépit. Leurs regrets aussi. La décision prise en début de 2e mi-temps consistant à jouer une pénalité à la main au lieu de confier la responsabilité à Jonny Wilkinson, botteur attitré, n'a pas fini de trotter dans leurs têtes.

Pour avoir perdu le gain du ballon sur le coup, les Varois auront laissé passer l'occasion d'accroître leur avance et permis ainsi aux Gallois de croire en un possible retournement. La suite des événements devait le confirmer en plein. " Dès que les Blues ont eu des opportunités, ils ont su mettre de la vitesse, relève Philippe Saint-André. On ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes car on s'est créé des situations franches pour tuer le match et on ne l'a pas fait. Cardiff, lui, a brillé par son réalisme."

Tout le contraire d'un RCT, très remanié par rapport à la demie du Top 14 (neuf changements !), qui a passé le plus clair de son temps, en 1ère période, à perdre le ballon ou à multiplier les transmissions mal assurées. Mais une triple accélération juste avant la pause avait pourtant suffi à déstabiliser une défense galloise jusqu'ici parfaitement bien organisée.

Il y eut d'abord un renversement de jeu initié par May à la suite d'une première percée du jeune Sinzelle. Lancé par l'Anglais - enfin tranchant ! -, Auelua eut, alors, le tort d'oublier Lovobalavu en bout de ligne. Mais à la sortie d'un ruck, le ballon parvint instantanément à Sonny Bill Williams, auteur d'une sensationnelle inspiration pour éliminer ni plus ni moins que trois adversaires.

Ce temps fort ne fut cependant pas suivi d'effets pour des Varois finalement asphyxiés par des Blues passés maîtres dans l'occupation du terrain. Cette année, le RCT a longtemps enchaîné les succès (neuf en Top 14 et trois en Challenge Européen). Mais il a fini par perdre deux matches à la suite. Ceux qu'il ne fallait pas.

Laurent BLANCHARD

Les actus du match