Saracens - Toulon

Saracens

Saracens

Essai(s)
53 - MELCK
Transformation(s) réussie(s)
54 - HOUGAARD
Pénalité(s) réussie(s)
7, 15, 21, 39, 43, 45 - HOUGAARD
Drop(s) réussi(s)
5 - MARSHALL
Carton(s) jaune
75 - RATUVOU

28-9

mi-temps : 15-9

Amlin Challenge Cup, 5ème journée

jeudi 14/01/10 - 20:45

Arbitre : Neil Paterson (Ecosse).

Essai(s)
Transformation(s) réussie(s)
Pénalité(s) réussie(s)
17, 27 - WILKINSON
Drop(s) réussi(s)
2 - WILKINSON
Carton(s) jaune
44 - BEAL
46 - MISSOUP
Toulon

Toulon

[Amlin Challenge] Saracens / RCT : il faudra battre Castres avec le bonus...

[Amlin Challenge] Saracens / RCT : il faudra battre Castres avec le bonus...

le 14/01/2010 à 21:30

Deux cartons jaunes en moins deux minutes ont été fatals aux Toulonnais qui s'inclinent 28 à 9.

Les Saracens ont joué un rugby typiquement britannique, sans aucune fioriture et s'appuyant sur les (trop nombreuses) fautes Toulonnaises pour être devant au tableau d'affichage grâce à la botte de Hougaard (7 pénalités réussies sur 7 tentées plus 1 transformation).

Toulon a ouvert le score dès la 2e sur un drop de Jonny Wilkinson, drop tenté lors de la première incursion Toulonnaise dans le camp anglais.

L'ancien All Black Justin Marshall lui rendra la politesse à la 5e.

La suite de cette première période se résumera à un duel de buteurs entre Hougaard et Wilkinson. L'ouvreur des Saracens s'est montré un peu plus adroit (4/4) que son homologue Toulonnais (2/3).

A noter que lors de la pénalité réussie à la 27e, "Wilko" a franchi la barre des 200 points inscrits sous le maillot Toulonnais (Top 14 + Challenge).

A la reprise, Toulon continue à être indiscipliné puisque M. Paterson siffle la 8ème pénalité de la rencontre contre les Varois à la 43e, permettant à Hougaard de continuer son sans faute (18 - 9).

Et les choses vont aller encore plus mal pour les Toulonnais puisque le référé sort le jaune à la 44e à Cédric Beal qui est venu gratter un ballon sans être sur ses appuis... La pénalité qui s'en suit est une nouvelle formalité pour Hougaard (21 - 9 à la 45e).

Histoire d'arranger les affaires varoises, M. Paterson, décidemment très tatillon (ou trop britannique ?), dégaine à nouveau le jaune à la 46e à Olivier Missoup - par ailleurs excellent tout au long du match - qui a voulu jouer le cuir alors qu'une faute avait été sifflée...

Dans la série "arbitrage bienveillant", on passera sous silence la touche accordée à 5" de l'en-but Rouge alors que Luke Rooney n'avait pas le bout du crampon en touche.

Bref, à 6 contre 8, les Toulonnais font preuve d'abnégation en mêlée et repoussent même les anglais sans pour autant que l'arbitre n'ait l'idée de changer l'introduction de main.

Et à la 53e, la défense des "Muguet Men" craque et Melck inscrit le seul essai de la rencontre. Face aux perches, Hougaard transforme et les Saracens s'envolent 28 à 9.

La fin de la partie sera peu passionnante. Toulon tentera à plusieurs reprises de revenir dans la partie mais rien n'y fera.

Pour la forme, et pour ne pas sombrer définitivement dans le ridicule d'un arbitrage trop bienveillant pour les colocataires de Vicarage Road (avec les footeux du Watford FC), M. Paterson se décide à sortir un jaune pour Ratuvou, énième "Sarrie" à faire une faute au sol.

Face au 2nd du Championnat Anglais, Toulon s'incline 9 à 28 et devra battre Castres avec le bonus offensif à Mayol puisque, sans faire injure à nos amis de Rovigo, il y a fort à parier que les Saracens aillent pêcher le bonus en Italie...

Le RCT a été, encore une fois, victime de son indiscipline, un mal récurrent qu'il faudra vite soigner mais également retrouver plus d'efficacité dans le jeu offensif, bien trop stérile ce soir.

JJG

Photo : Gilles BAZOUD

les Vidéos de Saracens - Toulon

Saracens / RCT - point presse avant match - interview de Philippe Saint André avant le match Saracens / RCT

Saracens / RCT - point presse avant match

interview de Philippe Saint André avant le match Saracens / RCT

Clément Marienval avant le match Saracens / RCT - Interview de Clément Marienval avant le match Saracens / RCT

Clément Marienval avant le match Saracens / RCT

Interview de Clément Marienval avant le match Saracens / RCT

les Photos de Saracens - Toulon

Jonny Wilkinson et Cédric Beal. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Jawad Djoudi, Tonga Lea'Aetoa, Saimone Taumoepeau, Olivier Missoup et Esteban Lozada. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Joe Van Niekerk, Gabirieli Lovobalavu et Matt Henjak. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Tim Ryan et Matt Henjak. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Joe Van Niekerk, Esteban Lozada et Sébastien Bruno. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Cédric Beal, Joe Van Niekerk et Jawad Djoudi. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Esteban Lozada et Kris Chesney. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Joe Van Niekerk et Matt Henjak. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Matt Henjak, Joe Van Niekerk et Olivier Missoup. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Jonny Wilkinson. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Christian Loamanu - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Gabirieli Lovobalavu et Tom May. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Matt Henjak. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Tom May et Esteban Lozada. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Clément Marienval et Cédric Beal. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Tonga Lea'Aetoa et Gabirieli Lovobalavu. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Jonny Wilkinson et Christian Loamanu. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Olivier Missoup. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Tonga Lea'Aetoa, Olivier Missoup et Matt Henjak. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Gabirieli Lovobalavu, Felipe Contepomi et Jonny Wilkinson. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Sébastien Bruno, Esteban Lozada et Joe Van Niekerk. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Joe Van Niekerk, Olivier Missoup et Christian Loamanu. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Laurent Emmanuelli, Tom May et Sébastien Bruno. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Olivier Missoup et Kris Chesney. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Sébastien Bruno et Kris Chesney. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Sébastien Bruno, Kris Chesney et Tonga Lea'Aetoa. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Joe Van Niekerk et Laurent Emmanuelli. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Laurent Emmanuelli, Joe Van Niekerk et Cédric Beal. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud
Olivier Missoup, Sébastien Bruno, Joe Van Niekerk et Kris Chesney. - Saracens-Toulon -  © Gilles Bazoud

E-Bleu Marine

Les Saracens prennent leur revanche sur le RCT.

Le 14/01/2010

Malgré une présence défensive de tous les instants, le RCT s’est incliné 28-9 face aux Saracens. Si Toulon fit quasiment jeu égal en première période, il ne vit pas le jour en début seconde. En effet, l’écart se creusa essentiellement à ce moment du match où le RCT écopa de deux cartons jaunes coup sur coup (Béal 44ème et Missoup 46ème). En supériorité numérique, les Saracens qui menaient 15-9 à la pause en profitèrent pour enfoncer le clou devant et inscrire par Melck l’unique essai de la rencontre. A 28-9, le score était acquis pour des Anglais ayant fait mal aux Rouge et Noir sur plusieurs groupés pénétrants, mais aussi en mêlée fermée en début de match. Sinon, on eut droit très souvent à du défi physique au près, un match plutôt fermé et un duel d’occupation du terrain au pied entre la paire Henjak-Wilkinson et l’ouvreur Hougaard. L’artilleur britannique ne se fit d’ailleurs pas prier pour sanctionner l’indiscipline varoise en enquillant toutes les pénalités se présentant à lui sur les temps forts de ses avants.

Toulon a toujours son destin en mains

 

Le travail de sape des Brits et Borthwick paya sur la durée. Les Saracens eurent en quelque sorte Toulon à l’usure. Mais Toulon, malgré la défaite, ne baissa jamais les bras et peut toujours prétendre à la qualification. Au classement, les Rouge et Noir comptent désormais un point d’avance sur les Saracens. Ils ont donc toujours leur destin en mains. Pour se qualifier et conserver leur place de leader lors de la dernière journée, ils devront vaincre le Castres Olympique avec le bonus offensif. S’ils n’y parvenaient pas et que les Saracens venaient à battre les Italiens en prenant cinq points, les quarts-de-finale leur fileraient sous le nez. Dès lors, les Rouge et Noir savent ce qu’il leur reste à faire.   


Johan LIVERNETTE

Var Matin

Toulon reste en course pour les quarts.

Le 15/01/2010

En s'inclinant lourdement, mais sans encaisser le bonus offensif, hier soir, sur la pelouse des Saracens, les Toulonnais ont conservé toutes leurs chances de qualification pour un quart de finale. Il faudra, pour cela, s'imposer et marquer quatre essais à Mayol, face à Castres samedi 23 janvier. Rien d'impossible quand on voit le niveau de jeu développé, par moments, dans la rencontre d'hier face aux Anglais, où les Toulonnais avançaient une équipe amoindrie.

Une rencontre qui, malgré un stade qui sonnait bien creux, démarrait sur les chapeaux de roue, avec un drop de Wilkinson immédiatement imité par son homologue Justin Marshall.

En difficulté sur les fondamentaux, en particulier en mêlée, les Toulonnais subissaient le début de match face à des Anglais clairement décidés à se mettre à l'abri le plus rapidement possible. Hougaard donnait, d'ailleurs, un peu de marge à sa formation sur deux pénalités concédées par les coéquipiers de Van Niekerk, une nouvelle fois sur des phases de conquête (9-3, 8e).

Beaucoup pénalisés, les hommes de Saint-André offraient bien trop de cartouches à leurs adversaires pour espérer accrocher une équipe qui, jusque-là, loin d'être transcendante, jouait le rugby qu'elle affectionne : une bonne défense, peu d'envolées spectaculaires, mais qui profite au maximum des erreurs de son adversaire.

Longtemps trop lents dans le soutien - ce qui réduisait à néant leurs bonnes intentions -, les Varois refaisaient peu à peu surface alors qu'on entamait le milieu de cette première période.

Deux cartons dévastateurs


Plus présents en touche, plus sûrs en mêlée, ils mettaient désormais les Anglais sous pression.

Mais le manque d'initiatives et de munitions de part et d'autre allait néanmoins résumer cette première période à un duel de buteurs. Un duel intéressant puisque Wilkinson, qui tenait son équipe à bout de bras, rendait coup pour coup à Hougaard. Si bien que la rentrée aux vestiaires se soldait sur un 15-9 presque flatteur pour les locaux.

Bien décidés à ne laisser les Toulonnais reprendre confiance au retour de la mi-temps, les Anglais enclenchaient la seconde et mettaient d'entrée les Varois sur le reculoir. Deux nouvelles pénalités de Hougaard redonnaient de l'air aux Saracens. Mais plus inquiétant, deux cartons jaunes consécutifs pour Béal et Missoup laissaient les hommes de PSA à treize face aux quinze Anglais.

Autant dire que la tâche toulonnaise devenait très, très compliquée voire impossible. Intelligents les Londoniens insistaient en mêlée et en touche dans les 22 m varois et finissaient par trouver la faille tout en puissance sur un nouveau ballon porté (28-9, 53e). Terrible reprise pour Lovobalavu et ses coéquipiers.

La fin de match n'offrira pas grand-chose de nouveau malgré un bon temps fort des hommes de Saint-André pas récompensé.

Toulon perd mais assure l'essentiel, on ne retiendra que ça.

Colin LECUIRE

Rugbyrama

Toulon manque le coche.

Le 15/01/2010

Le leader de la poule a concédé une défaite assez large sur le terrain des Saracens, son dauphin (28-9). La faute à trop d'indiscipline, d'imprécision dans le jeu au sol et à un manque flagrant d'efficacité dans le secteur offensif. Les chances de qualification sont intactes, c'est l'essentiel.

Venus à Londres dans l'optique d'empêcher les Saracens de revenir sur leurs talons, les Toulonnais ont limité les dégâts. Ils n'avaient qu'un but avoué. Ne pas laisser les Saracens prendre le bonus offensif. Perdre oui, mais les hommes de Philippe Saint-André se devaient de gérer l'avance de cinq points qu'ils possédaient avant la rencontre au classement général de la poule afin de laisser grandes ouvertes les portes pour les quarts de finale.

Ceci explique peut être la relative indiscipline des Toulonnais notamment en première période, préférant laisser Hougaard enquiller les tirs au but que les essais. D'ailleurs défensivement, PSA n'aura rien à reprocher à ses hommes.

Emmenés par leur trio d'anglais très en forme, Tom May mais surtout Jonny Wilkinson auteur de 9 points au pied, et d'un Chris Chesney qui pour son retour à Londres (Il a porté les couleurs des "Sarries" durant 13 saisons), a gratifié le public de Vicarage Road de plusieurs déblayages monstrueux, les Toulonnais se sont arcboutés en défense. Seuls la puissance et le talent du Fidjien Ratuvou a mis à mal par instant la défense toulonnaise. Seulement à force de ne pas vouloir jouer et casser le rythme, Toulon multipliait les fautes d'antijeu, notamment en début de seconde période. De quoi énerver l'Ecossais et pointilleux arbitre, monsieur Paterson qui en soixante secondes sanctionnait Toulon de trois pénalités et deux cartons jaunes : Béal et Missoup. Soit les deux meilleurs plaqueurs du RCT. 21 à 9, le sort du match était scellé. Restait aux toulonnais à se concentrer sur leur mission première : ne pas encaisser quatre essais.

Ils cédaient une première fois à la 53e minute, sur maul avec un essai de Melck. Devant l'urgence, PSA choisissait de donner à sa formation du sang, frais, du talent et de l'expérience avec les rentrées successives d'Emmanuelli, Bruno et Contepomi. Toulon retrouvait une certaine assise en mêlée fermée et quelques velléités de remonter le ballon à la main. Du coup le temps filait et les Londoniens ne se montraient plus dangereux.

Certes, la défaite est sévère (28 à 9), mais Toulon a préservé l'essentiel. Avec un point d'avance, le RCT s'il gagne avec le bonus face à Castres (déjà éliminé) s'offrira le droit d'un quart de finale à domicile au mois d'avril. Reste un petit devoir d'hiver.

Pierre-Laurent GOU

 

La Provence

Rien n'est perdu pour Toulon.

Le 15/01/2010

Battu hier sur le terrain des Saracens, le RCT est encore en course pour les quarts du Challenge européen. Tout se jouera la semaine prochaine contre Castres.

Tout se jouera donc à Mayol, contre Castres, le 23 janvier. Hier soir, le RCToulonnais pouvait décrocher son ticket pour les quarts de finale du Challenge Européen à la faveur d'une performance haut de gamme sur le terrain des Saracens, actuels dauphins de Leicester en championnat d'Angleterre.

Il devra finalement encore patienter avant d'avoir son billet en poche. L'équipe varoise n'est pas parvenue à rééditer sa sortie tonitruante d'octobre dernier, à la maison, devant ce même adversaire (31-23). Mais il lui reste encore un joker.

La semaine prochaine, le RCT aura l'obligation de dominer Castres et cette victoire devra certainement être assortie du point de bonus offensif. Car, dans le même temps, les Saracens se déplaceront à Rovigo, lanterne rouge du groupe, avec la quasi assurance d'y faire le plein.

Hier, les Varois ont été volontaires, mais ils n'ont pas été en mesure de glaner au moins un bonus défensif. En fait, ils ont payé au prix fort deux cartons jaunes assez sévères et quasi simultanés en début de 2e mi-temps. Privés de Béal et de Missoup en 3 e ligne, ils ont fini par lâcher prise face aux groupés pénétrants anglais.

La physionomie de ce match aurait sans doute été tout autre si le RCT n'avait pas évolué dans une configuration aussi pénalisante. En 1 re période, il n'avait pas concédé beaucoup de terrain et les Saracens avaient dû se contenter d'une pincée de fautes adverses pour commencer à prendre les devants par l'intermédiaire de leur botteur Hougaard.

La formation varoise aurait même pu coller au plus près des "Sarries" à la pause si Wilkinson, en échec sur une pénalité à sa portée (29e), s'était montré tout aussi efficace que son homologue sud-africain. Mais il était difficile d'en tenir rigueur à l'international anglais tant celui-ci avait pris une part active dans le comportement plutôt correct de son équipe durant cette période, le tout sous le regard de Martin Johnson, le sélectionneur du XV de la Rose qui a retenu le Toulonnais pour le prochain Tournoi des Six nations.

Quand "Wilko" rejoindra son équipe nationale à la fin du mois, le RCT aura peut-être validé sa qualification pour un quart de finale européen.

Laurent BLANCHARD