Toulon - Albi

Toulon

Toulon

Essai(s)
38 - LOAMANU
47 - FERNANDEZ LOBBE
71 - TAUMOEPEAU
80 - AUELUA
Transformation(s) réussie(s)
39, 48, 71 - WILKINSON
Pénalité(s) réussie(s)
10, 14, 16, 22, 28 - WILKINSON
Carton(s) jaune
60 - LOVOBALAVU

41-13

mi-temps : 22-8

Top 14, 16ème journée

mercredi 30/12/09 - 19:00

Arbitre : Mathieu Raynal (Midi-Pyrénées) assisté de Jean-François Lavocat et Jean-Claude Bès.

Essai(s)
6 - LAPEYRE
62 - MOEAKIOLA
Transformation(s) réussie(s)
Pénalité(s) réussie(s)
19 - BOULOGNE
Carton(s) jaune
25 - VERVOORT
64 - MANCA
Albi

Albi

En manque de bonus...

En manque de bonus...

le 30/12/2009 à 23:01

Toulon triomphe 41 à 13 d'Albi mais rate le bonus offensif. A noter le 100% de réussite de Jonny Wilkinson.

Malgré un jour et une heure pas forcément propices, le Stade Mayol était copieusement garni pour accueillir le Sporting Club Albigeois.

Et si les Toulonnais se montraient les plus entreprenants dès le coup d'envoi, notamment par un rush de Mafileo Kefu poursuivant au pied et qui se verra refusé l'essai suite au recours à l'arbitrage vidéo, ce seront - contre toute attente - les Albigeois qui marquèrent les premiers par l'arrière Lapeyre qui venait conclure une longue chevauchée de Stewart. Boulogne ne pouvait transformer les Jaune et Noir menaient à Mayol 5 à 0 à la 7e.

Les visiteurs n'étaient pas venus pour faire de la figuration et se montrèrent "guerriers" dans tous les compartiments du jeu. Seulement, même si M. Raynal aurait pu être plus sévère, les coéquipiers de Clément allaient se faire prendre plusieurs fois par la patrouille : martyrisés en mêlée à la 10e, Jonny Wilkinson commençait son festival. Puis à la 14e, 2nde pénalité réussie par le blond ouvreur anglo-saxon et 6 à 5 pour le RCT. Puis 9 à 5 à la 16e sur une 3ème pénalité.

Albi allait revenir au score sur une pénalité réussie par le demi-de-mêlée tarnais à la 19e. Tel le métronome, Jonny Wilkinson répliquait à la 22e puis à la 28e alors que l'ancien Toulonnais Thomas Vervoort écopait d'un carton jaune à la 25e pour un énième acte d'anti-jeu des visiteurs du soir.

Peu avant la mi-temps, Boulogne ratait une pénalité des 40" face (36e). C'est alors que Toulon trouva la faille par l'intermédiaire de Christian Loamanu qui inscrivait en force un essai face à 3 défenseurs après une merveille de passe sautée de Mafi Kefu. Jonny Wilkinson transformait et Toulon rentrait aux vestiaires avec un 22 à 8 au tableau d'affichage.

Au retour des citrons, c'est Juan-Martin Fernandez-Lobbe qui héritait du ballon que lui délivrait Sonny Bill Williams. Le meilleur Joueur Argentin de l'année 2009 éliminait 4 défenseurs et marquait le 2nd essai Varois. Jonny W. transformait et Toulon s'envolait 29 à 8.

Peu avant l'heure de jeu, la valse des remplacements commençait : les piliers côté Albigeois, Séb' Bruno et Davit Kubriashvili plus Joe El Abd côté Toulonnais (par Philip Fitzgerald, Tonga Lea'Aetoa et Fotu Auelua). Sur un placage un peu tardif, Gabi Lovobalavu allait tester le nouveau banc de touche..

Albi va profiter de sa supériorité numérique pour marquer un essai en force sur un groupé-pénétrant et c'est le pilier Moekiola qui inscrira le 2nd essai des visiteurs. Boulogne ne pouvait transformer. Le planchot affichait un 29 - 13 à la 63e. Juste après, Manca écopait d'un carton jaune pour contestation, une sanction qui le mettait hors de lui sur le banc de touche.

Les remplacements se poursuivaient (Kris Chesney par Esteban Lozada, Luke Rooney touché au dos par Felipe Contepomi et Philip Fitzgerald victime d'une entorse du genou par Séb' Bruno) et Toulon poussait pour marquer des essais.

Ce fut d'abord Sonny Bill Williams qui fut tout près de marquer et qui y laissa le bas de son maillot dans la bataille (70e) et ce sera finalement Saimone Taumoepeau qui marquait après un pilonnage des Avants (71e). Histoire de varier un peu, Jonny Wilkinson transformait et portait le score à 34 à 13 avant de laisser sa place à Sébastien Fauqué tandis que Pierre Mignoni était remplacé par Fabien Cibray.

Alors que Benji Bastères était rentré à gauche de la mêlée (76e), Fotu Auelua alla conclure une course de 40" sous les encouragements de Mayol (80e). Sébastien Fauqué ne tentait pas vraiment la transformation pour vite rejouer et marquer un 5ème essai pour décrocher le bonus offensif.

Hélas, Toulon n'en aura pas le temps : Albi tapa en touche sur le renvoi et M. Raynal siffla la fin du match sous les sifflets de Mayol.

Le RCT aura réalisé une belle prestation tant en mêlée qu'en touche mais aura commis quelques fautes de mains qui le privera au final du bonus, celui-ci étant largement à sa portée. Pour s'être laissé enfermés dans un faux-rythme à certains moments du match, les Toulonnais ont toutefois su se maitriser pour ne pas tomber dans le jeu agressif et provoquant des Albigeois en début de partie.

A noter le 100% de réussite dans les tentatives de but de Jonny Wilkinson - 21 points -, par ailleurs omniprésent dans le jeu que se soit en attaque comme en défense. Mettons également au crédit des Toulonnais l'excellente prestation en mêlée et en touche.

Reste désormais à se reconcentrer et récupérer pour le déplacement de dimanche au Michelin.

JJG

les Vidéos de Toulon - Albi

Jonny Wilkinson - Réaction de Jonny Wilkinson après le match face à Albi (16e journée Top 14 Orange 2009/2010).

Jonny Wilkinson

Réaction de Jonny Wilkinson après le match face à Albi (16e journée Top 14 Orange 2009/2010).

Sébastien Bruno - Réaction de Sébastien Bruno après le match face à Albi (16e journée Top 14 Orange 2009/2010).

Sébastien Bruno

Réaction de Sébastien Bruno après le match face à Albi (16e journée Top 14 Orange 2009/2010).

Aubin Hueber - Réaction d'Aubin Hueber après le match face à Albi (16e journée Top 14 Orange 2009/2010).'

Aubin Hueber

Réaction d'Aubin Hueber après le match face à Albi (16e journée Top 14 Orange 2009/2010).'

Pierre Mignoni - Réaction de Pierre Mignoni après le match face à Albi (16e journée Top 14 Orange 2009/2010).

Pierre Mignoni

Réaction de Pierre Mignoni après le match face à Albi (16e journée Top 14 Orange 2009/2010).

les Photos de Toulon - Albi

Sébastien Bruno - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Mafielo Kefu. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Jocelino Suta, Sonny Bill Williams, Christian Loamanu, Saimone Taumoepeau et Joe Van Niekerk. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney, Davit Kubriashvili et Jocelino Suta. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Sonny Bill Williams et Luke Rooney. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Jocelino Suta, Jonny Wilkinson et Joe El Abd. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Christian Loamanu. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni et Sébastien Bruno. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney, Jocelino Suta et Juan-Martin Fernandez-Lobbe. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Mafielo Kefu et Jonny Wilkinson. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Pierre Mignoni, Sonny Bill Williams, Joe Van Niekerk et Kris Chesney. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney, Joe El Abd et Joe Van Niekerk. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Joe Van Niekerk et Sonny Bill Williams. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Sébastien Bruno et Gabirieli Lovobalavu. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
D. Kubriashvili, P. Mignoni, S. Bruno, L. Rooney, J. El Abd, S. Bill Williams et S. Taumoepeau. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson, Mafileo Kefu et Luke Rooney. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Fotunuupule Auelua. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Sonny Bill Williams. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Jocelino Suta, Esteban Lozada et Felipe Contepomi. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Sébastien Fauqué et Sonny Bill Williams. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Felipe Contepomi. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Tonga Lea'Aetoa. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Fabien Cibray et Jocelino Suta. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Fotunuupule Auelua. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Fotunuupule Auelua. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus
Gabirieli Lovobalavu, Joe Van Niekerk, Esteban Lozada, Mafileo Kefu et Fotunuupule Auelua. - Toulon-Albi -  © Aurélie Lantus

E-Bleu Marine

Le RC Toulonnais s’impose sans trembler.

Le 30/12/2009

Le Rugby Club Toulonnais se devait d'être sérieux, notamment devant, s'il voulait vaincre Albi et passer ces courtes fêtes au chaud. Il fut impeccable sur les fondamentaux, sérieux, appliqué et souverain de bout en bout. Comme l'avoua par la suite Eric Béchu, le SC Albi n'a pas existé. Mayol prit pourtant froid d'entrée de jeu ; lorsque Stewart récupéra un coup de pied raté de Dumitras, et que relayé par le véloce Lakafia, Lapeyre fila à l'essai (6ème). Auparavant, Toulon avait failli ouvrir le score sur une chandelle poursuivie en dribbling par Kefu. Avec sérénité et réalisme, Toulon domina la suite des débats. La mêlée rouge et noire se montra conquérante, et grâce à une bonne occupation du terrain, Wilkinson concrétisa au pied à multiples reprises. Il manquait toutefois une étincelle lors de ce premier acte bien maîtrisé. Elle vint de derrière sur une passe sautée de Kefu permettant à Loamanu d'aller en terre promise tout en puissance (38ème). Pendant ce temps, Wilkinson poursuivait son sans-faute (21 points).

Fernandez-Lobbé enfonce le clou, Auelua conclut en beauté


Un relâchement était à craindre en début de seconde période. Mais c'était sans compter sur la classe de l'Argentin Fernandez-Lobbé qui se joua de trois défenseurs dans un petit périmètre. Du grand art. Le match tomba ensuite dans un faux-rythme. Du coup, Albi refit surface en mettant de l'engagement devant et Moeakiola marqua sur une succession de pick and go le second essai tarnais (62ème). Cette période de flottement ne dura guère. En supériorité numérique, Toulon termina en roue libre. Avec d'abord Taumoepeau qui rendit la politesse à son vis-à-vis Moeakiola, puis par Auelua dont la chevauchée fantastique sur 40 mètres ponctua remarquablement la victoire de son équipe.

Johan LIVERNETTE

Rugbyrama

Le cadeau de Wilko.

Le 30/12/2009

Le RC Toulon s'est imposé en toute logique face à Albi sur le score de 41 à 13 mais peut encore remercier son ouvreur Jonny Wilkinson qui a réalisé un huit sur huit dans ses coups de pieds (cinq pénalités et trois transformations), récompensant le travail de ses avants, dominateurs en mêlée.

Le RC Toulon, 5e au classement avant son rendez-vous à Clermont dimanche, s'est pourtant offert quelques frayeurs en début de match, se faisant même piéger d'entrée par les Albigeois : sur un renvoi dévissé de Dumitras dans ses 22 mètres, le ballon était récupéré par Stewart qui partait seul et n'était repris qu'à cinq mètres de la ligne d'en-but varoise. Il parvenait à transmettre à Lapeyre qui ouvrait le score (0-5, 6e). La réaction toulonnaise était néanmoins confiée à la botte infaillible de Jonny Wilkinson, qui réussissait cinq pénalités en première période. Il le devait toutefois à la domination de son cinq de devant, auteur d'une véritable démonstration en mêlée fermée. Sur ces phases de jeu, le RCT obtenait ainsi plusieurs pénalités. Une aubaine pour l'artilleur anglais. Et avant la pause, Toulon creusait davantage l'écart au score grâce à l'ailier Loamanu, bien lancé par une passe sautée de Kefu, qui renversait trois défenseurs pour inscrire en force le premier essai varois (38e), transformé par l'inévitable Wilko. A la pause, les Varois, impériaux dans le combat et dans l'engagement, menaient déjà 22 à 8.

Toulon rate le bonus


Dès l'entame de la seconde période, la domination varoise se confirmait. Et peu après la reprise, à la suite d'un long temps fort, Sonny Bill Williams sortait le ballon d'un regroupement et transmettait à Juan Martin Fernandez-Lobbe. Le troisième ligne argentin éliminait quatre défenseurs adverses et aplatissait sur la ligne (29-8, 47e). Toulon pouvait alors envisager le point de bonus offensif. Mais le RCT ne concrétisait pas toutes ses phases de domination et Albi en profitait. Sur une de leurs rares incursions dans le camp local, les Tarnais en profitaient pour inscrire un second essai par Moeakiola, porté par son pack (29-13, 62e). Le match entrait alors dans un faux rythme, un scénario haché qui ne profitait à personne, et il fallait attendre les dix dernières minutes pour trouver un regain d'intérêt. Le troisième essai toulonnais était inscrit par Taumoepeau à la suite d'une nouvelle bonne phase de jeu des avants (36-13, 72e). Enfin, Auelua, après une course ravageuse de 40 mètres, signait le quatrième et dernier essai juste avant la sirène (41-13, 80e), insuffisant malgré tout pour décrocher le bonus offensif.

Site du Sporting Club Albigeois

Le point de vue albigeois...

Le 31/12/2009

L'armada des étrangers qui évolue sous les couleurs du RC Toulon et plus particulièrement le demi d'ouverture anglais Jonny Wilkinson n'ont laissé aucune chance aux albigeois de glaner au minimum le point de bonus défensif.
Les trois pénalités accordées aux Toulonnais en six minutes par l'arbitre , Mr Raynal, (11°-14°- 17°) dans les cinquante « jaune et noir » ont rapidement anéanti l'exploit des albigeois qui, à la suite d'un cafouillage à quelques encablures de la terre promise par un défenseur varois, cafouillage en grande partie provoqué par Lakafia suite à un coup de pied à suivre en partie raté de Dumitras !!!, devait permettre à l'arrière Benjamin Lapeyre de pointer en but le premier essai de la rencontre (7°) dont Kevin Boulogne ratera la transformation depuis le bord de la touche. 5 à 0 en faveur des albigeois, c'était la grande surprise...d'une équipe du Sporting qui ne s'en laissait pas compter,même si d'entrée de jeu, les varois échouaient de peu sur une attaque plein champ.Le score, grâce à la botte magique de Wilkinson sur pénalités ( 11°-14°-17°)passait à 9 à 5.
Puis Kevin Boulogne ajoutait trois points sur une pénalité réussie depuis la ligne des 40 mètres .
Mais les albigeois auteurs de nombreuses fautes , avérées ou non (Thomas Vervoort a écopé d'un carton jaune à la 25° minute sur faute technique, laissant ses équipiers à 14, ce dont ils n'avaient pas besoin), permettaient à l'artilleur Jonny Wilkinson , d'enquiller deux nouvelles pénalités ( 23°- 29°). avant que les toulonnais ne prennent le chemin de la terre promise par Christian Loamanu (38°), après une magnifique passe lobée et une puissante charge de l'ailier que la défense albigeoise ne pouvait stopper. Wilkinson bonifiait cet essai depuis la touche. A 22 à 8 à l'heure des citrons, rares étaient ceux pouvaient encore rêver au miracle.
Si les plus optimistes pouvaient se laisser encore aller à espérer dans des minutes meilleures, ils durent vite déchanter : alors que l'on jouait la 47° minute de la rencontre, le troisième ligne Pumas, Juan Martin Fernadez Lobbe, après une opération moulinette s'écroulait en but pour le deuxième essai que transformait sans aucune difficulté Wilkinson, portant le score à 29à 8.
Puis un carton jaune renvoyait l'ailier toulonnais Lovobalavu se reposer 10 minutes pour placage à retardement sur Benjamin Lapeyre .
Pour autant, les albigeois bien qu'ils soient dominés, ne baissaient pas le bras : suite à une série de pick and go aux abords immédiats de la ligne de but varoise, c'était le plier américain Meokiola , entré en deuxième période, qui marquait le deuxième essai albigeois, ramenant le score à 29 à 13, Boulogne, pas dans un grand jour, ayant raté la transformation, comme il « vendangera» deux autres pénalités accordées non loin de la ligne médiane.
Puis c'était au tour de Frédéric Manca, entré également en deuxième période à la place de Iulan Dumitras (douleur à la jambe), d'écoper d'un carton jaune ( 64°) pour avoir contesté une décision de l'arbitre.
Toulon ajoutera deux nouveaux essais, l'un avec à la finition le pilier Saimone Taumoepeau , transformé par Wilkinson, auteur d'un huit sur huit, avant de sortir sous l'ovation du public du stade Mayol,( copieusement garni), l'autre avec à la conclusion le troisième ligne Fotunuupule Auelua transformé par Contepomi, entré en deuxième periode.
Petit jeu : comptez combien de joueurs issus des centres de formation français ont contribué à la victoire du RC Toulon. !!!
L'objectif avoué des Toulonnais était le point de bonus offensif. C'était raté, mais l'addition était très lourde pour les hommes de Vincent Clément, lequel était sorti dans les dernières minutes de la rencontre.
Un seul souhait à formuler : que les hommes d'Eric Béchu n'aient pas laissé trop de force en terre varoise avant de devoir voyager à nouveau dimanche (15h) vers les terres castraises pour y rencontrer le CO qui, après avoir battu les montalbanais à Pierre Antoine, se sont installés confortablement en tête du championnat.
Encore une rencontre difficile à négocier....

Maurice CHARBONNIERES

L'Equipe.fr

Toulon perd le bonus.

Le 30/12/2009

Auteur de quatre essais, le RC Toulon a surclassé Albi à Mayol (41-13). Le XV de la Rade a toutefois laissé filer le bonus offensif face au SCA.

«C'est un match assez compliqué qui arrive», avait prédit Philippe Saint-André dans les colonnes de L'Equipe. Le manager du RCT a très vite vérifier que ses inquiétudes n'étaient pas fondées. Toujours accroché à sa sixième place, Toulon n'avait pas de quoi être inquiété par une formation d'Albi en déshérence. Certes, ces derniers temps, le SCA peut de nouveau donner un mal de tête aux cadors du Top 14. Au bout de six minutes, Benjamin Lapeyre est venu conclure un contre du SCA en forme de trompe-l'oeil (0-5, 7e). Ragaillardis par leur succès sur le Biarritz Olympique (20-9), les protégés d'Eric Béchu ont en effet succombé au rythme du XV de la Rade après la demi-heure de jeu.

Loamanu (38e), Fernandez Lobbe (48e), Taumeopeau (72e), Auelua (79e)... les Varois ont récité leur rugby au milieu des infériorités numériques des Tarnais (deux cartons jaunes). L'entraîneur de Mayol, Aubin Hueber, pouvait chipoter en regrettant le manque d'application de ses joueurs sur de petits détails, notamment pour transmettre la balle «au bon moment». Dans une fin de match enlisée dans un faux rythme, et au scénario haché, les Toulonnais ont, il est vrai, failli pour convertir leur large domination, laissant au SCA l'opportunité de franchir l'en-but par Moeakiola (13-29, 62e). Avant son déplacement à Clermont, le RCT doit encore apprendre à se rassurer.

V.P-L

 

Var Matin

Toulon : un goût d'inachevé.

Le 31/12/2009

L'idéal pour passer un bon réveillon du jour de l'An est de bien terminer l'année. Les Toulonnais avaient à coeur d'enterrer l'année 2009 de la meilleure des façons, mais Albi n'était pas venu sur les bords de la rade prendre un bain. Ni lancer de cotillons.

Face à la lanterne rouge, les « Rouge et Noir » n'ont pas laissé passer l'occasion. Cette rencontre empoisonnée laisse malgré tout un goût d'inachevé.

D'entrée, Kefu après une longue course se montre un poil court. La vidéo est formelle. Quelques instants plus tard sur un coup de pied à suivre, l'arrière albigeois Lapeyre aplatit. Dans la douceur de cette soirée hivernale, un coup de froid s'abat sur le stade. Wilkinson rassurant signe un sans-faute (5 sur 5) en moins d'une demi-heure. Les pendules sont désormais à l'heure. Toulon a décidé de mettre de la vitesse face à une formation d'Albi au registre beaucoup moins dynamique. L'opposition de styles est assurée. Loamanu, Williams, Lovobalavu posent les premières banderilles au coeur de la défense tarnaise. Vervoort, l'ancien Toulonnais se distingue en commettant une grossière faute. Le RCT joue, à présent, en supériorité numérique. Reste à concrétiser. Mais il paraît difficile d'accélérer face à une formation adverse qui joue avec le frein à main. Les « Rouge et Noir » vont trouver la faille juste avant la pause. Un ballon de Wilkinson au centre relayé par l'auto-tamponneuse Kefu et une sautée plus loin, Loamanu fait d'abord preuve de vitesse puis de puissance pour marquer le premier essai toulonnais.

Cherche bonus désespérément


La mêlée toulonnaise se montre conquérante. Elle met toute l'équipe dans le sens de la marche. Le premier promeneur a en profiter après une sérieuse séance près de la ligne, c'est Fernandez-Lobbe. L'Argentin prend à défaut la défense albigeoise qui se montre sur le coup dépassée. On se dit que cette fois c'est la bonne. Mais les hommes de Van Niekerk se montrent précipités. D'autant qu'Albi pourrit tous les ballons. Forcément, le jeu s'en ressent. En force, les hommes de Béchut vont marquer un second essai qui hypothèque la victoire bonifiée. Le RCT réplique, toujours en force par Taumeopeau. Auelua marque juste avant la sirène l'essai de l'ultime espoir. Mais Albi sur le renvoi jette la balle en touche. A la veille du Réveillon, nous ne jouerons pas les langues de belle-mère...

Paul MASSABO

La Dépêche du Midi

Albi en rade à Toulon.

Le 31/12/2009

Pas de miracle pour les Tarnais à Mayol.

La série de trois victoires consécutives du Sporting Club Albigeois a été stoppée nette hier soir sur la pelouse de Mayol. Face à des Toulonnais survoltés, les Tarnais se sont éteints au fil des minutes.

Pourtant, la rencontre ne pouvait pas mieux débuter pour les « jaune et noir » qui trouvaient la faille dans lles rangs varois après seulement cinq minutes de jeu. J. Stewart prenait la défense du RCT de vitesse, tapait à suivre dans les 22 mètres et les caprices du ballon faisaient le reste. Lakafia et Loamanu passaient au travers, sauf Lapeyre qui se trouvait à l'affût, avant de se coucher en dame (5-0).

Mais les hommes d'Éric Béchu allaient jouer les Pères Noël après l'heure. Ces derniers se mettaient à la faute à cinq reprises en l'espace de vingt minutes, permettant à Wilkinson d'alimenter le tableau d'affichage de quinze unités (15-8). Juste avant la pause, Loamanu profitait d'un passage à vide d'un de ses coéquipiers pour franchir la ligne d'en-but et enfoncer un peu plus le clou (22-8).

Au retour des vestiaires, les Varois inscrivaient un nouvel essai par Fernandez Lobre, après que Denêtre, Clément et Borges aient manqué successivement leur plaquage sur le troisième ligne (29-8).

Albi recollait au score à la 62e, lorsque l'Américain Moeakiola parvenait à franchir en force, la ligne (29-13, 63e). À ce moment de la partie, le point de bonus était envisageable pour le SCA. Mais Frédéric Manca écopait d'un carton jaune (64e)... Dix longues minutes durant laquelle Albi parvenait à colmater les brèches, sans encaisser le moindre point. Mais ces efforts allaient être payé cher en toute fin de match (12 points toulonnais), pour une victoire varoise nette et logique.

La Dépêche du Midi

Mayol : Effroyable jardin.

Le 31/12/2009

Après leur série de trois succès consécutifs en championnat face à Biarritz et par deux fois contre Padoue en Challenge Européen, les Albigeois étaient remplis de bonnes intentions avant de se rendre sur la pelouse de Mayol.

Seulement, de la parole aux actes, il y a souvent un monde d‘écart. Hier dans le Var, la lanterne rouge était bien loin du niveau de son adversaire. Des Toulonnais qui dès la deuxième minute de jeu étaient tout près d’inscrire le premier essai du match, mais Lakafia à la lutte avec Kefu, étaient le plus prompt à se coucher sur la « gonfle ». Cueillis à froid, les Tarnais relevaient la tête et faisaient chavirer de bonheur les supporters « jaune et noir » présents dans cet antre du rugby. Lapeyre, qui avait bien suivi le coup de pied de J. Stewart récupérait le cuir, avant de se coucher en terre promise.

Toutefois, cet avantage au tableau d’affichage n’allait pas durer bien longtemps… Les Albigeois, bousculés en mêlée, moulus par des avants toulonnais pleins de pugnacité, se mettaient trop souvent à la faute. Ajoutez à cela un arbitre quelque peu tatillon, sanctionnant à tout va et un métronome nommé Wilkinson : vous obtiendrez la bagatelle de quinze points en faveur du RCT en l’espace de douze minutes. Mais les Albigeois n‘étaient pas au bout de leur peine, car à la 25e minute, Vervoort se voyait intimer l’ordre de regagner le banc pour dix minutes, suite à une faute au sol. Durant cette courte période, les Tarnais allaient laisser du jus pour contrer les velléités offensives de leurs adversaires. Des Varois rugueux au possible, à l’image de Chesney qui à la demi-heure de jeu s’essuyait les crampons sur Sore, tout ceci sous les yeux d’un arbitre pas très regardant. C’est ainsi qu’en toute fin de première période, le RCT inscrivait son premier essai de la rencontre par l’intermédiaire de Loamanu, après un passage à vide évident !

Il était écrit que de ce coup du sort, le SCA ne s’en relèverait pas.

Au retour des vestiaires, Toulon profitait des largesses défensives de leurs adversaires pour inscrire leur deuxième essai de la soirée, entaché celui-ci d’un en-avant flagrant d’El Abd. Denêtre, Clément et Borgès ne parvenaient pas à plaquer Fernandez Lobbe, qui se couchait derrière l’en-but, portant ainsi le score à 29-8.

Dès lors, les spectateurs se demandaient à quelle sauce le SCA allait bien être mangé ? Toutefois, les Albigeois ne baissaient pas les bras et profitaient d‘évoluer à 15 contre 14 suite à l’expulsion de Lovobalavu pour aller en dame grâce à Moeakiola (29-13). Ces cinq nouveaux points dans l’escarcelle albigeoise laissaient entrevoir le gain du bonus défensif, d’autant que les coéquipiers de Vincent Clément faisaient à ce moment de la rencontre, bien plus que jeu égal avec leurs homologues méditéranéens. Or, l’expulsion de Manca allait changer la donne à 17 minutes du trille final. Toulon pilonnait encore et toujours son adversaire, qui tentait tant bien que mal de résister. Mais cette débauche d‘énergie allait lui être fatale dans les ultimes minutes de jeu, puisque le SCA encaissait deux nouveaux essais (41-13). Un score certes lourd, mais n’en déplaise à Philippe Saint-André, l’entraîneur toulonnais, qui ne reflète pas la physionomie du match…

Cédric FANJUL

La Provence

Les Toulonnais se détachent.

Le 31/12/2009

Vainqueur d'Albi, hier, le RCT creuse l'écart sur le Stade Français battu à Montpellier.

Sur le bord du terrain, Philippe Saint-André rameute énergiquement ses joueurs vers leur camp. Au bout d'une charge "chabalesque", Fotunuupule Auelua vient d'atomiser la défense adverse et d'inscrire le quatrième essai toulonnais. Au lieu de tenter la transformation, Fabien Cibray balance un drop à l'aveugle pour gagner du temps.

Mais les secondes s'envolent en fumée et le match va toucher à sa fin. Manca a le choix de relancer le jeu ou d'envoyer le ballon dans les tribunes de Mayol. L'Albigeois opte pour la seconde solution sous la bronca du public. L'espoir était extrêmement ténu, mais le RCT n'a même pas eu l'occasion d'initier un ultime assaut pour ajouter un cinquième essai et ainsi arracher in extremis le point du bonus offensif.

"Albi n'avait rien à gagner dans l'histoire et quand on défend l'esprit du rugby, la première des valeurs, c'est de jouer le jeu", déplorait le président varois Mourad Boudjellal à l'issue du match.

Avec une unité supplémentaire, Toulon aurait renforcé un peu plus encore sa 6e place, sésame pour les barrages des demi-finales du championnat de France et pour une qualification à la H-Cup. Mais l'affaire reste intéressante puisque le Stade Français, poursuivant direct, s'est incliné à Montpellier. Le RCT compte désormais trois points d'avance sur un club parisien en pleine crise.

La précision de Wilkinson

L'opération est favorable, mais elle n'a pas été simple à réaliser non plus. Saint-André craignait ce match face à une lanterne rouge régénérée par ses derniers résultats (2 victoires et 2 défaites avec bonus défensif). Il avait raison tant celle-ci a mis des bâtons dans les roues toulonnaises.

Durant la première mi-temps, le RCT a essentiellement pu compter sur la précision scientifique de son buteur Jonny Wilkinson, l'Anglais exploitant, alors, la moindre faute adverse. Il s'en est même fallu de peu pour qu'Albi ne bascule pas à la pause avec seulement quatre points de retard. En fait, cette rencontre s'est jouée pour une bonne part en toute fin de première période. Boulogne, le botteur albigeois, eut l'opportunité de repositionner son équipe sur les talons adverses, mais il échoua lors d'une tentative de pénalité pourtant tout sauf insurmontable.

Dans la foulée, ou presque, le RCT plaça une offensive dévastatrice au cours de laquelle Kefu délivra une passe sautée à destination d'un Loamanu lancé à toute vitesse vers l'en-but. Albi venait de lâcher prise. Cette formation, longtemps perturbante, allait ainsi s'effriter un peu plus à l'entame de la seconde période sous les grands coups de bélier toulonnais. Fernandez Lobbe n'eut même besoin que de ses seuls bras pour enfoncer la porte.

L'équipe de l'international argentin avançait et son adversaire était, alors, moins fringant pour venir la bloquer même si sa ténacité lui a permis de priver Toulon de bonus à la faveur d'un essai inscrit sur un moment d'inattention. Il a coûté cher au final.

Laurent BLANCHARD