Toulon - Brive

Toulon

Toulon

Pénalité(s) réussie(s)
12, 39 - WILKINSON
65 - BARNARD

9-3

mi-temps : 6-3

Amical

vendredi 24/07/09 - 19:30

Arbitre : Philippe Bonhoure (Languedoc) assisté de Fred de Castro et Hervé Gilard (Côté d'Azur)

Spectateurs : 8.000

Pénalité(s) réussie(s)
19 - ORQUERA
Brive

Brive

Wilko a joué, Wilko a marqué, Toulon a gagné

Wilko a joué, Wilko a marqué, Toulon a gagné

le 25/07/2009 à 01:33

Le RCT s'impose 9 à 3 face à Brive en amical grâce à deux pénalités de Jonny Wilkinson et 1 pénalité de Conrad Barnard.

Devant près de 8.000 spectateurs, le Rugby Club Toulonnais s'est imposé en match amical face à Brive.

Dans une partie disputée en quatre périodes de 20 minutes, Toulon a mis du temps à rentrer véritablement dans le match.

Peu à l'aise en touche et en mêlée, les Joueurs de Philippe Saint-André ont par contre été très concentrés en défense que ce soit dans le jeu au large ou le jeu au près.

C'est à la 12e que le RCT ouvre le score par l'intermédiaire d'une pénalité réussie par Jonny Wilkinson qui signait son retour à la compétition après près de 10 mois d'absence.

A la 19e, suite à une obstruction Toulonnaise sur un coup de pied à suivre, Brive choisit de tenter la pénalité par le biais de son ouvreur, Orquera, qui remet les deux équipes à égalité.

Et il faudra attendre 20 minutes pour que le score change : sur une belle montée défensive de Mafi Kefu qui met son vis-à-vis Noon à la faute, Jonny Wilkinson passe sa 2nde pénalité de la soirée. 6 à 3 à la 39e.

Contré juste avant la pause, "Wilko" cède sa place à Conrad Barnard.

Les deux autres périodes de 20 minutes seront plus engagées, notamment côté Toulonnais mais des fautes de main annihilent les velléités offensives. Toulonnais et Brivistes font tourner leurs effectifs.

Après une belle action mêlant notamment Jocelino Suta, Olivier Missoup et Rory Lamont, le RCT obtient une pénalité que Conrad Barnard transforme des 25" à gauche des perches : 9 à 3 à la 65e. Ce sera le score final, le jeune Romain Barthelemy se voyant refuser un drop en toute fin de partie.

Toulon n'avait pas encore beaucoup travaillé son Rugby depuis la reprise et ne pourra que s'améliorer en touche et en mêlée où la cohésion est très importante.

Rendez-vous vendredi prochain pour le 2ème match amical face au Racing-Métro 92.

les Vidéos de Toulon - Brive

Guillaume Ribes - Interview de Guillaume Ribes après le match amical face à Brive (24/07/2009).

Guillaume Ribes

Interview de Guillaume Ribes après le match amical face à Brive (24/07/2009).

Pierrick Gunther - Interview de Pierrick Gunther après le match amical face à Brive (24/07/2009).

Pierrick Gunther

Interview de Pierrick Gunther après le match amical face à Brive (24/07/2009).

Philippe Saint-André - Interview de Philippe Saint-André après le match amical face à Brive (24/07/2009).

Philippe Saint-André

Interview de Philippe Saint-André après le match amical face à Brive (24/07/2009).

Mourad Boudjellal - Interview de Mourad Boudjellal après le match amical face à Brive (24/07/2009).

Mourad Boudjellal

Interview de Mourad Boudjellal après le match amical face à Brive (24/07/2009).

Jonny Wilkinson - Interview de Jonny Wilkinson après le match amical face à Brive (24/07/2009).

Jonny Wilkinson

Interview de Jonny Wilkinson après le match amical face à Brive (24/07/2009).

les Photos de Toulon - Brive

Jonny Wilkinson - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Conrad Barnard - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Le Groupe Toulonnais. - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Joe El-Abd - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Kris Chesney - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Dewald Senekal - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Pierrick Gunther - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Jocelino Suta - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Matt Henjak, Pierrick Gunther, Jonny Wilkinson et Tom May - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Philip Fitzgerald et Luv Van Wassenhove - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Jamie Robinson et Jonny Wilkinson - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Saimone Taumoepeau et Kris Chesney - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Matt Henjak, Fotu Auelua, Jamie Robinson et Tom Sourice - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Pierrick Gunther - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Jamie Robinson et Fotu Auelua - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Tom May - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Matt Henjak, Fotu Auelua, Jamie Robinson, Jonny Wilkinson et Tom Sourice - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Saimone Taumoepeau et Dewald Senekal - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Tom Sourice, Saimone Taumoepeau, Davit Kubriashvili et Philip Fitzgerald - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Jonny Wilkinson et Fotu Auelua - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Mafileo Kefu - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Rory Lamont et Jocelino Suta - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Jocelino Suta et Jawad Djoudi - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Mafileo Kefu, Joudi Djawad et Benjamin Bastères - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Davit Kubriashvili et Jocelino Suta - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Dewald Senekal, Fotu Auelua et Benjamin Bastères - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Jawad Djoudi, César Delarue, Tim Ryan et Benjamin Bastères - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Olivier Missoup, Joe El-Abd, Tom Sourice et Anthony Giacobazzi - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus
Mafi Kefu, Jocelino Suta et Olivier Missoup - Toulon-Brive -  © Aurélie Lantus

La Provence

Premiers points pour Wilkinson.

Le 25/07/2009

Titularisé à Mayol, il n'avait plus joué depuis septembre 2008.

Le 14 août, c'est encore loin, mais à Toulon, on n'attend pas l'ouverture du Top 14 pour se presser dans les travées de Mayol. Hier soir, ils étaient près de 10000 à avoir investi les lieux pour un simple match de préparation face à Brive. En cet été brûlant, la passion est encore décuplée par le casting concocté par le tandem Boudjellal Saint-André.

Un homme, surtout, a été la cible des regards Jonny Wilkinson, bien sûr. Aligné d'entrée,  l'international anglais a ainsi rejoué pour la première fois depuis septembre 2008. Régulièrement blessé au cours des dernières années, le néo-Toulonnais s'est plutôt montré à son avantage pendant les 40 minutes passées sur le terrain.

Chacun de ses gestes, chacune de ses interventions ont été épiés et scrutés par un public qui a  retenu son souffle sur les deux tentatives de "Wilko"  face aux perches. Deux pénalités réussies dans le plus pur style du champion du monde 2003, jambes fléchies et mains jointes.

Dans le jeu, l'ancien ouvreur de Newcastle a également été convaincant en première intention, démontrant qu'il n'avait rien perdu de son sens tactique. Il s'agira maintenant de le voir évoluer dans d'autres conditions.

Mais l'heure est encore à la préparation. Pour Wilkinson comme pour ses coéquipiers. Hier, Philippe Saint-André avait du composer avec les absences de plusieurs cadres ménagés car sollicités le mois dernier en club (les ex-Clermontois Mignoni et Emmanuelli) ou dans le cadre de tournées  internationales (Fernandez Lobbe, Bruno, Skeate, Fauqué). Van Niekerk n'était pas de la partie lui non plus. Mais l'ensemble toulonnais ne manquait pas d'arguments et d'intérêt.

En plus de Wilkinson, on dura vu ainsi à l'œuvre bon nombre de recrues. Senekal et Chesney ont formé une 2e ligne inédite durant les quarante premières minutes. Il en fut de même au niveau des trois-quarts à l'exception de Kefu. De manière générale, les occasions de s'emballer ont été rares. II y eut un raid de I international écossais Rory Lamont stoppé sur le fil à l'heure de jeu. Mais en terme d'émotion, "Wilko" avait fait l'essentiel auparavant.

Laurent BLANCHARD

Var Matin

Le RCT d'attaque en défense

Le 25/07/2009

Un Mayol gonflé tel un bonnet D. Des supporters, 10000 à la louche, excités comme des poux sur la chevelure de Samson. Un Wilkinson titulaire sur un pré moelleux. Sur un champ de bataille qui  n'attend qu'une chose: voir le blond des blés moissonner les points à la faux.

Pas de doute, Toulon a renoué avec la ferveur de l'arène. Avec son Pilou-Pilou à couper les pattes de poulets brivistes pourtant vaillants. Maîtres de l'œuf sacré en cette cour de besogne. Où le RCT défend, bec et ergots, son poulailler.

Cette débauche d'énergie, malgré une touche défaillante, finit par payer. Pénalité face aux perches. Wilko enfourche sa moto et signe son bail toulonnais de la pointe du pied (3-0, 13e). Umaga et Saint-André de quitter leur perchoir. Messes basses avec Hueber. Orquera égalise sur pénalité (3-3). Fin du premier quart-temps, place aux consignes.

Elles attendront une brève crème de marrons -c'est du rugby que diable! -pour être appliquées. Enfin, Toulon avance. Les gros se lient. Les langues supportrices se délient. Se replient. Façon belle-mère tant les ouvriers de PSA alternent le chaud et le froid.

Les mains moites

Ce premier test peine à révéler sa nature généreuse. Les intentions sont là. Les automatismes, pas  encore. En revanche, l'envie est évidente. Sur les deux berges d'ailleurs. Et c'est encore le chat botté Wilko, après une cravate de Dubarry sur Henjak, qui remet de l'ordre dans la penderie varoise juste avant la pause (6-3, 39e). Maigre avantage pour une mi-temps brouillonne.

Du coup, le staff effectue une revue d'effectif. Le petit prince de sa Majesté est ménagé. Mais  remplaçants et résistants ne parviennent toujours pas à faire sauter la banque. Malgré les charges énormes d'un Auelua tout droit sorti de l'âge de glace. En réalité, Brive mène le bal de rentrée. Sans concrétiser au score. Pas un point à se mettre sous la dent. Jusqu'à cette pénalité de Barnard (65e) offrant un filet d'air à ses compères (9-3). Toujours sous la menace d'un essai transformé.

Seulement en face, la défense n'est pas en toc. Fait bloc. Tient le choc. Permet de récupérer une flopée de ballons. Gâchés par des mains moites. Mais, en revanche, qui sur les plaquages ne lâchent pas les côtes. Même flottantes. Sur une ultime poigne de fer, Toulon hérite d'une mêlée. Pénalité, à la main encore. Puis un drop manqué. On se quitte un peu sur notre faim. Ce n'était qu'un match de rentrée. Une base de travail.

Raphaël COIFFIER

 

Midi Olympique

"Wilko" déjà en forme.

Le 27/07/2009

« Ce n'est pas le plus grand match de rugby auquel il m'a été donné d'assister... ». Cette petite réflexion et la moue dubitative de Philippe Saint-André valaient beaucoup plus que de grands discours, ce vendredi soir au stade Mayol. Dans un match aux frontières de l'ennui, Brivistes et Toulonnais ont présenté le remake du match aller de la saison dernière (3- 3).

Si l'on met de côté l'absence de spectacle et les nombreuses maladresses de part et d'autre, cette première s ortie de l'ère Saint-André a pourtant accouché d'un événement : le retour sur un terrain de rugby de Jonny Wilkinson. Après dix mois d'abstinence, le champion du monde a livré quarante minutes intéressantes et a surtout paru en grande forme. « Avant le match, je ne savais pas trop quelles sensations j'allais avoir, mais une fois dans l'action, c'était du rugby et ça, je sais faire. Je me suis plutôt bien senti physiquement  mais j'ai trouvé que je manquais encore de rythme », reconnaissait l'ange blond, devant un parterre de journalistes anglais ayant effectué la traversée du Channel pour l'occasion.

«Wil-ko Wil-ko! »

Auteur de ses premiers points sous le maillot rouge et noir (deux pénalités réussies sur deux tentées), le demi d'ouverture anglais a également gratifié les observateurs de quelques plaquages appuyés, de crochets courts et d'une passe sur un pas qui déclencha une vague de « Wil-ko ! Wil-ko ! » dans les travées du stade Mayol.  « Après dix mois sans rugby, il devait se poser des questions... C'est bien qu'il ait rejoué pour retrouver des sensations, notamment dans les contacts et les placages. C'est déjà du Jonny Wilkinson », appréciait Philippe Saint-André. Et déjà un leader patenté, responsable des annonces dans la ligne de trois-quarts, qui n'a eu de reste de parler et de replacer ses co-équipiers. « J'ai juste essayé de mettre tout le monde sur la même longueur d'ondes. En tant que demi d'ouverture, mon rôle c'est d'obtenir le meilleur de chacun de mes coéquipiers et de tirer l'équipe vers le haut », s'est-il justifié.

En tout cas, voilà les joyaux de Sa Très Gracieuse Majesté rassurés. On ne peut pas en dire autant du staff technique toulonnais. Même s'il sait son groupe en retard sur la partie rugby, il n'avait sûrement pas prévu de telles difficultés en conquête. Avec sept ballons subtilisés par les Brivistes en touche, l'alignement toulonnais a souffert de l'absence de véritables sauteurs en première période et de  l'intégration des nouveaux joueurs. Pour ce qui est de la mêlée, le huit de devant corrézien a progressivement pris le dessus. Pas de quoi toutefois prendre des somnifères avant de se coucher, d'autant que la défense est restée sur ses repères de la saison passée et que les avants toulonnais ont largement dominé la zone plaqueur-plaqué, en grattant de nombreux ballons. Prochain passage au révélateur ce vendredi soir face au Racing-Métro.

Olivier BOUISSON

L'Équipe

Wilkinson, c'est reparti !

Le 25/07/2009

Absent des terrains depuis dix mois, l'Anglais a joué hier soir en amical ses premières minutes sous le maillot toulonnais.

Un petit drop du gauche, de cette frappe en rupture si caractéristique, et Jonny Wilkinson est redevenu joueur de rugby. Il était 18h32 hier soir, au centre de la pelouse de Mayol, quand l'ancien meilleur joueur du monde a de lui-même relancé une carrière à l'arrêt depuis dix mois. Un énième nouveau départ, après une énième blessure, le 30 septembre 2008, qui avait cette fois laissé son genou gauche en bouillie.

Au vu de son passé-là, il faut l'écrire tout de suite : « Wilko » a quitté le terrain comme il y était entré, presque sans bandage (un seul visible au biceps gauche) et sans blessure. Il devait, au départ, ne disputer que quelques minutes en cours de seconde période. Mails il s'est retrouvé titulaire quand, jeudi, un fax de la Ligue est arrivé dans les bureaux du RC Toulon, signifiant que Sébastien Fauqué, parti en tournée avec les Barbarians, devait encore observer deux jours de repos.

Wilko a donc livré toute la première période, devant une dizaine de milliers de Toulonnais qui n'avaient d'yeux que pour lui. Deux heures et demie avant le coup d'envoi, déjà, une poignée d'adolescentes avait accouru quand il était apparu aux abords du stade, chevelure blondie par le soleil du Var, après avoir laissé sa Golf grise au parking souterrain. Ce n'était pas la folie de l'arrivée de Tana Umaga voilà deux ans et demi, mais Mayol a beaucoup applaudi. Pour tout et pour rien : un but passé à l'échauffement, un pas vers le ballon au moment de taper une pénalité en touche... De sa prestation, on retiendra ses six points inscrits, face aux buts, un leadership déjà installé, un dégagement contré juste avant la pause et trois éclairs sur la dizaine de ballons touchés qui ont montré que le talent, le gaz et l'envie sont toujours ancrés en lui. « C'est bon de revenir » a-t-il glissé après un petit soupir de plaisir. Sans le retour de l'enfant chéri du rugby anglais, suivi pour l'occasion par trois journalistes britanniques, ce premier match amical n'aurait pas eu le même intérêt. Toulon et Brive ont consacré les premières semaines de préparation à la partie physique, et cela s'est ressenti au niveau rugby. L'équipe de Philippe Saint-André a été dominé en conquête (cinq ballons perdus en touche et une mêlée en difficulté), ce qui l'a obligé à jouer en contre face à des Brivistes entreprenants mais dominés dans le combat au sol. « C'était difficile parce qu'on n'avait pas beaucoup de ballons, mais c'était un bon examen », a commenté Wilkinson, pendant que Christophe Laussucq, l'un des entraîneurs corréziens, appréciait : « On a montré qu'on était déjà bien en place en défense et en conquête, on est plutôt satisfaits ». Au final, un petit 9 - 3 qui fleurait bon le Top 14, avec quelques échauffourées qui doivent beaucoup à l'enthousiasme de la reprise. Jonny Wilkinson avait cinq anglais à proximité sur le terrain - dont ses anciens coéquipiers à Newcastle Tom May (côté varois) et Jamie Noon (côté corrézien) -, mais il a découvert ce qu'était l'esprit français.

Alexandre BARDOT

E-Bleu Marine

Le RCT se met dans le bain avec une victoire.

Le 25/07/2009

Encore en phase rodage, le RC Toulonnais s'est tout de même imposé face au CA Brive (9-3).

Il y avait de la jeunesse et du beau monde sur la pelouse de Mayol -malgré la multitude d'absents- pour le tout premier match amical du RCT. Les staffs toulonnais et brivistes en ont profité pour faire largement tourner leur effectif lors de la seconde moitié de la partie. Au-delà du résultat final, l'occasion était donnée de voir de nouvelles têtes sur le pré toulonnais. Notamment Jonny Wilkinson, toujours aussi régulier dans ses tirs au but et auteur des six premiers points de son équipe. Lors de la première période, le monopole du cuir fut pourtant briviste. Et la domination d'ensemble tout autant corrézienne. Bien arc-bouté défensivement à défaut d'être souverain en conquête, les Rouge et Noir tinrent le choc de bout en bout et le score surtout, même si leur avance demeura bien maigre durant la majeure partie de la rencontre. Lors de ce match fermé, il était écrit que ce serait l'équipe défendant le mieux qui l'emporterait. Et ce furent les joueurs managés par Saint-André.

Toulon grâce à sa défense

Les rares actions dangereuses furent individuelles. En deuxième mi-temps essentiellement, avec Pic qui sema un instant la panique chez les locaux. Mais sur le renversement, Lamont intercepta avant d'être projeté en touche par un dernier défenseur (50ème). C'est de nouveau sur un contre que le match manqua de basculer quelques minutes plus tard ; lorsque l'ovale échappa à Kefu et qu'il fallut un retour salvateur de Williams pour empêcher Brive de prendre l'ascendant. Le score n'évolua pas à cause d'une défense varoise intransigeante et de diverses maladresses. Toulon qui s'était efforcé de contenir les assauts adverses remporta finalement le premier de ses trois matchs amicaux à domicile.

Johan LIVERNETTE