Toulon - Bayonne

Toulon

Toulon

Pénalité(s) réussie(s)
18 - BARNARD
Carton(s) jaune
37 - SUTA

3-3

mi-temps : 3-3

Top 14, 19ème journée

samedi 07/03/09 - 20:35

Arbitre : Jean-Pierre Matheu (Armagnac-Bigorre) assisté de Fernand Pereira (Béarn) et J-L Gonzales (Languedoc)

Pénalité(s) réussie(s)
6 - GARCIA
Carton(s) jaune
40 - FALL
Bayonne

Bayonne

Toulon rate le coche...

Toulon rate le coche...

le 08/03/2009 à 08:44

Avec un match nul 3 partout concédé à Mayol alors qu'il a dominé les débats, le RC Toulon réalise une mauvaise opération.

Après une belle série de matchs face au Stade Français et Bourgoin avec ce bonus offensif qui fait tant de bien au moral, le Rugby Club Toulonnais se devait de confirmer face à l'Aviron Bayonnais.

Si la 1ère partie du match fut quelque peu insipide avec beaucoup de fautes et pas mal de déchets dans le jeu, la 2nde période fut totalement à l'avantage des Toulonnais.

Hélas, les Joueurs de Tana Umaga et Aubin Hueber n'étaient pas dans un grand soir au niveau de la réussite, ne parvenant pas à concrétiser leur domination.

Dommage car en mêlées fermées, les "Gros" réalisèrent une superbe prestation, mettant au supplice sa rivale venue des rives de l'Adour.

Toulon ne laissa que des miettes à Bayonne mais ne put jamais convertir ses actions. Avec de nouvelles défaillances dans le secteur du jeu au pied, les Varois concèdent un nul sur leur terrain de Mayol, un score de parité flatteur pour les visiteurs du soir mais qui n'arrange aucune des deux formations. Que ce soit Bayonne dans l'optique de la qualification en H Cup pour la saison prochaine et surtout le RCT pour le maintien.

Dommage car avec les défaites de Bourgoin, Dax et Mont-de-Marsan, les Joueurs du Président Boudjellal ont raté une occasion, largement à leur portée, de se donner un peu plus d'air au classement.

D'autant qu'après avoir accueilli le 6ème du Championnat, il faudra samedi prochain batailler face à la furia catalane : l'USAP viendra sans doute à Mayol pour confirmer sa place dans le trio de tête du Championnat...

les Vidéos de Toulon - Bayonne

Aubin Hueber après Toulon - Bayonne - Réaction d'Aubin Hueber après le match face à l'Aviron Bayonnais (19ème journée de Top 14 Orange).

Aubin Hueber après Toulon - Bayonne

Réaction d'Aubin Hueber après le match face à l'Aviron Bayonnais (19ème journée de Top 14 Orange).

Joe Van Niekerk - Réaction de Joe Van Niekerk (traduction de Tom Whitford) après le match face à Bayonne (19ème journée du Top 14 Orange).

Joe Van Niekerk

Réaction de Joe Van Niekerk (traduction de Tom Whitford) après le match face à Bayonne (19ème journée du Top 14 Orange).

Martin Jagr - Réaction de Martin Jagr après le match face à Bayonne (19ème journée du Top 14 Orange).

Martin Jagr

Réaction de Martin Jagr après le match face à Bayonne (19ème journée du Top 14 Orange).

Point presse du Staff avant le match contre Bayonne - Point presse du Staff du RCT avant le match face à Bayonne (19e journée du Top 14 Orange).

Point presse du Staff avant le match contre Bayonne

Point presse du Staff du RCT avant le match face à Bayonne (19e journée du Top 14 Orange).

Guillaume Ribes - Interview de Guillaume Ribes avant le match de Bayonne (19e journée du Top 14 Orange).

Guillaume Ribes

Interview de Guillaume Ribes avant le match de Bayonne (19e journée du Top 14 Orange).

les Photos de Toulon - Bayonne

Alessio Galasso et Tusi Pisi - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Orene Ai'i, Guillaume Ribes, Sébastien Fauqué, Jocelino Suta, Tana Umaga et Gilles Allou - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Le Groupe Toulonnais soudé avant de rentrer aux vestiaires. - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Gabi Lovobalavu - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Thomas Sourice et Gabi Lovobalavu - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Yoann Maestri, Mat Henjak et Conrad Barnard - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Ross Skeate et Yoann Maestri (de dos), Sonny Bill Williams (en l'air) - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Martin Jagr (de dos) et Joe Van Niekerk (au sol) - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Martin Jagr et Joe Van Niekerk - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Guillaume Ribes, Matt Henjak, Saimone Taumoepeau, Ross Skeate, Jocelino Suta et Thomas Sourice - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Guillaume Ribes, Matt Henjak, Yoann Maestri (à terre), Saimone Taumopeau et Thomas Sourice - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Sonny Bill Williams et Martin Jagr - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Saimone Taumoepeau, Thomas Sourice, Sonny Bill Williams et Martin Jagr - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Thomas Sourice (de dos), Joe Van Niekerk, Guillaume Ribes, Saimone Taumoepeau et Ross Skeate - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Matt Henjak, Ross Skeate et Sonny Bill Williams - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Ross Skeate - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Sébastien Fauqué, Joe Van Niekerk et Matt Henjak - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Sinoti Sinoti (au sol), Saimone Taumoepeau, Gabi Lovobalavu et Thomas Sourice - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Orene Ai'i, Martin Jagr et Norman Jordaan - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Tusi Pisi - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Alessio Galasso, Philip Fitzgerald et Saimone Taumoepeau - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus
Tana Umaga et Sonny Bill Williams - Toulon-Bayonne -  © Aurélie Lantus

Rugbyrama

Toulon manque le coche

Le 07/03/2009

Accroché à domicile par Bayonne (3-3), Toulon a laissé passer l'occasion de repousser un peu plus loin ses concurrents pour le maintien, après la 19e journée. Les Basques reviennent à six points de la 4e place de Clermont.

Si les Toulonnais voient le verre d'après-match à moitié plein, ils vont s'estimer heureux de repousser le premier relégable à cinq points et d'être les premiers à ne pas avoir encaissé d'essai de Bayonne. Mais s'ils le voient à moitié vide, ils vont regretter d'avoir laissé passer une opportunité en or: celle de compter 34 points donc sept de plus que Dax (13e) alors que Bourgoin et Mont-de-Marsan avaient également perdu un peu plus tôt dans la journée. Avec ce deuxième match nul à Mayol, sur le même score que lors de la venue de Brive, les Toulonnais ont manqué une véritable occasion de mieux respirer au classement.

Il ne faut pas chercher bien loin pour savoir où le RCT a perdu deux points. Comme depuis le début de la saison, c'est dans la réussite du buteur ou, plus justement, dans sa médiocrité. Cette fois c'est Conrad Barnard qui n'a pas su mettre les siens à l'abri en première période. Trois échecs pour seulement une pénalité passée en réponse à Cédric Garcia (3-3). Sans le savoir, au bout de vingt minutes de jeu le sort de la rencontre était déjà jeté. Une rencontre d'ailleurs, où les premières quarante minutes ont été insipides au possible et émaillées de fautes en tout genre... sans personne pour les sanctionner.

Pisi manque le KO

Le deuxième acte ne pouvait être que meilleur et il le fût. Mais avec une seule équipe sur le terrain: Toulon. Quarante minutes acharnées où les hommes de Tana Umaga ont tenté de faire la différence, franchissant à plusieurs reprises le rideau bayonnais, sans toutefois pouvoir conclure leurs actions. Entre deux drops manqués et désespérés de Sébastien Fauqué de 50 mètres, les prises d'intervalles de Sonny Bill Williams ou Orene Ai'i ont régalé Mayol. Elles n'ont jamais pu aller au bout, la faute, également, à une défense solide des Basques jusqu'au bout.

Le Toulonnais Pisi a eu la balle de match dans les pieds à la 76e minute mais du bord de la ligne de touche, sa pénalité n'est évidemment pas passée. Finalement, c'est sans doute l'Aviron qui fait la bonne opération en prenant deux points dans le Var. Même si Brive a gagné à Dax, les hommes de Richard Dourthe reviennent à six points de la 4e place de Clermont. Quant au RCT, il aura une seconde chance avec la venue de Perpignan dans une semaine. Il ne faudra pas laisser passer les occasions sinon l'addition pourrait être salée. Sans oublier que derrière, le déplacement à Castres vaudra bien huit points...

Sud-Ouest

Pas si nul que ça

Le 08/03/2009

L'Aviron est allé chercher au courage deux points dans le Var et reste au contact de Brive.

Au coup de sifflet final, Richard Dourthe a esquissé un sourire. « C'est pas mal. Deux points à l'extérieur, c'est bien », dira le directeur sportif de l'Aviron.

Vue la physionomie de la rencontre, on comprend que les Bayonnais se satisfassent de ce résultat. Car tout au long des 80 minutes, c'est Toulon qui a fait le jeu. Un jeu qui est souvent passé par le sol. Avec toujours selon Dourthe « un libre arbitre » dans ce secteur. Une zone plaqueur plaqué frisant avec le non-droit rugbystique, d'un côté autant que de l'autre histoire qu'il n'y ait pas de jaloux. Du coup, des rucks anarchiques le plus souvent, donc des ballons difficilement exploitables pour les trois-quarts. Au rang des champions des empêcheurs de tourner en rond, les deux capitaines. Rémy Martin et Joe Van Niekerk auront été les deux grands bonhommes de cette dernière rencontre de la 19e journée.

Une journée qui a donc vu l'Aviron céder la cinquième place aux Brivistes, vainqueurs plus tôt dans l'après-midi sur la pelouse dacquoise. Toutefois, un seul point sépare les deux formations. Ce match à Maurice-Boyau présentait un intérêt contradictoire pour Toulon et Bayonne. Les premiers en vue du maintien, les seconds dans la course à l'Europe. Les uns autant que les autres, poursuivant des buts différents mais nécessitant les mêmes moyens, à savoir une victoire hier soir. De vainqueur, il n'y en eu point, donc. Sur un plan très concret, celui des points marqués, la faillite des buteurs en est la principale cause. Mais ce serait trop simple de les fustiger, qu'ils soient Toulonnais ou Bayonnais. Car c'est toute la palette du jeu au pied qui a péché hier soir à Mayol.

Un jeu au pied déficient

Dans la semaine, Jean-Philippe Coyola avait insisté sur la parcimonie qui devait présider à son utilisation. Il n'a guère été écouté hier soir. Louis Strydom ou Pépito Elhorga côté bayonnais, et Conrad Barnard ou Sébastien Fauqué à Toulon, se sont livrés à un petit jeu de « à toi, à moi », sans grand succès. Le vent tourbillonnant de Mayol n'aidant pas dans ce genre d'exercice.

Autre difficulté, les tirs au but. Premier à se lancer dans l'exercice, l'arrière varois Conrad Barnard. Avec une réussite somme toute relative puisqu'il n'a atteint la cible qu'à sa quatrième tentative (18e). Une pénalité synonyme d'égalisation puisque Cédric Garcia avait ouvert le score à la 6e minute. Ce seront les seuls points du match.

L'enjeu de cette rencontre, capitale pour les uns comme pour les autres semblait paralyser les offensives. Toulon s'en remet tantôt à ses trois-quarts bien vite stoppés par la défense basque, tantôt à son paquet d'avants que contient au prix de grands efforts cette même défense. Bayonne, de son côté, tente l'exploit individuel pour franchir une ligne également très vigilante. En vain.

La défense de Bayonne tient

Une défense qui se met à la faute à deux minutes de la pause. Un geste d'antijeu de la part de Jocelino Suta que l'arbitre sanctionne d'un carton jaune. Une décision qui « récompense » toutes les fautes au sol des Toulonnais. Benjamin Fall subira le même sort une minute plus tard, sur la sirène. Lui aussi payant pour l'indiscipline collective. C'est donc à 14 contre 14 que débutait la seconde mi-temps. Et sur le même modèle que la première aussi. Par de longs échanges de coups de pied qui ne donnent strictement rien. Sinon d'exposer l'Aviron aux contres toulonnais, comme le craignait le staff bayonnais. Mais la défense basque, dans le sillage d'un Rémy Martin omniprésent, tenait le choc. Aidée en ce sens par les fautes des Varois qui voyaient la plupart de leurs tentatives avortées pour un ballon tombé le plus souvent. Les Toulonnais ne se décourageaient pas en tentant d'exploiter les ballons que les Bayonnais leur rendaient. Sans conséquences toutefois au tableau d'affichage.

Mais l'Aviron s'est consommé dans cet éprouvant travail de défense. Les forces basques s'étiolent au fil des minutes. La défense, poussée dans des derniers retranchements pliera parfois, mais sans rompre. La montagne aura accouché d'une souris, d'une confrontation rugueuse et âpre qui risque de laisser des traces. Et d'un match nul qui finalement satisfait sans doute tout le monde. « C'est bien », selon Richard Dourthe. Et comme le mieux serait l'ennemi du bien, l'Aviron s'en contente.

Antoine TINEL

L'Equipe.fr

Toulon peut s'en vouloir

Le 07/03/2009

La 19e journée s'est achevée sur le match nul entre Toulon et Bayonne (3-3). Malgré le score étriqué, les deux équipes ont offert un match animé et spectaculaire, que le RCT a plutôt dominé. Mais une nouvelle fois, la faillite des buteurs a fait mal, comme les nombreuses maladresses, qui privent Toulon d'un succès capital en vue du maintien. L'Aviron quitte Mayol avec deux points qui seront précieux pour l'Europe.

Après sa première victoire à l'extérieur, à Bourgoin la semaine dernière, le RCT devait maintenant capitaliser à domicile face à Bayonne. Les Varois, qui ne sont plus dans la zone rouge, pouvaient aussi profiter des résultats favorables de la journée (défaites de Mont-de-Marsan et Dax) pour prendre le large en vue du maintien. Dans un stade de Mayol en fusion, les Toulonnais ont parfaitement entamé la rencontre, avec de belles intentions et la volonté de mettre beaucoup de rythme. Mais il y a malheureusement beaucoup trop de déchet dans le jeu des provençaux, une carence qui gâche la belle impression laissée par les hommes de Hueber et Umaga.

Toujours pas de buteur

Par exemple, il manque toujours cruellement un buteur au RCT, et il serait temps d'y remédier, d'où la rumeur Wilkinson pour la saison prochaine. Car le Sud-Africain Conrad Barnard n'est clairement pas assez fiable, avec trois échecs en première période, et neuf points laissés en route (douze avec le drop manqué de Fauqué), là où Cédric Garcia a marqué pour la première incursion des Bayonnais dans le camp adverse. Résultat, malgré un premier acte globalement dominé, Toulon est rentré au vestiaire avec un score nul, et pouvait regretter de ne pas avoir su prendre le score. Dans une rencontre aussi hâchée, avec notamment un carton jaune de chaque côté peu avant la pause, il est toujours primordial de concrétiser.

Un K.-O. qui ne viendra pas

L'Aviron pouvait donc s'estimer heureux de ce score de parité à mi-parcours, et il se disait sans doute qu'il y avait un coup à faire. Le deuxième acte partait sur les mêmes bases, avec des Toulonnais qui tentaient beaucoup, mais encore avec énormément de déchet, de fautes de main, de mauvais choix. Et le panneau d'affichage restait bloqué à un petit 3-3 à l'heure de jeu, malgré un spectacle plutôt intéressant et une grosse intensité, notamment dans le combat. Du coup, la tension est montée d'un cran au fur et à mesure que les minutes s'égrénaient, et chaque équipe cherchait le K.-O. Les hommes au muguet ont encore beaucoup tenté, ils ont même eux quelques occasions, en vain, et le match nul devrait leur laisser un goût amer. Certes, ils augmentent leur avance sur la zone de relégation, mais ils auraient sans doute mérité mieux.

L'Équipe

Toulon cherche buteur...

Le 08/03/2009

L’absence de buteur a coûté la victoire aux Varois. Peut-être, JonnyWilkinson la saison prochaine...

Toulon a fait , peut-être, un petit pas vers le maintien hier soir, avec ses 5 points d’avance sur Dax. Mais pas grâce à Conrad Barnard, son nouveau buteur sud-africain, aussi consternant que Ramiro Pez, Julien Chouquet ou Sébastien Fauqué, ses prédécesseurs dans l’exercice. « On a raté 15 points de coups de pied, soupire Joe Van Niekerk, le capitaine toulonnais. C’était pareil à Bourgoin, mais on s’en est sorti (23-12). Ce n’est pas possible si on veut gagner
contre de grandes équipes. »
On ignore encore si Jonny Wilkinson répondra favorablement à l’offre toulonnaise pour la saison prochaine, mais en attendant, les Varois ne peuvent faire l’économie d’un vrai buteur s’ils veulent survivre en Top 14. « Si notre mêlée tient… » , soupirait Mourad Boudjellal, le président toulonnais, très tendu, avant la rencontre. La mêlée a contenu sa rivale bayonnaise, on peut même dire qu’elle a remporté son match. Mais le buteur… Une vraie calamité.
Barnard, arrivé comme joueur supplémentaire en début d’année, avec sur son CV « 3e buteur de la Currie Cup », a très vite entendu les sifflets de Mayol, à la 11e minute, après son troisième échec sur pénalité, empêchant le RCT de concrétiser sa domination.
Barnard a enfin réussi le but, à la 18e (3-3). Avait-il trouvé le bon réglage ? On ne le saura jamais, M. Matheu ne lui a plus offert l’occasion de s’exercer, puis Tana Umaga et Aubin Hueber l’ont remplacé par Ai’i (50e), sous peine de perdre ce match.
À part ça, on n’a pas vu un truc génial. « Le public peut être mécontent de ce qu’il a vu » , reconnaît Richard Dourthe, le manager bayonnais. Imaginez, ce score de parité resté bloqué entre un Toulon qui voulait larguer ses poursuivants
pour le maintien, et un Bayonne qui souhaitait se rapprocher (il recule finalement à la 6e place), on ne sait jamais, du carré des demi-finalistes.
Si l’on recense ses vraies occasions d’essai, on en trouve la moitié d’une, quand il a campé dans les 22 mètres basques, après vingt minutes de jeu « Et ils ont eu quelques autres situations dangereuses » , estime Richard Dourthe. Dont une, curieusement négociée par Sonny Bill Williams (30e) « qui est un sacré joueur » (Dourthe).
Quant aux Bayonnais, c’est simple, ils ont tant subi qu’ils n’ont pas visité les 22 mètres adverses, ballon en main. « On a bien défendu. Le reste laisse à désirer » , convient Dourthe qui précise : « Attention, Toulon monte en puissance, et ce match nul est plutôt un bon résultat, même si on veut toujours gagner. »

Martin sonné

Verrouillé, ce match l’a été par l’incapacité bayonnaise à dominer et par l’arbitrage très libéral, « façon hémisphère Sud » selon le manager de l’Aviron, Jean-Pierre Matheu. Ce qui a l’avantage de laisser vivre le jeu, au départ, puis de le tuer lorsque Martin, Van Niekerk, Bernad, Sourice, Suta et Deen, tous les troisièmeligne, disputent le ballon autour des rucks. « Rémy Martin était au-dessus du lot, Joe Van Niekerk aussi, explique Dourthe. Alors ça donne ce match âpre, haché. » Van Niekerk sourit : « Martin est un grand joueur, physique, très présent dans les rucks, mais c’est un plaisir de batailler avec lui. »On le croit : il a l’oeil droit ensanglanté, Rémy Martin a terminé la rencontre sonné.
Et les supporters toulonnais frustrés, après une ultime et vaine tentative de but signé de Tusi Pisi, de 40 mètres en coin. Dans les vestiaires bayonnais, on chantait, avant de rapidement quitter Mayol pour prendre un avion privé. Chez les Toulonnais, Van Niekerk a pris la parole, a félicité les avants pour leur performance en mêlée et en touche. Il a également dit : « On n’a pas réussi cette fois, on a fait match nul. Mais mettons tout notre coeur la semaine prochaine face à Perpignan. »
Bayonne, lui, recevra Dax, la ville de Dourthe. Qui lâche : « Dax, Mont-de-Marsan, jem’en fiche : je veux battre tout le monde pour obtenir le meilleur.»

Arnaud REQUENNA